AC ! Réseau - Agir contre le chômage et la précarité
Accueil du site > Guide des droits des précaires > Assedic : cas de démissions légitimes ouvrant droit à des allocations (...)

Assedic : cas de démissions légitimes ouvrant droit à des allocations chômage

vendredi 27 octobre 2006, par le réseau d’AC !

Nombreux sont les salariéEs qui, par ennui, ras le bol, conditions de travail insupportables, souhaitent quitter leur emploi... mais voudraient bien avoir leurs allocations chômage.

Il existe un certain nombre de démissions considérées comme légitimes par l’Assedic. En voici quelques exemples.

Evidemment, selon le cas, il ne suffit pas que la démission soit légitime pour avoir des allocations chômage : il faut aussi avoir suffisamment travaillé avant sa démission.

Les références sont celles de l’accord d’application n° 15 de la convention d’assurance chômage 2006.

Démission à l’initiative du salarié pendant la période d’essai

Celle-ci n’est acceptée par l’Assedic que si la rupture de la période d’essai intervient après un CDD ou un licenciement n’ayant pas donné lieu à une inscription comme demandeur d’emploi. La période d’essai ne doit pas excéder 91 jours.

Accord d’application n°15, chapitre B, §4

Cela signifie que même si vous n’aviez pas droit aux allocations chômage (CDD trop court pour ouvrir des droits par exemple), si vous vous êtes inscrit au chômage, vous serez exclu de cette disposition... mais lisez le paragraphe suivant, qui peut vous concerner.

Démission suite à une reprise d’activité alors que les droits aux allocations chômage ne sont pas épuisés

Si un chômeur reprend un boulot sans avoir épuisé ses allocations chômage et qu’il démissionne avant d’avoir ouvert de nouveaux droits (c’est à dire s’il a travaillé moins de 6 mois ou de 910h), l’Assedic doit reprendre le versement de ses anciens droits. Attention changement (ajout le 11.08.2011).

Accord d’application n°15, chapitre A, §3

Démission pour commencer un CDI, que l’employeur rompt pendant la période d’essai

Si un salarié démissionne pour commencer un CDI (embauche effective), et que l’employeur rompt la période d’essai avant 91 jours, à condition d’avoir 3 années d’affiliation continue à l’assurance chômage... il ne sera pas tenu compte de la démission pour le calcul de ses droits.

Accord d’application n°15, chapitre B, §5

Démissions liées à un déménagement, dans certains cas

Est réputée légitime, la démission

- d’un jeune de moins de 18 ans, pour suivre ses parents ou la personne qui exerce l’autorité parentale

- d’une personne qui suit son conjoint, si celui-ci est muté, a trouvé du boulot dans une autre région ou a changé d’employeur. Il faut simplement prouver la vie commune.

- d’une personne qui vient de se marier ou de conclure un PACS (pacte civil de solidarité) et de ce fait déménage, à condition qu’il n’y ait pas plus de 2 mois entre la fin de l’activité salariée et le mariage ou le PACS.

Accord d’application n°15, chapitre A, §1

- d’une personne qui change de domicile suite à des violences conjugales, à condition qu’elle prouve avoir porté plainte auprès du procureur de la République.

Accord d’application n°15, chapitre B, §3

Démissions d’un contrat aidé pour un emploi durable ou une formation

Les titulaires des contrats suivants peuvent légitimement démissionner pour occuper un emploi durable (CDI ou CDD d’au moins 6 mois) ou commencer une formation qualifiante : contrat initiative-emploi (CIE) à durée déterminée, contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE), contrat d’avenir (CA) ou contrat insertion-revenu minimum d’activité (CIRMA).

Pour les titulaires d’un contrat emploi-solidarité ou d’un contrat d’insertion par l’activité, d’un contrat emploi jeunes, la démission est considérée comme légitime si elle a lieu pour occuper un nouvel emploi ou faire une formation, sans plus de précisions.

Accord d’application n°15, chapitre A, §2

Démission liée à certains problèmes dans le cadre du travail

On peut démissionner en cas de non paiement des salaires, à condition d’avoir une ordonnance de référé allouant une provision de sommes correspondant à des arriérés de salaires. Il faut donc avoir le résultat de cette procédure juridique avant de démissionner.

Accord d’application n°15, chapitre B, §1

Si un salarié s’estime victime d’un acte délictueux dans le cadre de l’éxécution de son contrat de travail, et à condition de prouver qu’une plainte a été déposée auprès du procureur de la république, il est en droit de démissionner.

Accord d’application n°15, chapitre B, §2

Et si ma démission n’est pas légitime aux yeux de l’Assedic ?

Dans ce cas, l’Assedic refusera de vous indemniser. Mais après un délai de 121 jours, vous pourrez saisir la commission paritaire de l’Assedic (composée de représentants du patronat et des syndicats). Ce qui compte dans cette commission, c’est de prouver qu’on a bien cherché du boulot et fait des efforts de reclassement pendant ces 4 mois... et que si on est toujours au chômage, ce n’est vraiment pas de notre faute. Le dossier de réexamen par la commission paritaire est donc important, et doit être assorti du plus de justificatifs possibles.

La décision d’accorder les allocations 121 jours après une démission n’est pas automatique, et un refus ne peut être contesté légalement, il s’agit d’un pouvoir discrétionnaire...

Dans tous les cas

Vous pensez que l’Assedic n’a pas respecté vos droits, vous n’y comprenez plus rien, vous voulez en discuter ? N’hésitez pas à nous contacter, ou à nous envoyer un témoignage qui peut permettre d’éclairer d’autres précaires.

P.-S.

Dernière convention en vigueur :

http://www.unedic.org/Juridique/Nou...

795 Messages de forum

  • Bonjour,

    J’ai démissionné d’un contrat CAE (Accompagnement dans l’Emploi) dans l’optique de reprendre un contrat CDI quelques jours plus tard. Ce contrat CDI ne couvrant pas pour l’instant un nombre d’heures suffisant pour assurer une rémunération correcte, j’étais contrainte de me réinscrire comme demandeuse d’emploi pour obtenir un complément comme cela m’a été indiqué au cours des deux mois précédents par certains personnels de l’Assedic que j’ai contactés préalablement par téléphone.

    L’article 4 du règlement général annexé à la Convention du 18 janvier 2006 précise :
    « Les salariés privés d’emploi justifiant de l’une des périodes d’affiliation prévues à l’article 3 doivent :
    e) n’avoir pas quitté volontairement, sauf cas prévus par un accord d’application, leur dernière activité professionnelle salariée, ou une activité professionnelle salariée autre que la dernière dès lors que, depuis le départ volontaire, il ne peut être justifié d’une période d’affiliation d’au moins 91 jours ou d’une période de travail d’au moins 455 heures ; »

    Or mon dossier répond à priori à l’exception indiquée : « sauf cas prévus par un accord d’application ».
    En effet, l’Accord d’application n°15 du 18 janvier 2006 auquel il est fait référence dans le règlement général annexé à la convention du 18 janvier 2006, précise les cas de démission considérés comme légitimes, et au paragraphe 2 de son chapitre A, on peut lire :
    « Est réputée légitime, la rupture à l’initiative du salarié, d’un contrat emploi-solidarité ou d’un contrat d’insertion par l’activité, d’un contrat emploi jeunes pour exercer un nouvel emploi ou pour suivre une action de formation.
    Est également réputée légitime, la rupture à l’initiative du salarié d’un contrat initiative-emploi (CIE) à durée déterminée, d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE), d’un contrat d’avenir (CA) ou d’un contrat insertion-revenu minimum d’activité (CIRMA) pour exercer un emploi sous contrat de travail à durée déterminée d’au moins 6 mois ou sous contrat de travail à durée indéterminée ou pour suivre une action de formation qualifiante au sens des 4 premiers alinéas de l’article L. 900-3 du code de travail. »

    L’objectif de cet accord d’application pour les contrats d’Accompagnement dans l’Emploi (entre autres contrats aidés) est à priori de favoriser le retour à un emploi durable de type CDI par exemple, les contrats CAE étant des emplois précaires. Il fait exception à l’article 4 du règlement général, dans cette optique me semble-t-il. Les contrats CAE permettent par ailleurs de démissionner à tout moment, et sans préavis (ce qui n’a pas été mon cas par respect pour l’employeur).

    Après m’être inscrite, j’ai eu une première réponse de l’Assedic m’indiquant que j’avais démissionné et ne pouvais donc prétendre à l’ARE.
    Je les ai recontactés par téléphone et ai eu des réponses différentes à chaque fois. J’ai alors envoyé un premier et un second courrier. J’ai encore eu des réponses différentes, avec une interprétation des articles de l’accord d’application cités plus haut :

    Premier courrier de réponse :
    « Nous avons examiné votre demande d’allocation de chômage. Nous ne pouvons lui accorder de suite favorable compte-tenu du fait que vous avez quitté volontairement :
    -  votre dernière activité professionnelle salariée,
    -  ou une activité autre que la dernière, sans pouvoir justifier de 91 jours ou 455 heures de travail depuis votre départ volontaire (article 4e du règlement de l’assurance chômage)."

    Second courrier : « Je dois vous préciser qu’est réputée légitime, dès lors qu’elle n’a pas donné lieu à une inscription comme demandeur d’emploi, la rupture d’un CAE à l’initiative d’un salarié pour reprendre un contrat de travail à durée indéterminée ou à durée déterminée d’au moins 6 mois ».

    J’ai évidemment répondu courtoisement à chacun de ces courriers en indiquant les textes réels et depuis c’est le silence total depuis un mois 1/2.

    Les responsables Assedic qui ont répondu ont visiblement cherché à adapter les textes qui se trouvent pourtant publiés très clairement sur leur site, pour ne pas apporter de réponse positive.

    Quelle démarche dois-je maintenant entamer ? Envoyer un courrier recommandé aux deux personnes responsables auxquelles mes deux courriers de réponse ont été envoyés ?

    Vous remerciant par avance pour votre réponse,

    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Bonjour !

      Ce n’est pas la première fois qu’à AC ! nous sommes confrontés à des textes ou des interprétations contradictoires de l’Assedic, notamment en cas de démission.

      Contactez-nous par mail, on ne peut pas répondre de manière générale...

      Répondre à ce message

      • bonjour je suis une maman vivant seul avec mon enfant de 5ans je travail en cdi depuis octobre 2006 mais mes patrons ne veulent pas changer mes horaires par rapport a mon enfants je n arrive pas a payer ma nounou et le loyer etc...je n y arrive pas point de vue argent.donc j aimerai quitter mon travail pour en trouver un autre pour l instant je n ai rien mais je peux plus vivre j ai la corde au cou mon salaire y passe pour la nounou la cantine etc...si je demissionne ai je droit a quelque chose le temps que je retrouve un autre travail ?
        merci de vos reponses cordialement

        Répondre à ce message

        • Que vos conditions de travail ne vous permettent pas de vivre, l’Assédic s’en fiche : ce n’est pas un motif de démission reconnu légitime. Nous n’arrêtons pas de le dire sur ce forum : ne démissionnez pas, imposez vos souhaits à vos patrons ou faites vous licencier !

          Vos patrons ne veulent pas changer vos horaires pour que vous puissiez économiser les frais de nourrice ? Venez au travail avec votre enfant ou pratiquez les horaires qui vous conviennent.

          Essayez de voir si d’autres personnes sont dans votre cas pour faire une action collective.

          Répondre à ce message

          • j’ai un cdi de 12 HEURES PAR SEMAINES SI JE TROUVE UN CDI ET QUE PENDANT LA PERIODE D’essai cela n’est pas concluant ai je droit à l’allocation chomage

            Répondre à ce message

            • bonjour,

              j’ai etait licencié au bout de 6ans d’ancienneté pour raison economique au mois de decembre et etait en congé de reclassement jusqu’a ce que je le casse pour avoir trouvé un poste d’aide a domicile depuis le 24 avril, petit problème aujourd’hui ce poste ne me convient pas au niveau salaire et je recherche a faire une formation pour obtenir mon bep sanitaire et social, et devenir aide soignante !!
              puis je démissionner légitimement de mon poste d’aide a domicile et percevoir le chomage et obtenir une formation ???
              par avance merci, assez urgent !!!

              Répondre à ce message

            • Bonsoir, C’est une très bone question, ayant le même probleme, j’aimerais bien avoir également une réponse.
              Je suis actuellement avec un 30h et très mal payé et je viens de recevoir une promesse d’embauche avec un salaire et un poste plus interressant pour moi. Mais j’ai peur de démissionner (car mes patrons refusent la rupture conventionnelle) et de n’avoir droit a rien si toutefois ca ne fonctionne pas !!!
              Alors je c’est que ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, mais avec des enfants a chargent je ne peux pas faire n’importe quoi !!!

              Merci de vos réponse

              Répondre à ce message

              • Mais bon sang ! Ce n’est pas compliqué de se faire licencier pour faute !

                Répondre à ce message

              • Vous êtes en CDI, donc vous serez en admission pour Pôle Emploi si votre nouveau contrat se termine à la période d’essai ; et votre démission vous reviendra en pleine figure car pour qu’elle soit légitime, c’est très compliqué.

                - vous devez avoir trois ans d’affiliation avant votre démission (trois ans d’ancienneté, ou trois ans de travail sans une seule interruption)

                - il faut que ce soit l’employeur qui casse le nouveau contrat avant 91 jours (passé ce délai, la démission n’est pas reconnue légitime et aucune indemnité)

                Donc, si vous n’avez pas trois ans d’affiliation, vous n’aurez pas d’indemnité si la période d’essai du nouvel emploi est rompue.

                Attention, dans tous les cas, si la rupture de la période d’essai est à l’initiative du salarié, aucune indemnité.

                Et ne comptez pas sur un "abandon de poste" pour pousser votre employeur à vous licencier pour faute. Il peut vous avoir à l’usure et vous laisser pendant des mois sans salaire.

                Répondre à ce message

          • j’ai vu ce site et j aimerai savoir cela fais 4 ans que je passe les concours d’aide soignante ,
            je suis en cdd jusken fevrier , elle ma di kel me liberai kel me ferai une fin de contrat avancé !!!
            la formation commence en janvier , j ai touhjour travailler en interim pendant 3 ans , la je suis en cdd depuis septembre !!
            es ce ke une rupture de contrat de cdd pour une formation pour finir par un cdi , peu etre un motif reconnu legitime par les assedic pour percevoir une aide , car sans aide je peu pas faire la formation ,
            4 ans que j essaye ces concours aujourdui tout s ouvre a moi et je me rend compte ke tout peu s ecrouler si les assedic ne peuvent pas m aider
            es ce ke vous pouvez me repondre svpp rapidemen sur ce mail
            en vous remercian a la vance

            jbmathon@orange.fr

            Répondre à ce message

          • NE DÉMISSIONNER PAS MOI J’aie fait cette expérience
            dans le même cas que vous je me suis retrouver sans rien assedic et rmi
            seule avec un enfant de 3 ans pendant 3mois j’aie obetnue un secours de 640 FRANCS A CETTE EPOQUE

            Répondre à ce message

            • bonjour,
              j’ai démissionné pour suivre mon conjoint mais sans se marier à l époque , depuis 17 ans sans emploi et mère de 2 enfants je suis restée mère au foyer, je n’ai jamais rien eu et n’ont jamais voulu rien savoir car j’ai quitté mon emploi volontairement,mais aujourd’hui je vais m’inscrire pour le retour à l’emploi, je voudrai savoir si j’ai toujours les capacités de reprendre un travail depuis 17 ans sans profession ? et je te donne raison ne jamais démissionné,c’est vrai,on te laisse dans le brin et en plus , avec plein de réflexion dans la figure. pas du tout sympa.

              Répondre à ce message

              • Ne vous inquiétez, il y a plein d’emplois pour les gens qui n’ont pas de qualification ou qui n’ont pas travaillé depuis longtemps ; mais ne comptez pas sur du temps plein, faut pas rêver à ce point.

                - employée de propreté (femme de ménage)
                - aide à domicile
                - auxiliaire de vie, plutôt pour les personnes âgées et handicapées
                - etc etc

                Vous aurez la joie d’avoir des horaires morcelés inadaptés à votre vie de famille, de vous balader sans cesse d’un point à l’autre de votre commune (véhicule personnel exigé !), etc etc.

                Le tout payé au Smic horaire, avec le moins d’heures possibles pour ne pas trop vous payer quand même, on n’a pas dit que vous devez vivre confortablement avec votre salaire. Et attention aux travail de nuit dans les métiers d’auxiliaire de vie, c’est un forfait pour la nuit pas le Smic horaire pour le nombre d’heures effectuées (eh oui, vous êtes censé veiller la personne donc vous ne travaillez pas vraiment !).

                Répondre à ce message

          • bonjour je suis dans le meme cas que toi j’ai un enfant ma nourrice me revien chers mes heur ne son pas fixe et mon patron refuse de me licenciée j’ai tout fais les retard les absence sans justification mais rien il ne veut pas je suis aide a domicile et ce boulot est dure niveau horaire car elle son pas fix defois je travail pas et niveau financement jai du mal a payer le lyer etc donc si quelq un a une solution sa serais super et bon courage a toi aussi

            Répondre à ce message

            • CDD ou CDI ?

              CDD, prenez votre mal en patience comme on dit et refusez un renouvellement.

              CDI, proposez une rupture conventionnelle, c’est plus soft qu’un licenciement.

              Mais si votre employeur refuse de licencier alors que vous avez tout fait pour, c’est soit pour vous ennuyer, soit pour ne pas payer les indemnités, soit parce que c’est trop de paperasse, il risque alors de refuser la rupture conventionnelle.

              Une démission parce que la nourrice coûte cher ne passe pas chez Pôle Emploi, de plus, cela veut dire que vous êtes indisponible pour travailler. Donc aucune indemnité.

              Quand vous avez signé votre contrat, tout ceci devait être indiqué dedans. Vous deviez donc savoir que les horaires ne sont pas fixes et que vous auriez de grosses dépenses de nourrice.

              Répondre à ce message

          • bonsoir, je travaille dans une boite depuis octobre 2010 et en cdi dans la meme boite depuis fevrier 2011. Mon problème est que j’ai 2 enfants, un est à la crèche et l’autre à l’école . Les horaires (crèche et école) ne corésponde pas aux horaires de mon travail, je n’y arrive plus pour moi c la course tout les jours. J’ai demander a mon employeur de changer mon contrat de passer mon temps complet a temps partiel, en lui expliquant que se serait plus simple pour moi car je n’est personne pour ramener mon enfant a l’école et le récuperer et pour récuperer mon autre enfant a la creche. Mon employeur a refuser ma demande tout en me disant poliment et gentillement que ce n’étais pas sont problème. Donc je pense a démissioner mais est ce que cela est une démissions légitimes ouvrant a des droits allocations chomages, merci de m’aider a trouver une solution car je ne sais plus comment faire. Merci de me répondre le plus rapidement possible

            Répondre à ce message

          • Mon mari change d’emploi dans une autre région et je suis actuellement en CDI
            Ai je droit au chômage si je démissionne pour le suivre

            Répondre à ce message

          • BONJOUR NOUSAVONS LE MEME PROBLEME AVEC MON CONJOINT QUIEST TRANSPORTEUR ET N A PAS D HORAIRE MOI TRAVAILLANT D HORAIRE D EQUIPE ON PAYE CHER DE NOUNOU DE PLUS MON CONJOINT ET A TEMPS PARTIEL.LE MIEUX C EST D OBLIGER VOS HORAIRES A VOS PATRON ET ILS VONT VITE SE LASSES C EST CE QU ON A FAIT ET ILS ONT TROUVES UN ACCORD ALLAMIABLE IL FAUT FAIRE UNE RUPTURE CONVENTIONNELLE ET VOUS NE PERDREZ PAS VOS DROITS

            Répondre à ce message

          • Et quand on et militaire depuis 8ans et co. Veux arrêté exque j’aurais le droit au assedic ??

            Répondre à ce message

        • bonjour je suis au rsa activité et travail 87h par mois dans une associassion d aide a domicile.je vie avec ma fille de 9ans. J ai débuté cet emploi en cdd du 11/07/2011 au 31/08/2011 avec un contrat.Depuis ce jour je travai sans avoir signé un nouveau contrat.nous sommes le 26/03/2012.Le père de ma fille et moi comptons vivre maritalement dés le 20/06/2012.nous avons signé un bail aux 2 noms de notre futur foyer.mon conjoin y réside déja et je dois le rejoindre.C EST A 60KM DE MON LIEU DE TRAVAIL ;si je démissionne aurai je droit aux allocations assédics

          Répondre à ce message

          • Mais ce n’est pas possible, vous ne pouvez pas lire l’article au-dessus !! Faut vous faire du copier/coller de l’article ??

            Démission légitime ouvrant droit à l’indemnisation :

            - d’une personne qui suit son conjoint, si celui-ci est muté, a trouvé du boulot dans une autre région ou a changé d’employeur. Il faut simplement prouvé la vie commune.

            - d’une personne qui vient de se marier ou de conclure un PACS (pacte civil de solidarité) et de ce fait déménage, à condition qu’il n’y ait pas plus de 2 mois entre la fin de l’activité salariée et le mariage ou le PACS.

            Si vous n’entrez pas là-dedans, c’est aucune indemnisation.

            Vu que vous n’avez pas de contrat écrit, vous êtes en CDI. Demandez une rupture conventionnelle à votre employeur. Et surtout ne signez pas de contrat maintenant ! vos bulletins de salaire attestent de votre CDI.

            Répondre à ce message

      • bonjour etant assistante maternelle j ai etait en congé maternité a partir de janvier 2004 donc les enfants que je gardai avaient 3 ans et demi et 2 ans et demi .mon congé maternité c est fini debut aout 2004 donc les enfants sont rentré a l ecole puisq ul avait l age et ensuite j ai pris mon congé parental de trois ans qui ce terminai le 30 mars 2007 .donbc le premier avril je me suis inscrite au assedic .je viens d avoir une reponse il ne m imdemnise pas car il dise que j ai demissioné et un papaz a fait une erreur sur l attestation d assedic il a marqué demission pour cause de maternité et l autre parent a marqué arret de contrat pour cause de maternité mais en auqun cas j ai demissioné .les enfants ayant grandis il n avait plus besoin de moi .les parents on eu beaucoup de mal a rempliur les attestation assedic.a quel droit puije pretendre ? FAUT IL QUE JE REFASSE APPEL , ?OU DEMAZNDER UNE ATTESTATION DES PARENTS ECRITE POUR DIRE QUE JE N AI PAS DEMISSIONER ?MERCI D AVANCE

        Répondre à ce message

      • Bonjour,
        Mon beau fils à démissionner de son travail du fait qu’il ne s’entendait plus avec son patron et que c’était la seule alternative pour éviter que les choses tournent très mal. Il a été examiné par un médecin qui a été obligé de le mettre sous antidépresseur. Durant son emploi il a été en cours du soir durant deux ans et il a enfin obtenu son diplôme. Comment se fait-il qu’après 121 jours il n’ait pu obtenir l’allocation chômage. Il avait également demandé à suivre une formation en informatique ce qui lui a été refusée.
        Merci de votre réponse.

        Répondre à ce message

      • Bonsoir,
        J’aimerai un renseignement, je n’ai pas bien compris cette phrase : " si un chomeur reprend un boulot sans avoir épuisé ses allocations chômage et qu’il démissionne avant d’avoir ouvert de nouveaux droits ( avoir travaillé moins de 6 mois ou moins de 910 h ), l’Assédic doit reprendre le versement de ses anciens droits. "
        Est ce que cet accord s’applique dans le cas d’une personne ayant travaillé plus que 6 mois ou plus que 910 h mais n’ayant encore pas bénéficié de ses nouveaux droits pour cause d’anciens droits pas encore épuisés ?
        Merci beaucoup pour votre aide.

        Répondre à ce message

        • De ce que j’ai compris de la règlementation Assedic, cet accord ne s’applique QUE si on n’a pas ouvert de nouveaux droits.

          Si on a travaillé au minimum 6 mois ou 910h, sans avoir au préalable épuisé ses allocations, l’Assedic fait un super calcul, que je vais essayer de résumer.
          Elle calcule les nouveaux droits (indemnité journalière x nombre de jours d’indemnisation=total des nouveaux droits, en euros)
          Elle compare la somme globale des nouveaux droits à la somme qu’il reste des anciens droit et prend la plus élevée.
          L’Assedic divise cette somme par le taux journalier le plus élevé, afin d’obtenir le nombre de jours d’indemnisation.

          Mais pour tous les cas un peu complexes (intérim et autres emplois relevant d’annexes spécifiques, cumul d’emplois à temps partiel), on peut ne pas avoir épuisé ses droits, avoir bossé assez pour ouvrir de nouveaux droits... et se retrouver sans rien parce qu’on ne remplit pas une autre condition (dans les dates, les plafonds de ressources en cas d’emplois multiples dont certains sont conservés, voir en lien un exemple de ce genre de situation ...).

          Nous vous laissons tirer vos conclusions...

          Voir en ligne : Chômeurs indemnisés en activité réduite : allocations précaires et trop perçus à l’Assedic

          Répondre à ce message

          • Assedic : anciens et nouveaux droits aux allocations 14 octobre 2009 18:40, par sandra

            bonjour. enfaite j’ai demissionnée de mon CDI en restauration il y a 3mois. avant ca j’ai demissionner d’un CDI également. le cumul de ces 2 derniers emplois correspond a un total de 10 mois et 1400h de travail. auparavant j’ai percus 1mois de chomage en 2007. est ce que je suis en droits de toucher le chomage. ca serait genial d’avoir une reponse. merci beaucoup d’avance

            Répondre à ce message

          • Assedic : anciens et nouveaux droits aux allocations 18 février 2010 16:44, par gatignol

            tout d abors bonjour j aimerais savoir si l assedic a le droit de m interrompre mes allocations durant mon nouveau dossier pour ouvrir mes droit en sachant que je travaille en interim depuis 3 ans en cumulant environ 3000 h je pensais que mes indemnitées chomage ne s interromperais pas entre la date butoir et le calcul de mes nouveau droit . En vous remerciant par avance de l attention que vous porterez a ma question je vous remerci .

            Répondre à ce message

            • Assedic : anciens et nouveaux droits aux allocations 20 septembre 2010 16:15, par Monyck

              En chomage avec 783 jours de droits restants, j’ai accepté un CDI .
              Il y a 8 mois que je retravaille et je viens de signer une rupture conventionnelle du contrat de travail. Est-ce que je vais repartir sur un nouveau calcul où je perds presque 500 jours ou vont-ils me rendre mes anciens droits ? J’ai plus de 55 ans.
              Merci pour votre réponse.

              Répondre à ce message

          • Bonjour,

            J’ai travaillé durant 18 mois puis mon cdd s’est terminé. J’avais donc ouvert des droits. J’ai touché des allocations pendant 6 mois puisJ’ai retrouvé du travail, un cdd de 8 mois. J’ai tout de suite enchainé avec un cdi mais j’ai démissionné 15 jours après, pendant ma période d’essai. Mes allocations reprendront-elles ? Merci

            Répondre à ce message

        • urgent : demission pour CDI 27 janvier 09:35, par savshe

          Bonjour

          J’ai demissionne de mon precedent CDI pour un autre CDI au bout de deux ans et 9 mois et on me dit que je n’ai pas le droit au chomage meme si mon employeur actuel met fin a la periode d’essai, il me manqué 3 mois j’ai tout de meme cotise 33 mois que faire svp ??

          Sa

          Répondre à ce message

      • bonjour
        j ai demissionné de mon boulot et apres 121 jours les assedic m ont accordé une indemnisation sur 365 jours
        pourtant je compte 30 mois de travail sur les 36 derniers mois
        a combien de jours pourrais je avoir droit
        merci de votre reponse

        Répondre à ce message

      • Bonjour, j’ai travaillé 15 ans en tant que gestionnaire commerciale au Luxembourg. J’ai 2 enfants de 3 et 12 ans. J’avais une nourrice agréée depuis 11 ans et celle-ci a quitté la region.Je n’ai malheureusement pas trouvé de nourrice aprés 5 mois de recherche et mon patron ,satisfait de mes services n’a pas voulu me licencier car motif non recevable. J’ai donc donné ma demission. Je n’ai par conséquent pas touché d’allocations chômage depuis ma cessation d’activités( soit 9 mois). Ayant à ce jour régler le problème de leurs gardes( ça à comme même pris de mai 2007 à mars 2008 !!!),je suis activement à la recherche d’un emploi... Y a t-il un moyen pour percevoir une indemnité ?
        D’avance merci pour votre aide.

        Calopato

        Répondre à ce message

      • Bonjour,
        Je me permets de vous contacter car j’ai integrer mon entreprise en Fevrier 2006 pour un poste de magasinier en CDI, en avril 2008 le responsable logistique s’est mis en congés longue maladie, ma direction ma donc imposé d’assumer son poste depuis cette date.
        J’aimerais savoir si je suis dans un cas de demission legitime me donnant droit aux allocations chomage, si a son retour de congés maladie je demissione pour ne pas regresser sur mon ancien poste étant donné que je perds le benefice de ma promotion et que j’eprouve le desir de continuer sur un poste à responsabilité.
        Merci de me donner une réponse.
        Bien cordialement

        Répondre à ce message

      • bonjourj ai travaille durant 2 ans dans une entreprise pour un cdi a 26 hures et 54 km de chez moi aller et retour j ai eu l opportunité d obtenir un autre emploi avec
        un poste plus élévé
        un contrat plus important 35 heures
        plus pres de chez moi 8 km aller et retour
        et celà avec un cdi signé de suite sans le vouloir et en faisant un gros effort j ai démissionné de mon poste pour harcelement is à vis de ma supérieure et j ai porté plainte.je me suis vu refué les allocations chomages même en commissions paritaires et croyez moi mon dossier de demande et de recherches d emploi était solide.le plus bizarre c et qu au bout des jours d attente légaux soi 140 jours je crois il n avait pas passit mon dossier qui n est passé que 3 mois plus tard .que faire pour refaire une demande merci car franchement j ai un gros doute sur la façon sur les études de dossier et je suis prete a defendre le mien merci

        Répondre à ce message

      • Bonjour je voudrais savoir si je pe prétendre a une alloc chomage,
        car mon maris viens d’etre embauché sur paris.
        JE TRAVAIL EN CDI DEPUIS 6 ANS, donc pour le rejoindre jdois donner ma dem’ voila merci de votre réponse

        Répondre à ce message

      • Bonjour, j’aimerai que vous m aidiez , je vous explique ma situation, j’ai emmenagé il y a 1 an sur paris avec mon concubin, j’ai trouvé un cdi sur paris, mon concubin m’a mise a la porte de chez lui il y a 2mois avec mes 2 enfants on s’est retrouvés dehors sans famille sur paris, je suis donc revenu dans ma region natale st quentin 02100 , mon employeur ne veut pas faire uen rupture de contrat, pouvez vous me dire si je peux rentrer dans la demission legitime car les assedic me dise que non , mais je me retrouve quand meme dans une situation d urgence,de plus actuellement je susi en arret maladie pour une hernie discale donc mon employeur ne peut pas me licensier ? que puis je faire ?

        Répondre à ce message

        • Vous ne pouvez effectivement pas être considérée en situation de démission légitime, mais l’employeur devrait pouvoir vous licencier pour inaptitude médicale au poste de travail.

          Demandez une visite de pré-reprise au médecin du travail afin d’obtenir une poursuite de la suspension du contrat, qui devrait permettre à l’employeur d’engager la procédure de licenciement.

          Ensuite, une fois votre hernie discale traitée, vous pourrez vous inscrire au Pôle Emploi de votre nouvelle résidence.

          AC ! 54

          Répondre à ce message

      • Bonjour,

        J’aimerai avoir une information j’ai démissionné d’un CDI pendant ma période d’essai pour un cdd de 3 semaines qui correspondait plus à mes attentes (et qui pouvait deboucher par la suite sur un CDI).
        J’ai donc fait mon dossier assedic qui m’ont envoyé un document confirmant que j’avais droit aux allocations j’ai eu un premier versment et aujourd’hui il me dise que je ne peux plus être indemnisé suite à ma démission donc je ne comprends plus rien et souhaiterai connaitre les recours possibles pour toucher mon mois de chomage que je n’ai pas eu.
        Merci de votre réponse

        Répondre à ce message

        • Ne me dites pas que vous avez écrit noir sur blanc dans une lettre à votre employeur que vous démissionniez de votre période d’essai !!

          Pour la énième fois, on ne démissionne pas d’une période d’essai ! une période d’essai peut être rompue à l’initiative du salarié ou de l’employeur, et la notification écrite doit porter la mention "rupture de la période d’essai", surtout pas "démission".

          Déjà que certains Pôle Emploi s’arrogent le droit de transformer toute rupture du contrat de travail à l’initiative du salarié comme une démission, alors ne faites pas la bêtise de tout mélanger.

          Et je suppose que le CDD n’a débouché sur rien.

          Répondre à ce message

      • j ais demissionais pour un emploie
        qui prevoiyer 3 mois d essais
        le patron me licencie3 jours apres
        vais je toucher le chomage

        Répondre à ce message

      • bonjour
        j’envisage de déménager car étant dans un logement insalubre depuis 3 ans je vient d’avoir un bébé,je suis asthmatique et je craint pour mon enfant, moisissure,cafard,...etc
        ne touchant que 900e je paye un loyer de 600e car a l’époque ou g pris le logement je touchais 1500e et le propriétaire a été compréhensif pour me faire louer l’appartement,maintenant pour me trouver un autre logement je dois fournir 3 fois le montant du loyer puis avoir un garant solidaire chose que je n’ai pas,a la mairie et assistante sociale on me dit que je dois être inscrit depuis 3 ans et je ne suis inscrit que depuis ma grossesse !
        mon frère me propose de déménager chez lui en Alsace donc je dois quitter mon travaille le plus vite car il est a l’armée et va partir bientôt en mission !
        ma question est , pour cette cause ai-je droit a l’allocation chômage si je démissionne ??Merci d’avance pour vos éclaircissement

        Répondre à ce message

      • bonjours, moi mon soucis c est : mes patrons divorces,sa fait 2ans et demi que je suis embauché,deja l ambiance ,mais en plus ils vende la boulangerie,et ils signe le compromis le 4 janvier,est ce que j ai le droit de demmissionner !!!,en plus jai 52 ans et je porte toujours des sacs de farine de 50kg,j ai un doute

        Répondre à ce message

      • mon ami a démisssioné de son boulot aprés cinq ans de travail cause salaire trés bas, mauvaises condition de travail, horaire ensurnombres et heures supplementaires non renumérés, presssion etc....
        quel sont ses droits ?????
        Qu’en est il d’une formation ?????
        Qui peux t on contacter ??????
        ETC.....

        Répondre à ce message

      • Bonjour,

        J’ai 22ans, et actuellement en CDI depuis 2ans sur un poste a 1h30 de mon domicile.
        Contrainte à prendre un appartement sur mon lieu de travail, en zone frontalière à tarif élevé, je ne peux plus m’en sortir financièrement, devant payer des charges importantes pour l’appartement et les trajets puisque je rentre à mon domicile tous les weekends.
        J’ai également un conjoint et on est donc contraint de vivre séparé la semaine.
        Ma situation étant devenue compliquée et difficile à vivre pour moi, de part l’éloignement, de part des promesses non tenues de mon employeur et de part des soucis financiers qui se creusent, je réfléchis de plus en plus à démissionner, mon employeur me poussant à le faire.
        Cependant, dans mon cas, aurait-je le droit aux allocations chomage ? Puisque si je démissionne, c’est pour retourner vivre à mon domicile principal, et donc avec mon conjoint ?

        Merci d’avance pour l’aide que vous pourrez m’apporter,

        cordialement,

        Répondre à ce message

    • Bonsoir

      Franchement quand l’assedic commence à répondre de cette manière, c’est qu’ils n’ont de toute façon pas l’intention d’indemniser et de faire durer.

      Question bête : êtes vous sûre de ne pas dépendre de l’auto assurance et pas de l’assedic

      voir l’article CAE cherche allocations chômage desespérément dans chroniques de l’arbitraire pour avoir une idée de la complexité du bordel.

      Sinon de quelle région et département êtes vous ?

      Vous pouvez aussi nous appeler au 01 40 09 27 49 en semaine , on peut causer soit d’un courrier d’ac pour appuyer votre demande soit d’une action collective si il y a un collectif près de chez vous

      Répondre à ce message

    • bonjour,
      je suis obligé de démissionner car suite a une maladie du dos,je ne pourrais plus temporairement exercer mon travail
      je voudrais savoir si je pourrais toucher des allocations ?
      merci

      Répondre à ce message

      • Mais mon pauvre, si vous démissionnez, comment toucherez-vous des indemnités maladie ?
        Quand on a un boulot incompatible avec son état de santé, on va voir le médecin, on ne démissionne pas !

        Le médecin constatera votre incapacité.

        Le patron vous fera sans doute examiner par le médecin du travail.

        A partir de là, soit le patron vous proposera un poste compatible avec votre état de santé, soit il vous licenciera et vous pourrez vous inscrire au chômage.
        Sinon, vous ne percevrez aucune allocation.

        Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Je suis très intéressé de savoir ce qu’il en est de votre démarche. En effet ma femme est en contrat emploi jeune qui se termine début Décembre. L’organisme qui l’emploie ne se prononce pas quant à savoir s’il lui proposera un autre contrat.
      Une autre société lui propose un CDI à mi-temps. Avant de prendre notre décision qui serait de démissionner de son contrat emploi jeune pour un CDI à mi-temps, nous aimerions savoir si ma femme serait susceptible d’avoir droit à une indemnisation sur son mi-temps chômé.
      Connaissant l’article 15 rendant légitime la démission d’un contrat emploi jeune pour un autre contrat, nous avions téléphoné à l’ASSEDIC qui nous a clairement dit que nous aurions droit à rien et sans nous donner aucune explication sur ce fameux article 15. L’opérateur nous a seulement expliqué qu’un CDI à mi-temps est plus précaire qu’un contrat emploi jeunes à plein temps (il serait intéressant de connaître l’échelle définissant le niveau de précarité en fonction du type de contrat que semble avoir mis en place l’ASSEDIC).
      N’étant pas convaincus par la réponse faite par téléphone, nous avons également posé cette même question par mél. La réponse se fait attendre alors que nous les relancons régulièrement et que l’ASSEDIC s’engage à répondre sous 48 h.

      Merci d’avance pour toute explication puisque nous ne pouvons pas compter sur l’ASSEDIC.

      Répondre à ce message

    • bonjour !
      Je vois que vos proposez votre aide sur le forum... Je suis dans une situation un peu delicate : mon employeur m’a fait miroiter plein de choses, et me propose aujourd’hui un CDI dans un poste qui ne me plait absolument pas, pas enrichissant, etc...
      Bref, je voulais savoir si vous pensiez que j’avais droit aux allocations chomage, car je me dis que l’ANPE pourrait m’orienter dans un projet de formation (j’ai 25 ans), mais j’ai besoin de payer mon loyer.
      J’ai travaillé de 2004 a 2006, mais ai demissionné, puis intérim d’octobre 2006 a mars 2007, ensuite j’ai fait 1 mois d’essai que j’ai quitté de ma propre volonté, et j’arive à la fin d’un CDD d’un mois.
      Mes 2 demissions vont surement pencher dans le mauvais sens ???
      Je vous remercie de votre aide et de savoir etre l’ange gardien de bc d’internautes... le monde du travail est parfois tellement déprimant et compliqué....
      merci
      charlotte

      Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Je viens faire appel à votre connaissance concernant une situation un peu complexe...enfin pour moi en tout cas...

      En septembre 2007, j’eatis au chomage, suite a un demenagement. Je suis assistante maternelle. Mes droits on été calculés sur mes emplois precedents, droits pendant 22 mois. En fevrier je retrouve un 1er contrat, (qui se terminera fin juin par liscenciement, les parents demenagent). En avril, un deuxieme. Je touche donc encore un complement assedics.
      La ou ça se complique, c’est qu’etant au chomage, j’avais postulé pour la ratp, qui m’a finalement convoqué...j’ai eu les premiers tests...dans le cas ou je reussirais la suite, il y a ambauche..avec condition d’obtention du permis (donc maxi 2 mois) si au bout le permis n’est pas validé, le contrat est rompu. Sachant que pour pouvoir partir en formation, c’est moi qui mettrait fin a mon 2è contrat...je voulais donc savoir, si le fait d’etre embauchée ...et liscenciée(au cas ou) au bout de 2 mois...je pourrais repretendre a mes allocations chomage si pour le contrat d’avant etait une demission...et basée sur quoi ?

      en esperant avoir été claire...merci de votre aide

      Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Je suis actuellement en cdi a nice et mon ami en cdi a monaco, nous vivons ensemble depuis trois ans et on voudrait déménager pour se rapprocher de son lieu de travail. Je n’ai pas le permis de conduire et les horaires de train ne sont pas compatibles avec mes horaires de travail, je voulais savoir en cas dde démission si je percevrais des allocations chomage le temps de retrouver un emploi ?
      Merci.

      Répondre à ce message

    • bonjour
      j’ai actuellement un cdi sur amiens
      je me suis pacsé le 11 août 2010
      mon conjoint est militaire et travaille à thionville
      pour se pacsé on a certifié sur l’honneur qu’il habitait avec moi chez mes parents alors qu’ il habite en fait a la caserne à thionville
      je voudrai le rejoindre mais mon patron ne voulant pas me licencié ni me faire une rupture conventionnelle je suis dans l’obligation de demissionner
      de ce fait est ce que je vais toucher les assedics
      il faut peut etre qu’il envoi du courier chez moi pour leur prouver qu’il habite bien ici
      dans l’attente de votre reponse
      merci

      Répondre à ce message

      • Il est trop tard pour qu’une démission soit considérée comme légitime et ouvre droit aux indemnités de chômage suite à la conclusion du PACS :


        Est légitime la démission du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d’un pacte civil de solidarité entraînant un changement de lieu de résidence de l’intéressé, dès lors que moins de 2 mois s’écoulent entre la date de la fin de l’emploi et la date du mariage ou de la conclusion du pacte civil de solidarité.

        Il faudrait pouvoir invoquer une mutation de votre conjoint :

        Est légitime la démission du salarié qui rompt son contrat de travail pour suivre son conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi.

        Le nouvel emploi peut notamment être occupé à la suite d’une mutation au sein d’une entreprise ;il peut être la conséquence d’un changement d’employeur décidé par l’intéressé ;il peut correspondre à l’entrée dans une nouvelle entreprise par un travailleur qui était antérieurement privé d’activité.

        Répondre à ce message

    • bonjour jai 27 ans et un enfant de 7 ans que j’élève seule. je travaille depuis 3ans et demi a LIDL contrats de 28h, je suis en cdi. mais jaimerais changer , trouver autre chose ! je voudrais savoir si je démissionne et ce que jorai droit au chomage ???? merci de me répondre. bonne journée.

      Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Voilà mon problème : j’ai démissionné d’un CDII à mi-temps (Contrat à Durée Indéterminée Intermittent) en tant qu’animatrice socioculturelle en aout 2009 pour entrer en formation de Montrice Educatrice en septembre 2009. Le tout sous le suivi de ma conseillère pôle emploi de l’époque. Au cours d’un an et demi de ma formation (durant 2 ans au final) j’ai bénéficié de de l’AREF. En janvier 2011 celle-ci s’est terminée, j’ai obtenu un RSA dérogatoire jusqu’à mon diplôme : juin 2011. Depuis je cumule des mois de travail en CDD. Or le pôle emploi vient de me refuser l’ARE sous prétexte que j’ai démissionné de mon dernier emploi ! Oui le CDII que j’ai quitté pour entrer en formation dans le cadre de mon PPAE ! Comment puis je me défendre aujourd’hui ’hui ? Si mon CDD à temps plein actuel n’est pas renouvelé je n’ai pas droit à l’ARE parce que j’ai démissionné en 2009 pour entrer en formation ! Que puis je faire pour faire valoir mes droits sachant que je travaille uniquement sous remplacements aujourd’hui et que ceux-ci peuvent s’interrompre d’un jour à l’autre ...

      Répondre à ce message

    • BONJ JE SUIS EGALEMENT DANS LA MEME SITUATION JAI DEMISSIONEE DANS MA PERIODE DESSAIS DUN CDD ET QUI NA PAS DONNE SUITE A UNE INSCRIPTION AU ASSEDIC. CONFORMEMENT AUX TEXTES QUI SONT ECRITS, ET BIZAREMENT EST RECUE LES MEME COURIER ! POUR MA PART JAI MIS CA DANS LES MAIN DE MON AVOCATS CAR JE NE COMPTE PAS MASSOIR SUR MES DROITS , LEURS SILENCE EN DIT LONG ET JE COMPTE BIEN FAIRE DU BRUIT. APRES AVOIR ENVOYE PLUSIEURS COURIERS DONT UN AVEC ACCUSE DE RECEPTION DEPUIS 1 MOIS PLUS DE NOUVELLES DE PLUS JE SUIS DEPUIS 2 MOIS DANS LE COTAT DHEURES LEGITIME POUR AVOIR LE DROIT A UNE REVISION PUISQUILS DEMANDE UN MIN DE 455 H DE TRAVAIL ET 91 J POUR PRETENDRE AVOIR LE DROIT A UNE REVISION....BE JATTEND ENCORE ! SANS AUCUNE REPONSE DE MES COURIERS, POURTANT JE SAIS QUE LA COMMISSION EST PASSEE IL YA 1 SEMAINE PUISQUILS MONT FAIT SAVOIR PAR TEL "BE OUI FORCEMENT APRES AVOIR SIGNALEE QUE JE METAIT CA DANS LES MAINS DE MON AVOCAT BREF ! QUILS ALLAI ENT MENVOYER UN COURIER DEMANDANT LES PIECES NESSECAIRES POUR CALCULER MES DROIT A UNE INDEMNISATION, CE QUILS ONT DEJAS ENTRE "" BON COURAGE IL FAUT PAS CE LAISSER FAIRE ET ALLER JUSQUA BOUT IL NY A PAS DE RAISON DETRE PRIVES DE DROITS ALORS QU LONT COTISENT COMME LA PLUS PART

      Répondre à ce message

    • Bonjour, actuellement en congé parental, je vais devoir démissionner pour suivre mon conjoint dans un autre département, toutefois je ne sais quand le faire : pendant mon congé ou à son terme en mai 2013 ? Ma démission sera-t-elle considérée comme légitime par les ASSEDICS même si elle est postérieure à mon déménagement ? Quel délai dois-je respecter entre l’ouverture de mes droits à l’assurance chômage, mon déménagement et ma démission. Je vous remercie pour toutes les informations que vous pourrez m’apporter.

      Répondre à ce message

  • Mon conjoint et moi avons quitté nos emplois (2 CDI usines peugeot Motocycles/ standardiste Télécom Assistance)pour venir travailler dans le sud avec ma soeur et son compagnon.Mon mari a pris un congé sans solde de un an en août 2006.
    Aprés 6 mois de travail avec eux nous avons été licencié pour motif économique.
    Aujourd’hui mon mari ne peut etre indemnisé puisqu’apparemment son 1er contrat n’est toujours pas rompu, il est seulement suspendu. Il ne perçoit donc aucune indemnité quelle qu’elle soit.
    Doit-il démissionner de son 1er contrat Peugeot Motocycles ?
    Que doit-il faire ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je suis actuellement en CDD dans une commune. Mon CDD s’achève fin janvier 2007 (durée du contrat : 12 mois). Je ne compte pas renouveler mon CDD, car je souhaite rejoindre mon ami qui est installé en Angleterre. J’ai appris récemment que si mon employeur me propose le renouvellement de mon contrat et que je le refuse, je n’aurai pas le droit au versement de mes assedics. Je voulais savoir si dans l’hypothèse où j’expliquais ma situation à mon employeur et que je lui demandais de ne pas me renouveler, aurais-je le droit de toucher à mes assedics (sachant qu’en tout j’aurai travaillé 22 mois de manière ininterrompue).
    Je cotise à l’IRCANTEC.

    Je vous remercie par avance

    A.

    Répondre à ce message

  • Bonjour
    j’ai demissionné de mon emploi pour suivre mon conjoint suite à la conclusion d’un PACS. les assedic me notifient que mes droits sont ouverts. jusque là tout va bien...
    Mais voilà
    j’avais averti mon employeur par oral que j’alllais mettre fin à mon CDI. en accord commun je n’ai pas fait de courrier pour que la date de départ corresponde aux dossiers que je devais "boucler". avec l’employeur pas de sousis, il me laisse partir au moment convenu et sur la fauille jaune assedic coche la case "préavis non effectué" et ajoute "dispensée".
    j’ai arrêté de travailler le 10/09/06. et mes droits ARE commencent le 7/11/06 !!
    je n’ai eu que 2 CP et avec les 7 jours de carrence selon moi j’aurais du être indemnisée à compter du 19/09.
    ils m’expliquent que comme je n’ai pas effectué de préavis, ils m’en ont octoyé 1 de 1 mois et 18 jours (quelle base de calcul ??? je n’en sais rien) et donc je ne suis pas indemnisable pendant cette période...
    je ne parle pas du marasme financier dans lequel je me trouve....je vis avec 500 euros pour 3 mois... avec un enfant la vie est belle !!!
    es ce que quelun peut me dire ce qu’il en pense, _ ?
    j’ai essayé de trouver des textes sur cette histoire de préavis mais rien...
    il y t il un recours ?
    j’ai fait une lettre de "réclemation" qui n’ a pas aboutie
    par avance merci beaucoup

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    je viens de me separer de mon conjoint avec qui j’etais pacser. on a proceder a la dissolition du pacs, et a notre separation, je me vois dans l’obligation de demenager et de demission, et j’aurai aimer savoir si j’ai le droit aux allocations chomages. merci pr votre aide.
    a bientot

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis actuellement à la recherche d’un emploi dans une nouvelle région (suite à la mutation de mon ami) mais pour une courte période.
    J’ai prochainement un entretien pour un CDD de 9 mois, et sachant que mon ami sera muté avant, me sera t il possible de démissionner de ce CDD, alors que nous sommes ni mariés ni pacsés ? Et si c’est possible, est ce que j’aurais droit aux allocations chomage ? Est il conseillé de se pacser dans ce cas ?
    La situation est délicate mais c’est très difficile de suivre son concubin et de continuer une carrière professionnelle.
    Merci pour vos conseils

    Répondre à ce message

    • Normalement, quand on démissionne pour suivre son conjoint, il n’est pas obligatoire d’être marié ou pacsé, prouver la vie commune devrait suffire.

      Rappelons qu’il ne suffit pas que la démission soit légitime pour avoir des allocations chômage. Il faut au minimum avoir travaillé 6 mois dans les 22 derniers mois.

      Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Il faut absolument que tu te pacse pour garantir tes droits assedic.
      Moi c’est ce que j’ai fait. Et sincèrement.... c’est très simple, il faut juste rédiger un contrat (tu as des modèles sur internet), et se présenter au tribunal d’instance de ton lieu de résidence. Ton PACS est alors enregistré.
      Tu as donc droit aux assedics pour cause de mutation de ton conjoint.

      N’oublie quand meme pas que le PACS = solidarité. C’est à dire que vous êtes engagés à rembourser les dettes de l’un ou de l’autre si le cas se présente. Aussi, saches que tu devra rédiger une déclaration d’impot commune, l’année qui suit la conclusion du PACS... il faut le savoir.

      Aussi, tu devras quand meme respecter les délais de préavis pour quitter ton emploi.

      J’espère que ce petit message t’aidera dans tes décisions.

      C’est vraiment pas facile de vivre avec un conjoint mutable... je connais ses periodes de stress lors des attentes de mutation.

      Bon courage !

      Répondre à ce message

  • bonjour,
    j ai commence un cdd de 1 mois avec periode d essai de deux semaine pour un cdi.
    je desire partire de l entreprise car mauvaise ambiance..... j ai etait voir le chef,
    il m a dit qu il mettrait fin a ma periode d essai.
    je voudrai savoir si j aurai le droit au chomage apres cette fin de periode d essai ?
    avant ce cdd j etai inscri comme demandeur d emploi et travaille en interim pendant 8 mois
    merci de votre reponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Vous précisez dans votre article qu’il ne faut pas hésiter à vous contacter en cas d’incompréhension ou de litige quant aux problèmes rencontrés pour le paiement des allocations ASSEDIC.
    Ca tombe très bien car j’ai un gros souci.
    En effet, j’ai été licencié le 20/07/06 et depuis cette date, je n’ai toujours pas touché la moindre indemnisation ASSEDIC.
    Mon licenciement rentre dans le cadre des licenciements avec protocole de transaction
    et indemnités de licenciement. Compte tenu de la somme perçue j’ai effectivement une période de carence de 75 jours, 30 jours de différé pour paiement de mes congés payés,
    7 jours de délai légal d’inscription, ce qui devrait faire logiquement 112 jours de délai de carence et m’amener au 10 /10/2006 et commencer à percevoir des indemnités depuis le 11/10/2006 et pourtant ce n’est pas le cas.
    Les ASSEDIC considèrent que parce que mon préavis de 3 mois, en tant que cadre, n’a pas été réalisé, d’un commun accord avec mon ancien employeur,mais cela, je le répète, dans le cadre d’une transaction, ils en tiennent compte quand même dans leur calcul de ma période de carence.
    Pourtant, pour avoir pris rendez-vous avec un conseillier, nous pouvons lire sur les textes de l’UNEDIC, à l’article 1610, je crois, que dans le cadre d’un licenciement avec transaction, ils ne devraient pas en tenir compte.
    Si je fais appel à vous aujourd’hui, c’est simplement parce que je considère qu’après plus de 20 ans d’activité professionnelle sans avoir été un seul jour au chômage depuis ma fin d’études, c’est non seulement dégueulasse mais aussi simplement pas normal aux vues des textes UNEDIC
    Actuellement dans une situation financière particulièrement difficile (pas de salaire ni ASSEDIC depuis le mois de juillet) je souhaiterais, s’il vous plait, que vous puissiez répondre à cette intervention rapidement
    D’avance, merci

    Répondre à ce message

  • Je suis acteuellement en contrat de remplacement une dame en congé parental depuis début janvier 2006 ( mi-temps 64h par mois dans un restaurant) ,l’ancienne employée reviendra le 1er février 2007, donc mon contrat sera finir, est-ce que j’ai le droit au chômage ou formation finacier par Assédic ?

    Je cherche en ce moment une autre travail, il y en a un qui commencera début févier, si jamais, j’ai été embauché pour contrat 3 mois, donc la fin de mois avril, j’aurai droit de chômage ? L’argent de chômage que ja vais toucher coresspond à mon premier emploi au restaurant ou inclus aussi mon travail de 3 mois ?

    Je ne comprend pas trop car certains gens me dit que je toucherai le chômage par rapport à mon dernier travail. Dans mon cas, je ne serai même pas encore toucher le chômage car j’ai trouvé le nouveau travail toute de suite ( sauf que c’est CDD de 3 mois et j’ai entendu qu’il faut travailler plus de 6 mois pour avoir le droit de chômage )

    Merci de m’explquer, s’il vous plait. Merci en avance.

    cordialement
    YAO

    Répondre à ce message

  • je voudrais savoir si lorsque l’on demissionne et que l’assedic accorde l’allocation chomage au bout des 120 jours elle doit verser a partir de la date ou la commission a accepte la demande ou bien si l’indemnisation part de la date de fin d’emploi ?
    je connais une personne qui a demissioné et qui a recu apres la comission son chomage plus les arrieres des 4 mois precedents et a moi l’assedic me dit que je n’y ai pas droit

    Répondre à ce message

  • bonjour,en reponse a votre article,cela fait un mois et demi que mon dossier complé est en etude apres un licenciment avec proces en cour aux prud’homs contre mon ex employeur,je me suis rendue ce jour aux assedics s’en nouvelles de leur part ,le directeur me recoit en me disant que mon dossier est a l’etude en insistant il apppel pour plus d’expliquations le directeur departemental afin de m’eclairé ;celui ci me rapppel a mon domicile 30minutes plus tard en me laissant un message pour me dire tres cerainement madame vous n’aurez pas droit a vos allocations avec un contrat de travail cdi des bulletins de salaire ; mon ex conjoint ma licencie 6jours apres m’avoir violenté physiquement il a etait condanné pour coup et blessure a 2ans de prisons et obligation d etre suivi par un phyquiatre sur ces dire car quelques jours apres m’avoir frappé il me licencié en racontant que j’etais co gerante de la sociétée ;la dite societée a ce jour est fermé :me retrouve seule avec un enfant a charge s’en aucunes ressourse je viens de faire appel a une avocate qui vas s’occupé de mon dossier, quel possibilitées de recour car je ne compte pas en resté la ; en plus mon ex conjoint avait declaré cela a la gendarmerie auquel j ai repondu en fournissant tous les elements le procureur a classé s’en suite apres cela la plainte de monsieur je pense faire appel aux médias car aucune expliquations de plus ne possedé aucunes part de cette sociétee je vais egalement faire appel au procureur de la republique ainsi qu’a toutes les personnes competente politiquement mon avocate a adressé ce jours en ar aux assedics une lettre demandant de fournir des expliquations car Monsieur Ravez declaré que j’etais co gérante alors que rien juridiquement prouve cela car c’est une maniere pour lui commme pense mon avocate de pouvoir fermé la stucture en toute tranquilité pourriez vous me donnez votre avis en vous remerciant

    Répondre à ce message

  • bonjour

    me voila fort embeter. j ai quitté un cdi en avril pour reprendre directement un cdd de 4 mois afin de faire valoir mes droit pour l’allocation chomage. Donc depuis le 1er octobre je percois les assedics. j ai un employeur qui me propose un cdi avec une période d’essai d’un mois. j’hesite car ce travail est loin de chez moi et pour diverses raison. ma question est la suivante : si je part pendant ma periode d’essai est ce que les assedics vont reprendre mes versement ? merci de me repondre assez rapidedment car je doit donner une réponse à ce cher employeur pour lundi.

    Répondre à ce message

  • bonjour
    j’ai démissionné de mon emploi au bout de 10 ans depuis le 1 er juin 06 j’ai retrouvé un emplois depuis mais a temps partiel je retravaille depuis le 1 juin 06 et je voulais savoir si il existait une aide afin de combler mon salaire sachant que j’ai des frais depuis d’essence merci de votre réponse courtejaire.edith@neuf.fr

    Répondre à ce message

  • Demission de CDI pour nouveau CDI 24 janvier 2007 14:08, par Roran

    Bonjour,

    Je souhaite quitter mon CDI (2 ans 5 mois) pour un autre. Je viens d’appeler les Assedic qui me disent qu’en cas de rupture par l’employeur je ne serais pas indemnisé si celle ci arrive avant 91 jours.
    Sur votre site il est indiqué "si l’employeur rompt la période d’essai avant 91 jours". S’agit t-il d’une erreur ? Avant ou apres 91 jours ?
    Est ce du au fait que je n’ai travaillé en continue que moins de trois ans ? (cinq sinon).

    Merci.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis actuellement en CDI dans le secteur privé. Mon ami est militaire (armée de l’air) et va bientôt connaître son affectation finale.
    Actuellement je vis à Paris et lui dans le Sud-Ouest.
    Puis-je démissionner pour rapprochement de conjoint ?
    En effet, je voudrais le rejoindre mais bien évidemment, je ne veux pas me permettre d’être sans ressources du jour au lendemain même si je chercherai du travail tout de suite après mon installation.
    J’ai cru entendre qu’il fallait que je me pacse ? est-ce suffisant ? dans quelles conditions dois-je le faire ?
    Je n’arrive pas à trouver de réponses à mes questions.....
    Merci d’avance pour votre aide
    A+
    Clarisse

    Répondre à ce message

  • bonjour j ai travailler pour une agence intérim 1ans et demi pour une grande surface et j ai demander au patron si il pensai m embaucher il me dit que ne prenai que des intérimaire sa s arrêtai la pour moi, le 13 septembre2002et les 2 derniers jours j ’étai en arrêt maladie j ai eue une conjectivite et le 15 septembre 2002c étai la fin de mission ,alors j ai de suite chercher une formation a l irfa d équipement a la vente que j ai commencée le 16septembre 2002 mais au bout d un mois je n ai pas été rénumérer par les assédic car l agence a marquer rupture de contrat et je n ai pas pue suivre ma formation et me suis inscrit dans les agences intérim le 16octobre j avai un petit boulot mais ne ma pas suffit pour vivre j ai donc fait une demande de rmi que je perçoi toujour j ai que des petit boulots et je n ai pas assez d heure pour perçevoir les assédic et a se jour je suis a l irfa une cession gratuite d accés a l emploi (pendant 3 mois )qui j éspère trouver un cdi me sortira de mon cauchemar j ai un enfant majeur a charge qui lui même cherche aussi un travail ,l assédic peu elle revoir mes droits et mon fils 18ans peu a t il droit a des aides ?je vous remerçie

    Répondre à ce message

  • bonsoir
    mon mari a quitté son emploi le 27/7/2006 pour pouvoir déménager on voulait tout simplement changer,de département.et ce n’est pas simple
    il s’est inscrit au chômage et les ASSEDIC n’ont pas voulu l’indemnisé depuis même au bout de 121 jours.alors qu’il avait fourni le dossier avec les tampons d’entreprises visitées et agence d’interim ; Il recherchait du boulot dans le 41 lorsque nous descendions pour trouver de quoi nous loger ; mais tant que nous n’avions pas trouver de maison "sur place" les entreprises ou agence d’interim n’ont pu retenir sa candidature !que faire ?
    M erci de votre réponse
    cordialement

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis actuellement en CDD à terme incertain dans la région parisienne et j’aimerai savoir si j’ai le droit aux allocations chômage dans le cas où je dois démissionner puisque ma mère (77 ans) ayant des problèmes de santé, et vivant dans la région bordelaise, a besoin d’aide d’une personne pour la vie de tous les jours ?

    Merci par avance

    Répondre à ce message

  • j’ai des soucis avec un refus d’allocations des assedic, j’avais été licenciée fin mai 2006 bien qu’ayant des droits (pour 380 jours) j’ai repris un 1er CDD, puis un autre suivi d’un CDI dans la grande distribution, j’ai eu un accident de travail et n’ai pas voulu entreprendre un reclassement en poste de caissière...j’ai donc démissionné pour reprendre un job de commercial en CNE mais l’employeur (estimant que je devais travailler au minimum 50h par semaine) m’a congédiée. rupture à l’initiative de l’employeur, on me dit que je n’ai droit à rien (pas 3 ans d’affiliation en continu) et mes droits antérieurs ? en plus, je n’avais pas signé le contrat de travail en CNE transmis 8 jours aprés mon embauche donc en CDI classique, quels sont mes recours ? j’ai trouvé un CDD d’une semaine, est-ce que le fait de travailler en CDD quelque temps va me permettre d’être allocataire car j’aimerai faire une formation de 18 mois...merci

    Répondre à ce message

    • Pour le régime qui vous est applicable, allez voir sur le site de l’Unédic, rubrique "textes Unédic"
      et rapprochez-vous d’un collectif s’il y en a un par chez vous.
      Il n’a jamais fallu 3 ans d’affiliation en continu pour avoir droit à des allocations.

      Pour le CNE, si vous n’avez rien signé et que vous avez travaillé, c’est un CDI sans période d’essai.
      Votre employeur vous doit donc des indemnités de licenciement pour rupture abusive. Lisez la convention collective.
      Allez voir l’inspection du travail.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ ai démissionné de mon dernier emploi en france car mon mari a était muté à l’étranger.
    Comme vous devez vous en doutez, je n’ai plus rien en France (maison, voiture..) sauf famille bien sûr.
    Malheureusement, nous avons dû rentrer en france car cela ne s’est pas bien passé entre mon mari et son employeur.

    Je fais ma demande d’allocations chômage aux assédics, je remplis le dossier et je me rends à l’entretient.

    Je reçois la réponse qui est négative car DEMISSION. Mais le motif DEMISSION pour mutation du conjoint est-il pas considéré comme légitime !?

    Sur ce , quelques semaines plus tard je me rends au rendez-vous (fixé par un conseillé des assédics)que j’avais avec un conseillé de l’ANPE.

    J’explique mon cas en disant que je n’ai pas de voiture, que j’habite chez mes parents et on me répond vous pouvez aller voir une assistante sociale ?? Croyez vous que avec l’aide que l’assistante sociale va m’accordre ça va suffir à m’acheter une voiture, mettre de l’essence, louer un appartement, manger...

    Alors comment je fais pour retrouver du travail quand on a rien comme ressources ? je fais quoi !!

    Je ne comprends pas et n’accepte pas la décision des assédics, pour dire je pense fortement que c’est au bon vouloir d’autruit.

    Merci de m’aider.

    PS : Cliquer sur Notices d’informations, demandeurs d’emplois, situations particulières-démission lorsque vous vous rendrez sur info.assédic.fr-unijuridis.

    Voir en ligne : la démission

    Répondre à ce message

  • voila j ai une question mon mari touchait les assedic au mois de novembre il a repris un travaille pour une periode d 1 mois puis a la fin de son contrat son patroin lui a refait un contrat de 3 mois seulement sa se passe mal a son travail et il aimerai partir a la fin de son cdd de 3 mois , mais si son employeur veut lui faire un renouvellment peut il refuser , et aura t il droit au assedic si il refuse ce renouvellement ?? merci pour vos informations

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,

    J’ai un petit souci et j’aimerai avoir une réponse de votre part ?

    J’explique mon cas, voilà ça faisait 4 ans que j’étais dans une société dans le Rhone(actuellement au chômage depuis 1 semaine suite à un RAPPROCHEMENT DE CONJOINT lié à un Pacs),j’ai démissionné suite pour rejoindre mon conjoint dans le cher ,le problème c’est que mon conjoint à était contacter par une société dans le rhone durant sa période d’éssai de 3 mois,notre souhait serait de revenir dans la région,mais si elle accepte cette embauche pourais-je avoir droit de nouveau aux chômage même si je revient dans ma région ?

    Merci a tous.

    Répondre à ce message

  • je me suis arreter sur votre site par simple curiosité etj’ai trouver en partie la réponse a mon cas don c si vous pouviez plus amplement me renseigner... j’ai 22 ans et j’ai deja passé 3ans dans une entreprise à la suite de harcèlement de la part de mon patron que je regrette de ne pas avoir assigné en justice(parsqu’il à toujours réussi à gagner ses procés avec ses précédentes victimes !!)j’ai réussi à trouver un employeur par le biais de ma famille dans le secteur de mes rèves suite à cela mes employeurs se sont mis d’accord pour que je n’effectue pas la totalité de mon préavis et je demissionnai le 22/08/06. Je reprennai donc mon nouveau boulot le lendemain 23/08/07 dans la soirée mon futur patron m’appelle pour me notifié que suite à des problèmes internes il n’été pas en mesure de m’embaucher !la je reste stupéfaite car je devai signer mon contrat le lendemain.Depuis cette date j’ai fai principalement des recherches nottament sur le web et ne sachant pas que les assedics allaient demander des justificatifs complet je n’ai rien archiver !! g présenter lors d’un entretien assedic le 8/02/07les offres et les reponses(négatives bien sures !!)et comble du sort...
    l’allocation chomage m’ai refuser !!! je suis aujourd’hui ss 1 sous a decouvert et le conseiller m’as dis que "j’aurai du m’y prendre plus tot" et plus m’investir au lieu de rester a rien faire" Jepense que son attitude est injustifié et déplacé mais je dois aujourd’hui me debrouillé seule ou avec votre aide si vous avez un recours a me proposer

    AVIS AU CONSEILLER ASSEDIC ET ANPE MECONTENT:vous etes sans doute sympathique mais la réaction de certains de vos collègues n’en ai pas moins déplacé et inhumaine !

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je suis avec mon conjoint depuis 2 ans, il a trouver un travail il y a un an a cavaillon et moi je travail sur aix en provence.

    est-ce que si je demissionne pour pour pouvoir demenager et se rapprocher de son travail, je pourrais bénéficier du chômage tout de suite ?

    Merci d’avance de votre réponse.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    travaillant depuis 2 ans dans la grande distribution mais ayant un bac+2 en telecommunication et reseaux informatiques, je souhaiterais toucher le chomage afin de pouvoir effectuer dans les meilleures conditions une recherche d’emploi en Ile-De-France.

    En effet, je souhaiterais changer de region pour l’ile-de-france où les offres d’emplois sont florissantes. mais sans avoir un minimum de revenu c’est une mission quasi impossible afin de pouvoir subvenir a ces besoins pendant la recherche (meme si on sait ou se loger).

    en vous remerciant.

    Répondre à ce message

    • j’ai omis un petit detail concernant les circonstences du travail :

      - un rack (zone de stockage verticale) sur lequel reposent des palettes de marchandise ne sont pas fixés au sol, hors on circule le long de ce rack toute la journée. du fait du passage de personne et de fenwick (ces derniers entre en contact parfois avec ce rack), le rack devient bancale et donc peut menacer de s’ecrouler. j’ai vu que ceci peut etre une bonne cause pour quitté temporairement son emploi tout en etant remunerer. mais cela peut-il aussi rendre legitime une demission ?

      - lors de forte plus, la reserve de la grande surface se retrouve partiellement inondé et cela rend la circulation humaine dangereuse du fait que les chassure de securité de non que renforcé mais ne presente pas de semelles agripantes.de plus la circulation entre l’interieur et l’exterieur rend egalement le sol humide et donc dangereuse avec ces chaussures dites de securité. est-ce que l’accumulation de dangerosité peut tourner a mon avantage pour pouvoir quittér l’emploi légitimient ?

      je cherche vraiment tout et n’importe quoi pour quitté l’emploi

      Répondre à ce message

      • Si vous démissionnez au motif que votre travail est dangereux, cela ne sera pas considéré comme une démission légitime par l’Assédic.

        Si les conditions de travail sont dangereuses, vous pouvez exercer un droit de retrait mais c’est un truc collectif : contactez un syndicat de l’entreprise s’il y en a un.

        Saisissez la commission d’hygiène et sécurité.

        Contactez l’inspection du travail.

        Votre agitation sur le thème de la sécurité sera de toute façon utile à tout le monde.

        Et comme vous ne craignez pas d’être licenciée, faites-en le plus possible : prenez des photos publiquement, sollicitez des témoignages, faites signer une pétition, envoyez un dossier à la presse locale, appelez à la grève.

        Qui sait, si les autres employéEs embrayent, vous pouvez enclencher un mouvement intéressant.

        Amusez-vous bien !

        Répondre à ce message

  • Bonjour,suite a un probleme au sein de mon entreprise (cela fait 12 ans que je travail dans celle-ci et je me vois me faire subtiliser une place a responsabilité mieux payée par un collègue)j’ai donné ma demission.alors qu’un autre employeur me demande de venir chez lui assez vite(avant la fin de mon préavis)mais mon futur EX employeur ne parait pas pressé de me lacher meme si je lui fait comprendre que pour nous deux il n’est pas preferable de continuer longtemps.si mon nouvelle employeur avec qui je me suis engagé ne peut pas se permettre de m’attendre et la place me passe sous le nez,quels-sont mes recours ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Mon conjoint est muté le 1er avril dans un autre departement, donc je vais démissionner le 1er mars pour le suivre.
    Ma question est la suivante, où dois-je m’inscrire pour pouvoir prétendre aux ASSEDIC ? Sachant que nous n’avons pas encore de logement dans le département de notre future résidence, je ne sais pas si je dois aller dans mon département actuel ou dans le futur .
    Merci pour vos réponses

    Répondre à ce message

  • Merci pour ces réponses...
    En parcourant le net, les articles sur les droits assedic etc... Je ne trouve pas LA réponse qu’il me faut,

    1) je suis en CDI depuis 3ans

    2) je quitte mon emploi le 1er juin (en comptant mon préavis)

    3) Je vis en Bretagne, mon ami en Vendée (changement de région)

    4) nous ne sommes ni pacsé ni marié :

    et c’est là le souci, j’ai lu que le simple fait d’ammener des justificatifs, comme quoi nous allons vivre ensemble dès le mois de mai, sur le bail il va y avoir un avenant avec mon nom, nous allons nous déclarés en "vie commune" dès le mois de mai, et nous allons partagés toutes les factures donc mon nom y sera appausé...
    J’aurais donc les justificatifs lors de ma demande d’assedic, mais cela est il réel ?

    ai-je des droits assedic même sans être pacsé ni marié, certains disent que oui, d’autres que non...

    Pour ma part ce n’est même pas une allocation assedic que je souhaite percevoir, mais une ouverture aux droits de formation, sachant que j’ai moins de 25ans...

    Je suis un peu perdue, les assedics me répondent "revenez quand vous aurez quitté votre emploi" mais je préfèrerais anticiper, préparer correctement mon départ... Et l’inspection du travail n’a pas su me répondre, bref... Il me reste les forums...

    Merci a vous

    Répondre à ce message

    • bonjour,je suis dans le mème cas que vous,je quitte ma région suite à la mutation professionnelle de mon ami,j’ai donc appeler les assedics pour leurs demander si j’avais le droit à quelque chose étant donné que nous ne sommes ni mariés ni pacsés ni en concubinage ;on m’a répondu qu’il fallait juste des preuves comme quoi nous habitons ensemble.Mais quand je lis tt ces témoignages,je reste perplexe.Deplus,j’ai un autre soucis ;dans l’entreprise dans laquelle je travaille j’ai subi du harcèlement sexuel de la part d’un cadre.l’affaire a été résolue au sein de l’établissement et la personne a été viré pour faute lourde.Depuis j’ai été en arrét maladie,puis j’ai eu mes vacances et je suis de nouveau en arrét ;je ne supporte pas l’idée de retourner à mon travail et étant donné que j’habite au mème endroit que cet ancien collègue,avec mon ami nous avons saisi l’occasion de quitter la région suite à sa mutation professionnelle.C’est pour ça que je me demande si je dois démissionner suite à la mutation de mon ami ou si je peux convenir d’un licenciement avec ma DRH ?lequel serait le mieux pour moi ?je pense qu’elle sera arrangeante car l’entreprise a apparement peur d’avoir de la mauvaise pub..ET sinon dans les 2 cas,comment ça se passe si on ne fait pas le préavis ?
      Merci pour votre attention

      Répondre à ce message

  • bjr j’etais embaucher pendant 8 mois dans une societe amsi pas vraiment a ma place j’ai donc demissionner pour partir pour une boite hollandiase qui m’ont dfais les pire vacheries et j’ai donc craquer et mis fin a mon cdd cela fais 5 mois que mon dossier tourne au assedic avec refus sur refus j’aimlerais donc savoir si j’ai le droit de toucher quelques choses car avant d’etre embaucher j’avais mon nombre d’heure pour etoucher des assedics

    Répondre à ce message

  • Bonjour, j’ai démissionné d’une entreprise dont mon acienneté est supérieure à 3 ans, j’ai enchainé immédiatement dans une autre entreprise dans laquelle j’avais une période d’essai de 3 mois renouvelable une fois (CDI). J’ai démissionné de cette dernière société pendant ma période d’essai (au bout de 2 mois et demi).
    J’ai posé un dossier aux assedics qui vient d’être rejeté.

    Il me semblait que le droit du travail considérait la démission comme une prise de risque et qu’à partir du momment où le travail n’avait pas été interrompu pendant 3 ans, il était possible d’être pris en charge par les ASSEDIC si le salarié interrompait volontairement sa période d’essai à condition de ne pas excéder 91 jours. Suis-je dans le vrai ou ais-je mal intertéprété l’article de loi ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour. J’ai besoin d’aide et de renseignements surtout. Mon concubin a trouvé u emploi dans le sud de la france et je souhaite naturellement le suivre. Il va donc falloir que je démissionne de mon emploi que j’exerce depuis 11 ans maintenant. Nousne sommes ni mariés ni pascés : puis-je prétendre à l’indemnisation des ASSEDIC ? sans attendre les 4 mois indiqués ? merci de vos réponses

    Répondre à ce message

    • L’Accord d’application n°15 du 18 janvier 2006 dispose :

      Chapitre A

      § 1er ; Est réputée légitime la démission .....

      .....b / du salarié qui rompt son contrat de travail pour suivre son conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi .

      .....
      c / du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d’un pacte civil de solidarité entrainant un changement de lieu de résidence de l’intéressé, dès lors que moins de 2 mois s’écoulent entre la date de la fin de l’emploi et la date du mariage ou la conclusion du pacte civil de solidarité .

      En conclusion :

      Vous n’êtes pas "conjoints" (c’est à dire au sens juridique "unis par les liens du mariage") vous ne pouvez donc pas invoquer le b / du texte .

      En revanche si vous vous mariez ou vous vous pacsez avant la fin des deux mois qui suivront la fin de votre contrat de travail vous pourrez bénéficier du c / du texte de référence .

      Vous comprendrez donc que je ne puisse vous conseiller dans ce domaine très personnel .

      Bon courage.

      Cordialement

      Répondre à ce message

  • voilà, je veux démissionner car les conditions de sécurité dans lequel je travail sont insuffisantes
    Le fait que les conditions de sécurité ne sont pas respectées est il considéré comme un acte délictuel ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Suis dans une situation insoluble (?) : le assedic refusent de m’accorder les allocattins chômage pour des raisons scandaleuses : j’ai démisionné d’un CDI (ai travaillé 7 ans) pour me faire embaucher en CNE. ça arangeait mon emploeur, j’ai donné mon accord je regrète). Cet employeur a mis fin à mon contrat dès le deuxième moi.
    L’accord d’application no15 assimile ce type de situation (licenciement en période d’essai après démission d’un precedent emploi) a une démission légitime et donne donc droit aux allocs. Hors les assedic me repondent que le CNE étant pourtant bien à durée indéterminée, il n’existe pas de période d’essai donc l’application 15 ne s’applique pas. En bref, on bute sur un problème terminologique de "période d’essai" ridicule.
    En bref quand on a bossé avant, que l’on se fait virer d’un CNE dans les 4 premiers mois, on n’a le droit a rien ! Les assedic me disent que je suis le premier a qui ça arrive... bonne blague.. je suis le premier à me faire "avoir" surtout...
    Tout conseil pour me sortir de ce mauvais pas est le bienvenue ! Merci d’avance !

    Répondre à ce message

  • Bonjour a tous, actuellement nous habitons dans le nord de la France et je viens de postuler pour un poste dans le Hauts-doubs(25), mon épouse aura le droit au chômage car elle travaille depuis 1999 (6 mois dans les derniers 22 mois).
    Pendant combien de temps béneficira-t-elle du chômage et a quel hauteur ??
    Merci pour votre aide

    Répondre à ce message

  • Bonsoir !
    Je suis maintenant depuis presque 1 an 1/2 en CIE (contrat Initiative Emploi).Mon contrat se termine fin octobre. Un CDI me sera peut-être proposé à la fin de ce contrat mais je ne souhaite pas continuer si on me propose une place car moralement, je suis épuisée, je ne tiendrai pas le coup et que je ne me plais pas sur mon lieu de travail.
    J’avais 2 questions à poser suite à ça :
    1) Dois-je prévenir quelques temps avant la fin de mon contrat que je ne souhaite en aucun cas signer d’autres contrats si cela se présentait ou je peux refuser le jour de la proposition s’il y a lieu ?
    2) Dans ce cas, aurais je droit à un chômage le temps de trouver une nouvelle voie professionnelle ?
    Merci d’avance pour les réponses qui me seront fournies.

    Répondre à ce message

  • j’ai ete salarie 4 ans et est du demmissionner de se poste dans la restauration rapide pour trouver un travail plus interressant 121 jours passe j’envoi mon dossier avec une dizaine de reponse a des candidature spontanée . Une semaine plutard je signe un CCD et oh miracle sans suis une reponse des assedic ne jugeant pas mes demarches suffissante pour trouver un travail et me refusant donc toute indemnisation je suis ecoeuré que puis je faire ?

    Répondre à ce message

  • Bonsoir, mon entreprise va déménager à plus de 3kms dans la même ville, je nai pas de voiture, et les transports en communs ne vont pas jusqu’à ce nouveau lieu, si je démissionne est ce que je pourrais toucher les Assedics ? Merci pr votre réponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis victime depuis mon embauche, mars 2004, d’hacèlement moral. Du jour au lendemain, mon supérieur m’a interdit l’accès au parking de l’entreprise prétextant que j’étais la dernière recrue, et donc que je ne pouvais y accéder, on m’a refusé les entretiens annuels d’évaluation, on m’a fait miroiter de nouvelles responsabilités en mettant en avant mes compétences professionnelles, puis on me les a retirées parce que j’avais un mauvais caractère... ! on m’a également reproché de ne pas connaitre suffisamment ma vie privée, on m’a laissé plusieurs jours sans travail, alors que, voyant la situation "pourrir" j’en avais demandé par mail, auquel je n’ai jamais eu de réponse. On m’a également "malgré mes compétences" jamais remis prime ni augmentation, prétextant que j’avais été trop absente, alors que j’étais en congés maternité, on m’a volontarairement pas conviée à boire le "beaujolais" alors que tous mes autres collaborateurs y étaient invités. De plus une collaboratrice s’est introduite sur ma messagerie personnel afin de récupérer un échange que j’avais avec un autre collègue à son égard, elle l’a imprimé et transmis à la drh, et à la présidence. J’ai été convoqué à ce sujet mais menacés d’une plainte, ils ne m’ont pas sanctionnée, mais m’ont menacé !
    Mon supérieur, à plusieurs reprises, m’a demandé de démissionner, m’indiquant que ce serait mieux pour moi et pour lui, qu’il regrettait de m’avoir choisi moi au moment du recrutement et non l’autre candidate, je l’ai déçue, parait-il... j’ignore encore pourquoi ? peut etre attendait-il autre chose de moi.a plusieurs reprises, il m’a fait des réflexions : "Vous vous êtes faites déchirée ce matin ?" (parce que je portais une jupe à volant l’été dernier)ou encore "vous vous mettrez en mini jupe à réception des colis" ... j’ai informé ma drh de tous ces différends et n’a rien proposé. Si de me changer de service, toujours rattachée au même supérieur... j’ai également été traitée pour dépression et j’ai du consulté un psychiatre. Alors j’ai tenté de négocié un licenciement que mon drh a refusé, car étant élue au CE, l’inspection du travail serait obligée d’intervenir. Il me propose de signer une rupture contractuelle que j’attends encore depuis plus d’un mois. ce contrat est aujourd’hui en cours de validation chez l’avocat du DRH...
    J’arrive aujourd’hui au bout de ma patience... j’ai besoin d’aide !
    si je démissionne et si je porte plainte, aurais-je droit aux assedics ?
    Merci pour votre réponse.

    Répondre à ce message

    • Bonjour Marie

      Vous demandez : "si je démissionne et si je porte plainte, aurais-je droit aux assedics ?" Il est fort difficile de préjuger l’attitude de votre Assédic.

      Ce que je peux vous conseiller, c’est de porter plainte d’abord pour harcèlement, chez le procureur et aussi à l’inspection du travail où vous demanderez une enquête.

      Prenez l’offensive : vous voulez être licenciée, donc vous n’avez rien à perdre.

      Sollicitez des témoignages de vos collègues (vous verrez, c’est déprimant tous les collègues qui se défilent, mais passez outre).

      S’ils vous placardisent, envoyez-leur une lettre recommandée avec AR pour leur demander du boulot (pour vous couvrir juridiquement) et demandez les témoignages de vos collègues mais laissez-les faire : emportez un bon bouquin, faites votre courrier, occupez-vous de votre dossier judiciaire et remerciez-les de vous laisser du temps pour vaquer à vos occupations personnelles.

      Si c’est possible, garez-vous dans le parking sans autorisation (y a pas de raison !).

      Vous dites que vous êtes élue au CE. Mais que font donc les adhérentEs de votre syndicat ? Pourquoi n’agissent-il pas ? Cela sert aussi à ça un syndicat : à faire respecter le salariéEs, à résister aux humiliations.

      Répondre à ce message

      • Question pour un champion...

        Devinez qui je suis !!!! Je suis issu d’une famille hongroise qui a collaboré avec le régime nazi durant la guerre et a fui la Hongrie pour éviter d’être jugée pour collaboration après la Libération. Dans ma jeunesse je participe à des manifestations contre les étudiants grévistes. Contrairement à ce que j’essaye de faire croire je ne suis pas le candidat de la « rupture » ou de la « nouveauté » en politique. Je suis entré en politique sous Giscard il y a 30 ans et j’ai été plusieurs fois ministre, député, maire, président de Conseil Général. À l’époque de la catastrophe de Tchernobyl j’étais délégué interministériel au nucléaire et c’est moi qui ai mis en place la campagne de désinformation prétendant que le nuage de Tchernobyl s’est arrêté aux frontières de la France. J’ai fait cependant disparaître cet épisode de ma vie politique de ma biographie officielle sur le site internet du ministère de l’Intérieur. Ministre de l’économie durant une partie du gouvernement Raffarin, j’ai défendu la rigueur et la baisse des dépenses publiques. J’ai réalisé l’ouverture du capital d’EDF-GDF et me suis engagé à ce que jamais cette entreprise ne soit privatisée. J’ai renié cet engagement en 2006 en privatisant GDF, je suis donc un menteur. Ministre de l’Intérieur depuis 2002, j’ai mis en place de nombreuses lois liberticides et j’ai réussi à faire exploser l’insécurité alors que j’étais censé la faire diminuer. Je suis directement responsable du déclenchement de la révolte des banlieues en 2005 par ma politique répressive et mes propos insultants envers les habitants de ces banlieues. J’ai mis en place la loi CESEDA qui organise l’immigration choisie au profit des capitalistes et j’ai mené la chasse à l’enfant en expulsant les enfants sans-papiers, parfois en les séparant de leurs parents. J’ai fait obtenir la Légion d’Honneur à un de mes amis qui se trouve être un maire d’extrême-droite ayant été condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine raciale. D’ailleurs mon conseiller politique, Patrick Devedjian, est l’un des membres fondateurs d’Occident, ancien groupe d’extrême-droite terroriste et antisémite. J’ai repris l’un des slogans de Jean-Marie Le Pen « la France tu l’aimes ou tu la quittes » et je défends ses thèses que ce soit sur l’immigration ou l’insécurité. Je me vante d’ailleurs d’avoir l’électorat du Front National pour moi ou de vouloir le courtiser pour assurer ma victoire. Je suis un fervent partisan des États-Unis, de George Bush et les néoconservateurs américains m’apprécient beaucoup. Je suis pour la guerre en Irak et je suis venu apporter mon soutien à mon ami Georges Bush. Je me suis fait photographier lui serrant la main (photo qui rappelle la sinistre poignée de main entre Pétain et Hitler) et, pour paraître plus grand, j’ai fait truquer cette photo (pratique qui rappelle les modifications de photos dans un but de propagande réalisées par Staline et Mao Tsé Dong). Lors de l’affaire Clearstream j’étais au courant depuis le début que mon nom était présent dans les listings et j’ai laissé faire dans le but d’apparaître comme une victime. J’ai même déclaré que je souhaitais voir « pendus à un crochet de boucher » ceux qui ont mis mon nom sur les listings. Pour rappel, Hitler aussi voulait voir « pendus à un crochet de boucher » ceux qui ont organisé l’attentat manqué contre lui. Il y a plusieurs mois, j’ai dévoilé à la TV qu’une opération d’arrestation de terroristes allait avoir lieu et j’ai ainsi risqué de faire échouer cette arrestation. Dans une de mes visites électorales en Corse, aux frais du contribuable, j’ai utilisé pour moi le seul hélicoptère de l’île. Un enfant s’est le même jour gravement blessé en randonnée et il est mort car il n’a pas pu être emmené aux urgences à temps, puisqu’il n’y avait plus d’hélicoptère disponible pour l’y emmener. Je suis, je suis...
        Voilà un bon argumentaire à exposer à ceux qui sont sous le charme de Sarkozy, de sa politique ultra-sécuritaire, de son autoritarisme, totalitarisme, parce que ça les rassure !
        Démontons l’image que Sarkozy se donne, c’est urgent car c’est un homme extrêmement dangereux, et je crois que nous ne sommes qu’au balbutiement des horreurs qu’il pourrait développer une fois au pouvoir. On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas. A vous de choisir dans quelle société vous voulez vivre

        Répondre à ce message

      • Merci pour vos conseils Monique, je vais tenter de les suivre. Mais c’est vrai que les collègues se défilent quand on leur demande de témoigner, c’est dingue !

        Répondre à ce message

  • je vis dans le 93 je travaille a montreuil et je vais déménagé dans le 94 a l’hay les roses j’ai un enfant a bas age je n’ai pad de voiture pour me rendre a mon lieu de travail sinon 1h30 de transport le matin 1h30 le soir ? comment faire j’ai des horaire décalé juska 20h30 puis je démissioné et toucher les assedic pour un déménagement du 93 au 94 merci de me repondre rapiment. sonia

    Répondre à ce message

  • bonjour,

    je vais m’installer à la reunion à partir du mois d’aout, mon employeur refuse de me licencier (je suis en cdi), je vais donc demissionner. est ce que j’aurai droit aux assedics, j’avai déjà des droits ouvert non épuisé ce jour, il reste 120 jours de droit assedic. puis je toucher les assedics ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Mon conjoint est en CDI, et a trouve un poste à la Reunion en CDI dont il est originaire. Il doit partir pour le mois de septembre 2007, Je suis en CDI et nous avons 2 enfants, si je démissionne pour suivre mon conjoint (nous ne sommes pas mariés) vais je touché mes ASSEDICS.

    Merci de voter réponse

    Répondre à ce message

    • Dans le cas de Titine le fait de démissionner pour suivre son conjoint est un motif "légitime" qui permet d’obtenir l’allocation chômage .
      Le problème est de prouver qu’il s’agit d’un conjoint au sens juridique du terme .

      Pour le cas de Geneviève la "perte involontaire d’un emploi" sera certainement plus difficile à prouver le changement de résidence n’étant pas un motif "légitime" (sauf "violences conjugales") au sens des textes .

      Il faudrait peut-être que l’un des deux conjoints trouve un travail dans l’Ouest avant que l’autre ne se décide à démissionner pour le suivre .

      L’ avis d’un de nos correspondants de l’ASSEDIC serait le bienvenu sur ces deux cas .

      Merci

      Cordialement

      Répondre à ce message

    • titine
      si tu as un certificat de concubinage d’avant et apres ta demission et qu’il y a bien mutation de ton conjoint cela rentre dans le cadre dune demission legitime. Tu auras le certificat de mutation de ton concubin ainsi que les certificats de concubinage a fournir. Mais pour etre certaine deplace toi dans ton ASSEDIC et demande leur confirmation surtout ne fais pas cette demarche par telephone car on peu avoir des surprises je parle en connaissance de cause Amicalement

      Répondre à ce message

  • les propriétaires vendant la maison que nous habitons nous désirons quitter la région (alsace) pour partir près de la famille de mon mari dans l’ouest car les loyers ici sont trop élevés. si nous démissionnons aurons-nous le droit aux assedic

    Répondre à ce message

  • bonjour
    je suis actuellement en congé parentale qui se termine bientot mais mon enfant aura 3 ans qu en mars prochain donc ne rentrera à l ecole qu en septembre 2008 pas avant et je n ai pas de nourrice (pas de crèche dans ma ville)car c est moi qui la elevee donc pendant 6 mois je n ai personne qui peux me la gardee comment faire si je dois reprendre mon travail ????
    donc il faudrais que j arrete de travailler , mais comment dire à mon employeur, il va me dire qu il s en fiche et ne voudra pas me licencier ?? il faut que je touche le chomage ???
    essayer de m eclaircir .
    Merci d avance.

    Répondre à ce message

  • bonjour

    j’ai un bebe de 5 mois et je n’ai trouver personne pour le garder (elle c’est desister ) je doit reprendre le tarvail
    mais je n’ai pas envie de me faire licencier, car mon ami travail aussi la bas.
    si je demissionne j’aurrait le droit au assedic ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour, mon amie a démissionné en juin 2003 d’un CDI pour un autre CDI, mais le nouvel employeur a mis fin à sa période d’essai au bout d’environ 20 jours. A la suite de cela elle n’a pu retravailler tout de suite car en congés de maternité à compter de la mi-juillet. Ayant accouché de jumeaux, elle a ensuite bénéficié d’un congé parental de 3 ans. Son congé parental s’est terminé en septembre 2006 et elle s’est donc inscrite aux assedic en octobre 2006 et ceux-ci lui ont refusé l’accès aux indemnités invoquant qu’elle avait volotairement quitté son emploi précédent et qu’elle ne pouvait justifier de 91 jours ou 455h de travail depuis son départ volontaire (mais également il me semble, que l’inscription se faisait plus de 3 ans après la perte de l’emploi). Une demande à la commission paritaire a aussi été rejetée. Est-ce normal ? Elle a depuis retrouvé du travail, mais avait-elle droit à ses indemnités, et si oui peut-elle demandé les arrièrés concernant la période où elle aurait du être indemnisée ? D’avance un grand merci. Cédric

    Répondre à ce message

    • Si vous avez lu l’article ci-dessus, vous avez dû voir que votre amie aurait pu toucher les Assedic si elle avait au moins 3 ans d’affiliation continue à l’assurance chômage. Sinon, il lui fallait effectivement retravailler 91 jours ou 455h.

      Mais une condition qui est rarement rappelée pour pouvoir toucher des allocations chômage, c’est de s’inscrire aux assedic dans l’année qui suit la fin du contrat de travail. Passé ce délai de 12 mois, sauf si on enchaîne des contrats et que donc l’Assedic prend en compte des périodes plus longues pour le calcul des allocations, les attestations assedic ne permettent plus d’ouvrir des droits.

      Répondre à ce message

      • Tout d’abord merci pour votre réponse, elle a arrêté de travailler le 30 juin 06 ne s’est pas inscrite aux assedic car a été mise en congé maternité courant juillet. En effte n’étant plus en état de travailler elle ne s’est donc pas inscrite aux assedic immédiatemment.

        Répondre à ce message

      • J’oubliais, elle avait effectivemment plus de trois d’ancienneté dans le 1er emploi.

        Répondre à ce message

        • démission légitime.
          Je me suis mariée le 20 mai.Jes suis en plein crédit immobilier, je vais déménager d’ici 4 semaines (nous reçevons les clés), pour que mon mari puisse se rapprocher de son travail car ça fait 8 mois qu’il a une vie à 100 à l’heure.(90 km 1 trajet.)
          Etant donné que l’on vient de se marier est-ce légitime si je démissionne de mon travail pour qu’il se rapproche du sien ?Vais-je toucher des indémnités des assédics le temps de trouver autre chose ?Même si nous avons actuellement la même adresse et que nous allons déménager ensemble ?
          Quels papiers va-t-il falloir présenter ?Dois-je attendre pour démissionner d’habiter dans mon nouveau domicile ou puis je le faire de suite sachant qu’il me reste 1 mois avant d’emménager et 1 mois de préavis à effectuer ?Est-ce que je peux déjà m’inscrire aux assédics de mon nouveau lieu de résidence alors que je vis encore à l’ancien ?
          J’ai vraiment besoin de conseils car entre le crédit, le déménagement et la démission je perds la tête !!!

          Répondre à ce message

          • Si votre cas correspondait au 1erb) du texte Unedic ci-dessous , vous pourriez démissionner pour suivre votre mari, voir avec l’ASSEDIC si le fait de se rapprocher d’un lieu de travail lointain est assimilable, pour votre mari, à une mutation interne loin de son domicile d’origine .

            Comme Juriste je dirais : OUI dans un souci évident d’équilibre et d’équité, mais on ne peut jamais être sûr de la réponse de salariés qui sont juges et parties à la fois (problème de la collusion de fait UNEDIC-MEDEF).

            Bonne chance .

            ACCORD d’APPLICATION n° 15 de l’UNEDIC :

            "§ 1er - Est réputée légitime, la démission

            a) du salarié âgé de moins de 18 ans qui rompt son contrat de travail pour suivre ses ascendants ou la personne qui exerce la puissance parentale ;

            b) du salarié qui rompt son contrat de travail pour suivre son conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi.
            Le nouvel emploi peut notamment être occupé à la suite d’une mutation au sein d’une entreprise ;
            il peut être la conséquence d’un changement d’employeur décidé par l’intéressé ;il peut correspondre à l’entrée dans une nouvelle entreprise par un travailleur qui était antérieurement privé d’activité ;

            c) du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d’un pacte civil de solidarité entraînant un changement de lieu de résidence de l’intéressé, dès lors que moins de 2 mois s’écoulent entre la date de la fin de l’emploi et la date du mariage ou de la conclusion du pacte civil de solidarité"

            Répondre à ce message

            • Merci pour votre réponse rapide.Donc je selon vous le §1erc) n’est pas à prendre en compte : suite à un mariage, démission pour changement de résidence ?
              Je suis désolée mais j’ai déjà passé 4 appels aux assédics et 4 réponses différentes !

              Répondre à ce message

              • Le 1erc) peut également être pris en compte et votre situation entre bien dans le cadre des cas évoqués par le texte, et surtout dans "l’esprit" de ce texte, qu’il s’agisse du 1erb) ou du 1erc) .

                Quel que soit l’alinea du texte retenu, je ne vois pas sur quel point de détail l’ASSEDIC pourrait vous refuser de considérer votre démission comme légitime .

                Insistez et faites vous accompagner si besoin est .

                Répondre à ce message

            • Bonjour,
              Voila, j’ai travaillé pendant plus de 3ans pour une société dans le Gers. Mes conditions de travail étaient devenues insupportables depuis que j’avais eu un bébé (je suis cadre et ça n’a pas été accepté) et la seule solution que j’ai trouvé pour y échapper a été d’obtenir un CIF. Je finis actuellement cette formation sur Toulouse. Mon mari parralèlement s’était fait licencié et a lui aussi suivi une formation qui se termine par une embauche à Toulouse (au 1/10/2007). Afin de suivre nos formations respectives, nous avons donc déménager et avons quitté le gers pour Toulouse. Bien que mon patron ne souhaite pas me voir revenir sur mon ancien poste, il refuse de me licencier. Je suis actuellement enceinte et je n’ai pas vraiment la force de ma battre pour me faire licencier. Je voudrais donc démissionner pour rapprochement de conjoint. Seulement, il faut produire un justificatif de changement de domicile qui consiste en un justificatif avant et un justificatif après. Le dernier justificatif de domicile du gers que je peux produire date de septembre 2006 ! Que puis je faire ? D’avance merci pour votre réponse.

              Répondre à ce message

  • bonjour ,
    j’ai demissionner de mon cdi pour un autre cdi une promesse d’embauche m’a été faite .quelque temps après mon arriver la personne qui m’ embaucher a demissionner de l’entreprise. parrallelement a ca j’ai appris que je n’avais pas été déclarer je n’est jamais eu de fiche de paies .a l’heure actuelle je ne suis plus rémunérée l’entreprise refuse de reconnaitre que j’ai été embauchée et ce malgrés un cdi en bonne et du forme .j’ai donc entamée une procédure au prud’ homme .j’ai voulu m’inscrire au asssedic et la surprise je n’est le droit a rien ! j’ai donc vu une assistante social dans l’espoir d’avoir le rmi mais la non plus je n’ai le droit a rien puisse que je suis tjs sous contrat .mais comment demissionner d’une entreprise qui ne reconnait pas votre embauche ?je suis desespérée je ne c plus quoi faire

    Répondre à ce message

    • D’après ce que vous écrivez, vous avez un contrat de travail, même si vous n’avez pas été déclaré.
      Vous pouvez essayer cette procédure :
      On peut démissionner en cas de non paiement des salaires, à condition d’avoir une ordonnance de référé allouant une provision de sommes correspondant à des arriérés de salaires. Il faut donc avoir le résultat de cette procédure juridique avant de démissionner. (Assedic, accord d’application n°15, chapitre B, §1)
      Je ne sais pas si le juge des référés vous donnera raison, et même si c’était le cas, je ne suis pas sûre que ça marche pour l’Assedic, mais peut-être pour le RMI.

      Ce qui serait peut-être le plus simple, c’est de faire une attestation sur l’honneur que vous n’avez ni salaire (d’où les prud’hommes) ni allocations chômage (vous devez d’ailleurs avoir une lettre de rejet) pour obtenir le RMI. Evidemment, la réponse risque de dépendre de la politique de votre Conseil général, et de la pression qui sera éventuellement faite autour de votre situation : dans quel département êtes-vous ?

      Bon courage !

      Répondre à ce message

      • Je suis actuellement en CDD de 3 mois avec une possibilité de CDI.Cependant, je ne désire pas conserver ce poste et donc quitter cet emploi à la fin de mon contrat. Par ailleurs, j’ai travaillé dans une autre société durant 6 mois (dont 4 mois d’arrêt maladie, mais j’ai rompu ma période d’essai pour mon emploi actuel et je n’ai pas eu de jours de carence entre les deux emplois. Je désirerai savoir si mon parcours m’empêchera d’avoir droit aux ASSEDIC ?
        Je vous remercie de prendre le temps d’étudier mon cas.

        Répondre à ce message

    • Autre conseil : Allez à l’inspection du travail et demandez au contrôleur d’aller constater ce que vous affirmez.

      L’employeur risque d’être signalé au procureur pour travail dissimulé et il peut être mis en demeure de vous délivrer les papiers réglementaires.

      S’il ne le fait pas, l’inspecteur vous donnera une copie du procès-verbal, que vous fournirez à l’Assédic, en plus du reçu de votre démarche aux prud’hommes.

      Répondre à ce message

  • Bonjour je travail actuellement a 150 km de chez moi mon amie a un emploi sur notre region d habitaion. Pour allé travailler je prend le train dans ma ville d hbitaion apres 1h30 j arrive a mon travail le soir je prend mon train dans la ville ou je travail et arrive 1h30 plus tard dans une ville a cote de mon lieu dhabitation car aucun train ne s arrete dans celle ci. N ayant pas le permis de conduire je suis obligé de marcher pendant 1h40 pour arriver chez moi. Si je demissionne aurai je le droit aux chomage ou si je part pour un cdd combien de temp doit durer celui ci .Merci de repondre a mes interrogations cordialement françois

    Répondre à ce message

    • Bonjour je suis actuellement en période d’essai et je souhaite quitté mon travail car celui ci ne me convient pas je voulais savoir si je toucherais les assedics ? sachant que jai travailler 6mois de suite avant en mairie dont j’étais partis avant la fin de mon contrat pour trouver un emploi dans la branche de mes etudes.

      QQ1 peu t-il me renseigner merci d’avance

      Répondre à ce message

  • bonjour

    je dois signee un contrat pro le 19/06/07 en tant que agent de reservation (cdd 12 mois), j ai passer un concours d aide soignante j ai ete recu a l ecrit et j ai passe l oral le seul soucis c est que les resultat d admission a l ecole ne seront qu afficher le 29 /06/07 puis je demissionner ensuite pour faire ma formation.

    Répondre à ce message

  • bonjour, j’ai eu un enfant en juin 2006, et j’ai repris mon travail a mi temps depuis le mois de septembre, mon patron a embauché quelqu’un d’autre a ma place et me harcele moralement pour que je craque et que je demissionne.
    Tout le monde me dit qu’il faut négocier un licement mais comment faire avec un patron qui vous deteste ?
    Si je demissionne pour un emploi saisonnier, aurais je droit au allocations chomages aprés ?
    Merci de me répondre, je suis desesperée...

    Répondre à ce message

    • Non, vous n’aurez certainement pas droit aux Assédic si vous démissionnez pour un emploi saisonnier. En outre, le régime d’allocation chômage des saisonniers est très défavorable aux chômeurs.
      Ne démissionnez pas. Votre patron vous harcèle ? Harcelez-le ! Allez voir les syndicats de votre entreprise, allez à l’inspection du travail, répondez-lui vertement s’il vous fait des remarques désagréables, faites de l’humour, lâchez-vous !

      Répondre à ce message

  • bonjour j’ai demissioné d’un cdi pour un cdi qui me convenait plus dans une autre societé mais au bout de 15 jours, pendant la periode d’essai, l’employeur m’a licencié, ayant travaillé 3 ans et demi dans la première societé, ai je le droit aux allocations chomage ?

    Répondre à ce message

  • J’ai démissioné le 30 juin pour rejoindre mon ami dans l’intention de me pacser...seulement le tribunal d’instance ne peut nous recevoir qu’au 3 septembre.Les 2 mois de délai seront écoulés à quelques jours !!! Que puis je faire ?? MERCI

    Répondre à ce message

  • Papa séparé veut rejoindre son fils à 400Km 17 juillet 2007 10:30, par stephane

    Bonjour,

    Je suis papa d’un petit de 5ans, sa mère est partie à 400Km, j’ai d’aord eu la garde mais en appel, elle a fini par obtenir sa garde et donc son départ et son éloignement de moi. Le motif des juges : je suis le père, elle est la mère et a donc tous les droits. Je souhaite donc me rapprocher de mon fils, seul solution pour moi. Mais il faut trouver du travail...
    Y a t il indemnisation, si je démissionne pour me rapprocher de mon fils, séparé de moi suite à décision de justice (parti à 400km) ? Merci

    Répondre à ce message

  • mon mari a sa propre société - il a trouvé dans le département voisin un errain avec surtout un entrepot qui lui permettra de stocker sa marchandise et d’y installer son propre atelier - nous y avons aussi une habitation qui fait parti de ce terrain - mon mari a pris la décision de s’y installer - situation parfaite entre 2 departements - nous avons donc acheté ce lot - il mute donc son siège social. mon poste étant hotesse d’accueil avec des horaires bien précis et situé en pleine metropole (acces uniquement par train - pas de possibilité de voiture la société n’ayant pas de parking)et ayant 1 enfant à conduire aussi a l’ecole etc... cela devenait très compliqué à gerer ainsi que les frais de nourrice (depot de l’enfant 7H15 à l’Ecole pour aller le recupérer à 19H30 le soir - 12H00 pour un petit de 6 ANS cela fait beaucoup)- j’ai donc démissioner pour trouver un emploi proche de notre nouvelle - habitation - cas legitime - pour suivre mon mari - qui mute sa société - l’assédic vient de me refuser les allocations- avec reprise de mon dossier dans 121 jours- qu’en pensez vous ? - je suis stupéfaite.

    Répondre à ce message

    • Si le texte sur la démission pour suivre son conjoint n’évoque pas de délai (ce qui aurait pu être un motif de refus) , il est bien précisé que le conjoint "doit prendre un nouvel emploi". Un déménagement d’entreprise n’est visiblement pas considéré par l’Assedic comme entrant dans cette catégorie.

      Si vous voulez tenter de les faire changer d’avis (car en même temps, à mon humble avis de rmiste, rien n’exclut clairement votre situation des démissions légitimes), allez-y à quelques uns, exiger de voir le directeur, ainsi qu’un texte stipulant clairement que votre démission n’est pas légitime. L’action collective est généralement le meilleur argument qu’entendent les administrations.

      Sinon, il vous faudra attendre 4 mois et présenter un dossier en commission paritaire. Celle-ci se base beaucoup sur l’intensité de vos recherches d’emploi pendant ces 4 mois, et les consignes sont plutôt strictes, surtout avec les démissionnaires. La commission est libre d’accepter ou de refuser votre indemnisation, il n’y a aucune garantie, ni votre bonne foi ni de réelles recherches d’emploi. La politique des assedic est de durcir les conditions d’indemnisation autant qu’ils peuvent.

      Bon courage !

      Sonia (AC ! Trappes)

      Répondre à ce message

      • Bonjour,
        Mon mari (cheminot) et moi travaillons depuis plusieurs années en Haute-Savoie (lui à la SNCF et moi en CDI dans un centre médical). Je suis d’origine bretonne et on cherchait depuis quelques années à revenir sur cette région. Etant donné que mon mari est dans une boîte où l’on peut prétendre obtenir une mutation (pour laquelle on s’était au préalable renseigné), dès que j’ai pu trouver un poste en CDI sur la Bretagne (en décembre 2006), j’ai sauté sur l’occasion. J’ai démissionner de mon poste et me suis installée chez mes parents en attendant que mon mari soit muté (on lui avait promis une mutation à la fin du 1er semestre 2007, c’est-à-dire juillet 2007). Malheureusement, on a appris qu’étant donné les "soucis" du frêt, il n’y aurait certainement pas de mutation avant février 2008 (voir après). Je ne supporte plus de vivre dans cette situation, moi en Bretagne chez mes parents et lui, en Haute-Savoie. Si je démissionne à nouveau de mon CDI pour le rejoindre (alors que dans son cas, il n’a pas été muté), ai-je droit aux ASSEDIC ?
        Merci pour vos conseils.

        Répondre à ce message

      • j’AI OMIS DE PReCISEZ QUE, EN PLUS AVANT DE DEMISSIONNER SUITE AU TRANSFERT DE LA SOCIETE DE MON MARI 6-J’AVAIS TELEPHONER AUX ASSEDICS POUR SAVOIR SI J’AVAIS LE DROIT A QUELQUE CHOSE - on m’a répondu - oui - j’ai insister en précisant que c’était la société de mon mari - et on m’a dit il n’y a pas de problème - suite à ma réponse négative - j’ai retéléphoné - en reposant la meme question - et là on me répond oui encore ...alors je dit hé bien expliqué moi pourquoi cela a eté refusé - et là on regarde mon dossier et on me dit - ce n’est pas un nouvel emploi
        donc dela est consiodéré comme un déménagement.....je pense que c’est assez grave de la part des assédics de dire renseigner vous avant de demissioner ... car lorsque vous le faites on vous donne de fausses réponses .... peut etre aurait il fallut me prévenir que cela etait possible uniquement si mon mari changeait de corp de métier !!!!!
        c’est très grave !!!! mais comment le prouver ?????
        j’ajouterais en plus que la société Sodie qui vous manage pour trouver un boulot vite fait bien fait - lors de mon inscrition et à la signature de
        mon engagement - m’a dit alors que je n’avais pas encore la réponse des Assédics - oui vous avez le droit à quelque chose - dans votre situation vous avez le droit à 23 mois .... jusqu’au bout on m’a fait croire que j’avais le droit à quelque chose !!!!!!
        aidez moi

        Répondre à ce message

  • la commission paritaire doit revoir mon dossier dans 121 jours - je dois apporter des preuves de ma recherche de travail - est-ce des mots pour endormir mon dossier ?
    si j’apporte un dossier avec des preuves de recherche - des entretiens mais sans aboutissements - mais sans periodes courtes de travail - pensez vous que mon dossier sera accepté ?

    Répondre à ce message

    • Essayez d’avoir un dossier en béton, avec toutes vos recherches d’emploi,prenez le temps de bien préparer votre dossier car vous ne pourrez plus le représenter. Pour moi la réponse était niet pour cette commission je ne recherchais pas assez activement un emploi :
      mon dossier présentait plus de 57 demandes 4 réponses 2 entretiens j’avais donnée ma démission suite a une promesse d’embauche rien n’y a fait la cerise sur le gâteau j’ai 55ans donc plus beaucoup d’espoir.
      les commissions sont toutes différentes.Je vous souhaite BONNE CHANCE 31600 Muret Hte Garonne

      Répondre à ce message

  • bonjour,
    je suis obligé de demissionné de mon cdi car ma femme etant partir s’ occuper de sa mere dans une autre region qui vivant seule et etant gravement malade(perkisson),pourrai-je toucher des allocations de chomages ou sinon que faire pour les avoir ?.merci

    Répondre à ce message

    • Si votre femme est embauchée par sa mère pour s’occuper d’elle, elle aura un emploi. Vous pourrez alors démissionner pour la suivre.

      Répondre à ce message

      • bonjour et s’il vous plait aider moi je travail depuis deux ans et 3 mois dans la meme entreprise dont un an en contratde professionnalisation et suivi d’un cdi depuis 1 an et 3 mois j’ai commencé a 19 ans mais les conditions de travail son de plus en plus degueulase les jour fériés son travaillé payer comme un jour normal e si pas travailler je doit les heures, j’ai était embaucher sans reconnaitre mon diplome le bac je doit payer mais erreur de caisses et les périmés du magasin, je me fait insulter, et rabaissé quand j’ose ouvrir un peut plus la bouche je veut absolument partir mais pas démissionner je vien de m’installer j’ai que 22 ans et je doit payer les facture mais, je voulez poser pour dépréssion car j’ai trés peur des mais patrons il m’intimide et je n’arrive plus a travailler dans cette état je me sens imcapable deleur parler et de leur expliquer que les conditions de travail ne me plaise plus !j’aimerais que quelqu’un puisse m’expliquer et m’aider dans ette situation qui commence a nous pourrir la vie et surtout a me conseiller avant que le al bol me pousse a faire la betise de démissionner ! aidez !merci

        Répondre à ce message

  • je suis actuellement contractuel au Conseil Général du Bas Rhin.
    Mon contrat d’ une durée de 1 an se termine le 31 octobre 2007. Le Conseil Général me propose un renouvelement de 1 an. Suis je en droit de le refuser et puis je prétendre aux allocations Assedic.
    Je suis en poste depuis le 01 Aout 2006, après avoir démissionné d’ un CDI que j’ai occupé durant 10 ans.
    On m’a dit que le Conseil Général en tant que collectivité territoriale avait un statut particulier. Donc même en allant au bout du contrat, le fait de refuser le renouvellement était considérer comme une démission. Je rappelle que je suis contractuel et non fonctionnaire. Qu’en est il ? merci

    Répondre à ce message

    • Je pense que les réponses à vos questions se trouvent dans votre contrat et sur vos feuilles de paie.
      Votre contrat indique les articles du code de référence. Faites une recherche sur internet (legifrance) pour savoir si, d’une part, le CDD a été créé légalement et d’autre part les conditions qui s’appliquent à ce type de contrat.
      Mais il est vrai que souvent, pour les contrats de droit public, le non renouvellement du CDD du fait du salarié est considéré comme une démission (voir les commentaires sur l’hôpital de Périgueux sur ce site).
      En ce qui concerne l’indemnisation chômage, si vos feuilles de paie indiquent une cotisation à l’Assédic, c’est cette dernière qui vous indemnisera.

      Répondre à ce message

  • un employeur peut il se rétracter sur l envoie de attestation d assédic demission passe au licenciment car je veux contester ma démission si je ne suis pas indenmisée car la démimissoin empute sur d autre attestation d autre employeur sur 2 licenciments pas facile je suis assistante maternelle

    Répondre à ce message

  • Bonsoir, j’ai démissionné il y a 6 mois du poste que j’occupais depuis 20ans sans aucune période de chomage, je n’ai pas le droit à des indemnités. Je suis actuellement embauchée pr un CDD de 3 mois, je crains que celui ci ne soit pas renouvelé, aurai-je alors droit à des indemnités ?

    Répondre à ce message

  • je voudrais savoir combien d heures je dois faire pour avoir droit au assedic lorsque mon mari aura sa mutation
    au antilles

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je travaille depuis 3 ans dans une société privé en alsace. Mon compagnon a commencé une these en angleterre il y a un an et je souhaite à présent le rejoindre. Si je démissione ai-je droit à des allocations chomage ? quelles sont les démarches à suivre ? J’ai téléphoné aux assedic de ma région, qui n’ont pas vraiment su me répondre et m’ont invité à contacter l’office du travail en angleterre...
    Mon compagnon et moi ne sommes ni pacsés, ni mariés, mais avant vécu 1 an ensemble avant son départ.
    Merci pour votre aide

    Répondre à ce message

  • bonjour, je voulai savoir un renseignement. Mon amie et mutait dans une autre région moi je sui obligée de le suivre donc quitter mon travail et sachant qu’on à une petite fille en basage j’aurai t il droit au chomage directement mais nous sommes pas marier ni pacsé ? merci

    Voir en ligne : Démission liées à un déménagement, dans certains cas. accord d’application n°15, chapitre A, §1

    Répondre à ce message

  • Bjour
    J’ai dû il y a quelques mois quitter la région parisienne (appartement, contrat à durée incertaine) car mon fils alors âgée de 14 ans avait été exclu de son collège pour trafic de drogue. Avant de prendre cette décision avait contacté 2 internats (lettre + motif exclusion). Aucune réponse. Avait été accepté malgré son dossier collège de Belleu (aisne) N’ayant pas trouvé de travail je me suis inscrite aux assedics de soissons. Leur réponse avait été que le cas de mon fils n’était pas pris en considération et qu’il me fallait attendre un délai de 3 mois pour que mon dossier soit réexaminé. Par contre, si j’avais eu un compagnon devant s’installer dans l’aisne pour travail là mon dossier passait. Juridiquement un compagnon vaut il mieux qu’un fils pour que l’on vous prenne en considération ?...

    Répondre à ce message

  • Bonsoir,
    je travaille depuis 10 ans dans une clinique privée en tant que secrétaire médicale et veux intégrer une école d’infirmière. Or les études durent 37,5 mois et à part 1 an de Fongecif (?) je pense n’avoir droit à rien. Est il possible de démissionner et d’attendre 4 mois avant la rentrée de septembre 2008 pour toucher les assedic ? Je ne ferais pas de recherche de poste mais j’intégrerais une école diplômante et qui plus est dans un secteur recherché et sans chomage.Merci de me dire si cette option est valable.

    Répondre à ce message

    • Ne démissionnez surtout pas ! Rien d’oblige l’Assédic à vous indemniser après 4 mois. Et même si elle vous indemnise, elle essaiera de vous coller n’importe quel emploi de secrétaire y compris à temps partiel.
      Vous n’avez pas encore compris que l’Assédic n’est pas là pour vous aider ? Vous n’avez pas encore compris que la patronat gère la main d’oeuvre à sa convenance à travers l’Assédic et l’ANPE et que le patronat n’en a rien à faire de vos souhaits de réorientation professionnelle ?
      Pour connaître les possibilités d’être rétribuée pendant la formation, voyez auprès des écoles d’infirmières et des syndicats de santé.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Voilà mon problème je ne sais pas si j’ai le droit au assedic et ça me hante.

    J’ai eue mon premier emploi en cdd d’1 semaine du 6 novembre au 10 novembre 2006 et un autre cdd de 3 mois le 24 novembre 2006 à mi temps, parallèlement, j’ai eu un cdi à mi temps à partir du 4 décembre 2006. Je suis partie sans démissionnée mais en abandonnant mon poste, j’en pouvais plus du stress de mon boss, le 3 avril 2007 et mon employeur m’a donc licencié pour abandon de poste. Ensuite pas de boulot je suis donc partie en vacances 2 mois (je ne touchais rien des assedic donc ça ne posais pas de problèmes je pense), j’ai eue un cdd de 2 heures (et oui ça existe) et je suis depuis le 7 septembre 2007 en cdd d’1 mois et demi qui va s’arrêter le 20 octobre 2007.

    A votre avis j’aurais droit à une allocation chomage ?

    Merci d’avance pour la réponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je suis actuellement en CDI depuis + d’un ans et auparavant j’ai occupé un CDD pendant 8 mois.

    Mon concubin est actuellement en formation et touche le chômage.
    Dans le cadre de sa formation, il doit faire un stage de 3 mois hors département. Sachant que le département en question est la Réunion, cela signifie qu’il doit faire son stage en métropole...soit à + de 10 000 km. Nous vivons ensemble et avons un bébé...

    Aussi, ma question est la suivante : souhiatant le suivre, puis-je démissionner pour suivi de conjoint alors que c’est un stage qui l’ammène à se déplacer et pourrais-je donc bénéficier des assedics le temps de retrouver un emploi en métropole.

    Je précise par ailleurs, que suite à son stage nous resterons en métropole où a priori tant lui que moi auront + de faiclités à trouver un nouvel emploi.

    Répondre à ce message

  • Bonsoir,
    Je suis salarié depuis 4 ans dans une agence immobilière. Pas de chomâge à mon actif. Aujourd’hui je veux préparer un concours qui m’est impossible de travailler avec mes horaires actuelles. Certains se forment pendant 1 an pour le passer. Moi je plaque tout et m’y consacre sérieusement pendant un délai de 3 mois. Puis je prétendre aux assedics pendant ce temps là. en sachant qu’un licenciement m’est impossible ?
    Merci pour vos réponses, je suis réellement coincé. Je suis célibataire en union libre.

    cordialement.

    Répondre à ce message

  • bonjour à tous et merci de prendre un peu de votre temps pour lire et si vous connaissez bien le droit me renseigner sur une question qui est pour le moins vraiment atypique :
    - Voilà je suis actuellement en congés sabbatique pour une durée de 11 mois et qui se poursuit donc jusqu’au 04 janvier 2008.Je travaille officiellement dans le nord de la france et je suis venu m’installer dans le sud avec ma femme qui a démissioné du Nord pour me suivre dans le sud.Elle a bénéficié du suivi de conjoint par l’assédic mais entre temps elle a retrouvé un CDI et elle se plait vraiment beaucoup dans son entreprise .Pour ma part j’ai trouvé un CDI dans la région SUD mais je n’arrive pas à m’éclater dans mon poste et je souhaite par conséquent donner ma démission dans cette entreprise pour réintégrer mon poste dans le Nord.Simplement nous vivons ensemble sur marseille à la même adresse.
    Pensez vous que je puisse bénéficier d’un suivi de conjoint si je démissionne du nord après avoir fait 91 jours minimum ,pour ensuite rejoindre ma femme dans le SUD et ainsi créer ma propre société.
    Je sais que cette question et difficile et je pense très sincérement que je vais avoir divers renseignements puisque même l’assedic ne me reponds pas lorsque je pose la question sur leur site.
    En vous remerciant d’avance
    un fidéle lecteur

    Répondre à ce message

  • BONSOIR
    J’ai un souci l’ex copain de ma patronne joue le patron sa copine fait la secrétaire et il y a plein de magouille dans la societe de plus ils sont en redressement judiciaire, il nous harcele moralement suite a cela jai perdu mon bebe et jai fais une dépression suite a cela mon mari ma encourager a repartir travailler dans cette societe cela fait deux mois que jai repris le travail et je nen peu plus aidez moi je souhaiterai demissionner car j’envisage une deuxieme grossesse merci

    Répondre à ce message

    • Si votre société est en redressement judiciaire, il ne faut surtout pas démissionner.

      Il y aura sûrement des licenciements pour motif économique.

      Le harcèlement c’est pour vous inciter à la démission, ainsi l’employeur aura moins à payer mais vous, vous perdez vos droits au revenu de remplacement.

      Essayez de vous renseigner sur le redressement en cours, mais ne démissionnez pas.

      Répondre à ce message

  • Je souhaite démissionner pour suivre mon concubin dans un autre département, je suis en CDI depuis le mois de Mai 2007 le justificatif de vie commune peut être de quelle sorte déclaration sur l’honneur, certificat de concubinage ou avis d’imposition de moi même et de mon conjoint.
    le délai pour percevoir éventuellement une allocation chômage est il important ou pas merci

    Répondre à ce message

  • suite à un licenciement en mai 2006 j’ai trouvé dès le 1 juin 2006 un travail à tps partiel (65h) par mois aujourd’hui sans courrier de la part des assedeic sans me prévenir je n’ai plus de paiement
    il a fallu que je me déplace car toutes leurs réponses à mes courriels étaient très vagues (problème informatique, à l’étude etc)et là suprise on me dit que je travaille depuis 15 mois donc je n’ai plus rien si je démissionne ai je le droit à nouveau à des indemnités ? ou quel recours je suis seule avec 2 enfants donc je ne peux vivre avec 500 euros

    Répondre à ce message

  • voila bonjour j ai un entretien avec mon patron ce lundi pour inaptitude dans mon poste de travail reconnu par la medecine du travail donc j ai fait mon premier certificat par la medecine du travaille qui celui ci m a mis inapte a revoir dans 15 jour bien sur pour un 2 ieme certificat mon patron n a pas donne de reponse pour me reclassee dans les 15 jour qu il avait esque il est en faute apres finalement il m a envoye pour un reclassement pour un poste de plonge et d entretien seulement pour 1 jour dans la semaine pour 5heures de temps alors que j ai un contrat de 169 heures dans la restauration esque celui ci est une faute de ma part de refuser car je ne suis pas femme de menage j ai un diplome de cuisinesavoir a combien j aurai droit de chomage pour mes indemnnite journaliere

    Répondre à ce message

  • bonjour pour moi cela fait que j’ai ete arreter pour le dos 2mois et denie ,mais la douleur date depuis longtens mais je suis sous traitement depuis mars le moral ni est pas car mon epoux et moi somme seule ici car les enfant sont en alsace rt depuis que jai repris le travalle je ne me sant plus a ma place et la relation avec mes superiur a changer puis je demision pour pouvoir me raprocher de mes enfants et petits enfants et quelle sont mais droit car sa fait 3ans que jai un cdd merci car je ne sit que faire et je suis mal dans ma tete car je travaille depuis 75 merci

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    j’ai quitté mon emploi pour X raisons, suite a quoi j’ai crée une entreprise , J’ai quand même demande une allocation afin de débuter mon activité avec un petit appui non négligeable, la commission paritaire en a tranche autrement , leur réponse est négative mais surtout sans explications .
    Je voudrais savoir qui contacter afin d avoir plus d’informations, ayant toujours travaille et cotise, je ne saisis pas comment peut on répondre négativement vis a vis de futurs créateurs d’emplois .

    Sincères salutations .

    Arnaud

    Répondre à ce message

  • j’envisage de faire un bébé cette année et je suis en CDI depuis 1an. J’aimerai savoir si je peux démissionner pour m’occuper de mon bébé et toucher les assédics. Ou mettre mon contrat en "attente" et revenir dès que mon bébé aura 1an et toucher les assédics pendant cette période.Merci.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai saisi le conseil des prud’hommes pour travail dissimulé. J’ai gagné aux prud’hommes et mon employeur est condamné à me payer mes salaires pendant toute cette période dite dissimulée.
    Je suis allée aux assedics avec l’attestation de décision des prud’hommes qui condamne mon employeur à me payer mes salaires sur une période de 6 mois.
    Mais les assedics m’ont répondu que si je démissionnais, ils ne pourais pas me verser d’indemnités de chômage car il aurait fallu que je démissionne avant la décision des prud’hommes et ensuite qu’il leur fallait une ordonnance de référé et non une décision prud’hommale. Est-ce possible ?
    Je ne comprend plus rien. J’ai deux petits enfants à charge et suis pour l’instant suivie par un psychiatre et donc en arrêt maladie, ne pouvant retourner travailler dans un bureau de 9 m2 avec mon employeur juste à mes côtés. Financièrement, cette situation va bientôt devenir catastrophique, on accumule emprunts sur emprunts pour s’en sortir. J’aimerai vraiment pouvoir être séparée de cet employeur pour pouvoir retrouver un autre emploi. Mais je ne comprends pas pourquoi les assedics ne veulent pas tenir compte de la décision des prud’hommes. Cela me paraît invraisemblable.

    Répondre à ce message

  • Bonjour !
    Je suis étudiante, en formation de monieur éducateur. A côté de cela je travaille dans une grande surface tous les week end grâce à un cdi. Ma formation se faisant essentiellement par des stages de plusieurs mois, je ne peux continuer mon cdi puisqu’il me faut être présente sur mon lieu de stage les week end. Puisque c’est un cdi, si je démissionne je ne toucherai pas d’indémnités ? Mais comment payer mon loyer, les transpots, la nourriture ?
    Je vous remerci d’avance de me répondre..
    Sophie

    Répondre à ce message

  • bonjours,
    mon époux a démissionner de son ancien travail pour pouvoir suivre une formation, biensûr avant de déposer sa démission il a fait une demande au fongécif qui a refusé. donc pour avancer dans son projet de formation, il s’est inscrit à l’anpe, aux assedics ainsi qu’aux intérimes. une fois qu’il a obtenu son nombre d’heures suffisant il a déposé son dossier aux assedics pour déclencher ses droits aux allocations chomages. malheureusement la réponse fut négative car selon eux il n’a pas fourni assez d’effort pour un reclassement,alors qu’il n’a pas cesser de travailler depuis sa démisson en intérime, il s’est aussi présenté aux offres d’emplois envoyées par l’anpe mais mon époux ne recherche pas un cdi mais son but est de faire une formation dans la plomberie et comme la formation débute en octobre il a préféré faire de l’intérime en attendant. donc nous estimons que cette décision n’est pas juste et aimerions savoir ce qu’on peut faire

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je vis actuellement à l’étranger depuis 4 ans, à l’époque j’ai démissionné pour m’installer à l’étranger. Au jour d’aujourd’hui j’ai des problèmes de santé qui m’empêche de poursuivre ma carrière professionnel (un CDI). Ma question est : si mon employeur me licencie et que je retourne vivre en France est-je droit à percevoir des indemnités chomage en France ? si oui quel sera le calcul ?
    Autre question, si mon mari démissionne pour me suivre, quel sont ces droits ? (sachant qu’il n’a jamais travailler en France).

    Merci par avance,

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Actuelement je suis en congé individuel de formation(je suis en cdi). Malheureusement c’est une formation de trois ans, et le fongecif n’a accepté de financer que deux ans ( mon employeur verse mon salaire et se fait rembourser par le fongecif). Du coup pour la troisième année je suis obligé de démissionner pour continuer ma formation. Ma demission serait-elle légitime pour les assedics ? c’est la question que je mepose

    Répondre à ce message

  • Je suis salariée et en cours de creation de société.
    Puis je prétendre aux ASSEDIC ou non car il est trés difficile de faire toutes les démarches administratives à la création et de continuer de travailler normalement.

    Merci d’avance pour vos suggestions.

    Répondre à ce message

  • bonjour, je voulai savoir si en cas de rupture de contrat d’un cummun accord d’un CDI on a le droit au chômage. ???? j’ai eu 2 personne au téléphone des assedic et 2 réponses différentes.Que dit la loi à ce sujet , j’ai rien trouvé !!
    la situation est que j’étais en CDI 25H ou j’ai démissionné pour un 35h ou au bout de 2 mois on a fait une rupture de contrat d’un cummun accord. après j’ai travaillé 2 mois et demi et là je travaille plus et mon dossier n’ai tjs pas passé en commission.mais si il prenne en compte mon travail de 35h et celui d’après je devrait retrouvé mes droit. d’après ma logique. merci de répondre à ma question

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Je suis comme vous tous en quête de réponse.
      Voici ma situation.
      J’ai travaillé pendant 16 mois cumulé et ouvert des droits Assedics. Je n’ai jamais percu ses droits car j’ai réussi jusqu’a aujourd’hui à trouver des postes précaires les uns à la suite des autres.
      Suite à mon ouverture de droits j’ai trouvé un poste en CNE où j’ai démissionné après 4 mois car mon directeur mp’vait dit que c’était un CDI.
      A la suite de cette demission j’ai enchainé sur un CDD de 5 mois que j’ai rompu pour un nouveau CDD (mon acien employeur) que j’ai fais à terme (6 mois).
      Aujourd’hui je finis une mission interim de 3 mois.

      En mars j’ai recu un courrier des Assedics pour me dire que mes droits était clos (surement les 16 mois de cotisations jamais percus).

      Ma question est la suivante : est ce que mes deux départs consécutifs m’empecheront de percevoir les assedics des 2 dernières missions accomplies à terme ?
      Si oui à partir de quand recevrais je mes premiers versements ?
      Si non est ce que mon dernier CDD rompu (5 mois) sera pris en compte dans le calcul dans la mesure où j’ai poursuivi avec un CDD de plus de 3 mois ?

      Merci beaucoup de votre retour car je commence à paniquer maintenant que je vais me retrouver au chomage pour sur.

      Répondre à ce message

  • cela fait 7 mois que je suis au chomage sans avoir touché des allacations. j’ai démissinné de mon travail suite a mon congé parentale de "3ans J’ai fait appel auprés des assedics mais ils ont refusé pour manque de recherche de travail alors que j’ai fait des demarches pour devenir assistante maternelle j’ai fat une formaton.Est ce qu’aprés 7 mois de chomage aurais je drot aux alloations ?

    Répondre à ce message

  • j’ai démissionné depuis le 31 mai 2007 bien sur pas indem par l’assédic. 2 entretien d’embauche, un parcours avec agent ANPE pour formation + répondu à 40 candidatures sur site ANPE pas une réponse positive. Ressaisit commission Assédic pour indem. Répondu non car il considère que mes recherche n’ont pas été assez importantes ?
    Est ce normale. Comment puis je faire pour être indem.
    J’ai retrouvé un boulot pour 3 mois (de mai à Août 2008) + 4 mois (de janvier à mai 2007) aurai je droit au chomage après la fin de mon boulot

    merci d’avance

    Répondre à ce message

  • voila jai demissionné l’année derniere javais un emploi en cdi par la suite je suis tombé en demission je me suis inscrit le 28 janvier 2008 au assedics jai bien sur essyé un refus d’indemdemnisation voila jai reecrit la recament pour reevalué ma situation car jai des recherches d’emploi et surtt un projet pour la rentré une formation je ne pourrai la faire qua une condition ces de percevoir les assedics et jai a nouveau essayer un refus alors il faut que j’effectue 456 h en entreprise pour pouvoir y pretendre alors qua la base jai le droit a 2 ANS pleins pot ces decourageant !!!!! esje des recours ou pas pour les faire allé dans ma requete ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour

    Je vous présente mon cas et j’espère que vous pourrez m’aider.

    Je suis reconnu travailleur handicapé catégorie B (selon les anciens critères) depuis environ 3 ans pour une maladie neurologique. Je suis bénéficiaire de l’ASS (ancien emploi-jeune avec une formation en Centre de Formation pour Adulte (CRP) qui s’est déroulée environ 2 ans après la fin de ce contrat). J’ai réussi à trouver un travail à temps partiel à raison de 21H par semaine. Ceci est censé correspondre à 40 interventions informatiques chez des clients (installation de matériels pour internet et, depuis peu, dépannage des ordinateurs).

    Mon problème réside dans le fait que je ne peux pas chercher un autre emploi à temps partiel pour arriver à joindre les 2 bouts. En effet, le nombre d’interventions chez les clients et les horaires sont aléatoires. Je ne sais même pas comment je pourrai me débrouiller pour aller voir les 2 médecins qui me suivent pour mon handicap.

    Mes frais de déplacement me sont remboursés au lance-pierre et l’usure de mon véhicule n’est pas prise en compte (je n’ai pas accès à un véhicule de société donc j’utilise ma propre voiture). Je fais pas loin de 1 000 kms par semaine...

    De plus, je dois subir la colère des clients quand la société m’envoie chez des gens dont les lignes téléphoniques ne sont pas prêtes pour internet ou que le matériel qu’ils ont reçu ne fonctionne pas. Ceci me touche moralement et je dois avouer qu’il y a des jours où je pars au travail avec une grosse boule dans l’estomac car j’ai peur de la réaction des clients s’il y a des problèmes : on a failli m’agresser physiquement une fois et un client a menacé de me trainer en justice pour cause d’incompétence et d’escroquerie à son encontre. Bien entendu, c’est moi qui était menacé et nullement ma société...
    Je me vois mal aller voir la médecine du travail (ou tout autre organisme) et leur expliquer ce que vous venez de lire, afin de casser mon contrat de travail pour dépression ou tout autre souci psychologique vu qu’il y a d’autres employés dans la société et qu’ils semblent bien endurer cette situation.

    Je souhaite donc démissionner de ce "piège". Seulement, je ne veux pas perdre les ASS ou me retrouver sans le RMI sous prétexte que j’ai démissionné. Mon patron ne me licenciera pas car il a eu trop de mal à trouver un imbécile comme moi qui, pour 21h par semaine, doit se rendre disponible 6 jours par semaine et qui, en plus, est titulaire d’un diplôme supérieur à celui qui est demandé normalement pour cette activité.

    Donc, j’aimerais savoir ce qui risque de m’arriver financièrement et "ANPEïquement" (si vous me permettez ce terme) si je démissionne, car je suis encore en période d’essai. Mon contrat de travail indique que "la période d’essai sera de 6 mois pendant laquelle chacune des deux parties pourra y mettre fin sans préavis ni indemnités.". Cela influe-t-il sur les droits Assedic ?

    Je vous remercie par avance.

    Répondre à ce message

    • D’abord, ne démissionnez jamais. Vous perdriez vos droits au régime chômage.
      Ensuite, foncez aux Prud’hommes : votre contrat me semble tout ce qu’il y a de plus irrégulier. Un emploi à temps partiel (comme un emploi à temps plein d’ailleurs) doit comporter la mention des horaires. C’est obligatoire. Un contrat de 21h doit vous permettre de compléter votre salaire par un autre contrat. Sinon, votre contrat peut être requalifié en contrat à temps plein (avec rappel de salaire y afférent).
      La période d’essai de 6 mois est-elle légale ?
      Lisez le Code du travail, pointez les irrégularités de votre contrat, consultez éventuellement un syndicat ou un avocat et n’hésitez pas à aller aux Prud’hommes (procédure gratuite).
      En attendant, imposez à votre patron un horaire fixé à l’avance, par contrat.
      Vous serez gagnant de toute façon : s’il vous licencie, vous n’aurez pas à démissionner. Et vous irez quand même aux Prud’hommes.

      Répondre à ce message

  • actuellement j’ai des difficultées avec mon employeur, j’aimerai démissionner. d’autant plus que mon mari à trouver un nouvel emploi à 800km de chez nous au 1/09/08 et avec nos enfants nous aimerions le suivre le plus rapidement possible.le problème, c’est que mon mari doit nous trouver un logement d’abord sur place donc nous pourrions le rejoindre que d’ici 2 ou 3 mois(le temps en plus de vendre notre maison et de faire nos cartons).ma question est, si je démissionne tout de suite, aurais-je quand meme droit aux assédic pour suivre mon mari ?

    Répondre à ce message

  • Actuellement en arrêt de travail longue durée(+ de 6 mois)suite à une dépression liée à ma profession (aide auxiliaire de puériculture)depuis 8 ans dans une crèche associative, pensez-vous que si je venais à démissionner mon cas pourrai être considéré comme légitime. Sachant que je possède tous les justificatifs prouvant "ma dépression", les médicaments que je prends depuis 2005 et mes visites chez un spécialiste. J’ai débutée dans cette crèche en 2001.Aujourd’hui et malgré mes efforts je suis toujours au même stade (angoisse, pleurs, nuits perturbées...)et je n’es qu’une crainte c’est de remettre les pieds la-bas.Alors que faire ?? si mon arrêt n’était pas prolongé et qu’en septembre je ne me présente pas à mon poste ???Si j’envisage une démission c’est qu’il me faut rapidement couper les avec mon employeur. Il ne répondent plus à mes courriers et bloquent des documents destinés à la Sécu.Soc.Je veux trouver autre chose pour redevenir ce que j’étais avant. Une fille gaie et dynamique... Merci pour la ou les réponses que vous pourrez apporter et courage à tous ceux qui rencontrent des difficultés............

    Répondre à ce message

  • bonjour mon epouse et entrer en ecole de police le premier septembre apres concour elle et salarier et affilier a la secu de la police national, elle est donc a 450km de mon domicile. Je suis salarier dans la meme entreprise depuis 1999,je veux savoir si j ai le droit de demitionner pour suivre mon epouse car l eloigement et insuportable aurais je droit aux assedic
    cordialement

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Francais, travailleur frontalier au luxembourg depuis 2 ans, mon amie vient d’etre mute dans le sud.
    Nous sommes pacse depuis 2 ans.

    Ai je le droit de demissioner pour la suivre (sachant que le luxembourg ne reconnait pas le PACS francais ) ? Toucherais je les indemnite chomage des assedics ?

    Merci.

    Répondre à ce message

    • Bonjour,
      En reponse aux messages sur l’ouverture de droit suite a une demission pour suivi du conjoint.
      Je viens de vivre la même experience, je viens d’avoir une mutation a 500km de mon domicile initiale.Ma compagne m’a suivi dans ce demenagement. Il est important de signaler que nous ne sommes pas Pacsé, nous ne sommes pas mariè, et nous n’avons fait aucun contrat de concubinage ou autre. C’esta dire qu’au niveau legale nous n’avons rien d’officielle qui prouverait une vie en couple depuis plusieurs années.
      Concernant les assedics : la personne suivant le conjoint mutè doit donc demissionner de son travail, pour prouver ce motif il s’agit simplement de fournir a cet organisme 2 choses : 1) L’avis officielle de mutation ou le nouveau contrat de travail de la personne mutèe. 2) le plus important : le bail ou une facture EDF/GDF aux 2 noms, sur l’ancienne adresse et sur la nouvelle. Ces documents suffisent a prouver une relation entre les 2 personnes.
      Donc pas besoin de se pacsé ou de se marier pour ouvrir des droits, ça c’est encore autre chose puisqu’il s’agit d’un autre cas de demission pour rejoindre son futur conjoint, et là il y a une contrainte de 2 mois dans la realisation de ce projet.
      Concernant le travail dans l’union européenne, il faut se renseigner de la possibilitè de faire transferer sa cotisation "chomage" sur les caisses des assedics. Certains pays ont des accords avec les assedics. Bien souvent il faut remplir un document demandant ce transfert avant sa prise de poste.
      Bon courage dans vos demarches.

      Répondre à ce message

  • bonjour,je suis dans une situation très difficile.j’ai été suspendue de mon agrément en tant qu’assistante maternelle suite à des accusations mensongères d’une mauvaise mère il y a plus de trois mois maintenant.ses accusations sont graves, elles sont portées sur mon fils de 12 ans.actuellement, je suis sans ressources car j’ai démissionné de cette personne qui malgré ces accusations voulait quand même me laisser la garde de ses enfants.j’ai été contrainte de virer cette ignoble personne qui m’imposait ses gosses.sur ce, pour se venger elle a déposé une plainte auprès de la gendarmerie j’ai perdu mon emploi et je n’ai droit après plus de vingt ans d’activité à aucune aide c’est ignoble j’ai moi même déposé une plainte directement auprès du procureur de la république les assedics m’ont encouragé sur cette voie afin de pouvoir obtenir mes droits mais je n’arrive pas à obtenir un récipicé de ma plainte qui est primordial pour obtenir quelques ressources j’ai obtenu seulement la date et le numéro de ma plainte par la maison de justice et du droit que j’ai contacté recemment est ce que je peux obtenir des aides rien qu’avec ces renseignements aidez moi je suis désespérée j’ai des dettes que je dois un peu partout aidez moi je n’en peux plus de cette situation je vous fait savoir aussi que je n’ai toujours pas été entendu par la gendarmerie afin qu’ils écoutent les vrais faits et je vous garantie qu’ils vont être très surpris

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai quitté mon acien travail (Cadre chez gerflor) car ma rémunération ne correspondait pas avec le travail que je fournissais. Je suis en ce moment chez Styl Pack mais ce travail ne me plait pas, ma période d’essai se termine dans 1 mois, aurais je droit à des indemnités de chômage

    Merci

    M.Lombard

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    mon ami (avec qui je vie en ce moment)viens de trouver un travail en cdi dans le Tarn et Garonne
    je suis en Normandie donc j’envisage de démissionner pour le rejoindre
    aurai-je droit a l’allocation chomage ?
    merci d’avance pour votre réponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai décidé de démissionner de mon poste de gestionnaire en assurance que j’occupe depuis 10 ans à Paris pour aller rejoindre mon compagnon qui a trouver un travail à Marseille.
    Toutefois, nous n’avons établi aucun certificat de concubinage justifiant de notre vie commune et aucun document n’est établi à nos deux noms prouvant notre vie commune. Dans ce cas, je ne peux prétendre à l’allocation chômage s’agissant, selon les assedics, d’une démission non légitime.
    J’aimerai savoir si les assedics peuvent me verser cette allocation si je prouve que je quitte Paris pour m’installer à Marseille en leur produisant des documents justifiant de notre vie commune sur place (quittances EDFGDF par exemple.
    A défaut, une attestation sur l’honneur signée par nous deux et par des témoins est-elle suffisante pour justifier de notre vie commune et pour avoir droit à l’allocation chômage.
    Autre cas, dans la mesure où je pense à me reconvertir, les assedics accepteront-ils de me verser l’allocation chômage si je démissionne pour suivre une autre formation préalablement choisie auprès de l’ANPE.
    Vous remerciant par avance de votre réponse,

    Répondre à ce message

  • MON MARI A EU UN ACCIDENT DE TRAVAIL (je ne le connaissais pas encore) NE POUVANT PLUS FAIRE SON METIER APRES UN DIVORCE A N’EN PLUS FINIR (7ANS) IL VEND LA MAISON. NOUS NOUS VENONS DE NOUS MARIER LUI N’AVAIT PAS DE BOULOT IL ENTREPREND DE CREER SON ENTREPRISE A LA SUITE DE CELA JE DEMISSIONNE POUR LE SUIVRE ETANT PERSUADEE DE TOUCHER L’ARE DONC NOUS SOMMES PARTIS DANS LE BAS DE LA FRANCE EH BIEN COMME SON ENTREPRISE EST EN COURT DE CREATION JE NE PERCOIS RIEN OU PLUTOT SI COMME JE SUIS RESTEE DEMANDEUSE D’EMPLOI PARCE QUE LE TRAVAIL QUE J’AVAIS AVANT N’ETAIT PAS CE QUE JE RECHERCHAIS. DONC IL ME DONNE L’ASS DEPUIS 4 MOIS ET MOI AU BOUT DE 4 MOIS SUITE A MA DEMISSION JE DEMANDE L’ARE (LA REPONSE ET SI VOUS VOULEZ L’ARE IL FAUT REMBOURSER L’ASS DEPUIS 1 JUILLET 2008).
    JE NE PEUX REMBOURSER CETTE SOMME CAR MON MARI EST DEJA A L’ASS ALORS SI JE REMBOURSE NOUS N’AVONS PLUS QUE 450€UROS POUR VIVRE.

    Répondre à ce message

  • bonjour j ai demeissionne de mon travail en 2005 en region parisienne parce que je demenageais a la campagne a cause de mon asthme je me suis inscrite en debut 2006 aux asssedic mais je n ai rien eu le droit au bout de 4 mois c est passe devant la comission mais je n avais assez de recherche d emploi donc refuse ce qui n est pas evident quant on a pas le permis et qu il n y a aucun moyen de locomotion aux alentour mon conjoint travaille mais ce n est pas evident car on a un dossier de surrendettement une fille de 4 ans et un deuxieme qui arrive pour mai et je n ai toujours le droit a rien donc les fin de mois de mois sont tres difficile on mange grace au resto du coeur et ce mois on ne peut ni payer les factures ni faire de cadeau pour notre fille pour noel
    merci

    Répondre à ce message

  • BONOUR
    J AI DEMISSIONNE AU MOIS DE SEPTEMBRE A LYON POUR SUIVRE MON FIANCE A AIX EN PROVENCE, ON ES PASSE A LA MAIRIE AU MOIS D OCTOBRE POUR FAIRE UN PAPIER DE VIE MARITALE.
    DONC JE VIS DORENAVANT A MARSEILLE AVEC LUI LE BAIL EST A MON NOM.
    J AI DEPOSE LE DOSSIER AUX ASSEDIC D AIX EN PROVENCE AVEC TOUS LES PAPIER NECESSIRE(12 dernier bulletin de salaire, attestation assedic de mes employeurs, rib, carte ditentite du mien ainsi qu a mon conjoint, bail a mon nom, et aussi une attstation d hebergement faite par mon mari)
    LE PROBLEME C EST QU ON M AS REFUSE DE ME VERSER LES ALLOCATIONS CHOMAGE ET QU AVANT DE DEMISIONNER JE ME SUIS BIEN RENSEIGNER AUPRES DES AGENT ASSEDIC ET ON M AS DIT QUE C ETAIT LEGITIME ET J AURAIS LE DROIT AUX ASSEDIC...
    A CAUSE DE LEUR RENSEIGNEMENT J AI PERDU TOUS MES DROIT QUE FAIRE ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’aurais aimé avoir une precision svp,

    Voilà j’ai travaillé non stop depuis Octobre 2004 jusqu’en Septembre 2008 en CDI

    J’ai demissionné pour reprendre un CDI, j’ai eu une rupture de ma periode d’essai, à cause de la conjoncture dans l’automobile,

    j’ai travaillé de octobre 2008, fin de contrat le 6 janvier 2009 en cdi "periode d’essai"

    Ai je droit à l’allocation chômage, je vois sur ce site que oui, en sachant qu’il fallait travailler moins de 91 jours.

    Ma question est ce 91 jours travaillés ou non ????

    Y’a t il une personne pouvant me donner cette information s’il vous plait, ce serait gentil de votre part

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Mon conge parental va prochainement se terminer. Mon mari a ete mute pendant mon conge parental en Allemagne ou nous vivons desormais. Je vais donc demissioner a la suite de mon conge parental.

    D’apres la reglementation, je suis dans le cas d’une demission legitime puisque mon conge parental a commence avant la date a laquelle mon mari a ete mute.

    Je souhaiterais donc savoir qu’elle est la porcedure dans ce cas pour pretendre percevoir les 3 mois d’indemnite prevu dans le cadre de la convention entre pays de l’UE ?

    Merci d’avance de votre aide,
    Bien cordialement,

    Répondre à ce message

  • Démission à l’initiative du salarié pendant la période d’essai

    Celle-ci n’est acceptée par l’Assedic que si la rupture de la période d’essai intervient après un CDD ou un licenciement n’ayant pas donné lieu à une inscription comme demandeur d’emploi. La période d’essai ne doit pas excéder 91 jours.

    Accord d’application n°15, chapitre B, §4

    bonjour suite à ce que vous publié sur votre site , et suite aux nouveaux textes de loi que j’ai trouvé sur le site de l’assedic, (dans le cadre de la modernisation de l’economie...) j’ai trouvé ceci : concernat la demission legitime :
    La démission du salarié qui, postérieurement à un licenciement ou à une fin de contrat de travail à durée déterminée, entreprend une activité à laquelle il met fin volontairement au cours ou au terme de la période d’essai n’excédant pas 91 jours.

    la phrase suivante :n’ayant pas donné lieu à une inscription comme demandeur d’emploi. a ete suprimée. cela veut il dire que la personne touchant les allocations chomage apres un cdd (fin de contrat ou licenciement) reprenant un cdi ,et demissionnant pendant la periode d’essaie de ce cdi ,est consideré comme legitime et de ce fait donne droit à l’indemnisation ? moi je le comprends comme ça. mais est ce bien cela ? j’ai un peu la trouille de parler d’eventuelle demission aux assedics avant meme d’entamer mon cdi, mais justement si je sais que si mon cdi (à venir) ne me convient pas je peux faire machine arriere afin de trouver mieux si c’est cela ça permettrait aux chomeurs d’oser sans crainte ..... j’ai tellement eu de deboire dans le monde du travail que un cdi c’est rassurant à condition que tout aille bien sinon c’est l’enfer... merci pour vos action et votre site

    Répondre à ce message

    • Bonjour, on me refuse mes droit assedic vu que j’ai demissionné mais laisser moi vous expliquer.
      J avai pri un congé a la creation de 3 an en 2006 vu que je montait mon commerce a 700 km de mon lieu de travail. J ai demissioner de cette entreprise du congé a la creation en aout 2008 vu que je me suis separer de ma femme et j’ai un enfant avec elle donc je ne peu pas vivre a 700 km de mon fils, la je n’avait pas fait de demande d assedic car j avait toujour mon commerce mais en janvier 2009 liquidation judiciaire et maintenant je m’inscrit et il me refuse en me disant que j’ai demissionner de mon dernier emploi alors que je travaillait toujour jusqu a present dans mon commerce. est ce normal que l on me refuse mes droit ?
      Merci de votre reponse

      Répondre à ce message

  • je suis actuellement enceinte,en cdi a mi-temps et en litige avec mon employeur pour cause :
    - non respect du delait de payment du salaire
    - non respect de maintenir le salaire en application de l’art.37 de la CCN
    - nombreuse erreures sur les bulletins de salaire
    - non respect de me fournir l’atestation patronale pour ma remunération d’indemnités journaliere de la securité sociale.

    je suis soutenue par un sindicat de la cgt qui m’aide à faire valoir mes droits,mais suite à tout cela je ne souhaite pa retourner sur mon lieu de travail.Puis-je preserver mes droits ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    j’essaye de vous exposer mon cas le plus clairement possible :

    Au chômage cumulé avec une emploi de vacataire enseignante (2 employeurs : communauté de commune et rectorat) :
    - chômage depuis fin 2006
    - emploi (en moyenne 6h par semaine) depuis fin 2007
    - arrivée en fin de droits début septembre 2008 mais sans cloturer mon dossier assédics et anpe

    Mon ami avec qui je vis a une promesse d’embauche dans une autre région.
    On souhaite déménager, je vais donc quitter mes emplois pour le suivre.

    -Dois je me désinscrire des assédics avant de démissionner ?
    - Ou dois-je continuer à me déclarer chaque mois jusqu’à la démission ? Dans ce cas comment faire pour que les assédics recalculent mes droits depuis ma reprise d’activité fin 2007 ? cela va-t-il se faire automatiquement avec la démission ? en même temps, peut-on démissionner d’un emploi de vacataire... ?

    Merci de vos réponses, j’ai téléphoné aux assédics, je me suis faite envoyer sur les roses... (comme je ne rentre pas dans les cases, personne n’a de réponse pour moi.... )

    Répondre à ce message

  • j’ai envie de changer de vie après le décès de ma fille, je ne veux plus travailler dans mon entreprise, ça fait fait 5 ans que j’y suis et je désire démissionner, est ce que je toucherais les ASSEDIC ? Si oui, pendant combien de temps ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis docteur en Sciences de la Vie et de la Sante. Pour ca j’ai du faire une these en Suisse puis aller en Angleterre pour faire un post-doctorat. Pour un chercheur, ce cursus est tout a fait classique. Cependant, lorsque vous desirez revenir en France, comme c’est mon cas (apres 8 ans passes a l’etranger), il n’y a pas de travail pour vous (dans mon domaine). Cela fait plus d’un an que je cherche et je n’ai toujours rien trouve.

    J’ai donc decide de me reorienter en faisant une formation (qui est payante) dans les essais cliniques afin de trouver enfin un travail en France. Cette formation est a Paris. Comme je suis en Angleterre, je vais devoir demenager pour vivre a Paris dans un mois. Pour cela, j’ai du demissionne de mon travail actuel.

    J’aimerais savoir si cette demission est legitime ou pas et si j’ai le droit a des allocations chomage. Je pense sincerement que ce choix est legitime. Je suis francaise, j’ai toujours cotise pour le chomage, la retraite... dans les pays ou j’ai travaille (malheureusement pas en France), je n’ai jamais ete au chomage, je vais faire une formation pour pouvoir revenir travailler dans mon pays, n’est ce pas legitime ??

    Merci de me repondre et de me donner vos conseils.

    Nell.

    Répondre à ce message

    • bonsoir, voilà mon problème :

      j’ai travaillé 2 ans en apprentisssage, ce cdd s’est terminé fin octobre 2008, j’ai touché le chômage jusqu’au 18 fevrier 2009 car j’ai trouvé un cdd. seulement j’ai démissionné de ce cdd (1mois d’essai)le 03 mars 2009 donc au bout de 15 jours. Je voudrais savoir si je peux de nouveau recevoir les allocations chômage (en sachant qu’à la fin de mon premier cdd j’avais le droit à 700 jours d’allocations ! et j’ai utilisé que 85 jours).
      Aussi je précise que depuis ma démission, je m’engage à travailler à mon compte.

      merci pour vos réponses

      Répondre à ce message

  • bonjour
    actuellement en cdd je souhaite y mettre fin car je désire retourner dans mon ancienne région. mais aucun autre emploie en vue je souhaite me rendre sur place pour trouver plus facilement d’ou mon besoin d’être libre de tout contrat.
    je suis toujours inscrite au assedic et mes indemnités ne m’on pas toute était payée comment puis-je faire pour casser mon contrat et continuer a percevoir mes allocations
    de plus je sais qu’a la fin de se cdd on ne me garde pas.
    merci de me renseigner
    cordialement

    Répondre à ce message

    • On ne rompt pas un CDD sauf cas de force majeure. Le patron pourrait vous demander des dommages et intérêts. D’un autre côté, s’il vous vire sans cause avant la fin de ce CDD, vous pouvez lui demander le versement du salaire jusqu’à la fin du contrat.

      Répondre à ce message

    • Internet, ce n’est pas fait simplement pour consulter le site d’AC !

      En attendant la fin de votre CDD, vous pouvez prendre la température de l’emploi dans votre ancienne région via le net, toutes les agences d’intérim entre autres ont un site.

      Casser votre contrat de travail, et non seulement, comme vous l’a dit Monique, l’employeur peut vous poursuivre, c’est une démission. Et même s’il reste des droits antérieurs, vous ne toucherez aucune indemnité. Faudra attendre, si je ne me trompe pas 120 jours soit 4 mois avant que votre dossier soit réexaminé.

      Et ne comptez pas sur le RMI, tant que vous avez des droits Assedic, même bloqués, la CAF ne vous versera rien.

      C’est trop facile sinon.

      Répondre à ce message

  • bonjour je suis dans mon entreprise depuis 6 ans maintenant et je souhaiterais changer donc demitionner car mon emplyeur me change d horaire et rend mon travail tres dur depuis quelques temps
    j aurais aimer savoir si je retrouve un cdd apres, combien fallait il absolument de temps de travil pour pouvoir toucher le chomage
    sachant que la je partiras donc dun cdi pour reprnedre un cdd de 3 mois
    cordialement

    Répondre à ce message

  • A L AIDE
    j ai toujours travailler je me suis fais licencier le mois dernier je vais donc aux assedic avec mes fiches de payes et la mauvaise surprise ils m accorde 900 euros . javais pris un mois de congé sans solde durant la derniere periode de 12 mois . ils n ont pas fais attention a ce detail je ne comprend pas jetais vrp et jai percu 25000euros brut sur les 12 derniers mois . ils ont certainement fait une erreur car 25000 divive par 12 mois egal environ 2000 euros brut par mois et cet organisme et cense reverse 59 pourcent soit 1200 euros il me semble . POUVEZ VOUS M ECLAIRCIR SVP

    Répondre à ce message

  • bonjour a tous, pourriez vous répondre a ma question au regard des droits de prestation aux assedics. je ne change pas d’entreprise mais je me raproche de mon lieu de travail. aujourd’hui nous habitons dans le sud de paris mon emplyeur est basé sur AVIGNON, j’ai une maison d’ou je suis propriétaire en correze, se qui me raprocherais de mon travailet de ne plus payer de loyer. (je suis intervenant et je travail sur la france entiére)mon épouse travail sur paris et est en C D I nous voudrions revenir sur la correze et la question que je pose aura t’elle le droit au assedics en cas de démission.merçi de m’éclairer sur ce sujet.

    Répondre à ce message

  • j’ai demissionné pour me mettre a mon compte j’ai commencé les démarches et était retiré le dossier a la chambre des métiers mais je n’ai pas eu le temps car j’ai démissionné le 31 mais et je suis rentré a l’hopital en urgence le 16 juillet au retour des vacances leucémie foudroyante suivi 1 ans aprés d’un comas, je suis en invalidité depuis le 1er novembre et en attente de la reconnaissance travailleur handicapé l’assédic m’a dit ce matin que je ne pouvais pas bénéficier des prestations ?????
    j’ai cotisé pendant 27 ans et maintenant que faire ???

    merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je vous explique mon cas : J’etais en cdd pendant 10 mois à temps plein et j’étais également en cdi à temps partiel durant la même periode.Ne pouvant plus cumuler ces 2 emplois,j’ai donc décidé de démissionner de mon cdi à temps partiel 1 mois avant la fin de mon cdd.
    Je ne perçois donc pas d’allocation chômage suite à cette démission...
    Est-ce normal ?
    merci

    Répondre à ce message

  • voila j’ai démissionner de mon précédent emploi ancienneté de 2 an et 10 mois car j’avais trouvé un emploi plus intéressant ailleurs j’ai passé ma période d’essai et mon patron m’a mis en cdi depuis quelques temps mon patron se plaint de mes compétences et m’a propose de me licencier afin que je puisse prétendre aux aides aux retour a l’emploi ayant eu des ennuis de santé au milieu j’ai travaillé 2 mois dans son entreprises aujourd’hui je suis licencie j’aimerais savoir si je peux prétendre aux are et savoir également pourquoi les assedics ne s’arrêtent pas rapport a mon licenciement tout simplement !! Merci de me répondre

    Répondre à ce message

    • G travaillée 3 ans, licenciée économique, enceinte de 4 mois, allocataire pendant environ 1mois et demi j’enchaine avec 1 congé parentale retravaille pendant 8 mois (activité en libre choix d’activité a 50%) démissionne pour reprendre mon congé parentale a temps plein ,donc sans recherche d’emploi jusqu’a 2 mois plus tard ,date de mon inscription au pôle emploi.comment savoir que je devais m’inscrire dans les 122 jours suivant la demission .ma notification m’a été envoyée qu’après mon inscription .benficiaire d’une allocation d’education mais également demandeuse d’emploi ?

      Répondre à ce message

  • Ma conjointe a démissioné de son CDI, déménagé et m’a rejoint dans une autre région pour débuter un nouveau CDI. La boîte pour laquelle elle devait bosser a mis fin à sa période d’essai au bout de 5 jours sans motif. Du coup, elle s est inscrite aux ASSEDIC mais n’a le droit à rien.
    Ne peut-on donc pas obtenir quoi que ce soit alors qu elle n y est pour rien dans cette histoire ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour, Je suis en CDI et en arrêt maladie depuis plusieurs mois. Je souffre d’une Lombalgie aigue et d’une hernie discale. Je ne peux absolument reprendre mon travail de aide soignante dans une clinique de rééducation. Ai je droit a une indemnisation si je démissionne pour raison de santé.

    Merci de votre attention.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    j’étais en CDI temps plein depuis 3 ans. J’ai cherché un travail dans la région où mon conjoint est, j’ai trouvé un mi temps en CDI.
    J’ai posé ma démission qui prendra effet le 8 septembre. Je commencerai mon nouvel emploi le lendemain.

    Je souhaite pouvoir être aidée financièrement afin de trouver un autre mi temps. J’ai des projets mais il me faut du temps pour cela.

    Avec mon conjoint nous avons dans l’optique de nous pacser.

    Pourrais je toucher une aide si nous nous pacsons cet été ?

    Merci de votre aide.

    une travailleuse ambitieuse :)

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’etais contractuel en Mairie avec un contrat de 3 mois puis un second de 6 mois. Je suis partie en demissionnant la veille de mes 6 mois d’anciennete car j’avais une proposition qui correspondait exactement a mon plan de carriere. seulement c’etait un remplacement de conge mat soit 3 mois 1/2.
    Ma question est donc, vais je toucher le chomage a la fin de ce dernier contrat ?

    Merci

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    cela fait 10ans que je travaille pour une entreprise d’agroalimentaire, en septembre dèrnier j’ai fait une formation d’aide sognante. J’ai mon diplome depuis le 9juillet et j’ai commencé à travailler à mi-temps sur un congé sans solde.Je suis sur le point d’envoyer ma démission car j’ai peur des préjudices suite à un licenciement pour faute grave.Pouvez-vous me conseiller ?Ma démission est-elle légitime ?A quel moment dois-je m’inscrire a l’ASSEDIC ?

    Répondre à ce message

  • bonjour
    je trouve votre que votre site est très bien informé et très clair :
    je vous explique ma situation :
    je suis actuellement salariée chez trois particuliers qui sont mandatés par une association ;
    Lors de mon embauche par le biais de cette association, il était clair et sans ambiguité que j’accepterai le poste d’Aide à domicile avec l’optique de passer le concours d’Aides-soignants ;
    A ce jour j’ai réussi l’examen et je dois rentrer à l’école au 31/08 ; ( 17,25 de moyenne)
    le problème étant mon type de contrat : CDI avec une convention Particuliers Employeurs,
    Est ce que démissionner pour suivre cette formation diplômante est un motif légitime pour les assédics ? Sachant également que cette formation dure 10 mois et qu’elle peut être envisager comme une évolution professionnelle demandée par mon association (ils peuvent le justifier par courrier)
    Merci pour votre réponse
    Elisabeth

    Répondre à ce message

    • Si vous démissionez vous n’avez pas droit à indemnisation.

      De plus, selon vos propos, vous devez avoir 3 employeurs [qui ont mandaté la même association mais cette association n’est pas votre employeur] et vous devriez démissionner 3 fois ou, pour avoir une chance de financer la formation via PôleEmploi, il faudrait 3 licenciements à l’initiative des employeurs.

      """il était clair et sans ambiguité que j’accepterai le poste d’Aide à domicile avec l’optique de passer le concours d’Aides-soignants"""

      Si l’Asso est mandatée par vos employeurs, elle en a rien à battre de tenir ses "non-dits".

      A vérifier ici :
      http://www.personnes-agees-92.net/f...
      LE SERVICE PRESTATAIRE
      Met à votre disposition du personnel salarié de la structure
      Vous pouvez bénéficier d’une aide à domicile, dans le cadre de diverses prestations.
      LE SERVICE MANDATAIRE
      Vous êtes l’employeur de l’intervenante "employée de maison"
      L’association, en qualité de "mandataire" effectue toutes les démarches administratives relatives à l’emploi du personnel :

      Répondre à ce message

      • c’etait évident ;
        Enfin je vous remercie car j’avais besoin d’une confirmation "sans ambiguité" de mes sources.
        Effectivement je ne savais que l’asso devait s’occuper des démarches administratives :
        Finalité de l’affaire, j’ai remué "ciel et terre" pour que l’on s’occupe des conditions de départ.
        Surtout "pas de vagues" elisabeth me rétorque t-on, m’embêtez personne avec vos considérations non légitimes... alors j’attends, je remplis tous mes "bons et loyaux services"...
        Mais il n’est pas question que je démissionne !
        Je suis bien consciente que mon cas ne les intéresse guère, je fais partie du personnel avec ses avantages, ses inconvénients, ses obligations, ses droits...aussi
        merci pour votre promptitude et vous tiendrais au courant fin août...ou avant ?

        Répondre à ce message

  • Bonjour,
    je vis actuellement en région parisienne et je suis en congé parental depuis 1 an pour mon 3e enfant. je dois reprendre mon emploi à temps plein (je suis en CDI) le 13 juillet 2011.

    Mon mari a une proposition d’embauche dans le var (83). il souhaite demissionné de son emploi actuel en région parisienne et accepter le CDI qu’on lui propose dans le var.
    Si je démissionne de mon emploi pour le suivre dans le sud, aurais je droit aux indemnités des assedics ? et Si oui quelles sont les démarches à faire par rapport à mon congé parental et mon employeur actuel ?

    merci d’avance pour toutes vos informations

    Répondre à ce message

  • droit au chomage apres une demission 2 août 2009 21:50, par samir093

    Bonjour,voila j’ai 20an je vis chez mes parents,j’ai travaillé pendant 15 mois en CDI à temp partiel 20h/semaine(17/03/07-29/06/08),j’ai démissionné pour deux raison :

    - Mon employeur refusai de m’employé à temp plein
    - Je voulai suivre une formation à l’issu de ma démission.

    J’ai suivi ma formation chauffeur taxi pendant 6 mois et pour faute de defaut de permis de conduire j’ai du abandonné.Al’issu de cet formation j’ai travaillé pendant 3 semaine en cdd.

    Ai je le droit aux allocation chomage ? sachant que j’ai toutes les preuves necessaires de recherches active d’emploi.

    Merci de bien vouloir m’aidé je suis un pe perdu

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je vais demissionner de mon CDI ( que j’ai depusi un an ) afin de reprendre mes études, j’ai ete accepté dans un ecole privé .

    cela peu etre considéré comme une demission légitime ou pas ?

    merci d’avance

    Cordialement
    Killian

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis en CDI en région parisienne et mon ami est en CDI en province. Je suis enceinte et souhaite rejoindre mon ami à la fin du congé maternité. Nous habitons actuellement séparément mais avons déjà habité ensemble avant. Dans le cas où je démissionne, aurais-je droit aux assedics si nous nous pacsons dans les 2 mois autour de la date de démission ? Et dans ce cas là les indemnités sont elles celles qui me reste d’un ancien CDD de 3 ans, ou les 1 an 1/2 de mon CDI actuel m’ouvrent-ils des droits assedics ?
    Je vous remercie de votre réponse.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    ma petite amie est partie vivre en martinique car elle a eu une opportunité pour un poste très intéréssant sachant l’age qu’elle a (21ans).
    Actuellement, j’ai moi aussi un bon poste en bretagne, je suis technico commercial dans une entreprise ayant une très bonne notoriété. Je souhaite rejoindre ma petite amie, mais, sachant que je n’ai pas de boulot, ni de piste pour du boulot à l’avance, je sais par contre que une fois là bas je n’aurais pas de mal a trouver du boulot.
    Je suis depuis 1an dans cette entreprise et ai travaillé 2ans auparavant dans une autre entreprise, je n’ai jamais bénéficié du chomage, et je souhaitais savoir, si il y avait une possibilité de faire un suivi de conjoint pour pouvoir démissioner de mon entreprise actuelle et pouvoir assurer mes arrières, dans le cas ou je mettrais un peu de temps à trouver un boulot là bas.
    merci d’avance pour votre réponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je suis dans une société depuis plus de 10 ans ds le département 38, à temps plein, tout se passe TB.
    Mon mari a trouvé du travail dans le département 17, nous comptons partir y vivre et je voulais savoir si je démissionnai, aurai-je droit au chomage le temps de trouver un travail sur place ? Si oui, au bout de combien de temps touche t’on les 1ers versements des ASSEDIC ? et sur quelles bases de salaire ?

    Merci pour votre réponse.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je connais depuis janvier 2009 et un nouveau chef des conditions de travail difficiles, une presion hors normes, un sous effectif dans mon lieu de travail, du coup une partie de ma paie non atteignable (car sur objectifs magasin...). Bref, après plusieurs rdv médicaux et prises de divers médicaments antidepresseurs et sommifères.... j’ai demandé un rdv avec mes supérieurs afin de mettre fin à mon contrat de travail car plus possible de continuer comme cela.
    Je suis arrtée depuis plusieurs mois et ils refusent un licenciement de consentement mutuel !!!!
    Je ne peux me permettre de ne percevoir aucun revenu le temps de trouver qq chose d’autre mais ce n’est pas à la sécu de me payer.

    Si je démissionne, aurais je droit à une allocation chômage ?

    Merci d’avance de votre réponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,Madame,monsieur,je suis le 0446979x,je ne comprend pas la décision paritaire a laquelle j’ai justifié de quatre mois intense de recherches d’emplois,suite a un déménagement,j’ai quitté un contrat d’avenir.Je subi cela depuis plus de douze mois,j’ai justifié envoyé photocopies,sans réponse de leurs part les originaux,c.v,lettre de motivation pour différentes offres d’emplois,retour de lettre négative,convocation pour passer des concours dans la fonction publique,des frais de déplacement,ainsi que des entretiens régulier avec un conseiller de Pôle emploi,qui ne peux rien pour moi,je souhaite retrouvé l’a.r.e ou l’a.s.s,j’apprend qu’il manque un élément au dossier,suite a ce manque l’.a.s.s.ne m’a pas étè accordé,toute mes démarches ons étè claire et précise,je me retrouve aujourd’hui comme un clôchard,ancien fonctionnaire d’état sous contrat privé,agent S.N.C.F en contart d’avenir,je n’ai eu que des boulot à salaire précaire,dans des grandes admnistration de l’état,pouvez-vous m’aider ?,merci,madame,monsieur de toutes vôtre attention.Drihmi:06.90.35.14.90

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Après 5 années travaillées en Suisse en CDI, j’ai démissioné pour rentrer en france, ou j’ai immediatement signé un CDI. Après deux semaines de période d’éssaie, mon nouvel employeur a mis fin à ce nouveau contrat.
    1. Je voudrais savoir si j’ai droit au chomage en France ? (voir texte si dessous concerant les demissions legitimes, est-il applicable dans mon cas, demission en suisse et cotisation de plus de 3 ans en suisse)
    2. Si oui, quelle est la base salariale retenue pour le calculs des droits (voir texte ci dessous "salaire equivalent" de mon ancien CDI en suisse ou salaire du CDI en france.)

    Je me refere aux deux textes suivants :
    1. "Démission pour reprendre un emploi à durée indéterminée"
    L’employeur y met fin durant la période d’essai (et avant l’expiration d’un délai de 91 jours). Vous pouvez bénéficier des allocations si précédemment vous avez travaillé sans interruption durant 3 ans ou plus.

    2. Si vous avez travaillé en France postérieurement à l’activité exercée dans un autre Etat membre de l’EEE ou en Suisse, l’Assédic prend en compte, pour le calcul de vos droits, les périodes de travail accomplies à l’étranger indiquées sur un formulaire E 301.Une particularité cependant au niveau des salaires retenus pour le calcul de l’allocation : - si vous avez travaillé 4 semaines ou plus en France, le calcul des allocations de chômage s’effectue sur la base des salaires perçus en France uniquement.

    Merci de votre réponse.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    J’ai été licenciée de mon CDI au bout de 9 ans le 30/10/2009.
    Ayant un délai de carence de 2 mois et 15 jours de congés payés, je ne me suis donc pas inscrite aux assedics tout de suite car j’ai signé un nouveau CDI le 2/11. Or ce CDI ne correspond pas à mes attentes, j’ai donc rompu avant les 90 jours au cours de ma période d’essai.
    Mon avocat me l’avais conseillé, et les recherches sur la "démission légitime" me le confirmait.
    Aujourd’hui, je m’inscrit aux assedics et on me dit que je n’ai pas le droit aux allocations.
    Pourtant ma rupture de ma période d’essai, après un licenciement, fait partie d’une "démission légitime", non ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai été en contrat d’apprentissage pendant 6 mois, de janvier à juin.
    Ce contrat devait durer jusqu’à mi-septembre.
    Ce travail était à Nantes et je vis à Rennes, le trajet devenait épuisant alors je me suis arrangée avec mon patron pour une rupture à l’amiable et j’ai rédigé une lettre expliquant qu’en raison du trajet je souhaitais arrêter le contrat. Les assedic ont refusé de me verser des allocations...
    Est-ce normal ?

    Merci de vos réponses.

    Répondre à ce message

  • Expatriation

    Bonjour,
    je vous écris car je n’arrive pas a avoir les réponses à mes questions... l’anpe ne répond jamais la même chose.

    Je travaille dans une entreprise depuis 4 ans. Je me marie en mai et je suis mon conjoint en septembre à l’étranger.
    Je sais que je peux faire une démission légitime qui me permet de partir et de toucher le chômage en rentrant.
    J’ai combien de temps pour rentrer et toucher le chômage ? 3 ans ?

    On m’a fait comprendre que si j’avais une rupture de contrat conventionnelle, c’était plus intéressant car la durée pour rentrer de l’étranger était plus longue qu’avec une démission. 3 ans + 2 ans qui correspondent à ma durée d’indemnisation.
    Est ce que c’est informations sont exactes ?

    Que dois-je faire ?
    Cela ne se passe pas bien du tout dans mon entreprise

    merci de votre réponse, partir correctement m’évitera des déconvenues dans les prochaines années.

    A.

    Répondre à ce message

  • Bonjour !

    Je vous écris car certaines de mes interrogations restent en suspend...
    Voila, j’ai travaillé environ 2ans et demi dans une société, puis j’ai trouvé un poste mieux rémunéré, j’ai donc démissionné du poste que j’occupais et enchainé directement avec mon nouvel emploi( sans aucun jour de repit) que j’ai occupé 3mois et demi en interim et qui debouchait sur un cdd.Or le premier jour de mon cdd j’ai quitté mon poste à cause de l’environnement de la société psychologiquement impossible à supporter !
    jai fait une demande d’allocation qui m’a été refusée car c’est moi qui ai mis un terme au contrat.Et je n’ai absolument rien percu ! pas meme une petite aide de la part des assedics alors que je cotise depuis plus de 3ans !pas un centime ! du coup j’ai du rendre mon appartement !
    Et je me demande vraiment si c’est normal ? si je connais tout mes droits ? et si je n’aurai pas du percevoir une aide meme minime !??
    Si vous pouviez repondre à mes questions je vous en serai extremement reconnaissante ! merci d’avance !!
    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • bjr, je viens d’être contrainte à démissionner par le manager du resto où je travaillais depuis 7 mois environ.pour embaucher une personne de sa connaissance il m’a accusé d’avoiir dérobé 20€ dans la caisse qui était elle-même sous sa surveillance. sans aucune preuve il va sans dire. je me suis adressée au commissariat où il m’a été répondu que je devrais fournir des témoignages et comme mes collegues ont peur de perdre leur emploi je n’ai guère de chances.Je suis étudiante et je me retrouve sans revenus. Puis-je espèrer obtenir les assedic le temps de retrouver un travail ? je n’ai pas eu de fin de contrat. la lettre que j’ai écrite je l’ai redemandée le jour même à un autre manager qui m’a dit qu’elle ne serait pas envoyée ; apparemment tout à été fait dans ce sens car deux jours après je ne pouvais plus rentrer au travail.l’ami du manager était embauché le 2 avril et j’ai du quitter mon travail le 31 mars. Que puis je faire ????

    Répondre à ce message

  • BONJOUR

    J’EXPLIQUE MON CAS DEPUIS JUILLET 2009 JE SUIS EN CDI POUR LE POSTE D’AUXILIAIRE DE VIE, JE SOUHAITE PARTIR DE MON POSTE ACTUEL POUR UN APPRENTISSAGE DE MONITRICE EDUCATRICE, MON EMPLOYEUR NE VEUX PAS ME FAIRE UNE RUPTURE CONVENTIONNELLE DONC JE SUIS DANS L’OBLIGATION DE DEMISSIONNER FIN JUIN 2010. J’AI TROUVER UN EMPLOI POUR JUILLET ET AOUT 2010. LA QUESTION QUE JE ME POSE AURAIS JE DROIT AU ASSEDIC EN SEPTEMBRE ? SACHANT QUE QUAND J’ AI COMMENCER MON CDI J’AVAIS ENCORE DROIT A 3 MOIS DE CHOMAGE ET SACHANT AUSSI QUE JUILLET, AOUT J’AURAIS FAIT UN TOTALE DE 450 HEURES EN DEUX MOIS. MERCI

    Répondre à ce message

  • Bonjour voila je vous explique ma situation : J’ai signée un CDI le 17 juin 2009 à 24h sem j’ai démissionnée le 4 mai 2010 car je ne me plaisait plus . Le 07 mai 2010 j’ai signée un CDI avec période d’essaie de 2 mois . Je viens d’apprendre que je suis enceinte de 5 sem je devrais donc le dire à mon employeur donc Si mon employeur décide de ne pas me garder avant la fin de ma période d’essaie aurais-je droit aux assédic ???? Merci

    Répondre à ce message

    • Pourquoi voulez-vous le dire à votre employeur ? Rien ne vous y oblige. En revanche, si vous lui annoncer la bonne nouvelle (très mauvaise pour lui), il y a de fortes chances pour que vous vous retrouviez chez Pôle emploi....

      Répondre à ce message

    • @Rébecca

      Aucun texte de loi vous oblige à déclarer votre grossesse à votre employeur.

      Ni même lors d’une embauche.

      N’en parlez pas à vos collègues, y’a toujours un bavard pour "rapporter".

      Évidemment, à un moment, ça va se voir. Donc un peu avant de vous arrondir sans équivoque, faites votre déclaration à votre employeur en lui précisant la date de votre accouchement et donc les dates de votre congé maternité, dans une lettre recommandée avec accusé de réception. accompagnée d’un certificat médical attestant votre état.

      Votre employeur ne pourra pas vous licencier sauf pour faute grave. Et doit vous reprendre au même poste et au même salaire après le congé maternité.

      Répondre à ce message

  • bonsoir,

    ma fille travaille pour un groupe espagnol qui a plusieurs enseignes de magasins en france .elle a travaille durant 2 annees pour l’une d elle puis a eu l’opportunite d evoluer en integrant une autre de ces enseignes.on lui a demandé de demissionner du 1er magasin pour integrer l’autre.....pourtant c’est le meme groupe !!!!!

    ella a une periode d’essai de 3 mois et ca se passe pas tres bien dans cette nouvelle boutique.Elle envisage de quitter celle ci avant la fin de la periode d’essai
    si elle met fin a a cette periode d’essai avant les 3 mois sera t’elle indemnisée par les assedics ?

    merci

    nathalie.

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    Je suis actuellement adjoint de sécurité dans la police nationale et j exerce ce metier depuis le 1/09/2008.
    Je me suis rendu compte que mon metier ne me correspond pas.
    Je désire faire un DEAVS (Diplome d’Etat d’Auxiliaire de Vie Social) c’est une formation diplomante qui se déroule en 1an et qui est pris en charge par le greta ou l afpa.
    je me suis renseignée et étant en emploi jeune et m’est autorisé de démissionner et etre eligible au assedic.
    Je voudrais savoir si certaines personnes ont eté dans le meme cas que moi,qui on franchis le pas et se sont retrouver sans assedic.
    merci d’avance

    Répondre à ce message

  • Assedic : cas de démissions volontaire 23 juin 2010 23:43, par Margot

    Bonjour,
    Pour ma part, j’ai demissionné de mon poste en suisse pour des raisons familliales et je suis depuis en proie aux divers conseillés et responsable POle emploi.
    On me donne les informations au compte goutte et tout ce que je lis sur les divers sites que je rencontre me disent le contraire.
    Je suis au chomage depuis le 1/01/2010 et j’ai voulu demander des allocations a partir de Mai (plus de 121 jrs de carrence) onm’a alors appris que je devais effectuer une journée de travail en France et que cela m’ouvrirait des droits de suite. J’ai donc fait ce que l’on m’a dit et ai renvoyé ma demande d’allocation. OIn m’a alors répondue que je ne pouvais y prétendre si je n’avais pas 91 jrs de travail ou 455h ou je devrais attendre jusqu’en Septembre. Lorsque je suis allée me renseigner on m’a alors appris que mes 4 mois de carrence partaient soit disant du jours travaillé en France et non pas de mon premier jour de chomage... malheureusement je ne sais pas si ils me raccontent tout et son contraire pour s’éviter de me payer sur la base de mon salaire Suisse ou bien si ils ont raison...je ne trouve aucune preuve ne reglement a ce sujet.
    En tout cas mefiez vous car ce n’est pas facile de recevoir au compte goutte ces infos qui auraient été bien utiles avant mon départ et m’aurat eviter une situation financiere peut agréable.

    Répondre à ce message

  • Bonjour

    Actuellement je suis en CDI depuis presque 1 an et je fait un travail tres physiques et usants j’ai des douleurs au dos permanentes... je souhaiterai arrêter sans démissioner pour pouvoir toucher un peu d’assédic avant de retouver un autre travail, est ce que mon medecin ou le medecin du travail peut faire quelque chose ?

    Répondre à ce message

    • Les deux.

      Votre médecin peut vous mettre en arrêt maladie.

      La médecine du travail peut vous déclarer inapte à votre poste de travail si elle juge que vos douleurs sont en rapport avec votre emploi.

      En cas de déclaration d’’inaptitude par la médecine du travail, votre employeur doit vous reclasser et vous trouvez un autre poste dans l’entreprise. S’il n’y a pas de poste disponible, c’est le licenciement pour inaptitude au poste de travail et donc vous bénéficiez des Assedic ensuite.

      Répondre à ce message

  • Bonjour je travaille dans la restauration Je quitte mon emploiyeur avec une rupture en accors communs sur un Cdi, pour partir à létrangé travailler.

    Cela me donne t’il les droit au chomage ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai besoin de votre aide. je démissionne pour rejoindre mon conjoint qui est en CDD. Aux assedics on me dit que cela est possible que si mon conjoint a un CDI . Hors je ne vois nul part cette mention dans leur documents en ligne comme l’accord d’application.

    Pouvez vous m’éclairer svp ?

    Répondre à ce message

  • bonjour voila je suis déja inscrite au chômage depuis environ 2mois ou j’ai des droits et je touche des allocations chomage.

    seulement courant le mois de juin j’ai effectué d mission d’intérim une ki devé duré jusko 9juillet mais j’ai rompu mon contrat est ce que je vais continuer a toucher mon chomage comme avant ou est ce que les assédic von prendre compte de ma démission ?

    de plus par la suite j’avais actuellement retrouvé un autre boulot ou j’ai signé un contrat du 19 juin o 14août avec une période d’essai d’un mois ou j’ai commencé a traviallé mais la j’ai trouvé mieu ailleur alors je vais encore démissionner mais dans la période d’essai cela va t’il jouer sur mes droits aux assédics que je touche depuis environ 2mois ? MERCI

    Répondre à ce message

  • bonjour, j’ai un petit soucis, voila mon mari travaille depuis 8 ans dans une boulangerie, patisserie, il souhaite demissionné suite au refus d’ une rupture conventionnel de son patron, la cause de sa demission est que nous reprennons une entreprise pour octobre, ma question est "es ce qu il aura droit au allocation chomage" ?

    Répondre à ce message

    • bjr

      Votre mari n’ouvrira pas droit a l’are car il à démissionné .au pire son dossier sezr réexaminé au bout de 122 j au vu des preuves de recherche d’emploi pas certain d’aboutir.
      Le mieux c’est la rupture conventionnée

      Répondre à ce message

      • j’ai eu un contrat pour quelques heures par jour. Mais ayant un lumbago. Je démissione. De plus, le poste ne m’intéressait pas . Agent de propreté. on ne m’a expliqué le boulot . J’ai démissioné moi même. J’ai annoncé à mon employeur que je mettais fin au contrat de travail ; De toute manière, je ne suis plus indémnisée.
        De plus les horaires ne me conviennent pas. On ne forme peu. il faut que je me débrouille toute seule.

        C’était un petit cdd. j’étais embauché sur le champ, sans entretien, sans trop m’exposer les conditions de travail.
        De toute manière, j’ai annoncé que je mettai fin à ce contrat à partir d’aujourd’hui, en sacahant quej’ai un rendez vous cae pour un evs. De plus je pars en vacance. Démission volontaire

        Répondre à ce message

  • bonjour
    je vois que vous répondez de maniere assez précise aux questions posées, et j aurais besoin de votre lanterne pour éclairer ma situation :
    j ai demissionné pour suivi de conjoint ( qui a été muté dans une autre région).J ai recu mon solde tout compte hier, mais voila j hésite a le signer et le renvoyer a mon ancien employeur.dans mon cas, cela ne fonctionne t il pas comme un cas de licenciement economique ? j ai bien l ouverture de mes droits au chomage, mais n ai je pas droit a une "prime" ou "indemnite" de licenciement ?j’ai juste percu mes 8 jours de congé payés qui me restait. j essaie de contacter en vain l inspection du travail, mais les lignes sont tout le temps occuppées.Je vous remercie par avance de votre réponse.
    Bonne journée.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    j’ai 26 ans, et titulaire d’un Master 2 depuis Août 2009, je n’ai pas trouvé de travail dans mon domaine. Pr subvenir à mes besoins, j’ai donc enchaîné des contrats temporaires en Intérim de Novembre 2009 jusqu’à aujourd’hui (+ de 1000h comptabilisées ; le dernier contrat étant, a priori, prolongé jusqu’en février prochain. Seulement, je souhaiterais arrêter et m’installer à Lyon, persévérer, à démarcher les employeurs potentiels et trouver du travailler dans mon domaine plus facilement en allant directement les voir.

    Actuellement, je suis ds la Manche, dép. sinistrée et puis,via le web, ça n’a pas porté ces fruits non plus pr trouver du travail). Je souhaite donc consacrer tt mon temps à trouver du travail sur Lyon, tt en touchant le chômage, suis-je éligible ?

    Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • Que signifie dans votre cas "a priori" ?
      Si vous avez signé un contrat jusqu’à février prochain, vous êtes obligé de vous faire licencier pour être indemnisé.
      Mais s’il s’agit de contrats de semaine à semaine, comme cela se pratique tout à fait illégalement, votre contrat se termine à la fin de la semaine et votre employeur sera tenu d’indiquer "fin de CDD" ou "fin de mission" sur la feuille destinée à Pôle emploi.

      Répondre à ce message

      • Je pensais que je serai prévenu par e-mail de votre réponse. Visiblement non ! Merci de votre réponse. Je me suis renseigné au Pôle emploi depuis...

        "A priori"...Pr être un peu plus claire, j’ai bénéficié d’un avenant sur un contrat d’intérimaire qui me permet de travailler jusqu’en novembre voir janvier 2011. Cela dit, ils ne m’ont pas prévenu que ce serait jusqu’à cette date (ce qui m’ennuie un peu, vu que je souhaite arrêter plutôt début septembre. )J’ai donc reçu le contrat, il y a peu de temps mais je ne l’ai pas encore signé. Le problème va être de convaincre Adecco pr qu’ils veuille bien raccourcir le contrat (mon employeur qui fait appelle à Adecco, lui, est d’accord pr raccourcir) car si je démissionne il me semble que je perdrais mes droit aux chômage et, en prime, mes IFM !!!

        Répondre à ce message

  • bjr,

    Ayant demissionner d’un CDD de 3 mois au bout d’un mois pour etre embaucher en CDI, malheuresement ce CDI n’a rien conclut il mon mis fin à la periode d’essai à 2 jours de son terme redevenu chomeur je voudrais reprendre mes Allocations malheuresement mon dossier à etait rejeter car j’ai demissionner d’un CDD mais en leur disant que je suis parti d’un CDD pour un CDI ils ont rien voulu savoir donc ma questions est ce bien normal ? aujourd hui je suis sans ressources et pres du gouffre entre "" votre Loi N15 Chapitre B §5 est logique dans mon profil donc d’apres ce texte de Loi j’ai le droit au Allocations Chomage comment faire avant d’attendre 121 jours ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour je vous explique mon cas :
    je ne m’entend plus avec mon patron et je souhaiterai qu’il me licencie pour avoir le droits au chomage alors pour ca je ne vais plus au travail en attendant qu’il engage la procédure de licenciement, hors pendant ce temps ou je ne vais plus au travail ai-je le droit d’effectuer un autre emploi ?

    Répondre à ce message

  • vous ne devez pas avoir compris mon cas je suis actuellement en cdi a temps partiel j’envisage de ne plus allez travailler pour me faire licencié pour absentéisme ce qui va m’ouvrir des droits assedics ce que je n’aurais pas en cas de démission.
    ensuite pendant cette période ou je ne vais plus allez travailler pour cette employeur avec qui j’ai le cdi, j’envisage d’aller travailler pour un autre employeur qui me propose un cdd de 2 mois en ai-je le droit ? et si je ne prend pas la solution démission du cdi, c’est pour avoir le droits au assedics a la fin du cdd de 2 mois.

    Répondre à ce message

    • Je n’avais pas tous les éléments mais je vous ai déjà répondu.

      Votre employeur n’est pas obligé de vous licencier si vous faites ce qu’on appelle "un abandon de poste". Il peut faire traîner les choses pendant des mois avant de vous licencier. Lui, il doit prouver qu’il a tout fait pour vous garder et vous "retrouver" et que le licenciement est dû de votre fait, de votre volonté à ne plus respecter votre contrat de travail.

      Alors-là, faites attention, parce que si Pôle Emploi apprend que le licenciement fait suite à un "abandon de poste", il peut très bien vous refuser votre indemnisation et assimiler votre licenciement à une démission.

      D’autre part, vous pouvez cumuler deux emplois mais pas remplacer un emploi en cours par un autre. Vous devez travailler pour votre nouvel employeur en-dehors des heures de votre CDI en cours.

      Répondre à ce message

      • bonjour,
        j’ai un souci car suite a un emplois de 10 jours en debut mars dans une société en tant que téleprospecteur les assedic refuse ma demande d allocation chomage.

        le probleme c’est que cet emplois n’etait pas du tout dans ma branche moi je recherche en aide comptable operateur de saisie, depuis j’ai retravaillé pratiquement 3mois en interim et j’avai aussi travaillé avant cet emplois.

        De plus je n’ai pas quitté volontairement mon poste, en effet la société ma fait comprendre que je nai pas fait pour ca et que ca ne pourrait pas continué,et vu qu’ont ma proposé une mission dans ce que je recherché, on a donc mit terme a la periode d essai.

        La les galeres ont commencés en fin juin quand j ai terminé ma mission, je me suis apercu que je n avait aucun papier de la société d avant, j ai donc reclamé mon contrat et mon attestation, j ai attendu 3 semaine pour le contrat et pour l attestation ils m ont dit qu ils fallait leur faire un mot pour dire que j etais partis de la periode d essai en me garrantissant qu ils n y aurait pas de probleme !!!et la je suis bloqué !!

        il y a t il un recours ??

        Répondre à ce message

  • Bonjour, voila je viens de donner ma démission au poste en CDD de remplacement a mon boss suite a la séparation avec ma copine (Gerant d’hotel, donc taf de couple) et plus de logement, donc obligé de repartir vivre dans la famille dans un autre département, ai-je droit au chômage ??

    Répondre à ce message

    • Si votre copine a été licenciée ou si elle a démissionné avant vous, et si votre contrat de travail dit "de couple ou indivisible" comporte une clause de résiliation automatique pour ce cas de figure, il est possible que votre démission soit réputée légitime, avec un peu de bonne volonté de la part d’un(e) conseiller(e) du Pôle Emploi, sinon il est à craindre que vous n’ayez pas droit aux allocations chômage.

      AC ! 54

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Actuellement en CDI depuis 6 mois, je souhaite démissionner(le poste ne me conviens pas du tout et surtout ne correspond pas à la description qui avait été faite). Si je trouve un CDD(et oui les CDI se font rares !!!) de quelques mois puis-je prétendre avoir les assédics et sur quelle base ? Ya t’il un minimum de jours à retravailler ?
    Sachant que j’ai occupé un emploi pendant 10 ans d’ou j’ai démissionné pour un nouveau poste en CDI et que j’ai été licencié économique au bout de 10 mois, je me suis inscrite aux assédics, j’ai retrouvé un emploi mais j’ai mis fin à ma période d’essai et j’ai donc retouvé ce CDI depuis 6 mois.
    Merci d’avance pour votre réponse,
    ET BON COURAGE A TOUS !!!!!

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    je suis completement perdu j’ai besoin de votre aide, je vous raconte :

    j’ai etait licencié pour raison économique au mois de decembre au bout de 6 ans d’anciennetté puis en congé de reclassement que j’ai interrompu au mois d’avril car j’avais retrouver un emploi d’aide a domicile avec des contrats en cdi et cdd suivent les clients, j’ai décider de mettre fin a cet emploi pour plusieurs chose qui n’allait pas dont le salaire en premier lieu, enfin bref, j’ai donc arreter cet emploi pendant ma periode d’essai que j’ai honorer jusqu’au dernier jour je precise.
    sur mes attestations assedics que mon dernier employeur "aide a domicile" ma fourni il est bien preciser que " fin de periode d’essai".
    a mon inscription au pole emploi tout va bien !!
    et la aujourd’hui j’ai recu la decision de pole emploi comme quoi je n’aurai pas droit aux allocations pour demissions de mon dernier emploi ce qui n’es pas le cas.
    et je trouve tout le contraire comme quoi j’y ai droit !!
    au secour aidez moi !!!

    Répondre à ce message

    • Le problème vient du fait que tu as été jusqu au dernier jour de ta période d essai.

      Répondre à ce message

      • N’importe quoi !!

        Le problème c’est que Pôle Emploi déteste que les gens qui ont repris un emploi quittent l’emploi pendant la période d’essai. Et assimilent ça à une démission, ce qui est totalement faux.

        Évidemment qu’on peut aller jusqu’au dernier jour de sa période d’essai, manquerait plus que ça. En fait, on part en général deux jours et demi avant, car pendant le mois on a capitalisé deux jours et demi de congés payés.

        Que cette personne soit partie le deuxième, le dixième ou le dernier jour de sa période d’essai, Pôle Emploi lui aurait notifié une démission ! ça arrive aussi quand c’est l’employeur qui met fin à la période d’essai.

        Répondre à ce message

        • Néanmoins au regard de la loi, c est kan mm plus compliqué de contester l attestation assedic rempli par l’ ex employeur (indiquant période d essai effectuée....) quand on a effectué effectivement la totalité des jours de la période d essai !!! Une période d essai sert à arrêter si le boulot convient pas, c est prendre un risque en arrêtant le dernier jour de cette mm période. Après le fait que le pole emploi qualifie "démission" des arrêts de périodes d essai, c est autre chose. Là, il y a pas matière à se retourner.

          Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Mon mari et moi-même demeurions jusque fin 2009 en région parisienne et avions pour projet de partir nous installer dans le Sud.
    Ayant trouvé du travail là-bas, mon mari a démissionné pour y démarrer un CDI en janvier 2010.

    Depuis 2 mois (mai 2010), je l’ai rejoint car je suis actuellement en congé maternité. Nous avions prévu que je démissionne pour suivi de conjoint dès la fin de la période d’essai de mon mari (soit le 31/08), malheureusement, suite a une restructuration de sa société, il sait déjà qu’il sera licencié à l’issue de ses 7 mois (4 +3) de période d’essai, soit le 31/08.

    Mon congé maternité se finissant fin septembre. J’ai plusieurs questions :
    - Etant donné que mon mari a été licencié à date d’effet au 31/08, puis-je encore démissionner pour suivi de conjoint ? Dois-je impérativement démissionner avant cette date si je veux pouvoir bénéficier des Assedics ?
    - Etant en congés maternité, on m’a dit qu’en cas de démission, je n’avais pas de préavis à effectuer à partir du moment où je démissionnais au minimum 15 jours avant ma fin de congés maternité. Est-ce exact ?

    Merci par avance pour votre aide car le temps nous est compté.

    Répondre à ce message

  • Bonjour, pouvez vous me renseigner s.v.p merci
    Voila, j’ai déposé une demande d’allocation chomage qui ma était refusé pour le motif suivant : Démission (fin de période d’éssai rupture salarié)
    Je ne comprend pas que l’on ne prenne pas en compte les heures travailler alors que pendants une période d’essai on peut arréter si l’emploi ne nous convient pas.
    Mon avant dernier emploi été un cdd du 29/05/10 au 30/05/10 qui c terminé pour le motif suivant : fin de contrat à durée déterminée. Ensuite j’ai retravailler a partir du 01/07/10 jusque le 12/07/10, date correspondante a ma periode d’essai dont j’ai mi un terme.
    avant ma période d’essai je comptabilisé 587 heures, il me manque que 23h pour percevoir les allocation chomage alors que j’ai travailler 39h pendant une période d’essai et qui ne sont pas prises en compte par l assédic pfff cela est-il normal !!! aidez moi s.v.p merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour j’ai tes en contrat CAE 20h du 1-10-2009 au 31-07-2010 ce contrat ce terminer le 1-12-2010 et je ne voulez plus continuer car franchement ce travail était le pire de ce que chez déjà effectuer bref ce n’est pas le problème .
    Avec le patron on ces arrangé il ma licencier en inscrivant sur mon licenciement que ces moi qui aurait demandé d’arrêté mon contrat alors je ne ces pas si je ves avoir le droit au chômage on ma dit tant que ces toi qui ne démissionne pas tu auras le droit merci j’attends vos réponse avec impatience .

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Mon concubin travaille essentiellement en intérim, à l’époque nous habitons le var. Pour sa dernière mission qui devait être d’une semaine, 2 jours d’essai étaient stipulés sur son contrat. Le travail ne lui convenant pas, il a arrêté sa mission dès son premier jour.
    Quand il a voulu s’inscrire au Assedics, dans le Vaucluse (car il m’a suivi étant donné que j’ai trouvé un cdi là-bas), les Assedics ne veulent pas l’indemniser, pourtant il a le quotas d’heure, car sur l’attestation, il y ait indiqué "abandon de mission". Il a beaucoup de difficulté à trouver un emploi ici et il est maintenant sans ressources.
    Avons-nous un recours ? y’a-t-il une solution à notre problème ?
    Merci d’avance pour votre réponse, car on ne sait vraiment pas vers qui nous tourner.

    Répondre à ce message

  • Bonjour, je suis actuellement salarié depuis 11mois ds l’entreprise et celle-ci se retrouve en redressement avec une restructuration et donc des licenciements économiques dans lequel je ferai parti. Cela prend du temps, dois-je attendre et toucher mes assedic ou bien démissionner et accepter un nouveau poste, mais dans ce cas si après la période d’essai je ne suis pas accepté est ce que je perd mes assedic ???? Merci je suis dans l’urgence de prendre une décision !

    Répondre à ce message

  • bonjour , alors moi , je voudrais savoir si j’aurais des droits assedic en demissionnant , en sachant que mes heures sup ne me sont pas payees et pour mes heures de nuit , c’est idem ( j’ai a la base un contrat de travail avec ces horaires ; 7h30 . 12h00 - 14h00 . 17h30 du lundi au vendredi inclus ) , mais depuis un an , mes horaires ont change sans avenant de contrat ; 19h30 . 03h00 du lundi au vendredi inclus + 2 dimanches par mois aux meme horaires . en prouvant tt cela , ( sans aucun probleme ) , aurais je des droits de suite ?

    Répondre à ce message

  • bj
    ma maman voudrait savoir si elle toucherai le chomage si elle demissionner de son contrat de remplacement car ses heure sup ne sont pas payees elle ne sais comment prouvez que ces heure sup ne sont pas payees.
    elle aimerait pouvoir exerser le metier dassistante maternelle
    tres urgent merci de votre reponse

    Répondre à ce message

  • Assedic : divorce litigieux et très très houleux 27 septembre 2010 13:46, par Anonyme

    Bonjour,

    Actuellement en instance de divorce, j’ai déposée une plainte pour harcèlement moral et menace auprès du procureur de la république en mai 2009 contre mon ex-mari, et j’ai plusieures mains courantes à mon actif pour non prise d’enfant et insultes et menaces.

    Suite au jugement de non conciliation au mois de novembre 2009, toutes les charges m’on été attribuée (credits immobiliers, ....), remboursées à moitié lors de la liquidation. Entre temps je me suis retrouver en surendettement (accord BDF).
    Vivant dans la même rue que mon ex-mari, et subissant des insultes et des menaces physiques tous les jours (sans traces bien sûr plus difficile à prouver), ne pouvant plus faire face également aux dettes en cours, j’ai déménagé dans le 77.
    Je travaille dans le 94 (3h de transports par jopur allée/retour), et voudrait trouver un emploi à coté de chez moi, mais mes horaires de travail + le transport ne me permettent pas de faire des recherches.

    j’ai pris note de l’Accord d’application n°15, chapitre A, §1 :

    d’une personne qui change de domicile suite à des violences conjugales, à condition qu’elle prouve avoir porté plainte auprès du procureur de la République.

    Accord d’application n°15, chapitre B, §3

    Est-ce que le harcèlement moral est pris en considération ?
    car j’ai quand même du déménager loin pour fuir mon ex conjoint qui pourrissait la vie de ma fillette et la mienne.

    Je vous remercie de l’intêret que vous porterez à ma requête, et vous remercie d’avance des réponses que vous m’apporterez.

    Répondre à ce message

  • indemnisations ASSEDIC 27 septembre 2010 22:15, par mag03300

    bonjour,
    j’ai démissionné de mon CDI pour un autre CDI et le nouvel employeur vient de m annoncer qu’il ne pourrait pas honorer sa promesse d embauche qu’il m avait signé.
    je me retrouve donc sans travail.
    a votre avis puis-je bénéficier des allocations chômages vu que ce n’est pas de ma faute ???
    en vous remerciant

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai travaillé dans une entreprise de juillet 2007 à décembre 2009 en CDI d’où j’ai démissionné pour un CDD avec promesse d’embauche (meilleur salaire et meilleur poste)
    J’ai donc pris mes fonctions tout de suite après, sans interruption d’activité.
    De janvier 2010 au 15 mai 2010 j’ai travaillé dans cette entreprise que j’ai quitté (démission) au profit d’un CDI dans une autre entreprise.
    Là aussi j’ai pris mes fonctions directement, sans interruption. Du 17 mai au 16 juillet 2010, mon employeur n’ayant pas souhaité donner suite à ma période d’essai (rutpure de son fait). J’ai donc quitté l’entreprise sans effectuer les 91 jours logiquement nécessaire pour prétendre aux allocations chômage.

    Je pensais tout de même être dans mes droits en demandant les allocations chômage car travaillé pendant 3 ans sans interruption et que mon dernier patron avait mis fin à ma période d’essai de son fait mais j’apprends hier que je n’ai le droit à aucune indemnisation.

    Pourtant il semble que mon cas rentre dans celui des démissions légitimes : Démission pour commencer un CDI, que l’employeur rompt pendant la période d’essai

    Si un salarié démissionne pour commencer un CDI (embauche effective), et que l’employeur rompt la période d’essai avant 91 jours, à condition d’avoir 3 années d’affiliation continue à l’assurance chômage... il ne sera pas tenu compte de la démission pour le calcul de ses droits.

    Accord d’application n°15, chapitre B, §5

    Pouvez-vous m’éclairer ? J’avoue être abasourdie car je suis en pleine création d’entreprise et je comptais sur les aides du pôle emploi pour démarrer mon activité plus sereinement.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis actuellement embauchée en CAE et suite à des problèmes de santé reliés en parti à cause des tensions subies à mon travail, je voudrais savoir si en démissionnant j’aurais droit au chomage. Car ces problèmes de santé m’empêchent de me concentrer, j’ai des douleurs etc. Je suis actuellement en arrêt de travail depuis 3 mois et la médecin du travail ne veut pas me recevoir tant que je n’aurais pas repris. Mais je ne veux surtout pas reprendre. Je vais allé voir un psychiatre pour qu’il me fasse une lettre d’appui. Ne peut on vraiment pas allé de nous même voir la médecin du travail pendant notre arret ? Est ce obligatoirement à l’employeur de prendre rdv pour nous ? Ce genre de démission (avec lettre de medecin etc) permet il d’ouvrir les droits aux indémnités assédics ? Sinon autre solution, l’abandon de poste pour raison médicale, permet il le droit au chomage ? Le patron peut il se retourner contre moi pour cet abandon sachant que c’est pour raison médicale ? Merci beaucoup pour votre réponse.

    Répondre à ce message

    • Surtout ne démissionnez sous aucun prétexte, vous perdriez tous vos droits aux allocations chômage.

      Vous ou de préférence votre médecin traitant, avez le droit de demander une visite de pré-reprise au médecin du travail, sans passer par l’employeur.

      Il faut néanmoins avoir la certitude que le médecin du travail vous déclarera inapte au poste de travail, ce qui permettra à l’employeur d’engager une procédure de licenciement pour inaptitude.

      Si le médecin du travail vous déclare apte à la reprise et que vous ne reprenez pas le travail, l’employeur pourra soit vous licencier pour abandon de poste, soit attendre la fin de votre contrat en vous délivrant des bulletins de salaire de 0€.

      Il semble donc préférable, afin de continuer à percevoir les indemnités journalières de la SS, de faire renouveler votre arrêt de travail par le médecin traitant ou le psychiatre le plus longtemps possible.

      Merci aux autres intervenant(e)s sur le site ayant eu à connaître une situation similaire de donner leur avis.

      AC ! 54

      Répondre à ce message

      • Attention, quand Pôle Emploi apprend que le licenciement fait suite à un "abandon de poste", ils assimilent ça à une démission. La cour de cassation de plusieurs régions leur donne raison, à cause de l’abus de ce motif de licenciement.

        De plus, effectivement, l’employeur peut attendre tranquillement la fin du contrat en envoyant des bulletins de paie à 0 € (j’ai deux ex-collègues qui ont traîné trois mois comme ça).

        La relation des problèmes psychologiques d’un salarié avec ses conditions de travail est très compliquée à établir sauf si le harcèlement est prouvé. Le médecin du travail peut très bien considérer que les problèmes psychologiques ont une autre cause et n’empêchent pas de reprendre le travail.

        Votre solution de rester le plus longtemps possible en arrêt maladie est, à mon avis, la meilleure. Il y a toujours le spectre de l’expertise médicale demandée par l’employeur qui considère que son salarié est en arrêt exagéré. Mais si après trois mois, l’employeur n’a toujours pas bougé, il y a peu de chance qu’il s’embête avec un CAE en arrêt maladie.

        Répondre à ce message

  • question carole 12 octobre 2010 07:08, par carole02

    Bonjour,

    j’ai quitté mon poste de travail un dimanche apres midi, pousser a bout par la manager et suis aller voir le medecin du travail qui m’a déclaré inapte temporaire et mon medecin traitant m’as mise en arrete pour syndhrôme dépressif réactionnel, car la manager a un comportement insultants mesquins vulguaie qui fait que si je ne parter pas sa aller mal finir.

    J’ai demander par courrier recomander a mon employeur(directeur regional de l’entreprise) une rupture conventionnelle de contrat de travail mais il m’a répondu qu’il ne donnerais pas suit a cette demande ;

    A t_il droit de refusé sans même un entretien afin de savoir pourquoi cette demande et pourquoi j’ai abandonner mon poste ?

    Si il a le droit et que je veux demissionner suis_je dans un cas legitimes, sachant que je suis aider d’un syndicat, que j’ai alerté l’inspection du travail de ce qui se passer au seins de l’entreprise.

    Dans l’attente de vous lire, sinceres salutations.carole 02

    Répondre à ce message

    • question carole 12 octobre 2010 11:59, par Bernard

      L’employeur n’est pas obligé de donner suite à une demande de rupture conventionnelle de CDI.

      Si vous démissionnez, vous n’aurez droit à aucune allocation chômage.

      Demandez à votre médecin traitant de contacter le médecin du travail afin d’obtenir une nouvelle visite et une décision d’inaptitude au poste de travail.
      Si l’employeur ne peut vous changer de poste de travail, il pourra vous licencier pour inaptitude.

      AC ! 54

      Répondre à ce message

  • " Démissions liées à un déménagement, dans certains cas
    Est réputée légitime, la démission,

    d’une personne qui vient de se marier ou de conclure un PACS (pacte civil de solidarité) et de ce fait déménage, à condition qu’il n’y ait pas plus de 2 mois entre la fin de l’activité salariée et le mariage ou le PACS."

    Bonjour, je souhaite démissionner afin de débuter une vie commune avec mon compagnon.(je suis en CDI depuis 6 mois) Nous souhaitons nous PACSER. Pour que la démission soit légitime, faut il se PACSER avant ou après la démission ?

    Merci

    Répondre à ce message

  • bonjour, j’ai travailler pendant 1 an sur diffirents contrat et entreprise. mon avant dernier contrat se passait mal alors j’ai pris la décission de démissionner. de plus javai un autre travail en vu dune durée de 15 jours, et si tout se passait bien le patron allait me reprendre pour une autre période de 2 mois. cela m’a encore plus motiver à quitter mon avant dernier travail. mais malheureusement mon dernier travail n’a pas donner suite. je suis au chomage depuis mars 2010. jai effectuer ma demande d’allocations en juillet, j’ai recu la reponse ce mois ci, qui est négative. j’était en région bretagne et maintenant jai rejoint mon conjoin sur la région parisienne depuis septembre, je ne retrouve plus de travail. pas dargent qui rentre. dois je avoir recours ?? que faire ?? est je vraiment le droit de ne pas avoir dallocations chomage ???

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      je suis actuellement en conflit avec mon employeur (pour harcelement et propos dicriminatoire), une procedure prudhommal est en cours, (malheureusement a l’epoque des fait je n’ai pas pose une plainte aupres du procureur de la republique) il y des avocats. je suis en arret depuis 6 mois pour depression. afin de reprendre une vie normal je veux quitter cet emploi, mon employeur refuse une rupture de contrat conventionnel.

      La demission dans ce cas est ce un motif legitime ? merci

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai demarré un contrat en cdi alors que je percevais des allocations chomage. Apres avoir annoncé (trop honnete trop bête !) à mes employeurs que j’essayais d’avoir un enfant et que je faisais une fecondation in vitro ce moi-ci et aussi que mon conjoint avait des problèmes à son travail et qu’il risquait d’être licencié economique d’ici plusieurs mois ce qui aurait (si tel était le cas mais aujourd’hui rien n’est sûr) fait que nous serions retournés dans notre region d’origine. Peu de jours apres cette annonce elles m’ont renouvellé ma periode d’essai. Le lendemain de la remise de lettre de renouvellement j’ai appris par une tierce personne qui est aussi employée ayant entendu par hazard mes employeurs qui parlaient de moi en disant qu’elles n’allaient pas me garder, et cette personne a entendu parler du pole emploi. Je suis donc allé vérifier immédiatement sur le site du pole emploi où j’ai découvert que justement mes employeurs venaient le jour-même d’y deposer une annonce pour le seul est unique poste que j’occupais (estheticienne dans un salon de coiffure). Je leur ai donc signalé le jour même que j’etais au courant, mais elles ont d’abord feint de ne pas comprendre de quoi je leur parlais, puis à ma question "vos recherches pour me remplacer avancent elles ? " elles ont repondu vaguement que "ça dependait des dispo (? ??)" puis elles ont fait comme si de rien n’etait tout le long de la journée, alors que je m’attendais quand même à des explications vu que je pensais que nous avions de bons rapports.
    Le soir même, je leur ai donc envoyé un mail leur annonçant que je ne reviendrais pas au salon en leur expliquant les raisons : leur but etant de me garder au chaud le temps de trouver une remplaçante, j’ai préféré leur couper l’herbe sous le pied. (d’autant plus qu’elles avaient fait le même coup à la personne qui me precedait). Une semaine plus tard j’ai reçu de leur part en RAR un courrier me demandant de leur faire parvenir ma lettre de demission ; j’ai refusé en leur rappelant les conditions de rupture de contrat pendant la periode d’essai (sans motif ni formalité ni indemnité).
    Aujourd’hui j’ai enfin pu recuperer mes documents et surtout mon chèque de salaire qu’elles refusaient d’abord de me donner pretextant l’attente de ma lettre de demission (elles n’avaitent soi-disant pas connaissance des règles de rupture pendant periode d’essai).
    Le problème est qu’elles ont noté sur l’attestation assedic qu’il s’agissait d’une rupture pendant periode d’essai à l’initiative du salarié (et elles l’ont bien re-précisé aussi en observation en bas du document). Bien evidemment leur but etant de me mettre dans la me... n’ayant pas digérées de se faire "doubler" par moi.
    J’estime que le motif de rupture est faux puisque ce sont elles qui avaient décidé de se separer de moi en deposant une offre d’emploi sur le site ANPE, et c’est seulement apres que je les ai quitté (sans respecter le delai de prevenance je l’avoue).
    Je vais continuer aupres du Pole Emploi de faire ma declaration mensuelle, en leur envoyant mon bulletin de salaire, et il ne devrait pas y avoir de recalcul de droit (j’ai travaillé 2 mois seulement avec elles), mais ils risquent de me refuser les allocations le jour où mes droits seront recalculés, et je trouve cela parfaitement injuste. Que puis-je faire pour contester le motif de rupture de l’attestation assedic ? C’est vraiment pas le moment de stresser actuellement avec ce que je vis !

    Merci pour vos reponses.

    Répondre à ce message

  • Bonjour

    J’aurais souhaité savoir si j’ai droit aux allocations dans le cas suivant
    apres avoir travaillé pendant 3 ans et demi et cotisé,
    j’ai pris un nouvel emploi ou j’ai demissionnée apres 2 semaines, puis j’ai accepté un nouvel emploi ou j’ai été licencié en période d’essai.

    merci par avance pour votre reponse

    Répondre à ce message

  • bonjour,mon compagnon a été déclaré travailleur handicapé car en tant que patissier sa maladie orpheline ne lui permet pas de continuer son métier.il a donc fait un CIF pour une formation dans l’informatique,il la termine début décembre.il avait dit à ses patrons qu’il démissionnerait à la fin de la formation c’est pourquoi ils ont accepté qu’il la fasse.seulement il n’est pas sûr de trouver du boulo après et ses patrons refusent de faire un licenciement à l’amiable ou simple licenciement car ils n’ont pas l’argent pour lui verser sa prime de départ vu qu’il a 15 ans d’ancienneté et que l’entreprise n’est pas en grande forme.s’il démissionne il ne touchera aucune indemnités alors comment faire ? Merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Voila mon probléme j’ai travaillé pendant 7 mois et j’ai du démissionner de mon CDI car j’ai perdu mon logement et je me suis retrouvée à la rue donc obligée de retourner chez mes parents ayant - de 25ans est ce que je peux percevoir le chomage ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    voici ma situation : j’ai travaillé de décembre a fin aout dans un petit commerce. j’ai du démissionné car je rentrais en école d’infirmière début décembre, et mon patron n’a pas voulu faire une rupture conventionnelle.
    Je doit représenter mon dossier à partir du 31 décembre.
    Que doit-je joindre comme document justificatif étant donné que je suit entrée en formation ? ( sachant que normalement j’ai ouvert des droits pour être aidé pendant cette formation) !
    Et pensez vous que mon dossier sera accepté ?
    Que dois-je faire ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis en CDD depuis le 17 septembre 2006 dans une collectivité territoriale. Ils me proposent une rupture anticipée ( incompatibilité d’humeur avec la nouvelle direction).
    Est ce légal ?
    La régelementation impose t elle une indemnisation ?
    Aurais je droit aux assédics ?
    Et autres questions qui ne me sont pas encore venues mais qui pourraient découler de cela ?
    Vous remerciant par avance.
    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Bonjour !

    Je me permets d’exposer mon cas puisque malgré tous les exemples, aucun ne colle exacrtement avec le mien...
    J’aurais donc besoin de vos lumières...
    Je suis adjoint de sécurité dans la Police Nationale depuis 3ans , c ’est un contrat de 5ans, en CDD ou contractuel.
    Je souhaite quitter ma fonction et toucher les assedics le temps que je retrouve quelque chose,voir même entamer une formation. Travailler qu une ou deux semaines par mois d’ interim m’irait largement (et financierement et au niveau du temps)
    Ils me disent evidemment qu’il n y a pas de rupture de contrat a l amiable possible et que si je souhaite partir je n avais qu’ a démissioner... Que faire ? Me faire licencier ? comment ? quelle sont les solutions pour avoir le chomage, meme que 2 ou 3 mois le temps de m’organiser...

    merci de votre précieuse aide.

    Répondre à ce message

  • BONJOUR,
    j’aimerai juste avoir un complement d’information j’ai trouvé des situation similaire a la mienne mais je veux plus d’info sil vous plait et c’est tres urgent car je veux pas faire de betises je suis actuellementen cdd depuis aout (avant j’etais en cdi j’ai demissioné car c’etait un 25H°) depuis aout en cdd a temps plein je me suis pacsé en novembre pour pourvoir avoir droit a un rapprochement aupres de mn conjoint ya 600km qui nous separe j’ai preparé ma lettre de demission pour allé le retrouvé mais je veux savoir si j’aurai droit au assedic vu que ca fait que depuis aout que je suis en cdd ????est ce que la periode de mon ancien travail compte pour les assedic soit 3an et demie ???car sinon depusi aout a maintenant c’est tout recent et j’ai peur de partir et de me retrouvé sans rien sachant que j’ai que 22ans merci de m’aiguiller au plus vite merciiiiii

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je n’arrive pas à trouver de réponses à ma question.
    Voilà, je suis en c.d.d et mon contrat ce termine en novembre 2011, actuellement je suis en arrêt maladie et je ne supporte plus de travaillé dans des conditions de travail comme celle-ci, je souhaiterais demissionné mais je sais que je ne serais pas indemnisé avant 121 jours.

    Il y aurait-il une solution pour pouvoir être indemnisés avant 121 jours ?

    Quelles sont les conditions pour pouvoir avoir une fin de contrat avancé ?

    Est ce à l’amiable avec son employeur ou bien sa fait partie d’une convention collective ?

    Merci de m’éclairsir un petit peu sur la situation.

    Répondre à ce message

  • BONJOUR, j’aimerai juste avoir un complement d’information j’ai trouvé des situation similaire a la mienne mais je veux plus d’info sil vous plait et c’est tres urgent car je veux pas faire de betises je suis actuellementen cdd depuis aout (avant j’etais en cdi j’ai demissioné car c’etait un 25H°) depuis aout en cdd a temps plein je me suis pacsé en novembre pour pourvoir avoir droit a un rapprochement aupres de mn conjoint ya 600km qui nous separe j’ai preparé ma lettre de demission pour allé le retrouvé mais je veux savoir si j’aurai droit au assedic vu que ca fait que depuis aout que je suis en cdd ????est ce que la periode de mon ancien travail compte pour les assedic soit 3an et demie ???car sinon depusi aout a maintenant c’est tout recent et j’ai peur de partir et de me retrouvé sans rien sachant que j’ai que 22ans merci de m’aiguiller au plus vite merciiiiii

    Répondre à ce message

  • Bonjour, voila je suis en CDI Mecanique et je compte demissioner de mon poste car ma femme et moi même souhaiton rehabiter dans notre departement de naissance. Ma femme et enceinte de 5 moi et demie (presque lol) et les loyer etc... sur Montpellier sont trop cher. J’aimerais savoir si aprer ma demission j’aurais le droit au indemniter de chaumage ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Merci pour cet article détaillé.
    J’ai un cas précis à vous soumettre.
    Je suis en CDI depuis 6 ans dans la même société. Les conditions de travail sont très mauvaises. Je suis pressée comme un citron et ça empire depuis mon passage aux 4/5 suite à la naissance de mon premier enfant. Toujours autant de boulot et personne pour m’aider, ne serait-ce que pour combler le 1/5 manquant. Du coup, je suis obligée de travailler gratuitement de chez moi si je veux garder la tête hors de l’eau. Je n’en peux plus. Je n’ai pas voulu démissionner jusque là pour raisons financières. Ma soeur, gérante d’une petite entreprise de secrétariat service, part bientôt en congé maternité et aimerait que je la remplace pendant 6 mois. Si je démissionne, est-ce que j’aurais droit aux indemnités chômage après ce CDD de 6 mois si je n’ai pas trouvé un autre job ?
    Je sais que le fait que l’employeur soit de ma famille entre en ligne de compte mais je ne connais pas les détails.
    Merci d’avance pour votre réponse.

    Répondre à ce message

  • POUR mon expérience personnelle qui date de plus de 10 ans et je m’en souviendrai longtemps.. j’ai démissionné en période d’essai, certaine de mon bon droit. Et bien l’assedic ne m’a pas indemnisé pendant 4 mois. Donc plus jamais de démission même forcée..

    Répondre à ce message

    • On ne démissionne pas d’une période d’essai. C’est une rupture du contrat de travail.

      Si vous avez donné une lettre de démission au lieu de faire cocher la case "rupture de période d’essai" sur la feuille de l’Assedic, c’est normal que l’Assedic vous a traité comme ça.

      Il y a dix ans, les ruptures de période d’essai étaient respectées et pas encore assimilées par certains Pôle Emploi comme maintenant à une démission, surtout si elle est à l’initiative du salarié.

      Répondre à ce message

      • merci pour la réponse mais le problème est que l’employeur a tous pouvoirs, s’il a envie de cocher telle case , qu’est-ce qui l’en empêche ? Combien de fois j’ai du me battre avec ça !

        le problème qui va se poser dans les prochains mois est que je vais devoir déménager car la maison va être vendue suite à mon divorce. La question est : est-ce que j’aurai des droits légitimes à l’assedic dans ce cas précis ? merci de votre réponse.

        Répondre à ce message

  • Bonjour. Je suis intermittent, et j’ai démissionné en Aout 2010 d’un CDI de 2h/semaine de prof de musique.
    Ns sommes en février. A cause de cette démission, PE me refuse l’indemnisation sur un dossier de réadmission à l’intermittence. Quand bien même j’ai 507heures de musicien par ailleurs, en dehors de ce CDI indigent.

    Mon dossier passe devant l’instance paritaire régionale.
    J’ai argumenté mon dossier comme ceci : ce CDI était dérisoire et accessoire. J’allais baisser encore en volume d’heures pour tomber à 1h/semaine faute d’élèves. J’allais avoir plus de déplacements que de rémunération.
    Que vous inspire mon cas, qui me paraît bien extrême.
    Merci de vos réponses.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je suis dans les situations exposées auparavant : j’ai été au chomage 1 mois en 2009, puis j’ai repris un cdi. J’ai démissioné au bout d’un an et demi, pour un autre cdi et rupture periode d’essai au bout de 30 jour par ce nouvel employeur

    donc pas 3 ans de continuité ou moins de 91 jours travaillés apres démission (bla blaetc)

    le problème est le suivant : je m’étais renseigné au 3949, j’ai posé la question aux conseillers lors de mon inscription..aprés aussi... TOUs m’ont dit que j’y aurait droit au vu de mon dossier

    Le pire c’est que Pole emploi m’a obligé de suivre une formation sur les aides publiques (are et accre) pour les auto entrepreneurs.
    Vive le conseil et la réunion assedic +anpe = lamentable

    En plus, je n’attend que la réponse positive de pole emploi pour pouvoir créer mon entreprise (car si je le fais avant je perd tout)

    le comble, c’est que j’ai déja mon emploi (c’est pas du vent, elle est prete à fonctionner, d’ailleur si ca continue comme ca, ils vont faire de moi quelqu’un qui travaillera dans l’illégalité du travail non déclaré (LE COMBLE)

    Bien sur, dans mon agence pole emploi, une seule personne répond au droit assedic, le direceteur et que par courrier (que j’ai envoyé en ar), les autres font que du reclassement...

    Quand au 121 jours pour le rééxamen du dossier, 2 conseillers du 3949 et une personne travaillant dans un autre pole emploi en france m’ont dit que pratiquement tous les dossiers étaient refusé en ce moment, à cause de la conjoncture et de leur directive. (et m’ont même dit que ce serait de pire en pire)

    resultat je suis obligé de reprendre une activité pendant quelques jours, pour pouvoir toucher mes droits et enfin pouvoir creer une auto entreprise, tout cela parce que j’ai pris de risques en démissionant d’un CDI (le gros paradoxe quand l’état désire une reprise économique et que tout le monde créer sa petite entreprsie avec le régime auto entrepreneur)

    Je suis pas de nature à me révolter, j’ai toujours cru au travail et à la volonté des Hommes, mais la pour une fois je viens de comprendre qu’il y avait des injustices ...

    juste pour que ca serve (vu que j’ai toutes les réponses apparament)...y’a pire que moi c’est sur, Mais j’irai jusqu’au bout dans mes contestations !

    bon courage à tous

    Répondre à ce message

  • Est légitime la démission du salarié qui rompt son contrat de travail pour suivre son conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi.

    Bonjour

    Je suis en congé parental depuis presque 3 ans. Mon employeur se trouve sur Paris. Mon mari ayant été licencié, nous avons dû déménager en aout 2008 pour son nouvel emploi (il y a donc 2 ans 1/2). Mon congé parentale se finit en mai 2011.
    Ma question est est-ce que je serais indemnisée par les assedics si je demissione au motif du suivi de conjoint 2 ans 1/2 après la prise de poste de mon mari et notre démenagement ? Si oui le calcul des indemnité chomage se feront sur mes salaires avant mon congé parental ?
    Merci à vous et bonne journée

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je vis dans la Marne où je suis fonctionnaire titulaire à l’hôpital depuis 2004.
    Mon conjoint (nous sommes pacsés) est actuellement en CDI, mais recherche un emploi dans le Rhone pour rapprochement familial.
    Ma situation professionnelle pourrait me permettre de prendre une disponibilité pour le suivre, mais cela veut dire plus de revenus.
    Nous avons 4 enfants, et le fait de se retrouver avec un seul salaire n’est pas envisageable sans se retrouver dans une situation financière catastrophique.

    Ma question est la suivante : si je démissionne de mon emploi pour suivre mon conjoint, puis-je percevoir les allocations chômages, et ce avec certitude ?

    Merci d’avance pour les informations que vous pourrez m’apporter.

    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je sollicite votre aide pour avoir des informations concernant ma situation.

    En ce moment je suis salarié en CDI(2ans Mini d’ancieneté), et suite a mon divorce je dois m’absenter de mon poste de Travail pour une longue durée pour suivre la procedure de divorce.

    - l’entreprise me propose un congé sans solde (je ne peux pas me le permettre car pas d’autres source de revenus)

    - l’entreprise me propose aussi une demission, car apres le divorce je ne pense pas continuer a travailler dans cette entreprise ( mais aprés la demission je n’ai pas droit a mes allocations de chômage)

    - l’entreprise me dit qu’il est impossible d’envisager un licenciment pour absence qui logiquement m’ouvrirait mes droits de chômage...(Besoin de percevoir mes allocations chômage pour subvenir a mes besoins durant la periode de recherche d’emploie aprés mes procedures de divorce)

    Mon DRH me dit que je ne serais pas payé durant la période de mon absence, donc il serait preferable pour moi de demissioner avant mon depart pour mes procedures de Divorce.

    je voudrai savoir si cette proposition de l’entreprise adequate, car je ne voudrai pas perdre mes droits de chômage..

    Et dans le cas contraire quelle serait la procedure ou la demarche convenable a suivre...

    Merci d’avance pour vos reponses.

    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Pourquoi veut-il vous faire démissionner ? alors que si peu d’ancienneté ne va pas lui coûter grand chose. Demandez une rupture conventionnelle dite à l’amiable.

      S’il refuse et maintient qu’il vous faut démissionner, c’est qu’il est décidé à vous emmerder. Est-ce que votre départ gêne la bonne marche de l’entreprise ?

      Répondre à ce message

      • Bonjour Isa76,

        en effet mon départ ne gêne absolument pas la bonne marche de l’entreprise car ils m’ont accordé une autorisation d’absence d’un an pour un « CIF » depuis Septembre dernier qui se termine en Juin.

        donc mon absence ne causera absolument aucun problème. C’est justement pour ça que je m’adresse a vous pour essayer de comprendre les motivations de l’entreprise a vouloir me pousser a démissionner... !!!

        Car je voudrais une démarche qui me permette de bénéficier de mon Allocation chômage durant la période dont j’aurais besoin pour résoudre mes problèmes de divorce car je n’aurais pas d’autres sources de revenus jusqu’à ce que je retrouve un nouveau Travail... !

        Et la démission ne me permettra pas d’y arriver. Vu la gravité de la situation, les syndicats me proposent de me faire virer pour bénéficier de tous mes droits, « indemnités de licenciement et allocations Chômage » dans la cas où l’entreprise refuse une rupture de contrat a l’amiable...

        3jours d’absence injustifiées seront suffisants pour déclencher une procédure de licenciement..

        Mais pour le DRH 3jours d’absence injustifiées ne les obligent pas a me virer, parce que durant mon absence ils ne me payeront simplement pas, et sans avoir a me licencier, et cela peut durer le temps qu’ils voudront jusqu’à ce que je démissionne.....

        C’est vraiment dommage d’en arriver a cet extrême, mais là j’ai pas le choix.

        qu’en pensez-vous.. ??
        est-il vrai ce que me dit le DRH... ???

        Répondre à ce message

        • Malheureusement, ce que vous dit le DRH est exact, ils peuvent faire traîner plusieurs mois ce qu’on appelle "un abandon de poste". J’ai eu le cas dans mon association, trois mois et demi, heureusement, la personne était en CDD sinon...

          Pousser les gens à la démission c’est juste histoire de les emmerder, d’avoir le pouvoir sur eux et d’avoir le moins de paperasse à faire !!! en fait, c’est tout bêtement pour s’éviter des suites aux Prud’Hommes.

          Vous remettez une lettre et adieu les convocations aux entretiens, les courries fastidieux où il ne faut rien oublier et les délais à respecter avant la sortie.

          Le temps qu’ils veulent, tout de même pas, à un moment, il leur faut vous licencier.

          Vous pouvez saisir les Prud’Hommes parce que si rien n’empêche une rupture à l’amiable, c’est du harcèlement pur et simple.

          Sachez aussi qu’une démission peut se dénoncer si elle est abusive et sous la contrainte, mais ça ne vous donnera pas vos indemnités avant que la procédure soit terminée.

          Bon courage

          Répondre à ce message

          • Merci Isa76,

            J’aurais effectivement besoin de courage pour surmonter cette situation avec mon DRH, les négociations s’annoncent rude vu les informations que vous me donnez, j’ai rendez-vous avec le DRH cette semaine pour une nouvelle tentative d’arriver a un accord.

            Si ça ne marche toujours pas je saisirais les Prud’hommes car je risque de ne pas être payé durant mon absence sans toutes fois être viré (ce qui serait mon souhait) car je ne compte pas continuer a travailler dans cette entreprise après mon retour. Comme je vous disais ils ne veulent pas me licencier pour 3jours d’absence injustifiée tels que me l’ont proposés les Syndicats car je suis en CDI mais avec seulement 2ans d’ancienneté ... Ce qui ne leur coutera presque rien en terme d’indemnités de licenciement vu mon ancienneté ..

            j’envisage travailler en intérim pour une semaine minimum pour débloquer mes droits de chômage...

            Qu’en pensez-vous.. ?

            Répondre à ce message

  • bonjour, je suis actuellement en cdd dans une boutique de prêt à porter mon contrat a débuté mi novembre et il s’arrête le 14 mai 2011 mais j ai mon conjoint qui à trouvé un travail sur la ville de lyon il a commencé cette semaine il à trouvé un logement.Moi je suis resté dans notre ancien appartement en attendant la fin du préavis qui se termine ds 1mois, j’aimerai savoir si je pouvais partir donc démissionner dés à présent et pouvoir toucher le chômage je suis allé me renseigné au assedics de ma ville qui mont dit que ce serait une démission donc pas de chômage ce que je ne comprend pas en lisant votre article.J’aimerai que vous m’en dite plus à ce sujet est ce que je peu ou non démissionner ??? merci beaucoup de votre réponse

    Répondre à ce message

  • Refus de temps complet 27 mars 2011 11:43

    Bonjour,
    Je vous prie de bien vouloir répondre à cette question car je suis complètement fou de rage auprès de mon employeur.
    Je suis salarié en CDI mi-temps depuis 4ans ! Il y a un an, j avais demandé à passer à temps complet, réponse : malheureusement, il n y a pas assez de travail à me faire faire mais si il y aura changement, je serai averti !
    Il y a deux mois, même réponse quand je viens d apprendre qu ils embauchent quelqu un d autre et moi, toujours à mi-temps !
    Si je demissionne, ai je droit à une allocation ?
    Je vous remercie par avance pour votre réponse !

    Répondre à ce message

    • Refus de temps complet 27 mars 2011 13:48, par Isa76

      démission = aucune indemnisation

      vous pouvez lui demander une rupture conventionnelle mais il est libre de refuser.

      vous pouvez également faire part de votre problème aux prud’hommes pour savoir s’il y a matière à obliger votre employeur ou négocier un départ.

      Répondre à ce message

      • Refus de temps complet 27 mars 2011 18:07, par Logan

        Bonjour,

        Comme le dit Isa, Démission=Aucune Indemnisation, le licenciement est un moyen de percevoir une indemnisation, car je suis dans le même cas que toi, et l’entreprise ne veux pas de procédure de licenciement car trop de paperasse a faire et aussi éviter de passer devant les Prud’hommes. la démission sera pour eux de la nourriture facile sans paperasse ni indemnisation a vous verser.

        Alors vaudrait mieux se faire virer ainsi vous pouvez bénéficier de vos allocations de chaumage

        Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je vous prie de bien vouloir répondre à cette question car je suis complètement fou de rage auprès de mon employeur.
    Je suis salarié en CDI mi-temps depuis 4ans ! Il y a un an, j avais demandé à passer à temps complet, réponse : malheureusement, il n y a pas assez de travail à me faire faire mais si il y aura changement, je serai averti !
    Il y a deux mois, même réponse quand je viens d apprendre qu ils embauchent quelqu un d autre et moi, toujours à mi-temps !
    Si je demissionne, ai je droit à une allocation ?
    Je vous remercie par avance pour votre réponse !

    Répondre à ce message

  • bonjour
    voila je suis en concubinage depuis six ans avec mon conjoint nous avons deux enfant a charge
    cela va faire un an qu il et en conge parental suite a une depression du au travail et vie privee
    je vien de retrouver du boulot et lui souhaite demissionner pour travailler dans autre chose
    on c renseigner aupres des organisme et on nous a dit qu il pourrai toucher le chomage au bout de trois mois
    ma questions et est t il vrai que si il y a mariage ou pacs c est droit seront ouvert quasi aussitot c est ce qu on ma dit donc je voudrai savoir si c vrai
    a leur actuelle nous vivons avec 600 euro pour vivre a quatre nous n avons meme pas assez pour payer les facture
    merci de me repondre cdlt

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je vous écris afin de solliciter vos lumières. Mon ami actuellement en cdd (les week-end uniquement) vient d’obtenir une proposition d’embauche pour un cdi (à temps complet). Seulement ce contrat l’oblige à se dégager de toute autre attache professionnelle. Il a donc contractuellement l’obligation de démissionner de son cdd. Pourtant à priori cette obligation ne rend pas cette démission légitime. Dans le cas ou il serait remercié avant la fin de la période d’essai il n’aurait donc aucun droit au assédics ? Pensez-vous qu’il soit possible qu’il commence son cdi et demande à son nouvel employeur de l’autoriser à finir son cdd (il lui reste 4 week-end à effectuer avant fin du cdd) afin qu’il n’ait pas à démissioner. Je ne vois pas comment assurer nos arrières autrement. Si vous aviez un conseil. (Même si le mieux serait tout simplement que tous se passe bien dans son nouvel emploi). Merci beaucoup de l’attention que vous porterez à ce message. Cordialement,

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Etant en cdi dans ma société depuis le 1 janvier 2011, je dois quitter ma société car elle est basé sur paris, et mon ami est muté sur montpellier.
      Nous ne sommes pas marié, mais nous vivons ensemble depuis 4 ans environs.
      Sa mutation est immédiate, mais ma société ne veut pas m’arranger..
      Comment puis je faire pour quitter mon employeur sans perdre mes indemnités par la suite ?
      Merci de votre retour.
      Cdt

      Répondre à ce message

      • Bonjour,

        Votre démission sera considérée comme légitime si vous rompez votre contrat de travail pour suivre :

        - Votre conjoint ou votre concubin ou partenaire de Pacs qui doit changer de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi. Il peut s’agir d’une mutation voulue par son entreprise mais également d’un changement d’employeur décidé de sa propre initiative ou de son entrée dans une nouvelle entreprise à la suite d’une période de chômage, ou encore de la création ou reprise d’une entreprise ou du début d’une activité de travailleur indépendant.

        Comme pour un licenciement

        Si votre démission est considérée « légitime » par les Assedic, vos droits à indemnisation sont équivalents à ceux que vous auriez touché si vous aviez été licencié ou en fin de CDD. Ainsi, pour toucher vos allocations, vous devez vous inscrire comme demandeur d’emploi, avoir travaillé suffisamment (au moins 6 mois au cours des 22 derniers mois qui précèdent la fin de votre contrat de travail) et rechercher activement un emploi.

        http://www.droitsdesjeunes.gouv.fr/...

        Cordialement
        humility

        Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,
    En Septembre 2010, l’association pour laquelle je travaillais depuis 3 ans n’avait plus suffisamment de trésorerie pour assurer mon salaire complet et m’a proposé un passage à mi-temps que j’ai refusé, d’autant que j’avais par ailleurs trouvé un poste à l’étranger (hors UE).
    Aujourd’hui, 7 mois plus tard, mon entreprise actuelle est elle aussi en difficultés financières et je pense donc rentrer en France avant de me faire licencier et renvoyer du pays.
    Ma question ? Aurais-je droit à mes allocations chômage le temps de retrouver un poste ? Je précise que je n’ai pas choisi de cotiser à la CFE (Caisse des Français à l’Étranger).

    Répondre à ce message

  • bonjour, apres avoir lu le forum,

    je souhaiterais avoir des précisions sur mon cas.
    Alors, j’ai démissionné d’un emploi intérimaire avant le terme du contrat. J’ai été intérim pendant un mois(mai 2011). Avant cela j’ai travaillé pendant 2 ans (Février 2009 à février 2011 et les droits au chômage pour ces années ne sont pas épuisés, loin de la.
    Je me demande, donc, si le fait d’avoir démissioné de l’emploi d’intérim annule les droits au chômage de ces 2 années.

    Merci d avance

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je vais tenter d’être la plus claire possible ; j’ai eu la mauvaise nouvelle d’apprendre que suite à ma rupture de période d’essai qui est de mon fait, si j’entame un réexamen de mes allocations chomage, il me sera refusé.
    Je m’explique fin 2008 suite à une fin de cdd je m’inscris au pôle emploi où je bénéficie alors de 700 jours d’indemnisation. En Aout 2010 je retrouve un emploi en cdd de 6 mois ; à la fin duquel faute de temps parce que je retrouve rapidement un nouvel emploi, je ne réexamine pas mes allocations, alors que visiblement j’aurai du le faire puisqu’aujourd’hui on me dit que comme c’est moi qui ai mis fin à ma période d’essai on me refusera des indemnisations. Actuellement, je bénéficie juste des 57 jours restant de mes allocations restantes de mon emploi qui a pris fin en novembre 2008.
    Pourtant cette rupture de période d’essai intervient bien après une période de 6 mois de travail en CDD. J’aimerai savoir si le pôle emploi n’est pas dans en tord et si le réexamen suite à mon cdd de 6 mois n’est pas encore possible ?
    En vous remerciant par avance pour votre aide.

    Répondre à ce message

  • Bonsoir,
    Nous désirons déménager dans le sud avec mon ami. Est-ce que si nous nous pacsons, je pourrais ensuite démissionner et toucher les assedics même si mon ami n’a pas encore trouvé de travail dans le sud ? Merci par avance pour votre réponse.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je me tourne vers vous car je suis totalement perdue dans tout ça...

    Je vous explique la situation : mon mari est employé depuis plus de 2 ans, en CDI, chez McDonald’s dans le Gard. Il vient d’obtenir son concours infirmier et va commencer sa formation en septembre, dans le Vaucluse.

    On lui a conseillé de se faire licencier, à l’amiable avec son employeur, pour absence injustifiée afin de pouvoir toucher les Assedics durant sa formation.

    Doit-il réellement procéder de cette façon ? Aura-t-il droit aux Assedics s’il se fait licencier pour absence injustifiée ? Doit-il s’inscrire au Pôle Emploi ou à la Mission Locale une fois son licenciement effectif (il a 24 ans) ? Si oui, doit-il s’inscrire dans le Gard (ou l’on vit) ou dans le Vaucluse (où il va suivre sa formaton) ? Combien de temps après son licenciement pourra-t-il toucher les Assedics ? Doit-il être au chômage avant le début de la formation ? Si oui, combien de temps avant ? Doit-il déjà toucher les Assedics au moment de son entrée à l’école ?

    J’ai énormément de questions mais tout autant d’inquiétudes....

    Un immense merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • Il existe une procédure qui conviendrait beaucoup mieux : la rupture conventionnelle, qui ouvre droit au bénéfice de l’assurance chômage :

      http://www.travail-emploi-sante.gou...

      Que votre mari contacte la Mission Locale dans le Gard, on lui expliquera quelles seront les allocations auxquelles il pourra prétendre et comment procéder pour le transfert du dossier dans le Vaucluse.

      AC ! 54

      Répondre à ce message

      • Merci pour ces éléments de réponse ; le truc c’est que l’employeur de mon mari ne voudra pas lui verser d’indemnités puisqu’il le fait pour nous rendre service... dans le cas des absences injustifiées, il n’aura rien à nous verser...

        Répondre à ce message

        • Tout d’abord, savez-vous vraiment ce que veut dire absences injustifiées ou communément appelées abandon de poste ??

          Cela veut dire que votre mari doit cesser d’aller travailler et donc de ce fait ne sera pas payé le temps qu’il n’ira pas travailler !

          Ensuite l’employeur, quoi qu’il en dise, n’a absolument pas l’obligation de le licencier tout de suite, il a un an pour le faire maximum. Et pour éviter les ennuis, il doit envoyer à votre mari au moins deux lettres de mise en demeure de reprendre son travail, le tout sur deux mois.

          De plus, ce licenciement pour certains Pôle Emploi est assimilé à une démission ! eh oui, même si ce n’est pas légal, ça peut arriver.

          Ce que je ne comprends pas, c’est comment on peut passer un concours et ne pas se préoccuper du revenu qu’on va avoir pendant ce temps. Les indemnités chômage ne sont pas faites pour ça.

          Je vous conseille de chercher activement un emploi pour vous-même, ça limitera la casse.

          Répondre à ce message

          • Bonjour !

            Chère isa76, on sait que mon mari ne touchera rien durant la période de licenciement à l’amiable (son employeur refuse la rupture conventionnelle donc pas d’autres choix) et on a fait des économies pour pouvoir subvenir à nos besoins durant cette période qui ne durera en fait qu’un mois... On sait un minimum ce que l’on fait quand même...

            La formation dure 3 ans et nous sommes jeunes (24 et 26 ans), je ne vois pas comment on aurait pu mettre suffisamment de côté pour tenir 3 ans sur nos économies... contrairement à ce que vous semblez penser je travaille mais mon salaire ne suffira pas à nous faire vivre à 2 ces 3 prochaines années. De plus, on n’a plus le droit aux aides de la CAF puisqu’ils se basent sur l’année 2009, date à laquelle nous travaillions tous les 2.

            Mon mari va entamer une formation d’infirmier et, si je ne m’abuse, il s’agit là d’un secteur en crise.... comment donc faire remonter le nombre de postes dans ce milieu si les 3 ans de formation ne peuvent être financées, en partie, par l’Etat ? A un moment donné, il faut se poser les bonnes questions... et si l’Etat ne se les pose pas, on est "obligés" d’avoir recours à des moyens un peu limite... pour le bien de l’emploi !

            C’est contre l’Etat et parfois même son manque de logique qu’il faut s’insurger, pas contre nous qui essayons, comme nous le pouvons, de trouver un emploi dans un secteur qui en a un réel besoin... Si les indemnités chômages ne servent pas à "financer" en partie une formation dans un secteur en crise, vaut-il mieux qu’elles servent à faire vivre une population qui ne souhaite travailler (pour une partie d’entre elle plus exactement, j’en consens) ?

            A bon entendeur....

            Répondre à ce message

            • J’ai vu trop de gens pris au piège d’un abandon de poste, ou absences injustifiées, et se retrouver des mois sans salaire alors que l’employeur avait promis un licenciement à l’amiable. Et j’en ai vu tout autant foncer là-dedans sur de bons conseils sans savoir ce que sait.

              Vu que vous n’avez indiqué nulle part que vous travaillez... donc, évidemment qu’on peut penser que vous êtes sans emploi.

              Quant à Pôle Emploi, oui, c’est un risque de se faire radier parce qu’on suit une formation au lieu de rechercher un emploi.

              J’espère que vous mènerez vos projets à bien sans tracasseries. Je connais les dysfonctionnements, j’ai vu une amie devoir renoncer à sa formation d’aide-soignante faute de de revenu.

              Je vous souhaite bon courage

              Répondre à ce message

    • Je ne comprends pas pourquoi vous tenez absolument à un licenciement à l’amiable.
      Il existe tout un tas de moyens de se faire licencier pour faute. Un licenciement pour faute, je le rappelle, n’empêche pas de toucher des indemnités de chômage.

      C’est dommage vos remarques sur la population qui ne souhaite pas travailler. Mais je suppose que vous vouliez parler des actionnaires et des rentiers du CAC40....

      En tout cas, bon courage.

      Répondre à ce message

      • Nous envisageons sérieusement un licenciement à l’amiable parce que l’employeur nous rend quelque peut service dans cette histoire... comme nous sommes en très bon terme, nous ne souhaitons pas l’obliger à nous verser des indemnités de licenciement. D’où cette démarche.

        En ce qui concerne ma remarque sur la population au chômage, je ne veux vexer personne et ne vise personne en particulier ; seulement, il me semble plus juste de toucher des aides pour une formation (et donc en ayant une réelle motivation), plutôt que d’être au chômage par "facilité"... c’était surtout en réponse à isa76 (sans rancune hein !) qui disait que les indemnisations chômage ne servent pas à "financer" une formation !

        Et merci à tous pour vos réponses rapide !

        Répondre à ce message

        • Donc, je répète : pour un licenciement pour faute, aucune indemnité est due.

          Quant aux formations, les budgets de formation pour les chômeurs ont fondu comme neige au soleil depuis quelques années. Le but du gouvernement est de virer du régime chômage le plus de monde possible, pas de leur permettre d’acquérir des formations. Même dans les secteurs "en tension", comme celui des infirmierEs, il est rare d’obtenir le financement de formations.
          La "population qui ne souhaite pas travailler" accomplit bien souvent des formations non déclarées (car non agréées) à pôle emploi pour ne pas se retrouver sans revenus.

          Répondre à ce message

        • Eh non, les indemnités chômage ne servent pas à financer une formation.

          Les indemnités chômage servent à la recherche d’emploi active.

          Ce n’est pas mon discours mais celui de Pôle Emploi.

          Et si vous ne pouvez pas produire des preuves de la recherche d’emploi ou si vous déclarez être entré en formation de longue durée, vous serez radié aussi vite que vous vous êtes inscrit.

          Et les gens motivés qui veulent s’orienter vers des secteurs où il manque cruellement de personnel ou tout simplement faire un métier qui leur plaît, ont de grandes difficultés à obtenir une formation et surtout un revenu pendant cette formation.

          C’est la triste réalité.

          Même les chantiers d’insertion qui servent de tremplin pour les gens au RSA afin d’obtenir le financement de ce genre de formation subissent des coupes budgétaires drastiques qui ne leur permettent plus de remplir leur rôle correctement.

          J’espère de tout cœur qu’on vous laissera en paix.

          Répondre à ce message

  • C’est encore moi... ! J’ai décidement besoin de vos conseils !

    Imaginons que mon mari se fasse finalement licencier pour faute grave mais pas dans le cadre d’un abandon de poste (même si c’est le seul cas qui a été envisagé par l’employeur).
    Quelle serait alors la procédure ?
    Combien de temps prendrait-elle (c’est surtout une question de temps pour nous - avec le licenciement arrangé ça prendrait un mois - il l’a déjà fait) ?
    Et devrait-il y avoir versement d’indemnisation de licenciement (nous ne les voulons pas) ?

    Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • Dans le cas d’un licenciement pour faute, la mise à pieds peut être immédiate, le reste de la procédure doit respecter le code du travail (lettre recommandée de l’employeur pour un entretien préalable au licenciement qui doit énoncer les motifs, entretien, puis lettre de licenciement motivée).
      Évidement, si vous ne contestez pas le motif aux prud’hommes, il n’y a aucune indemnité de licenciement.

      Répondre à ce message

  • Bonjour !

    Isa76, je ne comprends pas pourquoi vous dites que les personnes entrant en formation n’ont pas le droit aux Assedics. C’est pourtant bien ce qu’il se passe par ici : une de nos connaissances est entrée en école d’infirmière l’année dernière après un licenciement. Elle est inscrite au Pôle Emploi (depuis son licenciement) et va toucher les Assedics durant les 3 ans de formation car il manque cruellement d’infirmiers. Normalement, vu qu’elle n’a travaillé qu’un an avant de rentrer dans l’école et elle n’aurait dû avoir les Assedics que durant quelques mois... pourtant, elle y aura bien droit durant les 3 ans. Et, d’après l’ensemble des informations que j’ai récolté ici et là, dans le secteur infirmier (pour les autres je ne sais pas du tout), les Assedics sont versés durant tout le temps de la formation pour les demandeurs d’emploi (2 autres connaissances, dans la même situation, en ont bénéficié aussi).

    Se peut-il alors que cette situation varie d’une région à l’autre ?

    Répondre à ce message

    • Vos connaissances ne vont pas toucher les "assedic" pendant trois ans tout au long de leur formation !

      Ce qu’on nomme communément "Assedic" (qui ne veut rien dire) est en fait l’ARE (Allocation de Retour à l’emploi).

      L’ARE est calculée d’après les salaires et la durée d’emploi précédent l’inscription et est versée sur une durée fixe. Les personnes bénéficiant de 3 ans, doivent déjà avoir plus de 50 ans ! Et n’est pas accordée généreusement après le dernier jour au prétexte qu’on fait une formation dans un secteur où il manque du personnel.

      Vos connaissances vont toucher au maximum sur 24 mois soit 2 ans leur ARE, puis font une demande ou ont déjà fait une demande d’Allocation de Fin de Formation (AFF). Il y a des informations à ce sujet sur ce site et si je me trompe quelqu’un d’AC pourra vous expliquer mieux que moi.

      En aucun cas, l’ARE est prolongée au-delà du dernier jour calculé. Votre mari n’aura pas l’ARE pendant trois ans.

      Je n’ai jamais dit que les personnes entrant en formation n’avait pas droit à l’ARE, je dis que l’ARE n’est pas prévue au départ pour servir de revenu pendant une formation et que certains Pôle Emploi en ont rien à faire de votre formation et peuvent vous causer des problèmes. Ce n’est pas systématique, mais ça arrive ;

      Votre mari, après son licenciement, va s’inscrire comme demandeur d’emploi et Pôle Emploi calculera la durée et le montant de son ARE. Il devra aussi signer un PPAE dans lequel il mentionnera qu’il entre en formation d’infirmier, je suppose. Après, tout dépend du Pôle Emploi. Ils peuvent très bien vous laisser tranquille jusqu’à la fin de l’ARE (maximum 2 ans) ou trouver que la formation est trop longue, trop lourde et demander une recherche d’emploi active (ça, on ne peut pas savoir à l’avance).

      Demandez donc à vos connaissances le détail de leurs prestations, et s’ils vous répondent trois ans d’ARE, ce n’est pas possible à moins qu’ils aient dépassé la cinquantaine.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis actuellement en cdi dans le rhône et mon compagnon de pacs vient de trouver un nouveau travail cdi à orléans.
    Je vais devoir démissionner et je voulais savoir si je pouvais toucher le chômage.
    Faut-il que je démissionne le jour où mon compagnon prend son poste le 29 aout prochain ou puis-je donner mon préavis aujourd’hui ?

    Merci

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    je suis actuellement en CDI depuis un peut plus de 3 ans en restauration suite a un décès d’un membre de ma famille proche j’aimerais rejoindre mes parents (autre département) car ils ont des soucis de santé mon employeur a vu que cette évènement m’a beaucoup bouleversé mais il veut que je démissionne et ne veut pas me faire de rupture conventionnelle car il estime que les indemnités sont trop élever se que je conçois tout a fait je lui ai même proposer d’y renoncer en le certifiant d’une lettre je veux seulement avoir mes droit d’allocation au chômage pour pouvoir m’en sortir les premiers temps avant de trouver un travail et il ne veut ni me licencier pourtant j’ai toujours été un très bon élément au près de cette entreprise je ne sais plus quoi faire
    merci de bien vouloir m’aider

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis en CDI depuis 8 ans. Mon ami (ni mari ni concubin) nous sommes en couple depuis 5 ans mais n’habitons pas ensemble du fait de mes obligations professionnelles.... Il vient d’avoir un poste à Mayotte. à compter du 1er août
    Je voudrais savoir si dans le cas où je donnerais ma démission auprès de mon employeur pour le rejoindre... est-ce que je pourrais prétendre aux allocations chômages ??
    merci d’avance pour votre réponse

    Répondre à ce message

  • bonsoir, j’ai besoin de conseil
    voila j’ai travaillé du 21/06/2010 AU 30/09/2010 en cdd et j’ai signé au 01/10/2010 un cae jusqu’au 30/03/2011 ( j’avais une période d’essai jusqu’au 31/10/2010)
    je suis tombé malade et je me suis mise en arret du 13/10/2010 au 30/05/2011 (hernie discal avec opération et complication ..) au 29/10/2010 je recois de mon employeur un lettre AR qui me dit qu’il ne vont pas me garder et qu’ils rompent le cdd pendant la periode d’essai à la fin de la maladie dedut juin je m’inscrit aux assedics et ils me disent que mon arret maladie ne me donne pas droit aux assedics meme si j’ai 2 contrats en fin de compte j’ai travaillé du 21/06/2010 AU 30/10/2010 (dernier de travail 13/10/2010) normalement jai 131 jours de cdd
    ai je droit aux assedics ??? quand je fais la simulations sur le site assedics j’ai un droit ouvert a l’are alors qu’il m’ont refuser car ils ne veulent pas prendre en compte mon arreet maladie !!!! merci d’avance pour vos reponses

    Répondre à ce message

    • Le contrat de travail d’un salarié ne peut être rompu pour cause d’arrêt maladie ou d’accident professionnel y compris pendant la période d’essai.

      Vous auriez dû rester dans l’effectif jusqu’à la fin de votre contrat. Ce qui aurait permis à Pôle Emploi de prendre votre arrêt en compte, considéré comme période d’affiliation.

      Malheureusement, vous avez été licencié, donc sans emploi, Pôle Emploi ne prend donc pas en compte votre arrêt. Ils prennent vos salaires des douze derniers mois avant la date de début de votre arrêt.

      Votre employeur a-t-il donné un motif pour rompre la période d’essai ? de toute façon, vous pouvez le poursuivre pour rupture abusive. Je suppose qu’on ne vous a pas fait un arrêt de plusieurs mois d’un seul coup, donc vous étiez susceptible de reprendre après le premier arrêt.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Mon compagnon était au chomage en 2010, tout en faisant quelques missions d’interim, et avec des droits de chomage ouvert jusqu’à novembre 2011. nous avons eu un bébé fin decembre et lui a commencé un job cdi avec periode d’essai de 3 mois renouvelable 1 fois en meme temps. A la suite de l’accouchement, j’ai fait une grosse depression, et loin de nos familles, j’ai demandé à mon compagnon de quitter son travail où il partait à la semaine car sa présence m’était indispensable. la rupture de contrat ayant lieu durant la periode d’essai, je pensais qu’il retrouverait ses droits assedics. aujourd’hui, il reçoit une lettre comme quoi il n’a aucun droit, alors qu’il a quand même effectué 4 mois et demi de periode d’essai. quelqu’un peut il nous aider ? nous indiquer comment faire appel et si on peut faire appel ? comment peut il retrouver ses droits ? nous n’avons plus que mon salaire et nous ne tiendrons pas longtemps.
    merci pour vos reponses

    Répondre à ce message

    • Comment votre compagnon a-t-il signifié à son employeur la rupture de son contrat de travail ? j’espère qu’il n’a pas fait de lettre de démission.

      Qu’a mis l’employeur sur l’attestation pour Pôle Emploi ?

      Six mois de période d’essai ! il travaillait dans quel secteur ?

      Cette période d’essai anormale est-elle mentionnée dans le contrat de travail ?

      Répondre à ce message

      • Bonjour,

        Mon compagnon leur a dit qu’il avait trouver un autre emploi car ils ne voulaient pas le lacher. Et mon état nécessitait sa présence dans les plus brefs délais. Il a effectivement fait une lettre de démission. Il ne fallait pas ? De mémoire, l’employeur a indiqué rupture à l’initiative du salarié, mais on ne se rappelle pas si le contrat ou la prériode d’essai était mentionné. Enfin la période d’essai de 6 mois était bien écrite dans le contrat, c’est d’ailleurs pour ça que nous ne nous sommes pas posés de question. il travaille comme technicien maintenance itinérant. Il n’est pas cadre. Merci de votre aide.

        Répondre à ce message

        • Une démission c’est aucune indemnité par la suite.

          Quand on veut rompre une période d’essai, on indique dans la lettre "rupture de la période d’essai" et surtout pas démission.

          L’employeur a coché la case "rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié". Donc votre conjoint doit être indemnisé. Soit ses droits sont recalculés s’il a travaillé suffisamment dans l’emploi qu’il vient de quitter, soit il retrouve ses anciens droits.

          Malheureusement, certains Pôle Emploi assimilent la rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié à une démission ! ce qui est faux bien sûr.

          C’est comme si, le salarié n’avait pas le droit, pour certains conseillers, de quitter son emploi !

          Mais quand c’est l’employeur qui jette le salarié, là, curieusement Pôle Emploi ne fait pas de difficultés pour l’indemnisation.

          Si vous n’avez pas fait de copie de l’attestation de l’employeur, il ne faut surtout pas montrer la lettre à Pôle Emploi. Si c’est possible, demandez à l’ancien employeur de refaire une attestation.

          De toute façon, il faut insister car ils sont dans leur tort.

          Bon courage

          Répondre à ce message

        • Si un chômeur reprend un boulot sans avoir épuisé ses allocations chômage et qu’il démissionne avant d’avoir ouvert de nouveaux droits (c’est à dire s’il a travaillé moins de 6 mois ou de 910h), l’Assedic doit reprendre le versement de ses anciens droits.

          Accord d’application n°15, chapitre A, §3

          Quelqu’un pourrait-il confirmer si ce cas entre bien ici, car j’ai lu sur un site de droit qu’il fallait rompre le contrat dans les quatre mois, pas au-delà.

          Quand on rompt sa période d’essai, il vaut mieux ne pas indiquer "démission" dans lettre mais simplement "rupture de la période d’essai", la suite est suffisamment compliquée pour ne pas s’en rajouter.

          J’ai cherché mais je n’ai pas retrouvé. Y’a-t-il sur ce site un article dédié à la rupture de la période d’essai ? J’avoue que je m’y perds et comme je suis maintenant redevenue demandeur d’emploi, je ne voudrais pas faire n’importe quoi (ou mal renseigner les gens aussi).

          Répondre à ce message

    • On efface tout.

      Effectivement d’après la nouvelle convention Unedic de 2011, selon le lien donné par Monique61, la rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié ne donne plus droit à une indemnité ni même à la reprise des anciens droits.

      Il s’agit pour Pôle Emploi d’un départ volontaire, donc, aucune indemnité sauf dans le cas suivant :

      § 4 - Le salarié qui, postérieurement à un licenciement, une rupture conven­tionnelle au sens des articles L. 1237-11 et suivants du code du travail ou à une fin de contrat de travail à durée déterminée n’ayant pas donné lieu à une inscription comme demandeur d’emploi, entreprend une activité à laquelle il met fin volontairement au cours ou au terme d’une période n’excédant pas 91 jours.

      En bref, s’il est inscrit comme demandeur d’emploi chez Pôle Emploi, le salarié n’a plus le droit d’exercer son droit le plus basique, à savoir, quitter un emploi qui ne lui convient pas durant la période d’essai, sinon à ses risques et périls c’est-à-dire sans aucun revenu par la suite. Vous avez un emploi, défense de le quitter ! Seul l’employeur a le droit de vous jeter selon son bon plaisir.

      Il est intéressant de noter le cas suivant :

      § 5 - Le salarié qui justifie de 3 années d’affiliation continue au sens de l’article 3 et qui quitte volontairement son emploi pour reprendre une activité salariée à durée indé­ter­minée, concrétisée par une embauche effective, à laquelle l’employeur met fin avant l’expiration d’un délai de 91 jours.

      Mais si c’est le salarié qui met fin à la période d’essai, aucune indemnité.

      Donc le salarié a le droit de prendre un risque en quittant un CDI pour un autre contrat, à condition de ne pas en partir volontairement même durant la période d’essai. Là aussi, seul l’employeur est tout-puissant.

      Et après on s’étonne de lire ou de voir autant de cas d’exploitation ou de harcèlement ! Pourquoi les employeurs se priveraient-ils puisque les salariés n’ont plus que des droits qui les privent ensuite d’indemnités.

      Répondre à ce message

      • Et tout cela avec l’accord d’organisations syndicales qui prétendent défendre les droits des salariés : la nouvelle convention signée par le MEDEF, la CGPME et l’UPA, pour les employeurs, l’a été aussi par la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC et la CGT-FO, pour les salariés Qu’on se le dise...

        AC ! 54

        Répondre à ce message

      • Bonjour,

        On efface rien !

        Reprise et réadmission

        (Art . 9 et 10 du règlement d’assurance chômage)

        La réadmission se distingue de la reprise des droits
        Lorsqu’un allocataire en cour d’indemnisation reprend un emploi et se retrouve de nouveau en situation de chômage, deux situations doivent être distinguées :

        L’allocataire qui a travaillé moins de 122 jours bénéficie d’une reprise de ses droits s’il dispose d’un reliquat de droits non déchus et justifie des autres conditions d’ouverture des droits.
        A noter : le départ volontaire de la dernière activité ne fait pas obstacle à la reprise des droits.
        L’allocataire qui a travaillé 122 jours ou plus peut bénéficier d’une réadmission.
        A noter : l’intéressé qui remplit les conditions pour bénéficier d’une réadmission ne peut être indemnisé que si le chômage consécutif à la rupture de son contrat de travail est involontaire..

        Donc pour les personnes (toujours inscrits aux assedics) qui démissionnent de leur cdi peuvent récupérer leurs ancien droits.

        Répondre à ce message

        • Donc si j’ai bien compris (car cela devient assez compliqué) en ce qui concerne la rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié :

          - si l’on est en admission ou en réadmission, qu’importe le nombre de jours, départ volontaire donc aucune indemnité,

          - si l’on a encore des droits en cours, il faut moins de 122 jours pour retrouver ces droits même s’il s’agit d’un départ volontaire.

          Répondre à ce message

        • bonjour
          si j ai bien compris ; je suis ARE depuis 6 mois et j ai le droit encore a se jour de 5 mois mais j ai repris le travail depuis 1 mois pour un cdd de 6 mois qui malheureusement a se jour me convient plus !
          si je démissionne je ne peu pas recuperer mes droit Are durant les 5 mois me restant ?
          j attend vos reponse avec impatiance .
          cordialement

          Répondre à ce message

          • Vous retrouvez vos droits en cours, donc les cinq mois qui restent, à condition de ne pas avoir été radiée ou désinscrite.

            Avez-vous continué à vous actualiser et à indiquer que vous étiez toujours à la recherche d’un emploi (le temps de la période d’essai) ?

            Si vous ne l’avez pas fait, vous avez été radiée et là, j’ai un doute.

            Le mieux c’est que votre employeur indique "rupture de la période d’essai à l’initiative de l’employeur" sur l’attestation que vous devez remettre à Pôle Emploi.

            Mais n’hésitez pas à aller poser la question à Pôle Emploi.

            Répondre à ce message

        • Bonjour,

          Merci pour ces éclaircissements sur la reprise des droits.

          Pouvez vous me confirmer que cette règle est toujours en vigeur au 15/05/2012 et que j’ai bien suivi ? :

          Ma situation :
          Droits chomage restant au 05/03/2012 : 6 mois
          Nouveau contrat CDI au 05/03/2012 : préavis 3 mois

          J’envisage de quitter ce CDI de mon initiative au 31/05/2012 mais j’ai peur d être dans une situation difficile si je ne récupère pas mes droits.

          1/ Si, suite à une rupture de mon initiative de mon nouvel emploi CDI au 90e jour du préavis, je peux récupérer mes anciens droits à condition que j’ai continué à m’actualiser sur Pole Emploi (ce que j’ai fait heureusement).

          Deux questions que je me pose cependant :

          2/ Je me suis inscrite en tant qu’auto entrepreneur pour une activité secondaire qui ne rapporte que très peu de revenus ? Ceci peut il influencer le dossier ? Dois je terminer mon activité (faibles revenus complémentaires bien inférieurs à mes droits) ? Ou je vais reprendre mes droits tout de même dans les conditions présentées sur le site pole emploi (ARE versée en complément des revenus auto entrpreneur si < à l’ARE...)

          3/La période travaillé du préavis ne vient pas s’ajouter aux anciens droits (elle sera considérée comme inexistante dans le calcul), je vais juste récupérer les jours d’ARE non versée dans mon dossier à ma prise de poste au même tarif journalier ?

          Merci d’avance du temps pris pour vos réponses d’experts, le sujet étant un peu complexe et engageant pour notre futur

          Répondre à ce message

        • Je suis en période d’essai pour un cdi dans une entreprise ou c’est tout simplement horrible et je souhaite que vos informations soient toujours d’actualité afin que je puisse rompre celle-ci. Merci beaucoup pour tous ces renseignements, je croise les doigts...

          Répondre à ce message

      • Bonjour,

        je souhaiterai savoir comment ça se passe lors d’une démission d’une période d’essai pour un CDI. est ce que j’aurais des droits aux allocations chômage ?

        En fait l’année dernière j’ai subit un licenciement cela faisait 4 ans que j’étais en CDI, ensuite j’ai passé 6 mois au chômage, puis un cdd de 4 mois, puis encore 2 mois au chômage. Et depuis début octobre je suis en période d’essai pour un contrat CDI.

        Mais le problème c’est que le patron me demande beaucoup de rendement mais pas beaucoup de qualité. Dans le métier que j’exerce (poseur en menuiserie) je pense qu’il faut plus de qualité que de rendement.
        Pourtant le salaire est plus que motivant mais si c’est pour bosser 10 heures dans la journée me tuer à la tâche et ne pas être satisfait du travail que j’ai fait cela ne me convient pas.

        Répondre à ce message

      • Bonjour,
        Pouvez-vous m’éclairer ?
        Mon mari a travaillé 2 ans (2007-2009)dans une société puis licencié, donc droits de chomage pdt 24 mois. Il a été agent co 3 mois avec cumul assédics quand possibilité puis travail cdi pendant 1 an (2010-2011)dans une société où il vient de démissionner pour une autre entreprise avec un cdi à la clé. Malheureusement l’employeur met un terme à la période d’essai au bout de 1 mois. Réinscription assédics et là on lui annonce aucun droit car il a démissionné et qu’il doit attendre 91 jours, puis commission. Pourquoi n’a-t-il pas le droit de récupérer ses anciens droit (car il en restait de la société où il a travaillé 2 ans)Le pole emploi lui a répondu qu’il avait retravaillé trop longtemps, qu’il avait ré-ouvert de nouveaux droits(+4mois de travail)que ses droits de 2007-2009 étaient perdus et comme il a démissionné (de son cdi 2010-2011) pour un cdi qui s’est terminé (a l’initiative de l’employeur) au bout de 1 mois, il n’a droit a rien car il aurait dû travaillé 91 jours minimum après sa démission.
        Merci de votre aide et réponse, pardon pour les explications difficiles à formulées, tout comme les textes de l’Unedic à comprendre. Merci à vous

        Répondre à ce message

        • Pour les nouveaux droits, c’est normal, vu qu’il a travaillé plus de quatre mois.

          Pour que sa démission soit légitime, et qu’il bénéficie d’indemnités, il faut :

          Cas n° 1 :

          - qu’il ait 3 années d’affiliation continue (3 années de travail sans s’arrêter dans une ou plusieurs entreprises)
          - que la rupture du contrat à l’initiative de l’employeur soit effectuée dans un délai de 91 jours

          il y a bien rupture dans le délai, mais a-t-il trois ans consécutifs de travail sans période chômage ?

          ou cas n° 2 :

          - qu’il ait travaillé 91 jours dans son dernier emploi (celui rompu par l’employeur)

          J’ai bien peur qu’il ne réponde ni au premier ni au second cas. Dans ce cas, c’est 121 jours d’attente pour la commission (4 mois, pas 3).

          Répondre à ce message

      • Bonjour,

        est-ce que c’est la même chose dans le cas d’un cadre ?
        Alors, actuellement en cdi (depuis 2 ans et demie et ayant travaillé antérieurement trois ans en contrat saisonnier) , je souhaiterai démissionner pour un nouveau emploi en cdi mais autant que cadre (donc 4 mois de période d’essai renouvelable de 3 mois automatiquement soit un total de 7 mois).
        Ma question est si pendant cette période d’essai mon employeur ne me trouve pas apte à mon nouveau poste et décide de terminer mon contrat, j’ai droit aux chômage ?

        Merci d’avance de vos réponse

        ADILINA

        Répondre à ce message

  • bonjour,

    je suis en cdi dans un département d’outre mer. Mon ami, était au chômage et percevait des allocations. Il vient de rentrer en métropole et a actuellement un cdd et il aura peut-être en septembre un cdi à mi-temps ou de nouveau un cdd.
    Je souhaiterais donc démissionner (Mon patron, ne souhaite pas faire de rupture de travail conventionnel car il faut payer des indemnités) pour le rejoindre et bénéficier des allocations chômage le temps de retrouver un travail là-bas.
    Mais nous ne sommes ni marier ni pacser.... quel papier va t-on me demander pour prouver que c’est bien mon "conjoint" ? Nous avions ici juste le justificatif d’adresse pour Pole-emploi ou des papiers de banque à nos deux noms. De plus, doit il avoir un cdi obligatoirement ?
    Cela suffit-il ou faut il envisager (cela ne nous dérange pas de le faire si nécessaire) de nous pacser à mon arrivée en métropole. Mais là encore, quel papier doit-on apporter ?
    Que dois-je faire ?
    merci pour votre réponse.
    Fouinette39

    Répondre à ce message

    • § 1er - Est réputée légitime, la démission :

      b) du salarié qui rompt son contrat de travail pour suivre son conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi, salarié ou non salarié.
      Le nouvel emploi peut notamment :
      - être occupé à la suite d’une mutation au sein d’une entreprise,
      - être la conséquence d’un changement d’employeur décidé par l’intéressé,
      - correspondre à l’entrée dans une nouvelle entreprise par un travailleur qui était antérieurement privé d’activité ;

      c) du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d’un pacte civil de solidarité entraînant un changement de lieu de résidence de l’intéressé, dès lors que moins de 2 mois s’écoulent entre la date de la démission ou de la fin du contrat de travail et la date du mariage ou de la conclusion du pacte civil de solidarité.

      Dans les deux cas, il faut obligatoirement être mariés ou pacsés.

      Répondre à ce message

    • J’ai oublié de préciser que pour suivre son conjoint, il faut être mariés ou pacsés avant la démission (je crois que c’est deux mois mais je ne suis pas sûre).

      Répondre à ce message

      • re bonjour,

        merci pour votre réponse rapide.
        comment est-il possible d’être pacsé ou marié avant la démission si justement on démissionne, quitte sa région et on se pacse dans les deux mois suivant la démission ?

        De plus, mon ami était et est toujours inscrit à pôle emploi d’ici et il est rentré en métropole ou il a trouvé du travail (il n’a pas encore fait le changement d’adress à pole emploi). Pole emploi peut donc voir que nous vivions ensemble et qu’il aretrouvé un emploi loin ???
        je m’exprime mal, veuillez m’excusez..mais là, j’essaie de trouver un moyen pour le rejoindre en restant indépendante financièrement.... et je désespère un peu. Merci pour votre soutien.
        Fouinette39

        Répondre à ce message

        • Pôle Emploi voit peut-être que deux personnes vivent à la même adresse, mais ne sait pas si vous êtes un couple, une maman et son fils, frère et sœur etc. Vous pourriez être simples co-locataires.

          Les dossiers Pôle Emploi sont individuels et nominatifs, pour eux, vous êtes deux célibataires. Il faut donc être marié ou pacsé si vous voulez former un couple aux yeux de Pôle Emploi.

          Votre situation va dépendre du paragraphe c) parce que pour le b) il aurait fallu que vous soyez marié ou pacsé avant de suivre votre conjoint. Ici, vous ne pouvez revendiquer de suivre votre conjoint, mais de quitter votre emploi pour vous pacser et habiter en métropole.

          Il faut que votre compagnon fasse son changement d’adresse et fasse suivre son dossier sinon quand vous allez faire la même chose, ça va coincer.

          Le mieux c’est d’aller vous renseigner chez Pôle Emploi.

          Répondre à ce message

  • bonsoir,
    j’ai une question, j’avais des droits assedics encore pour plusieurs mois, mais suite à un déménagement, j’ai été désinscrit de pole emploi. J’ai ensuite travaillé (1 mission d’interim de 2 semaines), puis j’ai signé un contrat cdi de chantier (autre job) il y a presque 2 mois. Je suis encore actuellement en periode d’essaie mais je souhaite quitter cet emploi aussi pourrais-je bénéficier de tous mes droits( dont mon ancienne période cumulée) si je quitte cet emploi après une nouvelle inscription chez pole emploi ?
    Merci d’avance pour votre réponse,
    Julien

    Répondre à ce message

  • bonjour
    mon conjoint a demissioner mi mars 2010 d’un cdi suite a non payement de ses salaires, et il n’a jamais rien toucher par les assedic es normal et entretemp il a fait une semaine d’essai en ten que saisonier au moi de juin 2010, un cdd d’un moi au moi d’aout 2010, une semaine et demis d’essais au moi de septembre, une semaine de formation au moi de janvier, deux mois de formation de avril a mai 2011 et la il est acctuellement en interime depuis le 14 juin 2011. je voudrait savoire si il orait du toucher quelle que chose de la par des assedic, si oui es qu’on peut demander a se qu’on puisse persevoire les droit ke l’on n’a pas eu ?

    Répondre à ce message

    • On ne démissionne pas suite a non payement de ses salaires, on fait constater la carence de l’employeur par l’inspection du travail, qui peut dresser un procès verbal attestant la rupture du contrat de travail et/ou on va réclamer ses salaires en référé aux prud’hommes, qui constatera la rupture du contrat par l’employeur. Si vous voulez que l’Assédic vous indemnise, commencez par aller aux prud’hommes.

      Répondre à ce message

  • bonjour,
    je souhaitais avoir quelques petits renseignement j’ai était licencié d’un cdi le 14 mai pour liquidation judiciaire ne touchant pas mes derniers salaires je me suis précipitée à la recherche d’un emploi et j’ai signée un cdd de 8 mois le 14 juin sans m’être inscrite au pôle emploi.
    aujourd’hui je regrette cette décision et souhaiterais démissionné cela fait moin de 91 jours que j’ai signée ce contrat est ce que cette démission sera concideré comme démission légitime ?
    dans l’attente de votre réponse je vous remercie par avance

    Répondre à ce message

    • Voici ce que dit l’Unedic, cas particulier ouvrant droit à une indemnité :

      § 4 - Le salarié qui, postérieurement à un licenciement, une rupture conven­tionnelle au sens des articles L. 1237-11 et suivants du code du travail ou à une fin de contrat de travail à durée déterminée n’ayant pas donné lieu à une inscription comme demandeur d’emploi, entreprend une activité à laquelle il met fin volontairement au cours ou au terme d’une période n’excédant pas 91 jours.

      Normalement, vous correspondez à ce cas, mais renseignez-vous bien auprès de Pôle Emploi, on ne sait jamais. Demandez si cela concerne seulement une démission ou également une rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié (puisque maintenant Pôle Emploi considère ce "départ volontaire" comme une démission).

      En CDD, quand on démissionne (au-delà de la période d’essai), on perd la prime de précarité (pas les congés payés) et l’employeur peut vous réclamer des dommages-intérêts mais le juge cherchera à savoir si le salarié n’a pas été poussé à la démission avant d’octroyer quoi que ce soit.

      Si vous êtes toujours dans votre période d’essai, vous pouvez rompre sans dommage.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je vous explique mon cas.
    J’étais salarié en France en CDI pendant près de 2 ans et j’ai quitté mon CDI pour un autre CDI mais au Luxembourg.
    Malheureusement, cela c’est mal passé et j’ai démissionné pendant ma période d’essai ( 6 mois de période d’essai).
    Après 3 mois de bagarre entre le Pole Emploi et l’Adem ( agence de l’emploi au lux) pour obtenir mon formulaire E301 mon dossier est enfin complet.
    Mais voilà qu’on m’annonce que je n’ai pas le droit à des indemnisations étant donné que j’ai démissionné au bout de 107 jours.
    Je m’interroge, qu’en est-il de mes anciens droits acquis en France ?
    Puis-je faire un recours ( parle - t-on de jours ouvrés ou ouvrables )
    Imaginons que je reprenne une activité salariée en France ( même pour une semaine) est-ce que cela déclenchera l’ouverture de mes droits antérieurs.

    Merci d’avance

    Répondre à ce message

    • Vous n’avez pas de droits acquis en France puisque vous avez démissionné.

      Votre démission ne fait pas partie des cas particuliers donnant droit à des indemnités ni à la reprise de droits plus anciens (avant votre CDI).

      Voici ce que dit l’Unedic dans le cas où l’on quitte un CDI pour un autre CDI :

      § 5 -Le salarié qui justifie de 3 années d’affiliation continue au sens de l’article 3 et qui quitte volontairement son emploi pour reprendre une activité salariée à durée indé­ter­minée, concrétisée par une embauche effective, à laquelle l’employeur met fin avant l’expiration d’un délai de 91 jours.

      Vous n’avez déjà pas les 3 années continues, puis c’est vous qui êtes parti.

      Une semaine ne suffit pas. Il faut 122 jours d’affiliation ou 610 heures, soit cinq mois à temps complet minimum.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    J’ai rompu ma période d’essai vendredi 26 aout.

    J’avais commencé en avril 2010 et du m’arrêter deux mois plus tard car enceinte et malade.

    J’ai repris suite à mes arrêts maladie /congés maternité/congés parental de la convention collective banque - le 16 aout dernier, donc 14 mois après la pause dans ma période d’essai.

    Le fait est qu’étant devenue agoraphobe j’ai du rompre ma période d’essai au bout de deux semaines de retour car le travail était à la Défense-Paris avec 45 min de trajet de RER A (le plus fréquenté) et je ne supportais pas, je faisais des crises matin et soir.
    (malgré que mon employeur en avait conscience, pour lui c’était à moi de voir si j’étais capable de gérer).

    Bref, théoriquement si j’ai bien lu je ne devrais pas avoir droit aux allocations chômage car rupture à mon initiative, mais comment cela se passe t’il si la raison de la rupture est médicale ? et intervient 17 mois après l’entrée effective dans l’entreprise ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour...

    J’ai fait le tour du site, mais je n’ai pas trouvé de réponse à ma question... je me permets donc de poster...

    Un non renouvellement de CAE, dans le milieu associatif, à l’initiative du salarié, pour raisons personnelles, peut-il être assimilé à une démission, l’employeur ayant coché la case 59 (Démission) sur l’attestation Pôle Emploi ?

    Suite aux informations de cette page :
    http://www.ac.eu.org/spip.php?artic...
    Extrait : ...à l’Éducation nationale, en effet beaucoup de salariés sont sous le régime de l’auto-assurance : l’employeur ne cotise pas à l’Assedic mais indemnise lui-même ses salariés en cas de chômage.

    cette modalité peut-elle être appliquée également dans le milieu associatif ? Si c’est le cas, cela pourrait-il expliquer la volonté de passer le non renouvellement du CDD en démission ? Cependant sur mes fiches de paie, j’ai une ligne ASSEDIC...

    En vous remerciant...

    Répondre à ce message

  • Bonjour ;

    Suivant la lecture complète des messages et en particulier le fameux article ne permettant pas de reprise de droits acquis suite a la rupture d une période d essai, je suis également partie en quête d informations concernant :

    la démission dans le cadre d une reprise de droits.

    J ai lu le précis complet de Mai 2011 page 254 à disposition sur le site de l UNEDIC pour zoomer sur cet article : Accord d Appli. n 14, chap. 1 § 3 du règlement AC.

    il est dit :

    Une personne qui après avoir bénéficié d une ouverture de droits, retrouve un travail, peut être amenée a démissionner.
    - Si la période de travail ne permet pas une réadmission à savoir moins de 4 mois dans les 28 derniers mois, une reprise des droits est effectuée automatiquement.
    - Si la période de travail permet une réadmission, les règles relatives a la démission sont applicables.

    Autrement dit cela permet toujours a un salarie en période d essai de rompre cet essai lui même dans un délais de 4 mois pour reprendre ses droits la où ils se sont arrêtés.

    Je n ai pas trouvé d autres documents aussi complet ou plus récents que Mai 2011 sur le site de l UNEDIC je pense donc que cette parution est à jour.

    Étant moi même dans cette situation, je dois me rapprocher de mon conseiller lundi pour en avoir le cœur net, je vous tiendrais donc au courant.

    Seul différence me concernant, ma période d essaie a démarrée le 1er Mai pour s arrêter lundi prochain soit le 5, donc le délais des 4 mois serait dépassé de 4 jours ... ceci étant j ai dû sur conseil fortement appuyé de mon ex employeur prendre un congé sans solde tout le mois d août.

    Donc reste à voir si ce mois sera pour pôle emploi considéré comme travaillé ou non sachant en plus que je me suis trompe sur mon actualisation de août en disant l avoir travaillé, chose que je rectifierai lundi avec l attestation du congé sans solde.

    Je vous dis donc à lundi .

    Répondre à ce message

  • bonjour ;j aimerais demissionner de mon poste actuel ;je travaille depuis 16 ans dans la meme entreprise,j aimerais voir autre chose.j ai donc retrouver un autre travail en suisse dans 1 mois si toutefois ca se passe mal en suisse est ce que en revenant travailler en france j aurais droit aux assedics ?merci de votre reponse bonne journee

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je souhaite avoir une réponse claire à ma situation SVP :

    je travaillais en CDI depuis 2002 chez mon employeur "A" et j’ai démissioné en décembre2010 pour allez chez mon employeur "B" a partir de janvier 2011 en CDI. "B" a prolongé ma période d’essai initialement de 3 mois, de deux mois supplémentaires donc jusqu au 31Mai2011.
    "A" m’a recontacté le 07mai2011 pour me propose de revenir travailler chez eux en CDI avec REPRISE DE MON ANCIENNETE a partir du 13mai2011.
    J’ai donc casser ma période d’essai chez "B" et je suis retourné chez "A" en période d’essai à nouveau de 3 mois renouvellable de 2 mois.
    Au jour d’aujourd hui et après qu’il m’ait renouveller ma période d’essai (car selon eux, cela est dû au fait que nous avons perdu un de nos client, alors que je suis dédié à un autre), je suis a peu près a un mois avant la fin de ma période d’essai déja renouvellé.

    Etant compétent et reconnu dans mon travail, se peut-il que je sois licencié via la rupture de mon contrat de travail pendant ma période d’essai par l’employeur "A" ?

    Est-il légale de proposer un contrat de travail avec reprise d’ancienneté et période d’essai, en sachant que l’intitulé de l’emploi est le même et que seulement le niveau change ( je suis passé de niveau "C" à niveau "D") ?

    Si oui, aurais je le droit a ma compensation relative a mon ancienneté comme en cas de rupture conventionnelle ?

    Merci d’avance pour les réponses apportées ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai besoin de vos lumières, car je veux être sûre de ne pas me faire avoir en déposant un préavis de démission pour rien.

    Ca fait un an que je suis secrétaire médicale en CDI temps plein dans un cabinet dentaire.

    J’aimerais enfin pouvoir exercer mon vrai métier (psychologue) - auprès d’une institution ou bien en auto-entrepreneur.

    Et évidemment je ne peux pas me permettre de ne plus avoir de rentrées d’argent en attendant de trouver un poste ou de monter mon activité.

    Mes employeurs refusent évidemment la rupture conventionnelle.

    En mai 2011, mon conjoint s’est mis en auto-entrepreneur et a trouvé une mission auprès d’un client dans le 78.
    Nous habitions alors encore dans le 94 (à 10 minutes de mon travail) mais il savait que faire ces longs trajets ne durerait que 2 mois car nous allions emménager en juillet dans le 78 (et je suis maintenant à 1h15 de transport).

    Pourrais-je être indemnisée par les assedics si je démissionne ? Cette situation pourrait-elle entrer dans le cadre d’une "démission pour changement de résidence" ?

    Et comment justifier que j’ai "suivi mon conjoint" auprès de pôle Emploi ?

    Merci

    Répondre à ce message

    • Pour suivre son conjoint, il faut être mariés ou pacsés impérativement. Dans ce cas, vous pouvez faire jouer la démission pour "suivre son conjoint qui change de résidence pour exercer un nouvel emploi salarié ou non salarié".

      A confirmer par Pôle Emploi, dans ce cas, je pense qu’il faut un copie du certificat de mariage ou du pacs et une preuve que le conjoint a dû changer de résidence.

      Pour faire jouer la démission de changement de résidence, il faut prouver que vous allez vous marier ou vous pacser dans les deux prochains mois.

      N’hésitez pas à vous faire confirmer tout ça par Pôle Emploi.

      Un an de CDI ne donne rien en indemnité d’ancienneté pour la rupture conventionnelle (ni pour un licenciement d’ailleurs). Si votre employeur vous la refuse c’est parce que c’est beaucoup de paperasse, des délais à calculer et à respecter, un entretien comme pour un licenciement (avec courrier AR), saisir la Direccte en remplissant un formulaire complexe puis attendre l’acceptation ou le refus de la Direccte. Et si la Direccte refuse, c’est retour case départ et chez l’employeur.

      Répondre à ce message

  • Bonjour

    Chômeur depuis plus de deux ans je viens de trouver un emploi à Fréjus. Il s’agit de deux CDI qui correspondront à 35 heures hebdomadaire. Le contrat débute le 3 octobre avec une période d’essai de 1 mois. Je suis marié, j’ai 3 enfants et nous habitons dans l’est de la France.

    Ma femme travaille pour un cabinet de notaire et dépend de la CRCPEN (une caisse propre à cette profession) depuis plus de 24 mois. Deux de nos enfants sont nés pendant cette période et elle a bénéficié d’un congé parental (travail à 80%) jusque fin décembre 2010.

    Nous souhaiterions que sa démission entre dans le cadre des démissions légitimes ouvrant droit aux allocations chômages.
    Quand peut elle démissionner au plus tôt ? (le trois octobre ?)
    Son contrat prévoit un préavis de trois mois. Est-t-il possible de l’écourter ?
    Comment contacter le bon interlocuteur ? (Les informations chez pôle emploi varient d’un interlocuteur à l’autre et il est impossible d’avoir des écrits.)

    Répondre à ce message

    • Il semble à première vue qu’il serait prudent que votre femme attende la fin de votre période d’essai pour démissionner.

      Dans le cas d’une démission pour suivi de conjoint, le préavis ne peut être réduit, sauf disposition particulière de la convention collective. Il convient donc de négocier avec l’employeur, par exemple en intégrant dans le préavis les congés payés qui n’auront pas encore été pris.

      En tout état de cause, pour être considérée comme légitime pour l’assurance chômage, la démission ne pourra intervenir avant le 3 octobre et votre femme devra présenter au Pôle Emploi de son domicile actuel votre attestation d’embauche à Fréjus.

      AC ! 54

      Répondre à ce message

  • Bonjour

    J’avais un cdi de 12h par semaine dans un cinéma,
    ce n’était pas beaucoup, mais je préférais ça que de ne pas travaillé.

    Puis je suis tombé enceinte, et je n’ai jamais réussi a trouvé de nourrice pour gardé mon bébé car c’était des horaires en soirée et les we, donc j’ai du abandonné mon travail. Aujourd’hui je ne vis qu’avec les 180e que la caf verse pour notre fils.

    Est ce un cas de démissions légitimes ?

    Répondre à ce message

  • re bonsoir,

    je rappelle ma situation :

    mon ami et moi ne sommes ni pacsés ni mariés.
    Nous habitions la Réunion, j’ai un cdi à la Réunion et lui était au chomage. Il est parti en métropole et y trouve des petis cdd.
    J’aimerais démissionner et le rejoindre.
    Vu les textes, cela pourrait être une démission légitime à condition que l’on se pacse. Je démissionnerais fin nov et on se pacserais dès que je rentre début déc.
    Je suis allée voir à pole emploi, j’ai vu deux personnes qui m’ont donné des avis différents : d’après un conseiller, une seule facture à nos deux noms suffit pour etre dans le cas b) suivre son conjoint. et pour l’autre conseiller il faudrait qu’on soit pacsé avant ?....
    comment faire, je ne vais pas faire un aller retour (peut etre pour rien) pour aller me pacser puis revenir et démissionner ???
    pourquoi ai-je l’impression que tous cela va dépendre du pole emploi ou on s’adresse ???
    merci

    Répondre à ce message

  • formation 10 septembre 2011 17:42, par laetitia

    Bonjour,
    J’aimerais reprendre une formation "éducateur spécialisé". Je suis actuellement en cdi depuis 3 ans, aurai-je droit au chomage si je quitte mon emploi pour cette formation ?

    Répondre à ce message

  • bonjour,

    Je suis actuellement en cae mais je souhaiterais demenager dans une autre région afin d’avoir plus de chance de trouver un emploi fixe. Est ce possible de rompre ce contrat ?

    Répondre à ce message

    • Bien sûr que vous pouvez rompre votre contrat. Cela s’appelle une démission.

      C’est après que ça se complique. Une démission ne donne pas droit aux indemnités chômage. Et il n’est pas sûr que vous puissiez retrouver votre prestation de départ (je suppose RSA) puisque tout est lié avec Pôle Emploi.

      Les démissions légitimes (donc indemnités) pour changer de région, c’est soit pour y suivre son conjoint (attention il faut être marié ou pacsé), soit parce que votre futur mariage ou pacs vous oblige à changer de lieu de résidence. Ou aussi, cas extrême, pour fuir un conjoint violent.

      Vous pouvez rompre votre contrat, comme prévu aux clauses de rupture du CAE, pour un CDI ou un CDD de minimum six mois ou une formation qualifiante. Pour cela, il vous faut effectuer des recherches d’emploi dans l’autre région tout en continuant votre CAE.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis actuellement en contrat d’apprentissage. Mon premier contrat a duré 2 ans, je suis arrivé au terme de ce contrat. Avec mon employeur nous avons debuté un autre contrat d’apprentissage d’une durée de un an. Je suis actuellement en periode d’essai de ce nouveau contrat de un an, j’aimerai rompre ce contrat avant la fin de cette periode d’essai. Serais je quand même indemniser par l’allocation chômage ?

    Merci à vous

    Répondre à ce message

    • Cela fait deux ans que vous êtes avec le même employeur, il n’y a plus de période d’essai lors des renouvellements.

      De toute façon, la rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié est considérée par Pôle Emploi comme une démission, perte volontaire de son emploi, donc aucune indemnisation.

      Le mieux c’est que votre employeur vous licencie ou que vous conveniez tous les deux d’une rupture à l’amiable dite départ négocié, différente de la rupture conventionnelle pour le CDI.

      Répondre à ce message

  • Bonjour. J’ai quitté un CDI aprés presque 2ans, en date du 31mars. J’ai travaillé ensuite en intérim dès le 5avril. Mon contrat a été arrété le 17mai. Comme j’avais du travaille aprés ma démission, je ne me suis inscrit au pole emploi que le 17mai. Actuellement, je peut faire rééxaminer mes droits, qu’à partir du 17 septembre, soit 4mois aprés mon inscription. Dans cette article il est question de 4mois aprés la démission. J’aurai voulu savoir si j’ai eu tord de ne pas repoussé un peut l’intérim pour m’inscrire avant, ou si le pole emploi a commis une erreur en comptant ma date d’inscription sans tenir compte de ma date de démission pour le rééxamen des droits. Merci d’avance

    Répondre à ce message

    • Pôle Emploi tient compte de la date d’inscription. On n’est pas obligé de s’inscrire directement après la perte de son emploi mais c’est mieux.

      Vu que votre démission n’entre pas dans les démissions légitimes, aucune indemnité, et donc réexamen du dossier quatre mois plus tard (à condition de s’inscrire aussitôt après la démission). Il faut savoir que quatre mois n’est qu’un délai pour passer en commission. La commission n’a pas obligation de vous ouvrir des droits, et donc vous attribuer des indemnités.

      Vous n’avez pas suffisamment travaillé pour obtenir des indemnités soit 122 jours ou 610 heures. Et en plus, pas dans le délai des quatre mois, vu que vous n’étiez pas inscrite.

      Il ne faut jamais démissionner sans avoir un "après" solide. De toute façon, il ne faut jamais démissionner tout court, il faut provoquer un licenciement ou une rupture conventionnelle.

      Répondre à ce message

      • Merci pour la réponse rapide.

        Au moment ou j’ai quitté mon CDI pour de l’intérim, je ne savais même pas que l’on avait droit à un réexamen au bout de 4 mois, je pensai ne rien avoir tout le temps que je n’avais pas cumuler un nombre d’heur. Sinon, bien entendu, j’aurai essayé de trouvé un créneau pour m’inscrire avant l’intérim.

        Sans vouloir offenser qui que ce soit, les conseil sur le fait de ne pas démissionner sans avoir du solide derrière, j’en ai eu à toutes les sauces, pôle emploi compris. Ce qu’il faut savoir, c’est que lorsqu’une erreur est commise, il est normal de le faire remarquer, mais à force, j’avoue que cela devient irritant. J’ai réfléchi pendant longtemps, à comment mettre un terme à ce contrat, de la meilleur façon, mais hélas, il arrive des moment ou on est à la limite et ou on ne réfléchi plus de la même façon. Je ne m’étendrai pas dessus, mais j’ai mes raison pour avoir démissionner en ces temps difficile, certain les comprennes, d’autres non.
        Le problème, c’est que on est parfois mal informé sur nos droit, et sur les lois.

        Le licenciement à l’amiable, j’en entend parler que depuis ma démission, il y à 6mois, pour moi, c’était soit on est licencié ou en fin de CDD et on a droit au chômage, soit on démissionne et on à rien.

        Répondre à ce message

        • Je comprends que cela finit par vous irriter de vous entendre dire la même chose sur la démission sans arrêt, mais comme vous le dites, les gens ne sont pas forcément informés des conséquences.

          Comme le forum est lu par tous, si je l’ai remis c’est aussi pour les autres.

          J’ai failli moi-même démissionner pour cause de harcèlement tellement j’en avais marre tout en connaissant les conséquences. Mais heureusement, j’ai réussi à obtenir une rupture conventionnelle.

          Je vous souhaite bonne chance pour la commission

          Répondre à ce message

    • Dans cette article il est question de 4mois aprés la démission

      L’auteur n’a pas précisé tant cela lui semblait logique, qu’il est bien évident qu’il faut s’inscrire chez Pôle Emploi (ex ASSEDIC) avant de prétendre à quoi que ce soit. L’auteur parle de quatre mois après la démission à condition de s’être inscrit aussitôt après avoir quitté son emploi et d’avoir remis l’attestation de l’employeur.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis dans l’education nationale et mon mari a un CDI dans une entreprise privée. Nous souhaiterions partir dans le sud. Si je demande et obtiens ma mutation la bas, aura-t-il droit aux allocations chomage pour me suivre ?
    merci d’avance pour votre réponse.
    Helene

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Mon époux et moi habitons à l’île de la Réunion (dans les DOM) et sommes tous 2 en CDI. Nous comptons donner notre démission pour nous installer en métropole.

    J’ai appris qu’en cas de démission pour suivre mon conjoint, cela ouvre mes droits aux allocations chômage. Mais ma question est ce que mon époux va t-il percevoir les allocations chômage également, le temps pour nous de trouver du travail là bas ?

    Merci pour vos réponses.
    Isabelle

    Répondre à ce message

  • Démission et Assedic pour suivi de conjoint 16 septembre 2011 20:16, par ahlala

    Bonjour,

    Ma copine et moi habitons à Paris. Nous ne vivons pas ensemble et sommes tous les 2 en CDI. Ma copine a fait une demande de mobilité interne au sein de la même entreprise dans une autre ville. Sa demande a été acceptée. Je souhaite la rejoindre et toucher le chômage pour pouvoir me mettre auto-entrepreneur dans cette nouvelle ville.
    Nous ne savons par contre pas trop comment s’y prendre pour que ma démission soit légitime.
    2 possibilités :
    1- suivi de conjoint
    2 - changement d’adresse pour pacs

    Dans le cas 1, plusieurs questions :
    La demande de mobilité interne à la demande de ma copine rentre t’elle dans ce cas (considérée comme une mutation ?) ?
    Faut-il se pacser obligatoirement avant l’avenant à son contrat ?

    Dans le cas 2 :
    faut-il que ma copine ait trouvée un appart à son nom avant que je démissionne ? Faut-il qu’on se pacse avant que je démissionne ou après ?

    Voilà, tout cela est assez flou. Nous ne savons pas trop quoi faire et dans quel ordre ?

    Merci d’avance pour vos réponses...

    Répondre à ce message

  • bonj moi je veu faire une lettre pour l’assidic pour qui’il me paye en mois d 08/2011 j pa travaille le congé il ma payé just 347,07 euro et sa me sufira pa pour le mois donc je veu leur dire une lettre mai chpo koi mettre pour leur bien explique ? aide moi svp
    reponde moi svp merci .

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    j’ai signé un contrat d’apprentissage d’un an.
    J’ai rompu ce contrat par une clause qui me permettait de le faire : rupture anticipée suite à l’obtention du diplôme.
    Le centre de formation et la chambre d’agriculture me disent que j’ai droit aux allocations chômage puisque c’est comme si la date de fin de contrat était avancée, donc une fin de contrat de travail classique.
    Pôle emploi a rejeté ma demande avec cet argument : démission.
    Quelqu’un a t-il une piste ?

    Répondre à ce message

    • Qu’a indiqué votre employeur sur l’attestation qu’il doit vous fournir pour Pôle Emploi ?

      Le plus simple aurait été qu’il coche la case "fin de contrat".

      Pour Pôle Emploi, une rupture anticipée veut dire démission ! vous avez quitté votre emploi avant la date de fin. Ils ne connaissent pas forcément toutes les subtilités de tous les contrats de travail.

      Demandez à votre employeur de vous refaire l’attestation en cochant la case "fin de contrat" et dites à Pôle Emploi que l’employeur s’était trompé.

      Répondre à ce message

  • Bonjour.
    Je vous explique mon cas :
    J’ai perçu le chomage de janvier à début avril suite à un cdd. J’ai de nouveau eu un cdd de avril à début septembre. Depuis je me suis réinscrite en tant que demandeur d’emploi. J’ai travaillé 3 jours en interim.
    Je suis maintenant en période d’essai de deux mois. Le poste ne me convenant pas, et ayant seulement un petit contrat (15h) je désire mettre terme à cette période d’essai.
    Je toucherai alors les allocations chomage ?
    C’est assez urgent,
    En vous remerciant par avance,

    Camille

    Répondre à ce message

  • Bonjour je suis assistante maternelle je gardais 2 enfants depuis janvier, vue que je suis enceinte et que mon accouchement et prévu pour décembre, je vais déménager dans une semaine pour avoir une plus grande maison...donc j’ai du prévenir la maman que je déménager, car je pourrais pu garder ces enfants vue que je déménage à 15 kilomètres elle doit me fournir mon attestation d’assedic aurais je le droit au chomage par la suite ?

    Répondre à ce message

  • bonjour , je suis en situation assez grave ; mon patron apres les congé nous a dis qu on ne ferais plus d heure suplémentaire le vendredi apres midi ducoup avec nos 5 enfants , sans ses heures suplémentaires je ne peux pas arriver , de plus je n ai plus de permis de conduire se qui entraine pour moi de me lever a 5 h 30 pour arriver a 7 h au depot alors que je suis payer qu a partir de 7 h 30 (la cause est que les ouvriers vont au café le matin , entre autre je suis obligé de les suivre ; autre raison de mon mécontentement il m a refusé une augmentation en me baratinant alors qu un soir il a fait montrer sa fiche de salaire a un employé 5000 euros .
    Enfin voila j ai trouvé un moyen de pouvoir ne pas avoir de nourice a payer , le travail de vdi ; vendeur a domicile independant
    comment puis je quitter mon entreprise rapidement sans m endetter par les nourices ?

    Répondre à ce message

  • bonjour
    il y a presque 2 ans ne trouvant pas de travail en france ne pouvant subvenir aux besoin de mon petit garçons agé de 3ans a l’epoque je suis partie au luxembourg pour travailler en cdi 40H bien evidement mon fils est resté avec son pere étant séparés je n’ai pas pris le risque de le faire sortir du territoire français sans un accord juridique... j ai ensuite saisie la justice dans l’espoir de recuperer mon fils mais il s’est averé etre impossible ne pouvant me faire a cette situation j ai demissioné afin de revenir prés de mon fils. je suis rentrée depuis debut septembre je me suis tout de suite inscrite a pole emploi et j’ai commencé un cdi le 21septembre mais il se trouve qu’il sagit d’un 25h et que c’est trop juste pour moi et mon fils que j ai oficieusement en garde alternée je viens de recevoir le document U1 pour pole emploi est ce qu’il sagit bien d’une demission legitime et aurais je droit a un complement ???

    Répondre à ce message

    • Je ne connais pas la législation de Pôle Emploi pour les personnes ayant quitter un emploi à l’étranger, mais vous avez démissionné et Pôle Emploi n’indemnise pas après une démission.

      Votre démission pour vous rapprocher de votre fils n’est pas une démission légitime.

      Pour avoir un complément, il faut avoir des droits en cours, c’est-à-dire ne pas avoir épuisé l’ARE en cours, précédemment calculée avant la reprise du nouvel emploi.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je vous explique ma situation : je suis étudiante et travaille à temps partiel (3jours/semaine ou temps plein certains mois en fonction de mes stages universitaires) en tant qu’assistante commerciale depuis 2 ans (CDI) et nombreux CDD auparavant dans cette même société.

    Pour ma dernière année, je viens d’être acceptée suite à une sélection sur dossier (je le précise car cela sous-entend que je n’ai pas eu le choix de l’Université) à l’Université de Bordeaux, soit à 600 kms de chez moi, ce qui ne me permet plus de continuer mon activité salariée. Mon patron m’a proposé une rupture conventionnelle afin que je puisse bénéficier d’aides de la part du Pôle Emploi, aides sans lesquelles la poursuite de mes études sera compliquée. Problème : le Pôle Emploi ne m’indemnisera pas si j’ai le statut étudiant et l’Université refuse de me déclarer en stagiaire de la formation continue puisque je n’ai jamais arrêté mes études.

    Quel recours puis-je avoir ? Quels sont mes droits ?
    Merci de votre aide.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    J’ai bien compris le cas d’indemnisation en de démission légitime notament pour le suivi de conjoint.
    Nous sommes mariés, j’ai changé d’emploi il y a maintenant 2 ans avec changement de région. Nous avons changé notre résidence principale il y a plus d’1 an. Si mon mari démissionne après 2 ans de mon changement d’entreprise sera-t-il considéré en démission légitime donc avec indemnisation ? car dans les textes personne ne parle de délai.
    merci d’avance pour votre réponse

    Répondre à ce message

    • Je n’ai pas très bien suivi.

      Vous avez démissionné pour suivre votre conjoint dans une autre région. Est-ce parce qu’il y habitait et y travaillait ou parce qu’il y a été muté ?

      Ensuite, je n’ai pas bien compris. Vous avez déménagé de l’endroit où vous avez retrouvé votre mari à cause de votre nouvel emploi ? et là, c’est votre conjoint qui est obligé de démissionner pour vous suivre ?

      Répondre à ce message

  • Bonjour, je vous expose mon souci.

    Je cumule deux cdi à temps partiel et est droit à l’are pour encore un an (j’étais avant en cui cae). Mon premier cdi à temps partiel va se terminer début novembre car mon employeur (je travaille pour un particulier) va être muté et il m’a donc licencié. J’aimerais arreter le deuxième cdi (je suis encore en période d’essai). Aurai-je encore le droit à l’are ou non ??

    Merci d’avance ;

    Répondre à ce message

    • Le mieux c’est que votre employeur indique sur l’attestation pour Pôle Emploi : rupture de la période d’essai à l’initiative de l’employeur ; donc que ce soit lui qui mette fin à la période d’essai.

      Vu que vous avez des droits en cours, vous devez les récupérer même si vous mettez fin à votre période d’essai (pour Pôle Emploi c’est une démission).

      Mais je ne connais pas très bien les dispositions pour les multiples employeurs. Vous ne pouvez pas garder votre second temps partiel ?

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je souhaite partager mon expérience car j’ai envie d’aider les personnes victimes d’harcèlement moral.
    Voilà j’ai été victime harcèlement moral et j’ai décidé de partir de l’entreprise, mais pour ne pas me retrouver en difficulté financière le temps de trouver autre chose, pôle emploi comme inspecteur de travail m’ont conseillés de faire un abandon de poste = faute grave (= risque que l’employeur mette sur l’attestation pôle emploi absences injustifiées), j’ai tenté ma chance et un mois après toujours rien même pas un appel pour connaitre le motif de mon absence. Il me restait deux solutions possible pour partir :

    - rupture aux torts de l’employeur (prud’hommes : attendre la fin du procès pour pouvoir prétendre aux alloc’ chômage et dommages et intérêts si gain de cause)
    - plainte procureur de la république puis démission : droit aux allocations chômage. Mais ai-je assez de preuve si jamais le procureur ne donne pas suite et l’employeur porte plainte contre moi pour dénonciation calomnieuse ? OUI (témoignages, rapport de l’inspecteur, manquement de l’employeur à énormément d’obligations contrairement aux autres salariés (=préjudice financier et moral), suivi par un psychiatre et sous antidépresseurs, le motif de harcèlement clair et net (dénonciation d’un favoritisme à l’inspection du travail), des faits et paroles "anormales" datés etc...
    Je dirais qu’il vaut mieux pour elle de ne pas creuser plus si le procureur ne donne pas suite mais bon...

    J’ai donc décidé d’aller au pénal, au commissariat de ma ville un officier de police judiciaire m’a conseillé de déposer plainte en LRAR et d’y joindre tous les éléments de preuve et m’a donné l’adresse du proc’ (en expliquant le pourquoi du comment)
    J’ai donc rédigé un courrier de 4 pages en mentionnant les faits datés par ordre chronologique et mis en P.J. les éléments de preuves que j’avais en ma possession et envoyé en RAR
    J’ai ensuite rédigé un courrier de démission avec demande de dispense de préavis en expliquant que je ne pouvais plus travailler avec eux à cause des relations difficiles, des manquements de l’employeur (LRAR)
    Là par contre, réponse rapide avec acceptation (normal ils ont eu ce qu’ils voulaient, éviter le licenciement car sinon indemnités)

    Je me suis inscrite au pôle emploi, la personne qui m’a reçue m’a dis qu’en cas de démission on avait pas droit au chômage (nouvelle car maitrisait pas le logiciel), je lui demandé d’aller se renseigner et est revenu pour me demander d’apporter la preuve du dépôt de plainte avec la lettre de licenciement + divers (autres preuves harcèlement si j’en avais en ma possession)
    1 mois plus tard lorsque j’ai reçu l’attestation pôle emploi et le certificat de travail, j’ai déposé le tout dans leur boite aux lettres, qq jours après mon dossier apparaissait dans mon espace personnel et après 6 jours d’instruction j’ai eu une réponse favorable.

    Si le procureur donne suite à mon dépôt de plainte tant mieux, ils payeront pour tout ce qu’ils ont fait.
    S’il ne donne pas suite, tant pis, je m’en serais sorti avec le moins de dégât (moral et financier) et je resterai gagnante car j’ai appris à être forte, à me battre, à ne pas me laisser faire. Des choses qui me serviront dans mon prochain travail et dans la vie de tous les jours.

    Mon regret : ne pas aller aux prud’hommes pour demander un dédommagement par manque d’argent.

    Et je remercierai jamais assez l’inspecteur, la psychiatre, le personnel de pôle emploi qui m’a conseillé comme il fallait, mon mari et mes collègues qui m’ont soutenus.

    En espérant aider certains d’entre vous,

    Cordialement,

    Répondre à ce message

    • « Mon regret : ne pas aller aux prud’hommes pour demander un dédommagement par manque d’argent. »
      Avant le 1er octobre, c’était gratuit. Maintenant, c’est 35€.

      Répondre à ce message

    • Avec la médecine du travail, vous auriez eu un licenciement pour inaptitude au poste (avec toutes vos indemnités et exemption du préavis) et votre employeur aurait eu sur le dos une enquête de la médecine du travail et aurait été fiché comme harceleur. Et avec ça, vous alliez aux prud’hommes direct, la procédure était gratuite.

      Ne jamais faire un abandon de poste, l’employeur n’est pas tenu de vous licencier le plus rapidement possible et bien évidemment, pas de salaire.

      Drôle de conseil que de faire un abandon de poste (et donc pas de salaire !) pour ne pas se retrouver en difficultés financières. Vous êtes resté combien de temps sans revenu avant que Pôle Emploi vous indemnise ? j’ai compté au moins trois mois.

      Aux prud’hommes, avec votre dossier, vous pouvez avoir six mois de salaire en dommages intérêts alors qu’au pénal, vous n’aurez rien même si la plainte aboutit.

      Répondre à ce message

      • oui, je savais que aller devant les prud’hommes était gratuit mais je ne pouvais pas me défendre seule, il me fallait un avocat, surtout que l’entreprise pour laquelle je bossais a les meilleurs avocats de France (une entreprise connus par tous les Français mais je sais pas si j’ai le droit de citer le nom als je m’abstiens)
        Quant au médecin du travail (qui est un employé de l’entreprise, mais bon médecin avant tout quand meme) à chaque fois il me disais d’attendre, lorsque j’ai repris après une crise de tétanie au travail, j’étais pas du tout bien, j’étais trés mal et il m’a mis "apte à reprendre" on se revoit dans 6 mois. "vous pouvez demander à me voir avant si vous le souhaitez bien sur" bofff je serais morte ou folle dans 6 mois.
        Mon médecin traitant m’a dirigé vers une psychiatre devant laquelle j’ai fais une autre crise de tétanie, en fait à chaque fois que je parlais de mon travail je fesais une crise donc pour la psy hors de question de retourner à ce travail.
        Le médecin du travail prenait contact, à chaque fois que je le voyais, avec la direction et on lui disait "oui, oui, oui on va agir" au bout d’un an d’harcèlement rien ne changeait au contraire.
        L’inspecteur à également pris contact avec le médecin du travail mais il ne voulait pas voir l’urgence de la situation, sans doute peur de l’employeur.

        Ceci dit, vous faites bien d’en parler, car dans mon cas le médecin du travail n’a pas agit comme il le fallait, alors que dans une situation pareille le réflexe à avoir c’est d’aller le voir.

        En tout cas, trés bon site et sutout trés utile, merci d’accorder du temps pour conseiller les gens, et ce gratuitement.

        Répondre à ce message

        • Je ne comprends pas quand vous dites que le médecin du travail est un employé de l’entreprise.

          La médecine du travail est une entité indépendante qui n’est employée d’aucune entreprise. Elle change de nom selon les régions mais c’est toujours de qu’on appelle communément "la médecine du travail". Son rôle est de prévenir les maladies professionnelles et de vérifier la bonne santé des salariés.

          Y aurait-il confusion avec le médecin, la cellule médicale, au sein des grosses entreprises ? dans certaines entreprises, il y a effectivement un médecin "du travail" voire même une cellule psychologique. J’ai un ami qui a connu la dépression au sein de la SNCF et qui est passé par un médecin interne et un psychiatre interne à la SNCF.

          Il va vous falloir du temps pour passer à autre chose, je dirai minimum un an. Le harcèlement est quelque chose qui démolit terriblement et après, on reste sur ses gardes malgré soi, toujours avec la peur au fond de soi de retomber sur un employeur du même acabit.

          Je dis ça, parce que je viens de passer cinq ans de bras de fer avec un vrai monstre, malheureusement directrice de l’association. J’ai fini par partir avec une rupture conventionnelle, les administrateurs tenant, heureusement, à leur réputation dans la région.

          Répondre à ce message

      • Je sais également que au pénal meme si la plainte aboutit je n’obtiendrais pas de dommages et interets, ni les 6 mois de salaires mais au moins la personne concernée sera puni. Parcontre, si le procureur ne donne pas suite à ma plainte, je pourrais me constituer partie civile pour demander un dédommagement (6 mois de salaires+dédommagement pour toute la souffrance) mais je ne le ferais pas, meme si je ne risque pas de me retrouver sans revenu puisque j’ai mes allocations chomage. Maintenant je veux UNE chose, oublier cette entreprise, ouvrir une nouvelle page et passer à autre chose.

        Sinon pour répondre à votre question, j’ai eu un tout petit revenu en aout

        Juillet, j’ai eu une prime de vacs+CP non pris (que je devais prendre avant Mai), équivalent d’un salaire

        Aout, j’ai eu moins de 100 euros de l’entreprise (jours de repos)

        Septembre, solde de tout compte par cheque, équivalent d’un salaire

        Octobre : une semaine d’allocations chomage (droits ouverts fin septembre) + un mois d’allocations chomage que je devrais recevoir début novembre (si j’actualise bien sur)

        Le pole emploi à été trés rapide en fait, j’ai déposé le dossier dans leur boite aux lettres, 4 jours après dossier enregistré, et 6 jours après une réponse.
        J’habite la région parisienne.

        Concernant l’abandon de poste je suis d’accord avec vous car je connais une personne à qui on a fait 24 BS à 0 !
        De plus avec motif : abandon de poste le pole emploi peut très bien refuser les alloc’ chomage.
        Très risqué comme solution mais dans mon cas ça s’est fait un peu naturellement car j’en avais vraiment marre, je le déconseillerai également.

        Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je me suis marier le 21.05.2011.
    Le 28.06.2011, ma femme à posé sa démission (contre récepissé).
    Pour nous, les 2 mois maxi entre mariage et démission étaient donc respéctés pour avoir droit au chômage.
    Or, les ASSEDICS retiennent pour date de démission la date de fin de préavis, soit le 30.09.2011, dépassant ainsi largement le délai maxi des 2 mois.
    Aprés renseignement auprès de différents interlocuteurs (DRH, service juridique, conseillère pole emploi au 3949,...), tous considèrent la date de dépôt du courrier de démission comme date de démission...
    Alors qu’en est-il ? Avez vous des textes justifiant de cette date de démission ?
    En vous remerciant par avance de vos éléments de réponse.

    Répondre à ce message

    • D’après l’accord d’application, on peut retenir soit la date de la démission soit la date de fin de contrat pour calculer le délai de 2 mois, ce qui montre bien que la date de la démission est différente de la date de fin de contrat.

      Accord d’application n° 14 du 6 mai 2011
      pris pour l’application des articles 2, 4 e) et 9 § 2 b) du règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011 relative à l’indemnisation du chômage

      Cas de démission considérés comme légitimes

      Chapitre 1er -

      § 1er - Est réputée légitime, la démission :

      (....)

      c) du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d’un pacte civil de solidarité entraînant un changement de lieu de résidence de l’intéressé, dès lors que moins de 2 mois s’écoulent entre la date de la démission ou de la fin du contrat de travail et la date du mariage ou de la conclusion du pacte civil de solidarité

      Répondre à ce message

  • Bonjour, je vous expose le cas de mon épouse :

    En CDD dans un établissement public, son poste à été supprimé.Bénéficiant d’un coup de pouce par ses supérieurs, elle est muté dans une autre antité, où les conditions de travail déplorables la conduisent à une dépression .et a rompre son contrat de travail au 3° jour, donc pendant la période d’essai qui est de 6 semaines .
    Aujourd’hui les assedic refusent d’indemniser quoique ce soit pretextant que même pendant la periode d’essai, si c’est le salarié qui décide de mettre fin au contrat, il n’a droit à rien (Article 4e du reglemet de l’assurance chômage)... je ne comprend plus trop l’utilité de cette dite période d’essai ...
    Surtout que mon épouse à enchainé cdd sur cdd pendant plus d’un an à plein temps avant cet évenement . On ne veut pas vivre au crochet des assedic, mais en attendant de pouvoir trouver un travail, quel recours ais-je ?

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    je suis en CDD au magasin " le bon marché rive gauche " en qualité de vendeuse en 35 heures depuis le 1juillet ,
    je travaille dans des conditions extrêmement stressantes , nous sommes toujours en sous effectif , entre la manutention ( très conséquente ) la saleté des réserves ( rongeurs, poussière, ) plus l ’accueil clientèle que l on nous demande de traiter avec tous les égards, !!! normal , plus les encaissements , !!
    je suis responsable de plus de 10 marques dans ma zone !!! je suis arrivée à une pression telle samedi que j ai " laché " le mot merde sur la surface de vente , mais qui en fait ne s’adressait à personne ! ma responsable l a entendu : et a dit qu elle n acceptait pas mes excuses !!!
    qu’est ce que je risque !! ????
    et, je voudrais savoir aussi si je peux rompre mon CDD qui se termine le 28 février 2O12 car désormais je suis " dans le colimateur "et de plus la somme de travail que je fournis m’épuise , ce, tout en conservant mes droits assedic
    merci d’avance à ceux qui me repondront !

    Répondre à ce message

    • On ne peut répondre à vos questions sans connaitre votre contrat.
      1 - Qu’indique le motif de votre CDD (remplacement, saisonnier...) ?
      2 - Cela serait étonnant que votre contrat mentionne que vous devez faire de la manutention ET de l’accueil clientèle ET de l’encaissement.
      Vous devez vous limiter aux tâches indiquées sur le contrat. Dites NON au reste.
      3 - Vous voulez savoir ce que vous risquez en disant "merde". Pas la prison en tout cas....
      4 - Non, vous ne pouvez pas rompre un CDD, sauf motif légitime apprécié par les prud’hommes.
      Votre patron ne peut pas non plus vous virer pendant votre CDD sauf faute grave.
      5 - Si vous démissionnez, vous n’aurez pas droit au chômage.

      Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,

    Je vous demande des conseils sur ma situation.
    En juillet 2011, j’ai suivi mon conjoint dans une autre ville. Au préalable, je travaillais en CDI depuis plus de 3 ans. Je me suis donc inscrite à Pole emploi et est demandé des allocations chômage pour démission légitime : chose que j’ai eu. Au 12 septembre 2011, je trouve un CDI que j’accepte car il m’offre des avantages comme une place en crèche. Je suis toujours en période d’essai qui est de 2 mois. Je ne cautionne pas les pratiques professionnelles de cette entreprise, j’ai relevé un incident à ma supérieure hiérarchique et je commence à avoir des répercussions : agressivité avec les personnes concernées. Si je mets un terme à cette période d’essai, puis je obtenir les allocations chômage sur la base des allocations qui m’étaient dues avant d’accepter cet emploi. Bref,n’ont elles pas été simplement suspendues ?
    Merci pour vos réponses.

    Répondre à ce message

  • Bjr AC,

    J’étais en CUI-CAE : "Assistante Administrative aux directeurs" dans une école primaire.Contrat de droit privé qui me donne droit aux indemnités de chômage (ARE). L’ancien employeur cotisait bien à l’UNEDIC et à IRCANTEC A.
    Voilà ma question. J’ai constaté sue mes relevés que je percevais la somme de (654, 26 à 674,56 €, en fonctions des mois). Il y a un truc qui ne colle pas. Aucune somme est versée au régime retraite compl. J’ai prévenu l’organisme IRCANTEC et je n’ai pas eu de leurs nouvelles et à l’accueil du pôle emploi.
    Je voudrais savoir, si, nous cotisons bien au régime sociales retraite et retraite complémentaire. Merci de me répondre.

    Répondre à ce message

    • Les salarié(e)s sous CUI-CAE de l’Education Nationale sont affilié(e)s à la Caisse d’assurance vieillesse du régime général ainsi qu’à la Caisse de retraite complémentaire de la Fonction Publique : l’IRCANTEC.

      Sur votre bulletin de salaire à compter du 1er janvier 2011, devraient apparaître :

      - dans la partie Charges patronales :

      Assurance vieillesse : exonération

      IRCANTEC : 3,41% : 26,58€

      - dans la partie Charges salariales

      Assurance vieillesse : 6,75% : 52,61€

      IRCANTEC : 2,28% : 17,77€

      Le montant du salaire net devrait être de 642,69€ tous les mois.

      Contactez le gestionnaire de l’établissement mutualisateur (celuui qui vous versait le salaire) pour avoir des explications.

      AC ! 54

      Répondre à ce message

  • Bonsoir,

    Je suis Directeur dans une administration publique (tutelle : Mairie + Université).

    J’ai signé en fin d’année dernière un CDD de 1an (poste de chargé de mission).

    Je termine dans 1 mois mon contrat et je ne souhaite pas renouveler pour des raisons personnelles (package salarial inintéressant, éloignement familial, conflit ouvert avec mon responsable).

    Je travaille toute la semaine à 250 km de mon domicile principal. La situation familiale n’est plus tenable (je vis en couple et j’ai un enfant). Tous les frais liés à ma double résidence sont à ma charge.

    Cette semaine, j’ai fait part oralement de ma volonté de ne pas renouveler mon contrat. Mon responsable me demande de faire un courrier écrit. Il souhaite me garder, mais à ce stade je n’ai toujours pas reçu de proposition ferme et officielle. De toute façon, je ne suis pas intéressé car il y a vraiment une incompatibilité entre nous. Le management à la schlague est pour moi dépassé. En bref, je travaille avec un haut fonctionnaire qui ne s’est ni managé ni communiquer avec ses cadres. En plus, il est incompétent. Il a déjà rompu le contrat de 15 salariés (fonctionnaires).

    On m’a dit qu’un refus de renouvellement de contrat est considéré comme une démission.

    Quelle attitude dois-je adopter pour recevoir mes allocations chômages ?

    Je précise que mon projet actuel est de retrouver au plus vite un emploi dans ma branche et dans le secteur privé ou de reprendre l’entreprise familiale (d’ici 6 mois à 1 an).

    A mon niveau, il ne m’est pas possible de partir sans rien au bout.

    Je vous remercie pour vos précieux commentaires.

    Bien cordialement,

    Charles

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Actuellement j’ai des droits ouverts jusqu’a fin 2012.
    Je viens de signer un CDI à temps partiel, j’ai donc un complement de salaire par pole emploi grace à mes droits ouverts.
    Je suis dans ma periode d’essai et, pour diverses raisons, je ne souhaite pas continuer cet emploi.
    Vais je conserver mes droits tel qu’ils étaient ?
    Merci d’avance de m’éclairer.......

    Répondre à ce message

  • bonjour,

    petite questions j’ai des droits jusque janvier 2012j’ai commencer un contrat en cdd mercredi dernier j’ai jusque demain pour rompre ma période d’essai j’ai des soucis de garde pour ma fille vais-je pouvoir reprendre mes assedics ou aucune indemnité ? merci

    Répondre à ce message

    • La réponse est juste au-dessus !

      Ce n’est pas possible, il faut vraiment que je précise que ces dispositions sont valables pour tous les types de contrats ! le prochain va demander si ça s’applique à sa mission intérim ou à son contrat CUI ??

      La rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié ne donne droit à aucune indemnité sauf si des droits sont déjà ouverts mais à condition de quitter le nouvel emploi avant 122 jours. Après 122 jours, les droits sont recalculés. Et même si les anciens droits sont plus favorables que les nouveaux, vous serez en réadmission, donc aucune indemnité.

      Et ceci est valable pour tous les contrats : CDI, CDD, CUI-CAE, intérim etc.

      Le prochain qui pose la question n’aura pas de réponse.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis acteullement en poste depuis 2 ans à Paris. Mon mari a trouvé un CDD de 3 mois en Bretagne. Nous espérons que son employeur lui offrira ensuite un CDI. Je voudrais savoir si il y a un moyen de s’assurer que les assedics considèreront ma démission comme légitime avant que je démissione ? Effectivement que suis actuellement enceinte et je ne veux pas prendre le risque de n’avoir qu’un seul salaire pour 3.
    Merci d’avance pour vos réponses.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Mes parents se sont fait expulser de leur logement il y a quelques mois (n’ayant pas reçu leur feuille d’imposition de l’année dernière ils ont eu des loyers de 2300€ par mois qu’ils n’ont pas pu surmontés). Mon père est au chômage depuis 1 an et demi (à 48 ans il a du mal a retrouver du travail) et ma mère travaille depuis toujours. La personne qui les a recueilli a décidé de les mettre dehors. Ma mère doit aller vivre chez ses parents en urgence car ils n’ont pas les moyens de louer un appartement. Est ce qu’elle aura droit aux allocations chômage si elle démissionne ? Je ne sais pas si le fait d’être expulsé de chez soi pour aller vivre à 700 km est une cause légitime.
    Merci pour votre réponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je travail avec mon frère qui est le patron de sa boite, On ne peut plus travailler ensemble et les relations familiale son au plus bas. J’en fait une dépression et je suis en arrêt de travail, et souhaite reprendre une activité professionnel au plus vite, mais pas au sein de l’entreprise. Il refuse la rupture conventionnelle. Une démission pour cause médicale pourrait-elle être reconnue comme légitime par les Assedic.

    Répondre à ce message

    • Non, sauf pour inaptitude constatée par le médecin du travail. Faites vous licencier en vous rendant insupportable.

      Répondre à ce message

      • Bonjour,
        Voici la situation :
        Mon mari a démissionné en septembre pour un nouvel emploi dans une nouvelle région. J’ai suivi en démissionnant pour suivi de conjoint.
        La période d’essai de mon mari est de 4 mois renouvelable 3 mois. L’employeur l’a renouvelée dans les formes début décembre (1 mois avant la fin des 4 premiers mois).
        Sauf que c’est l’enfer pour mon mari dans cette société. C’est à la limite du harcèlement moral. Bref, je le vois chaque jour revenir plus détruit que la veille. Il en a parlé à son N+1 suggérant qu’il n’était pas la bonne recrue afin d’inciter son employeur à mettre fin à sa période d’essai. A priori, cela semble mal parti. L’employeur pour des raisons compliquées de relations avec des clients pour lequel mon mari travaille ne veut pas le laisser partir. Or mon mari n’en peut plus. Je lui ai suggéré un arrêt de travail mais il ne veut pas (de fait, n’étant pas dans la société depuis 1 an, il aurait seulement les IJ et ce serait reculer pour rien). Il envisage de rompre la période d’essai mais cela veut évidemment dire : pas d’indemnités....
        Que se passe-t-il si après sa démission, il trouve un CDD ou une petite mission d’intérim, pourra-t-il à ce moment là faire ouvrir ses droits à Pôle emploi et comment seront calculés ses indemnités (avec les 12 derniers mois ?). Le fait qu’il ait 2 démissions à son actif va-t-il compromettre l’accès à des indemnités chômage ?
        Merci infiniment

        Répondre à ce message

        • Il faut 122 jours de travail pour ouvrir des droits.

          Deux démissions, effectivement aucune indemnité et une période de 121 jours pour réexamen du dossier. Dans l’intervalle, il faut travailler minimum 91 jours.

          Je vous mets le lien suivant, à force de lire, je finis par m’embrouiller :

          http://www.unedic.org/documents/DAJ...

          Je n’ai pas trouvé quelle période sera prise en compte pour le calcul des indemnités.

          Comme c’est un cas particulier, le mieux, est de vous rendre chez Pôle Emploi et de leur expliquer la situation, les textes ne sont pas toujours faciles à interpréter.

          Répondre à ce message

        • Votre chômage sera indemnisé si "Le contrat de travail que vous rompez aujourd’hui affiche une période d’essai de trois mois maximum, à condition que vous ayez été licencié juste avant de décrocher votre poste actuel, et que vous ayez travaillé pendant cinq ans au moins. " (Source).

          Vous savez qu’il suffit juste d’y mettre un peu de mauvaise volonté (au boulot) pour se faire virer...

          Quand l’employeur est à l’initiative de la rupture, vous êtes pris en charge par l’Assedic. A condition, bien sûr, que vous vous inscriviez comme demandeur d’emploi, et que vous ayez suffisamment cotisé (quatre mois au cours des huit derniers mois au moins).

          Bon à savoir : si vous aviez démissionné d’un CDI (contrat à durée indéterminée) avant de commencer ce nouveau job, l’Assedic considère cette démission acceptable ; vous avez pris un risque, elle le reconnaît en vous indemnisant immédiatement dans deux cas. si la période d’essai que votre employeur rompt a duré plus de 90 jours et au cas où la période d’essai a duré moins de 91 jours, si vous justifiez de trois ans d’affiliation continue à l’assurance chômage.

          Répondre à ce message

  • Bonjour, je suis actuelement béneficiaire des assedics, et j’ai signé un contrat cdd de 3 semaines.( donc cdd temps partiel + complement assedic) j’ai le droit a l’ARE jusqu’a 2013. je voudrais rompre mon contrat de travail sachant que ma periode d’essaie est passé elle etait de 3 jours.
    Pensez vous que j’aurai encore le droit a mon ARE ?
    Cordialement

    Répondre à ce message

    • On ne peut pas rompre un CDD sauf exceptions rares.

      Répondre à ce message

      • bonsoir

        j’ai du démissioné de mon poste d’AVE en cdd (23 jours avant la fin de mon contrat (car contrat non renouvelé) pour signer un cdd en tant qu’avs-I sinon CHOMAGE, le salaire étant très inferieure au précedent (580€ !), j’ai fait une demande d’allocation compensatoire auprès de pôle emploi : refus car démission de ma part !

        merci de me conseiller

        Répondre à ce message

        • Pôle Emploi, ce n’est pas le RSA !

          La seule démission autorisée pour un CDD, c’est de reprendre un CDI. Et encore, il faut bien calculer et vérifier que la démission ne reviendra pas comme un boomerang si on ne passe pas la période d’essai du CDI.

          Démission = rien, aucune indemnité si vous n’avez pas de droit en cours encore valable.

          Et il n’est pas dit que vous auriez eu un complément de salaire, cela dépend à la fois de votre ARE en cours et du salaire brut du nouvel emploi.

          Et vous avez maintenant intérêt à travailler minimum 91 jours, sinon, rien du tout.

          Si l’employeur met fin à la période d’essai, avant les 91 jours, vous n’aurez rien non plus.

          De plus, selon la durée de votre nouveau contrat et de son type, vous risquez, de voir calculer votre prochaine ARE sur la base de votre nouveau salaire, moindre que le précédent.

          Ce n’est pas un crime d’être au chômage ni une honte.

          Essayez de voir du côté du RSA si vous avez le droit à un complément.

          Répondre à ce message

      • Bonjour,

        je suis en CDD dans la fonction publique territoriale depuis le 1er novembre 2011.
        Or mon mari vient d’être muté pour le 1er mai 2012.
        Je dois donc démissionner pour le suivre.
        Que se passe-t-il ?
        Au niveau des ASSEDICS ?
        Merci

        Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’étais en CDI jusqu’au 30/04/2010, date à laquelle j’ai été lincencié économique. J’ai alors créé une SARL à partir du 1er juin 2010. J’ai alors bénéficié de l’apport en capital proposé par les assedics.
    Ma société n’a pas très bien fonctionnée et je suis en train de la clôturer (date de cloture prévue fin janvier 2012)
    J’ai alors dû rechercher un nouvel emploi. J’ai trouvé un CDD d’un an du 1/10/11 au 30/09/2012. Cette nouvelle activité ne me plait absolument pas et je souhaiterais rompre ce cdd.

    Première question : comment puis-je rompre ce cdd sachant que mon employeur actuel ne souhaite pas négocier mon départ ?

    Deuxième question : quels seraient mes droits vis à vis des assedics en cas de résiliation de mon cdd ?

    Merci d’avance pour la réponse

    Répondre à ce message

  • bonjour
    je suis en cdi depuis 08/08/2011 tout recent... y a un mois j ai eu des injures raciale a mon egard + harcelement moral de la part de mes collegues + injustice de mon chef devant les personnes qui m ont cause tout ca....je suis en arret maladie pour ( anxiete et contrainte psycologique dù au travail)

    je ne souhaite plus re travailler dans cette entreperise ....je souhaite quitter ce departement est par un autre dans l’ouest ....que me conseillez vous
    merci.

    Répondre à ce message

  • bonjour je suis actuellement en CDI en 35 heures depuis maintenant 5ans.je souhaite a tt prix quitter mon emploi donc je voudrais démissionner mais pour un CDI de 25 heures, donc je voulais savoir si je pouvais « bénéficier » d’aide qui me comblerait ma paye jusqu’au 35 heures tt en démissionnant de mon cdi, merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Ma copine de 23 ans vient tout juste de contracter une hernie discale. Son médecin estime que son emploi actuel (contrat de vendeuse en CDI) ne convient pas avec sa maladie et qu’elle devrait démissionner pour trouver une autre activité qui ne l’oblige pas à être régulièrement debout.
    En plus de son activité professionnelle elle a débuté très récemment une formation à distante dans le secrétariat, ce qui a priori serait plus adapté à sa situation. L’ennui est que cette formation se déroule sur 9 mois et que si elle démissionne, elle n’aura pas droit à une indemnisation des assedic durant cette période.
    Autre possibilité, se faire déclarer inapte par la médecine du travail mais cela risque de compromettre son avenir professionnel également (être inapte à 23 ans peut rebuter plus d’un employeur !).
    Enfin il resterait peut-être la rupture conventionnelle mais son entreprise n’est apparemment pas très ouverte à ce sujet.
    Je suis peut-être en train de poster à tord sur cette page mais auriez-vous quelques conseils à me formuler ?

    Très cordialement,

    Répondre à ce message

    • Inaptitude au poste de travail, pas inaptitude au travail tout court.

      La médecine du travail va établir une inaptitude au métier de vendeuse et à toute profession exigeant la station debout prolongée.

      Son employeur a l’obligation de la reclasser à un poste qui ne nécessite pas d’être sans cesse debout, à défaut, il licencie pour inaptitude au poste de travail sur ordre de la médecine du travail.

      Avec ce genre de chose, elle sera ennuyée malheureusement toute sa vie. Le dos c’est handicapant toute la vie. Donc elle a tout intérêt à monter un dossier à la Cotorep. D’autant que si elle est reconnue travailleur handicapé c’est-à-dire qu’elle ne peut exercer certaines professions, ça sera beaucoup plus facile pour elle avec Pôle Emploi qui ne pourra plus l’envoyer sur des postes de vendeuse avec tout ce que ça comporte en cas de refus.

      Si elle change de profession, elle ne peut pas rebuter un employeur. Mais ses arrêts maladie à répétition, certainement. C’est pourquoi, il faut qu’elle soit reconnue travailleur handicapé ; l’employeur saura à quoi s’en tenir.

      La rupture conventionnelle, c’est deux mois pour partir environ avec les délais divers. Tous les documents sont disponibles sur le net. Il faut faire très attention à surtout bien remplir la convention, bien respecter les différents délais et bien chiffrer les indemnités de départ (ce sont les indemnités qu’elle percevrait en cas de licenciement). C’est soit l’entreprise soit le salarié qui s’occupe des formalités et qui saisit la DIRECCTE.

      Il faut aussi savoir que si la DIRECCTE trouve une erreur administrative, elle peut refuser et le salarié doit revenir dans l’entreprise et on repart de zéro.

      Répondre à ce message

    • Assedics et abandon de poste 17 février 2012 18:59, par Anthony

      Bonjour,
      je viens de nouveau vous solliciter sur le problème de ma copine ( voir message précédent).
      Désormais son employeur lui propose de faire un abandon de poste, sachant que l’entente avec son employeur est plutôt correcte, mais pas au point de contracter un licenciement à l’amiable.
      Donc du coup je me pose plusieurs questions.
      Aura-t-elle droit aux assedics même si son employeur mentionne l’abandon de poste ? Dans quel délai minimum pourra-t-elle les percevoir si c’est envisageable ?
      N’est-ce pas à son désavantage de choisir cette solution ?
      Cordialement,
      Anthony.

      Répondre à ce message

      • Assedics et abandon de poste 17 février 2012 19:17, par Monique AC ! 61

        Aura-t-elle droit aux assedics même si son employeur mentionne l’abandon de poste ?
        Abandon de poste=démission=pas d’indemnités chômage.
        C’est si difficile de se faire virer ?

        Répondre à ce message

      • Assedics et abandon de poste 17 février 2012 19:37, par Isa76

        Je vous ai expliqué qu’elle pouvait prétendre à un licenciement pour inaptitude au poste de travail. Pourquoi voulez-vous vous compliquer les choses ?

        Attention  : toute procédure dite à l’amiable ou départ négocié autre qu’une rupture conventionnelle, n’ouvre pas droit aux indemnités chômage sauf s’il s’agit d’un motif économique. Le reste est considéré comme motif personnel ; le salarié voulant quitter l’entreprise pour X raison donc départ volontaire donc aucune indemnité chômage.

        D’autre part, ce qu’on appelle communément "abandon de poste" n’existe pas.

        Il s’agit d’une faute du salarié qui ne remplit plus les obligations liées à son contrat de travail et donc aboutit à une procédure de licenciement.

        En "abandon de poste", l’employeur doit relancer le salarié pour qu’il reprenne son poste et si le salarié ne le fait pas, doit lancer une procédure de licenciement pour faute. Il est illégal de déclarer le salarié démissionnaire.

        Et le licenciement pour faute même suite à un "abandon de poste" ouvre droit à des indemnités chômage. Pôle Emploi ne peut pas refuser puisque c’est la case licenciement qui est cochée sur l’attestation de l’employeur.

        Ce qui arrive maintenant assez souvent, c’est que l’employeur pousse le salarié à faire un "abandon de poste" et notera sur l’attestation d’employeur non pas démission puisque ce n’est pas une démission mais "abandon de poste" dans la case "autre motif".

        Dans ce cas, Pôle Emploi considère que c’est un départ volontaire et n’indemnisera pas.

        Répondre à ce message

      • Assedics et abandon de poste 17 février 2012 20:29, par Isa76

        http://www.l-expert-comptable.com/d...

        Voici ce qu’est un abandon de poste.

        Répondre à ce message

  • bonjour ,
    je vais essayer de faire au plus simple . en janvier 2011 j’ai pu repretendre au indemniter chomage pour une periode de 5 mois. j’ai reussi a trouver du travail en interim jusqu’en novembre 2011, mais en juin 2011 j’ai pris un cdd de 6 mois dont je mis fin au bout de 4 jour c’est a dire du jeudi au lundi compris, j’avais droit a une periode d’essai de 3 semaines. pendant cette annee j’ai epuisé mes droit n’ayant pas travailler de facon reguliere. le 19 janvier 2012 je redepose un dossier et la je vien de egarder sur mon espace pole emploi que sa ma ete refuser pour cause de demission , est ce normale que mes droit soit annuler alors que la demission en question n’etai que sur 4 jour et que lereste de l’annee a ete zappé ?

    Répondre à ce message

    • Les droits à l’indemnité chômage ne sont pas ad vitam eternam. Ils sont calculés pour une période donnée et quand la période s’achève et que la personne n’a toujours pas d’emploi, on arrive en "fin de droit" ; et là, c’est plus rien ou ASS.

      Rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié = aucune indemnité sauf si droit en cours

      Mais un départ volontaire peut vous revenir dans la figure lors d’une réadmission si vous n’avez pas suffisamment travaillé entre la rupture et la réadmission.

      Vous avez déposé un dossier le 19 janvier pour quelle raison ? fin de droit, recalcul après période de travail ?

      Répondre à ce message

  • Bonjour je suis actuellement en cae,ca fait le troisième que je signe avec le meme employeur(municipalité) .mon cae doit se finir le 31mars mais j’ai trouvée un cdi qui commence le 1er février donc je vais devoir quitter mon employeur, j’ai une période d’essai de 2mois, si la période d’essai ne marche pas aurais-je droit de toucher le chomage ? cela m’inquiète beaucoup,j’espère que vous pourrez me répondre.

    Répondre à ce message

  • bonjour ! Je viens de me voir suspendre mon permis de conduire. Je suis paysagiste et je dois tous les jours me déplacer en véhicule au sein de l’entreprise. Ce n’est plus possible au yeux de mon employeur qui me demande de lui rédiger une lettre de démission. Je suis en contrat depuis plus de 9 mois, aurais-je alors droit aux allocations chômage ? mon cas est-il légitime ?

    merci de me tenir informé ...

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis pacsé depuis plusieurs années, et j’ai suivi ma partenaire en Angleterre qui effectue une année d’études a l’etranger dans le cadre du programme Erasmus.
    J’ai démissionné, et retrouvé quasi-immediatement un autre emploi en Angleterre.

    Ma question concerne notre retour en France, ou je souhaiterais créer une entreprise - toucher le chomage serait une aide considérable pour me lancer.
    Puis-je etre considéré comme "personne ayant suivi son partenaire dans le cadre d’une mutation" ??

    Ou bien est-ce que je ne rentre dans aucune des cases ? (droit au chomage dans le cadre d’une creation d’entreprise ?)

    Merci pour vos eventuelles reponses.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    j’ai un parcours un peu compliqué et vous pourrez sans doute m’éclairer.
    Du plus ancien au plus récent :
    - intérim, secteur privé, 50 jours, rompu par démission pour un cdd dans ma branche
    - CDD, public (auto-assurance), 75 jours, rompu par une fin de cdd
    - CDD, dans la même administration, 219 jours, rompu pour abandon de poste car renouvellement de contrat que tous les 15 jours (faut tenir !) et aucune proposition de contrat permanent malgré les promesses
    - intérim, privé, 28 jours, rompu par fin de mission
    - CDI, privé (VRP), 61 jours, rompu par fin de période d’essai à l’initiative du salarié car une autre entreprise me propose une voiture de fonction
    - actuellement, CDI (en période d’essai), que je souhaiterai rompre pour reprendre une formation spécialisé dans ma branche.

    Mais pour reprendre une formation rémunérée, il me faut des droits. Ai-je une chance d’être indemnisé avec ce type de parcours ?
    si oui, comment dois-je mettre fin au cdi actuel ?
    Merci d’avance pour vos réponses.

    Répondre à ce message

    • Vous ne mettez pas fin à votre contrat !!
      C’est l’employeur qui doit le faire sinon cela vous fait encore un départ volontaire qui n’ouvrira droit à rien.

      Ce qui compte pour Pôle Emploi, ce sont les deux dernières ruptures de contrat ; la dernière après 61 jours et celle qui va arriver.

      Pour annuler le précédent départ volontaire, il vous faut travailler minimum 91 jours sur votre CDI actuel et que ce soit un départ involontaire (donc dû à l’employeur).

      Si vous avez moins de 91 jours et que c’est tout de même l’employeur qui met fin au contrat, c’est le précédent départ volontaire qui va compter, donc aucune indemnisation.

      Répondre à ce message

      • Merci beaucoup pour votre réponse, je sais maintenant à quoi m’en tenir...
        Qui dit 91 jours, dit dépasser la période d’essai... Une rupture conventionnelle pourrait-elle faire l’affaire ? Un licenciement pour faute grave ? Existe-t-il d’autres possibilités ?
        Merci encore d’avoir pris le temps de me répondre.

        PS : pour compliquer un peu l’affaire : j’ai un reliquat de droits de 18 jours (environ 400€), et je suis toujours inscrite en tant que demandeur d’emploi. Sachant que Pole Emploi n’est pour le moment "au courant" (ils n’ont pas les attestations assedic) d’aucune des périodes de travail mentionnées ci-dessus... Je fais quoi ? je me désinscris ? ou je reste inscrite ? j’ai un peu de mal avec les notions d’admission et de réadmission, et des calculs qui vont avec...

        Merci d’avance

        Répondre à ce message

        • Démission, rupture de la période d’essai à l’initiative du salarié et départ négocié pour motif autre qu’économique = aucune indemnité sauf si droit en cours ou démission légitime

          Tout licenciement et rupture conventionnelle (réservée au CDI) = indemnité

          En admission, vous ouvrez des droits (ou pas, ça arrive) pour une période donnée. Tant que ces droits ne sont pas épuisés, on va plutôt parler de réadmission si vous avez travaillé suffisamment pour recalculer des droits (il y a un calcul entre les nouveaux droits acquis et ceux toujours en cours).

          Est-ce que tous les mois, vous actualisez votre situation ? sinon, vous êtes radié depuis longtemps.

          De toute façon, ils vont certainement vous demander les ressources des douze derniers mois. Je ne sais pas du tout comment ils vont calculer vu que vous avez des départs volontaires et une période dans le public.

          Répondre à ce message

          • Oui, je m’actualise tous les mois.
            Je ne sais pas non plus comment ça va se passer. D’après ce qu’un conseiller Pôle Emploi m’avait dit à l’époque, je devrai tout de même faire une demande d’indemnisation à l’établissement public, qui va bien sûr la refuser. Avec ce refus, je dois faire une demande à Pôle Emploi qui va réétudier le dossier. On m’avait dit que si je travaillais plus de 91 jours après cet "abandon de poste", il pourrait tout de même prendre en compte cette période de 219 jours. Mais je ne sais pas si ces 91 jours doivent être consécutifs ou non, et de toute façon, je me suis fait avoir pour la fin de période d’essai. L’employeur m’a dit qu’à l’initiative du salarié ou de l’employeur ça ne changeait rien. J’aurai dû mieux me renseigner !

            Etant donné que mes droits restants sont très minces, j’ai peur qu’un calcul proratisé (réadmission) ne soit pas en ma faveur. J’aimerai donc rester inscrite, toucher mes droits restants, me désinscrire, me résinscrire et ainsi avoir un calcul d’admission, mais avec la demande à faire au public entre temps, j’ai peur que les délais soient très longs, et me retrouver dans une période d’environ trois mois sans rien, ce que je ne peux pas me permettre. Pensez-vous que j’ai correctement évalué la période ?

            Répondre à ce message

            • Abandon de poste, ça n’existe pas.

              Ce qu’on appelle communément abandon de poste c’est un salarié qui a décidé de ne plus venir travailler et de ce fait ne remplit plus les obligations de son contrat de travail. Ce qui conduit à une procédure de licenciement donc à une indemnisation chômage.

              Il y a trois façons de mettre fin à un contrat de travail :

              - démission
              - licenciement
              - accord entre le salarié et l’employeur

              Dans le public, quand on ne veut pas indemniser, on provoque des démissions sous n’importe quel prétexte. Le salarié ne veut plus renouveler, et ça devient démission ou dans votre cas abandon de poste !

              On ne reprend ses droits que lorsque l’on a travaillé moins de 122 jours ou 610 heures entre le contrat qui a ouvert les droits et celui qu’on vient de finir. Quand vous dépassez, le recalcul se fait automatiquement et Pôle Emploi vous verse le plus avantageux.

              Le mieux est de revoir un conseiller. Je ne peux pas aller plus loin, je connais le système parce que je suis dedans depuis une décennie mais je ne travaille pas chez Pôle Emploi.

              Bon courage

              Répondre à ce message

  • BONJOUR
    je suis actuellement en congé parental je voudrais reprendre mon travail mais mon travail et dans la région parisienne et j’ai démenager au mans je voudrais savoir si j’aurais droit au assedic en attendant de retrouvé un emploi merci de me répondre.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je viens de finir un contrat cdd pour remplacement de maladie longue durée, le terme du contrat était jusqu’au retour de la personne. Cette personne étant revenue on ma refait un contrat qui cette fois est un cdd de 7 Mois. J’envisage de rechercher un CDI donc ne pas attendre la fin du CDD de 7 Mois. Je suis toujours inscrite au pole emploi je m’actualise tous les mois. Si je quitte ce CDD pour un CDI et que le nouvel employeur de la société qui concerne le CDI met fin à ma période d’essai aurai_je droit au indemnitées chômage ? Je suis un peu perdue car j ai contacté le pole emploi deux fois et un coup on me dit oui et l’autre non. Pouvez vous me renseigner sur cette situation s’il vous plait ? Merci pour vos réponses

    Répondre à ce message

    • La démission d’un CDD pour un CDI est autorisée par le droit du travail. Mais apparemment n’est pas considérée comme légitime par Pôle Emploi.

      Tout dépend donc de la durée de la période d’essai et du moment de la rupture. La démission ne sera annulée par Pôle Emploi que si vous travaillez un minimum de 91 jours chez votre nouvel employeur. Si l’employeur met fin à votre CDI avant 91 jours, votre démission sera prise en compte et vous n’aurez pas d’indemnités.

      Et si c’est vous qui voulez partir, qu’importe le nombre de jours travaillés, vous n’aurez aucune indemnité.

      Vous êtes si mal dans cette entreprise pour ne pas terminer votre CDD ?

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je vous explique me situation. J’ai demissionné le 1er novembre 2009 d’un poste que j’occupais depuis 7 ans pour reprendre directement un cdi le 12 novembre 2009, sans passer par la case assedic jusqu’à aujourd hui. Mon patron est devenu horrible avec moi et me pousse a la demission. Pour l’instant je suis en arret maladie, a cause de la pression qu’il m’inflige. Je dois reprendre la semaine prochaine mais je ne m’en sens pas du tout capable. Est ce que si je demissionne, j’aurai droit a quelque chose ?
    Merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je termine cette semaine mon CDI après avoir déposé une démission. Malheureusement pour moi, le client de mon futur employeur ne peut plus me recruter. Etant du coup en période d’essai, s’il ne trouve pas un autre client, il va surement mettre fin à celle-ci.

    Je voulais savoir si je rentre dans la clause d’une démission légitime pour un CDI. Avant mon employeur actuel, j’ai travaillé 4 ans et j’ai juste eu 2 jours de battement entre les contrats. Est-ce suffisant pour ne pas prendre en compte le contrat précedent et seulement l’actuel ( 2 ans ) dans les 3 ans d’affiliation continue ?

    Est-ce que j’ai un recours, vu que j’ai signé un contrat ?

    Merci pour vos réponses.

    Répondre à ce message

  • Bonjour , je suis actuellement en contrat d’apprentissage pour une durée de 3 ans a paris , cepandant je compte demenager sur nantes car je vais m’installer avec mon fiancée et que le prix des logement est beaucoup plus abordable pour moi labas qu’en ile de france . Si je demissionne a la fin de ma premiere année aurai je droit aux allocations chomage ...

    Répondre à ce message

    • Vous n’avez pas le droit de démissionner en contrat d’apprentissage.

      Comme l’employeur ne peut licencier.

      Pour la énième fois, répétée et répétée, il n’y a que deux façons de quitter un contrat d’apprentissage :

      - résiliation à l’amiable (accord de l’employeur et du salarié)
      - décision judiciaire

      http://www.lapprenti.com/html/appre...
      Tout en bas, "fin de contrat".

      Dans les deux cas, vous avez droit à l’indemnisation. A condition de ne pas se tromper de case sur l’attestation employeur : "rupture d’un commun accord d’un contrat à durée déterminée ou d’un contrat d’apprentissage". Ne pas confondre avec la rupture anticipée qui s’effectue après obtention de l’examen.

      Quant à la démission légitime pour suivre son conjoint, il faut être impérativement marié ou pacsé, sinon la démission n’est pas légitime et aucune indemnité.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis actuellement en CDI en Normandie mais souhaite le rompre pour rejoindre mon conjoint qui travaille en Alsace. Nous ne sommes ni mariés, ni pacsés (quoique nous envisageons de nous pacser cette année). Enfin, je romps ce CDI pour enchainer sur un CDD de 6 mois en Alsace.
    Mon employeur souhaite une démission, car la rupture conventionnelle est plus compliquée, je préfère me renseigner avant de le regretter

    Je voudrais savoir si les droits au chômage acquis pendant mon emploi actuel en CDI seront comptés à la fin du CDD de 6 mois si je démissionne comme le souhaite mon employeur.
    En d’autre termes : est-ce que je risque d’être pénalisée de ma démission (non légitime d’après votre article) dans 6 mois ?

    J’ai appris par expérience à me méfier des informations donnés au téléphone par pôle-emploi car 0 suivi en cas d’erreur des conseillers.
    Merci d’avance de votre aide.

    Répondre à ce message

    • Avant de prétendre à une indemnisation en fin de CDD, il faut d’abord passer la période d’essai dudit CDD !

      Parce que si votre futur employeur met fin à la période d’essai avant 91 jours, vu que la démission ne sera pas légitime = aucune indemnité.

      Pour légitimer la démission, il faut vous marier ou vous pacser dans les deux mois avant ou après. Ainsi, si votre employeur met fin à la période d’essai avant 91 jours, vous aurez droit à l’indemnisation.

      Sinon, si vous allez au terme des six mois, vous avez droit à l’indemnisation calculée en prenant en compte votre CDI.

      Quant à la rupture conventionnelle, votre employeur, il va au plus simple... pour lui ! zéro paperasse et zéro indemnité à vous verser ! eh oui, la rupture conventionnelle vous donne droit à une indemnité minimale égale à l’indemnité que vous percevrez en cas de licenciement.

      http://www.travail-emploi-sante.gou...

      C’est une procédure a peu près identique à un licenciement avec entretien préalable et courrier qui va avec, formulaire à remplir et saisie de la Direccte pour validation... ou refus. Car si mal libellée ou calcul de l’indemnité erroné, la Direccte peut refuser et vous êtes obligée de réintégrer votre entreprise et on recommence. Le tout prend à peu près deux mois.

      Répondre à ce message

  • bonjour,

    je viens de commencer un travail en Belgique. J’ai une période d’essai de six mois et je voudrai savoir au cas où ! si l’employeur ne me garde pas durant cette période d’essai, puis-je "re"prétendre aux droits aux allocations chômage que j’avais en France et qui étaient ouverts jusqu’en janvier 2013 ?

    merci de votre réponse !

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Voila, je travaille dans un centre socio culturel depuis plus d’un an et demi. Je suis en contrat à durée indeterminé par intermittence et je souhaite faire une formation qui ne peux pas être payé par l’employeur.

    Pour mon avenir professionnel, j’ai besoin de me qualifier à nouveau.

    Alors c’est soit je reste à temps partiel et je profite de la société comme je peux, ou soit je fait ma formation ( qui suit mon parcours professionnel) et j peux pretendre à un emploi à plein temps.

    Personne jusqu’a aujourd’hui n’a pu me répondre et encor mois pôle emploi ou les conseillers n’ont aucune honte de me répondre qu’il ne savent pas.

    Merci pour la réponse !

    Répondre à ce message

  • Bonsoir,

    Venant d’apprendre que je suis enceinte, je commence à réflechir sur les options qui s’offrent à moi, après l’accouchement.
    En fait, je travaille à Paris où je suis en CDI. Mais je vis "à distance" et le week end avec mon ami qui est en province où nous avons acheté un appartement. Mon ami travaillait initialement sur Paris mais est retourné en Province (entreprise différente) pour des raisons personnelles. J’avais décidé de le suivre et le temps est passé.
    Maintenant que la donne a changé, je souhaite partir en province et donc m’assurer que la possibilité d’une démission (ouvrant droit aux allocations chômage) serait bien possible et si oui, quel serait le moment le plus judicieux ? (J’imagine attendre le congé maternité + congés) ?
    Si non, quelles sont les démarches à entreprendre rapidement selon vous ?

    NB ; j’ai pensé à la rupture conventionnelle mais cela n’est pas dans la ’politique’ de mon entreprise. Idem pour la mutation, le métier en province est très différent de ce que je fais sur Paris.

    Merci pour votre aide,

    Répondre à ce message

    • Mais qu’est-ce qu’on peut lire comme bêtise ! la rupture conventionnelle qui n’est pas dans la politique de l’entreprise ! mais bien sûr, comme ça, l’employeur ne verse pas l’indemnité qui va avec ! et le licenciement c’est dans leur politique ? ou bien ils poussent à la démission quitte à harceler le salarié ?

      La rupture conventionnelle c’est quand ça arrange l’employeur afin de lui éviter de lourdes procédures de licenciement économique mais quand c’est le salarié qui demande, alors ce n’est pas dans leur politique !

      La démission c’est n’importe quand à condition de respecter le préavis en vigueur dans l’entreprise. Et ne surtout pas démissionner au motif "pour élever son enfant".

      Quant à la démission légitime, lisez l’article ou le lien suivant, vous en avez une.
      http://www.unedic.org/textes/accord...

      Répondre à ce message

      • Bonsoir,

        Merci pour votre réponse. Cela a le mérite d être clair.
        J en profite pour vous préciser deux choses. La première, je sais que c’est malheureux a entendre, mais les termes "ce n’est pas dans la politique de l entreprise", sont mot pour mot ce que mes RH m’ont dit lorsqu’à l’époque j’envisageai de me rapprocher de mon ami et que je ne trouvais pas d’emploi dans mon domaine..
        Ensuite, non bien entendu, je ne veux pas démissionner juste pour élever mon enfant. C est pour me rapprocher de son future papa et élever mon enfant a deux. Mon objectif sera de retrouver rapidement un travail. Je me renseigne donc pour prévoir une sécurité au cas où ma recherche d’emploi s’avérait plus longue que prévu. C est pour cela que je vous demandait quel serait le moment opportun pour le faire selon vous.
        Merci encore

        Répondre à ce message

        • Je me doute que ce sont les mots de votre employeur, c’est pour cela que c’est agaçant. Quand ils n’étaient pas obligés de verser l’indemnité, la rupture conventionnelle faisait partie de leur politique en lieu et place d’un licenciement. Et puis la Direccte a voulu limiter les abus et d’un coup, la rupture conventionnelle n’a plus la cote chez les employeurs et ne fait plus partie de leur politique.

          Quand je dis qu’il ne faut pas démissionner pour "élever son enfant", c’est parce qu’il y a des femmes qui demandent si c’est une démission légitime parce qu’elles l’ont mis ou veulent le mettre dans leur lettre de démission, et là, Pôle Emploi refuse l’indemnisation.

          Si vous voulez vous rapprocher du papa et légitimer votre démission, il faut vous marier ou vous pacser dans les deux mois avant ou après la démission (les textes ne sont pas très clairs sur ce point), c’est indiqué dans l’article au-dessus. Celle pour suivre son conjoint qui change d’emploi arrive trop tard. De toute façon pour Pôle Emploi, la vie commune c’est le mariage ou le Pacs.

          Le moment, c’est vous qui le calculez.

          Répondre à ce message

  • Bonjour, j’ai travaillé 8ans avant d’avoir une rupture conventionnelle, j’ai alors touché le chômage 6mois avant d’avoir une mission intérim de 3 mois,(j’aurais pu avoir encore 1azn et demi d’indemnités) l’employeur m’a demandé d’arrêter mon contrat intérim car il voulait m’embaûcher, chose que j’ai faite, et 1 jour avant la fin de la période d’essai il me licencie, celà fait 2 mois que mon dossier est traité par Pole emploi, ils me disent qu’ils doivent poser une question réglementaire à leur service, à savoir que comme le contrat intérim a été interrompu en cours car l’employeur voulait me prendre en CDI, ils ne savent pas si c’est une démission et alors je ne pourrais peut-être plus toucher d’allocations, pouvez-vous m’éclairer s’il vous plaît ? Mercii

    Répondre à ce message

    • S’ils n’arrivent déjà pas à interpréter leurs propres textes, comment voulez-vous qu’on vous réponde surtout avec si peu d’éléments.

      Vous avez rompu un CDD (vu qu’une mission est à durée déterminée) pour un CDI qui a été rompu pendant la période d’essai. Mais comment avez-vous rompu la mission ? qu’est-il indiqué sur l’attestation d’employeur pour Pôle Emploi ? avez-vous signé le CDI ? qui en passant n’a pas besoin de période d’essai vu que vous étiez en intérim sur le même poste avant. Donc là déjà, courrez aux Prud’hommes.

      Répondre à ce message

  • bonjour j’envisage de démissionné de mon cdi par cause de ras le bol et pour entammé une formation pour but lucrtique de changé completement de branche. J’ai peu que par cette démission je ne n’est pas le droit a mes allocations chomage j’ai un an et demi d’ancienneté et je n’est casiment jamais touché d’allocation,car j’ai toujours travaillé
    Est-ce-que vous pourriez m’éclaircir de ce doute ?
    merci

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    j’ai besoin d’éclaircissement :
    Voilà, mon conjoint avec qui je suis pacse a été muté dans une autre région en mai 2011. A ce moment, j’étais en cdi. J’ai donc démissionné pour le suivre. j’ai touché les assedic jusqu’en novembre car fin novembre j’ai retrouvé un emploi en cdi. J’avais droit à cette époque à 24 mois au total de chomage je n’ai touché que quelques mois. Aujourd’hui, mon conjoint va peut être démissionné pour reprendre un autre emploi dans une autre région à nouveau. je compte démissionné pour le suivre. Ma question est la suivante, je sais que je vais avoir droit au assedic mais ai je perdu mes anciens droit en sachant que je vais avoir travaillé depuis + de 6 mois quand je vais avoir démissionné ? si oui, pendant combien de temps vais je toucher les assedics ?
    Merci

    Répondre à ce message

    • Et vous voulez le montant aussi ??

      Sérieusement, vous pensez vraiment qu’on peut vous calculer vos droits comme ça au simple vu de votre message sans aucun élément ? au pif ? il n’y a que Pôle Emploi qui peut vous le faire.

      Si vous n’êtes plus inscrite, vous allez devoir vous réinscrire et vos droits seront recalculés en fonction des anciens et de la nouvelle période travaillée puisque plus de quatre mois. Le taux le plus avantageux est retenu et la durée d’indemnisation est recalculée et se situe généralement entre les anciens et les nouveaux droits.

      Pour que votre démission soit légitime, il faut que votre conjoint soit en poste, c’est-à-dire qu’il soit assuré d’y rester ce n’est pas comme une mutation.

      Et si votre conjoint ne passe pas sa nouvelle période d’essai, il n’aura pas droit à l’indemnisation. Démission = aucune indemnité.

      Si votre conjoint veut que sa démission soit légitime, je répète pour la énième fois, il faut :

      - soit avoir trois ans d’affiliation avant la démission et que la nouvelle période d’essai soit rompu à l’initiative de l’employeur dans un délai de 91 jours,

      - soit il faut qu’il travaille plus de 91 jours et que ce soit l’employeur qui mette fin à la période d’essai.

      Et aucune indemnisation si c’est lui qui rompt sa période d’essai.

      Et il devra attendre quatre mois avant de représenter son dossier ou trouver un emploi de plus de 91 jours.

      Il a tout intérêt à demander une rupture conventionnelle et vous aussi pour plus de sécurité.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je vous écris car je n’ai pu avoir d’infos précises sur ma situation :

    Je souhaite démissionner de mon emploi, basé à Paris, fin Septembre pour me lancer dans une autre carrière, sachant que :
    - Mon amie et moi allons nous pacser en Septembre
    - mon amie vient d’avoir son concours de professeur des écoles et va être affectée dans les Yvelines, l’Essonne ou le Val d’Oise
    - Nous habitons actuellement à Paris et allons donc déménager dans les Yvelines, l’Essonne ou le Val d’Oise

    Est-ce que ce sera considéré comme une démission légitime ? Ou la distance est-elle trop courte entre l’ancien et le nouveau logement ?

    Merci d’avance pour votre aide !

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je tiens a préciser que j’ai bien lu l’article et les posts mais j’aimerai quelques précisions concernant ce qui suit ; est indemnisé :

    une personne qui suit son conjoint, si celui-ci est muté, a trouvé du boulot dans une autre région ou a changé d’employeur. Il faut simplement prouvé la vie commune.

    J’ai appelé pole emploi et le conseiller qui m’a renseigné m’a précisé que je ne serai pas indemnisé si je demissionne de mon CDI pour suivre mon compagnon et père de mon fils car nous ne sommes ni marié, ni pacsé

    .

    Mon employeur refuse la rupture convetionnelle et étant à 1 mois de notre déménagement je n’ai toujours pas trouvé d’emploi et sans un 2e salaire ou une indemnité temporaire, financèrement nous ne pourrons pas nous en sortir.

    Alors je vous pose la question :

    Dans un couple ni marié, ni pacsé qui élève ensemble un enfant, si l’un des 2 demissionne de son emploi pour suivre l’autre (son compagnon) qui a trouvé du travail dans un autre département, celui ci sera t il indemnisé ?

    merci d’avance pour votre réponse.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis actuellement expatrié (dans l’union européenne) depuis le mois de Juillet 2011.
    Mon épouse, qui était salariée depuis 10 ans, mais à cette période en congé parental d’éducation depuis 1 an, a démissionnée pour me suivre (ne sachant pas exactement à quelle date nous allions revenir en France).
    A priori, son cas rentrerai dans le cas d’une démission légitime mais je vous serai reconnaissant de me confirmer si à notre retour, elle pourra terminer son congé parental (un de nos enfant a encore moins de 3 ans), puis ensuite percevoir ses indemnités chomâge.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    J’ai lu attentivement l’article et ses commentaires, mais je ne suis toujours pas sur de ma réponse..
    J’ai des droits d’ARE jusqu’en Février prochain
    Je suis en contrat CAE d’une durée de 6mois au sein de ma municipalité depuis le 1er Juillet 2012.
    La période d’essai est donc terminée..

    Puis-je prétendre à la reprise de mes ARE si je démissionne ?
    ET sur quel texte m’appuyer pour en être sur ?

    Merci d’avance pour votre réponse et désolé si la réponse a déjà été donnée, j’ai bien vu la réponse pour le cas ou on serait EN période d’essai mais c’est tout..
    cordialement,
    Jo

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis actuellement en cdi 20h, et je touchais en complément des allocations chomage... Ensuiste j’ai décider de trouver un travail à coté avec une periode d’essai de 7 jours, mais malheureusement ce travail ne me correspondait pas du coup j’ai mis fin a ma periode d’essai.

    Donc j’aimerais savoir svp si j’aurais toujours droit a des allocations chômage ???

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    je suis etrangere et je vis en France depuis 4 ans. je travaille en CDI 35h/semaine, depuis 2 ans et demi.

    je me suis mariee avec une personne de mon origine, depuis 5 mois, mais qui habite en Autriche. En France il est une personne en situation non reguliere alors il ne peut pas travailler. Il faut donc que je demissione et que je pars la-ba pour le rejoindre.

    Aurais-je le droit aux allocations chomage suit a ma demission ?

    Répondre à ce message

    • Vous démissionnez de votre emploi en France pour suivre votre conjoint qui a trouvé du travail dans un pays européen

      Vous partez après vous être ouvert des droits

      • Vous pouvez être indemnisé pendant 3 mois maximum si avant de suivre votre conjoint, vous vous êtes ouvert des droits en France.
      Pour se faire, il vous faut :
      - avant ce départ, vous inscrire comme demandeur d’emploi à Pôle emploi,
      - avoir transmis à cette dernière les pièces justificatives de votre qualité de conjoint et du motif professionnel à l’origine du transfert de résidence dans un autre Etat européen.
      • Si, ultérieurement, vous revenez en France, vous pouvez percevoir le reliquat des droits ouverts avant votre départ sous réserve que votre inscription en France comme demandeur d’emploi intervienne dans la limite du délai de déchéance (3 ans augmenté de la durée de vos droits).
      Avant de partir, demandez à Pôle emploi de remplir l’imprimé E 303.
      Vous disposez de 7 jours suivant la date de votre cessation d’inscription en France pour vous inscrire comme demandeur d’emploi auprès des services de l’emploi de l’Etat où vous vous rendez et demander les 3 mois d’indemnisation. (Source)

      Répondre à ce message

  • bonjour,
    je travaille actuellement dans un hôtel mais, mon patron possède 2 établissements hôteliers sur place : best western et cristal hôtel. Mon employeur déclaré c’est best Western doit il me faire travailler au cristal hôtel ? un jour j’ai refusé mais il m’a traité de tous les noms et depuis ce jour, je vis l’enfer.
    Est ce que je peux démissionner et comment procéder puis qu’il m’a dit en face qu’il ne licence jamais et ne fais pas de rupture conventionnelle si quelqu’un ne veut plus travailler, qu’il démissionne ?
    Merci de vos reponses

    Répondre à ce message

    • Si l’employeur est best western, vous ne pouvez pas travailler sur un autre hôtel, ne serait-ce que parce que vous ne seriez pas assurée en cas d’accident du travail.
      Tout le monde peut toujours démissionner mais vous ne percevrez aucune indemnisation de chômage sauf si vous portez plainte pour harcèlement moral (que vous devrez prouver).
      Alors, si vous vivez l’enfer, pourquoi ne pas faire vivre l’enfer à celui qui vous fait vivre l’enfer...

      Répondre à ce message

      • si vous portez plainte pour harcèlement moral (que vous devrez prouver)
        Non, c’est à la personne accusée de harcèlement que revient la charge de prouver qu’il n’y a pas de harcèlement.

        http://www.legifrance.gouv.fr/affic...

        Le salarié harcelé établit les faits, c’est-à-dire qu’il en fait tout d’abord un récit cohérent. Il lui suffit simplement de ça pour aller voir la Direccte et la médecine du travail et même les prud’hommes. C’est à l’employeur de prouver qu’il ne s’agit pas de harcèlement. Le but est de faire cesser le harcèlement avant d’arriver au juge. Le salarié est conseillé dans la consitution de son dossier par la Direccte et la médecine du travail (médiation, courriers à l’employeur). Et quand on en arrive à la plainte aux pénals, avec audition à la police et avis du procureur avant d’arriver sur le bureau du juge, c’est toujours à l’employeur de prouver qu’il n’y a pas harcèlement.

        Plus on avance dans la procèdure, évidemment, plus il faut étayer le dossier mais au début, il suffit d’aller chercher de la documentation auprès de la Direccte et de la donner à son employeur et tenter un dialogue. S’il n’est pas con, il s’arrête. S’il poursuit, alors, on commence par courriers recommandé pour exposer les faits, certificats médicaux, arrêts de travail.

        Pour démissionner et garder ses droits, malheureusement, il faut un dossier aux pénals, c’est-à-dire une plainte enregistrée à la police et déposée chez le procureur, et évidemment un dossier un peu plus épais qu’un simple récit.

        La médecine du travail peut décider d’une inaptitude et l’employeur doit licencier (compter un mois et demi environ de procédure) et ensuite ce sont les prud’hommes direct car un licenciement pour inaptitude résultant d’un harcèlement (dont faute de l’employeur) est nul et abusif d’office.

        L’employeur a tout intérêt à faire une rupture conventionnelle s’il ne veut pas voir sa réputation mise à mal.

        Répondre à ce message

        • Ne jouons pas sur les mots ! Quand j’écrivais "que vous devrez prouver", il s’agissait bien des faits qu’il faudrait prouver ("le salarié établit des faits qui permettent de présumer l’existence d’un harcèlement") par tous moyens (témoignages, enregistrements) car avant de nier qu’il s’agisse de harcèlement, l’employeur peut nier l’existence de tels faits et contre attaquer en diffamation.

          Répondre à ce message

          • car avant de nier qu’il s’agisse de harcèlement, l’employeur peut nier l’existence de tels faits et contre attaquer en diffamation.
            Et vous avez vu ça où, vous ??? non parce que pour le coup, c’est fort.

            La belle vie, les harceleurs !!! ils nient sans avoir à répondre à quoi que ce soit et en plus ils portent plainte pour diffamation.

            Eh bien, heureusement que ça ne se passe comme ça.

            Vous êtes au courant que la charge est inversée ? et qu’il n’est pas question de se plaindre de diffamation avant d’avoir répondu de son comportement. On nie et puis c’est tout ?? trop fort.

            Et je maintiens tout ce j’ai dit ; j’accompagne depuis des mois une amie en pleine procédure et je vous garantis que l’employeur, lors de son audition à la police, a dû s’expliquer et que pour la diffamation il s’est fait rembarrer vite fait.

            Vous pouvez me répondre ce que vous voulez, je le vis, je maintiens donc mes propos.

            Répondre à ce message

            • J’adore votre façon de monter sur vos grands chevaux rien que pour le plaisir de monter sur vos grands chevaux !

              Car il n’y a pas vraiment matière.

              La discussion a démarré sur une personne qui se plaint de "vivre l’enfer" et qui veut démissionner.
              A noter qu’elle ne parle pas de harcèlement moral. C’est moi qui précise qu’en cas de démission, elle ne sera pas indemnisée sauf si elle porte plainte pour harcèlement moral. J’ajoutais "(que vous devrez prouver)" histoire d’indiquer que cela ne devait pas et ne pouvait pas être une plainte fantaisiste.
              A tort, évidemment, je ne précisais pas que seuls les faits devaient être prouvés par le plaignant, la qualification de harcèlement étant à la charge de l’appareil judiciaire, mais vous corroborez mes dires en écrivant : "Pour démissionner et garder ses droits, malheureusement, il faut un dossier au pénal, c’est-à-dire une plainte enregistrée à la police et déposée chez le procureur, et évidemment un dossier un peu plus épais qu’un simple récit."
              Après, j’ai cru malin de préciser qu’en cas de plainte, il était nécessaire d’obtenir le plus de preuves possibles.
              Je n’ai fait qu’une erreur : la plainte que peut porter l’accusé n’est pas la diffamation mais la dénonciation calomnieuse en cas d’insuffisance de preuves.
              Et là, vous êtes montée sur le plus beau cheval percheron du pays :
              « La belle vie, les harceleurs !!! écrivez-vous. ils nient sans avoir à répondre à quoi que ce soit et en plus ils portent plainte pour diffamation. »
              Déjà, s’ils nient, c’est qu’il ont eu à répondre à quelque chose.
              « Eh bien, heureusement que ça ne se passe comme ça. »
              Eh bien si, cela peut se passer comme cela, parfois, si la justice estime qu’elle n’a pas assez de preuves et si l’avocat n’est pas assez convaincant. Je pourrais vous citer, si je me mets à les rechercher, des cas de harcèlements sexuels (avec viols) qui se sont terminés par des milliers d’euros de dommages et intérêts à verser... par la victime à son patron harceleur après plainte pour dénonciation calomnieuse dudit violeur qui avait bénéficié d’un non-lieu ou acquittement au bénéfice du doute.
              Alors, j’espère que cela se passera au mieux pour votre amie mais n’oubliez pas qu’une procédure n’est qu’une procédure, et que seul le tribunal appréciera la solidité de son dossier.

              Répondre à ce message

              • Bonjour,
                Je parcours parfois vos échanges instructifs sur le forum sans y participer, c’est pourquoi je n’ai pas de pseudo.
                Le salarié n’est tenu que d’apporter des éléments qui permettent de présumer l’existence d’un harcèlement moral. On ne peut pas être plus clair (autrement le terme élément serait remplacé par preuve).
                La charge de la preuve est inversée. C’est au harceleur présumé de répondre des actes qui lui sont reprochés et d’apporter la ou les preuves qu’ils sont sans rapport avec un comportement de harcèlement au travail.
                Le salarié saisit les instances qu’Isa76 cite. Il explique sa souffrance et les éléments qu’il fournit dans son récit sont déjà recevables par ces instances.
                Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’un processus.
                Avant de saisir le Juge, il y a en effet un travail de médiation et de prévention. En cas de manquement à cette prévention obligatoire prévue par le Code du Travail, ces instances ont autorité pour agir dans l’entreprise (du conseil à la sanction). Il incombe à l’employeur la responsabilité de faire cesser tout agissement de harcèlement dans son entreprise. Le salarié qui se sent victime de harcèlement ne doit donc pas hésiter à requérir une médiation (l’objectif étant de désamorçer un conflit et d’impliquer le ou les harceleurs). Si le patron n’est pas lui même le harceleur, il a le droit de sanctionner et peut licencier l’employé harceleur pour faute. Mais il n’a pas le droit de sanctionner (ni de licencier) la personne (ou les témoins) au motif qu’elle s’est sentie harcelée ou en danger.
                Si l’employeur ne veut rien savoir (il y a des butés ou des imbéciles), il faut poursuivre en justice (au prud’hommes et au pénal) sans angoisse car il ne lui suffit pas juste de démentir (paroles contre paroles) et l’affaire est réglée, non.
                Ce que les harceleurs oublient c’est que leur mutisme, leur inaction et leur sourde oreille lors d’un appel au secours d’un employé suffisent à les inquiéter car ils sont en infraction et devront répondre de leur comportement (absence de réaction...).
                Je suis désolée Monique mais quand je vous ai lue, je me suis dit qu’on pouvait être dissuadé de se défendre faute de preuves et d’un dossier épais comme l’annuaire. Encore une fois, la lourdeur des preuves incombent bien davantage au harceleur présumé.

                Et quand je lis le post d’une personne qui écrit que suite à un refus (a priori légitime) son patron la traite de tous les noms que depuis elle vit l’enfer, je suis désolée mais vous jouez aussi un peu sur les mots.

                Le récit de la souffrance endurée au travail apporte déjà les éléments que devra contrecarrer le harceleur durant le processus. Pourquoi démissionner ? sous prétexte que ce patron a décrété qu’il ne licenciait ni de signait de rupture conventionnelle ? la belle affaire ! J’ai connu une directrice qui clamait joyeusement plusieurs fois par an que "la porte est grande ouverte" et alors... même pas peur ! Il y eut des départs mais pas dans les conditions qu’elle claironnait.
                Imaginez-vous que certains oublient encore qu’il existe le droit du travail et la protection des salariés... Demandez conseil à un conseiller prud’hommal, à l’inspection du travail et la médecine du travail. Clamer qu’on refuse unilatéralement toute forme de rupture prévue par le droit du travail c’est déjà reconnaître qu’on s’asseoit dessus ! On n’est plus au 19e siècle !

                Bonne année à tous et toutes.

                Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Mon état de santé me contraint à changer de région (je suis en retraite amiante). Si ma femme quitte son emploi (35 ans d’ancienneté) aura t-elle droit aux assedics ? pendant combien de temps ? à quel pourcentage de son salaire actuel ?
    Merci beaucoup pour vos réponses
    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Je ne connais pas ce cas de figure où une démission soit considérée comme légitime. Vous devriez essayer d’obtenir un certificat médical blindé sur la nécessité de changement de région. Puis une attestation écrite de Pôle emploi, aussi blindée (au moins au niveau régional, sinon national), que votre épouse sera indemnisée si elle démissionne.
      Le plus simple serait qu’elle se fasse virer même pour faute grave. Elle sera indemnisée sans problème.
      Quant au reste, vous obtiendrez toutes les informations voulues sur le site de l’Unédic, regardez la dernière convention.

      Répondre à ce message

    • Je confirme que ce cas de figure n’existe pas dans les démissions légitimes.

      Si votre épouse démissionne, il lui faut travailler 122 jours ou 610 heures dans votre nouvelle région pour avoir une indemnisation. Ne comptez pas sur le réexamen du dossier 4 mois après la démission, c’est purement aléatoire et bien souvent refusé.

      Votre épouse peut aussi démissionner à condition d’avoir une promesse d’embauche en CDI dans votre nouvelle région. Elle sera indemnisée si l’employeur met fin à sa période d’essai dans un délai de 91 jours.

      Il faut que l’employeur mette fin à son CDI pour qu’elle soit indemnisée :

      - une rupture conventionnelle (ça prend un bon mois et demi) mais avec 35 ans d’ancienneté, l’employeur risque de ne pas vouloir, il doit lui verser son ancienneté (l’équivalent de la prime de licenciement) ;

      - un licenciement pour faute, si vous êtes désespérés, l’employeur ne lui versera que les congés payés non pris, aucune indemnité de licenciement ou de préavis ; le motif de licenciement n’est pas pris en compte par Pôle Emploi.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    voici mon cas ! je vais finir mon congé parentale fin mai 2013 donc je devrais reprendre le 1er juin. J’ai rencontré mes nouveaux patrons en octobre 2012, en effet j’ai demandé un entretient afin de m’organiser, je m’éxplique, je suis maman de 2 enfants 6 et presque 3 ans, ma deuxième grossesse a été très difficile (conjoint manteur, manipulateur et violence) donc j’ai déménagé a mes 3 mois de grossesse avec mon premier garcons, j’ai demandé a mes patrons un mi temps,( horaire commerce jusqua 19h30 et 20h30)je n’aime pas parler de ma vie personnelle mais la je me sentais obligé, donc pour moi qu’il etais plus facile de travailler a mi-temps, ils n’on pas refuser ni accepter. Entre temps en voyent mes collègue, une responsable m’a dis que c’etais accepté et puis refuser car manque de personnel, Donc j’ai eu mon 2e entretient ou ils ont comfirmé et on mème rajouté qu’ils avaient accepté le mercredi de congé a ma responsable ! donc se serais encore plus difficile ! ils me disent que j’ai 2 choix, revenir a 35h ou démissionner.. et tous sea peut de temps avant ma reprise, je suis dans le stress total ! apperement ils acceptent pas de rupture conventionnelle car sa leur coute de l’argent et que mes problème ne les regarde pas. je comprend bien mais moi non plus j’ai pas choisi ma situation, quefaire ?je ne peut démissionner et ne rien toucher, ?? merci pour votre réponse !

    Répondre à ce message

    • Et c’est écrit quoi dans le contrat de travail à l’origine ? 35 heures ?

      Parce que si c’est le cas, je vois mal comment obliger vos patrons à vous réaménager votre temps de travail sans motif comme inaptitude au poste occupé avec avis de la médecine du travail par exemple..

      Même si le chantage vous semble odieux, vous avez un contrat à 35 heures, l’employeur n’a pas d’obligation de vous le changer.

      La rupture conventionnelle "coûte" autant qu’un licenciement en indemnité, c’est surtout la paperasse qui rebute.

      Si vous êtes si désespérée, négociez un licenciement pour faute, là, effectivement, ils n’auront pas à vous régler quoi que ce soit à part les congés payés et vous aurez vos indemnités chômage.

      Répondre à ce message

    • J’ai relu certain article ,et d’autre maman sont dans mon cas ! avec mon premier j’etais avec le papa donc pas de difficulté pour la garde mais maintenant je suis séparé, il a un droirt de visite tous les 15 jrs, le samedi et dimanche de 14h A 18h ! Ces 3 ans je me suis "battue" car c’est quelqu’un de tenace, et qui veut faire comme il veurrt donc avec les enfants pareille" personne ne me dira quand prendre mes enfants !" bref tous sa pour dire que je ne peut pas retourner en arrière et plus le sollicité car il ne me laisse pas refaire ma vie, ensuite je tient a préciser que j’ai porter plainte contre lui en novembre 2010 et qu’il est passé au tribumal pour un rappel a la loi (en gros c’est pas bien de tapé sa femme !) es ce que sa peut entré dans un cas légitime ??nous sommes en 2013 ? SA fait loin mais c’est se qui a changé ma situation puisque je vie seule avec mes enfants ? mais je suis rester dans la mème ville .
      merci

      Répondre à ce message

      • La démission intervenue pour cause de changement de résidence justifié par une situation où le salarié est victime de violences conjugales et pour laquelle il justifie avoir déposé une plainte auprès du procureur de la République.

        Voilà ce que dit l’Unédic.

        Je ne suis pas juriste ni agent Pôle Emploi, mais personnellement, j’interprète cette démission comme déterminée par le changement de résidence qui fait que la personne ne peut plus se rendre à son travail, nouvelle ville, nouvelle région. Si vous restez dans la même ville, vous pouvez toujours vous rendre sur votre lieu de travail. Et la démission doit intervenir sitôt après le changement de résidence.

        Vous avez un problème de garde et non pas un problème de violences conjugales qui vous obligent à partir, aujourd’hui, loin de votre lieu de travail. Sauf si votre ex travaille au même endroit, je ne vois pas Pôle Emploi légitimer cette démission.

        Je vous conseille de voir directement avec Pôle Emploi, une subtilité peut m’avoir échappé.

        Répondre à ce message

  • Merci pour votre réponse.
    Bien sur que j’ai un problème de garde mais si je n’avais pas quitté mon conjoint pour violence, je n’aurais pas se problème et je pourrais continuer a remplir mon contrat de 35h !.
    Voila pourquoi beaucoup de femme reste et subissent..
    cdt

    Répondre à ce message

  • Bonsoir !

    Je suis actuellement en CDI avec suspension pour formation professionnelle (apprentissage ), je vis avec mon conjoin depuis un an. Mais voila, ce dernier travail à 30km et réalise beaucoup de route pour ce rendre sur les chantiers ( il est dans le bâtiment) nous aimerions donc se rapprocher de son lieu de travail mais moi pour le moment je n’ai pas le permis de conduire... Ma formation étant terminée, je souhaiterais posé ma demission, mais ma situation fait-elle partie des ces de démissions légitimes ouvrant droit à des allocation chômage ?

    En cas de démission, puis-je faire jouer la procédure de rapprochement de conjoint et bénéficier ainsi des aides du Pôle Emploi le temps de trouver un nouveau travail ?

    Merci par avance de votre réponse éclairée !

    Répondre à ce message

  • Bonjour, je suis en CDI comme technicienne de surface depuis Janvier 2010(convention collective hôtellerie et restauration).
    Au moi de Mai j’ai déménager pour habiter avec mon compagnons, à plus de 60km de mon lieu de travail.
    Je prends le train pour me rendre à mon travail mais j’ai actuellement 3h de route par jour (train plus voiture). Ce rythme est très pénible et je doute pouvoir le supporter encore longtemps.
    J’aurai aimer savoir si c’est une raison légitime ou si il valait que je privilégie la rupture conventionnelle (je doute que mon patron accepte mais qui ne tente rien n’a rien).
    Cordialement.

    Répondre à ce message

    • En avoir ras le bol des heures de transport n’est pas un motif légitime de démission. Si vous voulez une démission légitime, il faut vous marier ou vous pacser dans les deux mois suivant votre démission. N’oubliez pas que vous avez aussi un préavis dans une démission.

      Le mieux est bien évidemment une rupture conventionnelle. Attention, ça prend un bon mois et demi et si la Direccte refuse (en général c’est pour un mauvais calcul des délais ou des indemnités), vous devez retourner à votre poste et recommencer la procédure.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Depuis 1 an, j’ai déménagé pour me rapprocher de mon conjoint et, je travaille à 150km de mon domicile. J’ai, maintenant, 4h de transport (en train) par jour.
    Mon conjoint et moi ne sommes pas mariés mais nous allons avoir un bébé.
    Est-ce que si je démissionne, je peux prétendre aux allocations chômage pour rapprochement familiale ? Faut-il qu’on se marrie ou qu’on se pacs ?
    Merci

    Répondre à ce message

    • Pourquoi posez-vous la question ? Avez-vous lu qu’avoir un enfant constitue une cause de démission légitime ? Non. Alors ?

      Répondre à ce message

      • Ce n’est pas le fait d’avoir un enfant mais d’habiter à 150km de mon lieu de travail.
        Je me pose la question : si je me pacse et que je démissionne dans les 2 mois, est-ce que je pourrais bénéficier des indemnités chômage pour cause de rapprochement de conjoint, même si cela fait déjà 1 an et demi que nous vivons comme ça ?

        Répondre à ce message

        • Le problème, si je comprends bien, c’est que vous ne changerez pas de domicile. Or les conditions sont formelles :
          Est considérée comme démission légitime : "changement de résidence du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d’un pacte civil de solidarité (PACS), dès lors que moins de deux mois s’écoulent entre la date de la démission ou de la fin du contrat de travail et la date du mariage ou de la conclusion du PACS".
          Si vous expliquez votre cas à Pôle emploi, le fait que vous soyez enceinte et ne puissiez plus vous taper 300km par jour peut être considéré comme légitime ... ou peut-être pas.
          Essayez de vous faire domicilier à proximité de votre boulot avant de démissionner et demandez à votre employeur d’établir la feuille jaune à cette adresse. Ainsi, vous changerez de résidence et vous éviterez le doute. Évidemment, cela ne marchera pas si votre carte d’identité est à votre adresse actuelle.
          Ou bien, obtenez auprès d’amis proches de votre lieu de travail, une attestation certifiant qu’ils vous hébergent pendant la semaine.
          D’autres, peut-être, auront une meilleure idée...

          Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Avez-vous le médecin du travail, si le trajet trop long pour une femme enceinte , qui doit faire attention à sa santé et celle du bébé.

    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Et que voulez-vous que fasse le médecin du travail ? déclencher un licenciement pour inaptitude au poste ??

      Ce n’est pas son problème si la personne a décidé d’habiter si loin de son lieu de travail. C’est un choix personnel et la personne savait très bien qu’elle allait devoir passer beaucoup de temps dans les transports.

      Ce n’est pas non plus le problème de l’employeur. Ce n’est pas une mutation.

      La femme enceinte, elle se met en arrêt maladie autant qu’elle le souhaite ; ça va emmerder tout le monde au boulot mais ils ne peuvent rien y faire. Ensuite, il y a les congés maternité puis parental.

      Elle a le temps de réfléchir à comment elle peut sortir de son contrat de travail.

      Et puis une femme enceinte qui ne peut pas remplir ses obligations de recherches d’emploi actives ou de suivre des stages ou formations, Pôle Emploi n’a aucun état d’âme, c’est radiation et coupure d’allocations.

      La femme enceinte qui doit prendre soin de sa santé et celle du bébé, oui, mais pas sur les indemnités chômage. Pôle Emploi la renverra à la Sécu et à la CAF.

      Bienvenue dans le monde réel.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis actuellement en CDI depuis 2 ans. Je suis en couple et nous aimerions nous installer ensemble car on a une distance de 200 km et ras le bol. Je vais donc quitter mon travail. Est-ce qu’un certificat de concubinage suffit à prouver que je vais habiter avec lui ? Sachant qu’il ne change pas de travail. Qu’est ce que je peux faire pour avoir des allocations chômage d’ici que je retrouve un emploi la bas ?

    Répondre à ce message

    • Est-ce qu’un certificat de concubinage suffit à prouver que je vais habiter avec lui ? Sachant qu’il ne change pas de travail.
      Non.

      - d’une personne qui suit son conjoint, si celui-ci est muté, a trouvé du boulot dans une autre région ou a changé d’employeur. Il faut simplement prouvé la vie commune.

      - d’une personne qui vient de se marier ou de conclure un PACS (pacte civil de solidarité) et de ce fait déménage, à condition qu’il n’y ait pas plus de 2 mois entre la fin de l’activité salariée et le mariage ou le PACS.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Après un cdd de 3 ans, j’ai entamé, un mois après et sans inscription au pole emploi, un cdd de 6 mois mais finalement, j’ai démissionné au bout de 2 mois. Je pense rentrer dans le cadre de la démission légitime. Pouvez vous me confirmer si c’est le cas ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Mon mari doit partir en expatriation en ARABIE SAOUDITE courant janvier 2014. Pour le bien de mes enfants nous le rejoindrons en septembre(rentrée des classes).
    Je souhaite arreter de travailler en janvier 2014(CDI actuellement )pour m’occuper de mes enfants.
    1/ si je demissionne pour suivi conjoint en expatriation , depart pour moi,sept mois après. Pourrais je pretendre a mes droits ASSEDIC de 01/14 à 09/14.
    2/Je demande une rupture conventionelle, qui est acceptée. Lors de mon retour au bout de 2 ans pourrais pretendre au solde de mes allocations non prises.

    Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • 1) Le texte de l’Unédic ne précise pas le délai entre la démission et le déménagement mais il est logique de penser que le délai doit être court et non pas plusieurs mois plus tard. Donc je ne peux vous répondre avec précision. Vous devriez vous faire confirmer par Pôle Emploi ou demander au site "actuchomage.org" où un agent de l’indemnisation intervient régulièrement.

      1 & 2) Tout dépend de la durée de votre indemnisation ; à laquelle on ajoute le délai de péremption. Le point de départ est la date d’ouverture des droits (la date d’inscription).

      La durée de validité des droits est égale à la durée totale de ces droits (durée de l’indemnisation) augmentée de trois ans.

      La durée maximale d’indemnisation est de 24 mois, deux ans augmentée de 3 ans, cela donne 5 ans de validité à vos droits. La durée minimale d’indemnisation est de 4 mois, augmentée de 3 ans, cela donne 3 ans et 4 mois.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    "d’une personne qui vient de se marier ou de conclure un PACS (pacte civil de solidarité) et de ce fait déménage, à condition qu’il n’y ait pas plus de 2 mois entre la fin de l’activité salariée et le mariage ou le PACS."

    J’habite et travaille à Tours et Je me suis marié il y a un mois. Ma femme s’est inscrite à l’université à Paris et nous projetons de nous installer en région parisienne. Ma démission est-elle légitime si nous déménageons à Paris avant la période de deux mois suivant le mariage ?

    En vous remerciant.

    Répondre à ce message

    • Ce n’est pas tout à fait ça. Le texte veut dire que suite à votre mariage, vous rejoignez votre épouse qui réside dans une autre ville, une autre région et que le contraire n’est pas possible.

      Là, vous partez ensemble ailleurs (ce qui aurait pu être un "suivi de conjoint") mais pas pour un autre emploi, pour un statut d’étudiant non reconnu par Pôle Emploi.

      Si vous êtes en CDI, il vaut mieux négocier une rupture conventionnelle et si vous êtes en CDD, vous ne pouvez pas partir avant la fin du contrat.

      http://www.unedic.org/article/ndeg-...
      du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d’un pacte civil de solidarité entraînant un changement de lieu de résidence de l’intéressé, dès lors que moins de 2 mois s’écoulent entre la date de la démission ou de la fin du contrat de travail et la date du mariage ou de la conclusion du pacte civil de solidarité.

      Répondre à ce message

      • Ma femme résidait à Paris avant notre mariage. Elle logeait chez l’habitant à partir de septembre 2013. Dans ce cas, c’est un déménagement pour vivre ensemble, non ?

        Répondre à ce message

        • Non, votre démission ne peut pas être légitime.

          Vous n’êtes pas séparés par des centaines de kilomètres et vous n’avez pas tous les deux un emploi fixe sous n’importe quelle forme ; cette situation qui oblige l’un des deux à démissionner pour vivre ensemble au même endroit.

          Votre femme a quitté Paris pour vous retrouver à Tours. Elle n’a plus de domicile à Paris ni emploi. C’est elle qui a fait un rapprochement de conjoint, auquel fait référence l’article de l’Unédic.

          Maintenant vous vivez ensemble à Tours où elle n’a pas d’emploi mais vous, si.

          Pour démissionner, il faut :

          - que vous ayez un emploi en CDI qui vous attend en région parisienne et trois années d’affiliation avant votre démission

          ou

          - que votre épouse ait, dans la région parisienne ou à l’étranger ou dans toute autre région, une promesse d’embauche ou toute autre situation susceptible d’être meilleure que votre emploi actuel ; le statut d’étudiant n’est pas reconnu par Pôle Emploi.

          Répondre à ce message

  • je vous fait appel car j’ai un souci avec mon actuel patron. Voilà j’ai trouvé en septembre un emploi saisonnier à la montagne pour 4 mois, en attendant mon ancien patron m’a repris à temps partiel pour octobre et novembre. Seulement il m’a fait signer un cdi et maintenant que je dois partir, il me demande de faire ma démission. Moi ce que je crains, c’est que cette démission annule tous mes droits acquis même si j’ai un cdd de 4 mois après.
    Mon patron lui m’a certifié que le fait de démissionner d’un cdi partiel pour un cdd à temps plein me donne le droit de garder les alloc, a t-il raison ? merci d’avance

    Répondre à ce message

    • il m’a fait signer un cdi !
      Il vous a menacé avec un pistolet pour vous "faire signer" ?
      Quelle était la nature du contrat précédent ?
      Vous vous êtes fait rouler en toute beauté. Avec un CDI, alors qu’il savait que c’était un CDD, il s’épargne les 10% de la prime de précarité. Et pourquoi ne ne vous feriez pas virer en sabotant le boulot que vous faites en ce moment ? C’est si difficile de se rendre insupportable à un patron ?
      Je répète le conseil : Ne démissionnez jamais !

      Répondre à ce message

      • on avait passer un accord verbal pour 2 mois, seulement arrivé le premier jour, il m’annonce que c’est un cdi et qu’on verra le moment venu pour les papiers. Je n’ai jamais été menacé, je lui fesais juste confiance. Moi les 10% de précarité je m’en moque un peu mais je ne veux pas retomber à zéro pour mes alloc, vous pensez donc que je dois tenir tête et ne pas donner ma démission ? je pars dans deux semaines à la montagne et ca commence sérieusement à m’embarasser

        pardon, j’ai oublié avant ce cdi, j’étais au chômage

        Répondre à ce message

        • Je le sais que vous n’avez pas été menacé. C’était du second degré pour vous dire qu’on ne signe pas n’importe et qu’on ne doit jamais faire confiance à un patron.
          Pour le reste Isa vous a répondu.

          Répondre à ce message

        • avant ce cdi, j’étais au chômage
          Si vous n’avez pas retravaillé + de 91 jours depuis l’ouverture de vos droits (un seul emploi ou plusieurs cumulés) et que vous êtes resté inscrit à Pôle Emploi, vous retrouvez votre indemnisation en cours ; votre démission sera légitime.

          Donc, votre démission n’aura aucun effet, maintenant et après le CDD.

          Si vous avez dépassé les 91 jours, il faut absolument que vous ayez quatre mois de travail après la démission.

          Surtout, continuez à vous actualiser pendant le CDD et à indiquer que "vous êtes toujours à la recherche d’un emploi" même si ce n’est plus le cas pendant quatre mois ; ça vous évitera un recalcul automatique des droits, puisque vous aurez dépassé une nouvelle période d’affiliation minimale.

          Répondre à ce message

    • Mon patron lui m’a certifié que le fait de démissionner d’un cdi partiel pour un cdd à temps plein me donne le droit de garder les alloc, a t-il raison ?

      Non, il n’a pas raison ; c’est beaucoup plus compliqué.

      Moi ce que je crains, c’est que cette démission annule tous mes droits acquis
      Acquis comment ?

      - droits ouverts et en cours d’indemnisation ? comment le contrat qui les a ouvert s’est-il terminé ? combien de temps avez-vous travaillé depuis l’ouverture des droits ?

      - droits acquis mais jamais ouverts ? comment le contrat précédent s’est-il terminé ? combien de temps avez-vous travaillé depuis la fin de ce contrat ?

      Il y a beaucoup de situations pouvant légitimer une démission mais on ne peut pas répondre précisément si vous ne donnez pas plus d’informations.

      La seule façon d’annuler les effets de cette démission, c’est de travailler minimum 4 mois après pour être en réadmission (ouvrir de nouveaux droits ou recalculer avec d’anciens). Mais encore faut-il avoir déjà signé le CDD donc être certain d’avoir l’embauche et passer la période d’essai.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Mon conjoint a obtenu un poste à l’étranger (Hors UE). Je suis en CDI depuis quelques années et souhaite faire une rupture conventionnelle afin de pouvoir suspendre mes droits (assedic et secu) pour les réouvrir à notre retour en France (notamment la sécurité sociale). Mon employeur veut que je fasse une démission légitime qui me donnerait droit aux assedic sans avoir à me payer une prime de rupture de contrat. Sauf que je ne trouve rien indiquant que je peux suspendre mes droits et les retrouver à mon retour.

    Que me conseillez-vous ?
    Merci !

    Répondre à ce message

    • Vous pouvez suspendre vos droits et les retrouver avec une démission légitime de suivi de conjoint à l’étranger.

      Il faut vous inscrire chez Pôle Emploi avant le départ et ouvrir vos droits (calculer l’indemnisation et sa durée). Vous pouvez ensuite les suspendre le temps de votre séjour à l’étranger et vous les reprenez tant que le délai de déchéance n’est pas dépassé.

      Délai de déchéance = durée de l’indemnisation + 3 ans

      Et il faut éviter de travailler à l’étranger, cela risque de tout compliquer au retour.

      Répondre à ce message

  • Bonjour, j’aimerais savoir s’il y a un délai légal entre la démission pour suivre son conjoint et le déménagement. Dans mon cas, nous déménageons en juillet et je voudrais donner ma démission fin janvier. Cela fait donc 6 mois.
    Merci pour votre réponse.

    Répondre à ce message

    • Dans le cas d’un suivi de conjoint, il faut :

      - prouver la vie commune avant et après le déménagement

      - remettre à Pôle Emploi votre lettre de démission indiquant que c’est pour suivre votre conjoint pour un motif professionnel

      - remettre à Pôle Emploi le contrat de travail, le premier bulletin de salaire ou une promesse d’embauche de votre conjoint

      Il n’y a pas de délai légal, mais Pôle Emploi considère que la démission doit se faire "au dernier moment" (soit un peu avant le départ du conjoint) ou après le départ du conjoint ; ce qui est logique.

      Six mois avant, je doute que ça passe. Le mieux c’est de leur poser la question.

      Répondre à ce message

  • C’est encore moi... J’ai oublié de préciser que mon mari à déjà pris ses nouvelles fonctions depuis octobre 2013 mais que nous attendons la fin de l’année scolaire pour déménager. Nous avons 3 enfants scolarisés en primaire, collège et lycee.

    Répondre à ce message

    • J’ai un peu de mal à suivre.

      Votre mari a pris ses fonctions en octobre. Mais a-t-il déménagé ? Et son nouvel emploi se trouve où ? autre région, autre pays ? que voulez-vous faire pendant les six mois à attendre la fin de l’année scolaire ? percevoir votre chômage ?

      Répondre à ce message

      • Mon mari a pris ses fonction à Lyon. Actuellement, il est a l’hôtel aux frais de la société toute la semaine et rentre le we. Pendant les 6 mois, je dois organiser le déménagement, aller visiter des maisons sur place, voir les banques pour le prêt,organiser et suivre la vente de notre maison, trouver collège et lycee pour les enfants... Ils doivent être inscrit pour avril. Je ne vois pas comment je pourrais continuer à travailler en devant absenter régulièrement en plus de m’occuper de tout le reste. Sans tout cela, les semaines sont déjà bien remplies...

        Répondre à ce message

        • Merci, j’y vois plus clair et je comprends votre problème.

          Votre mari étant déjà en fonction, pour la démission, il n’y a pas de délai pour le rejoindre. Vous pouvez démissionner quand vous voulez.

          Mais, évidemment, il y a un "mais", l’inscription chez Pôle Emploi doit se faire à Lyon avec une domiciliation commune à Lyon ; et vous devez absolument être disponible pour les entretiens à Lyon et à toute action de recherche d’emploi sur Lyon.

          Si vous remplissez vos obligations de demandeur d’emploi sur Lyon, vous rendez aux convocations, avez une domiciliation sur Lyon où ils peuvent envoyer leurs courriers, votre déménagement en cours ne les regarde pas. Vous n’avez pas à leur en parler, d’autant qu’ils penseraient aussitôt que vous n’êtes pas disponible pour la recherche d’emploi et vous radierait sans état d’âme.

          Vous rejoignez votre conjoint à Lyon, vous vous inscrivez chez Pôle Emploi à Lyon. Pour le reste, c’est votre vie privée qui ne regarde pas Pôle Emploi.

          Répondre à ce message

          • Je vous remercie pour votre réponse.
            C’est effectivement une solution.
            Cet après-midi, je suis allée au pôle emploi de ma ville et voici ce qu’il m’ont donné comme info :
            je peux démissionner et me réinscrire à Pole emploi dans un délai de 12 mois dans ma nouvelle région pour faire valoir mes droits. Je pourrais donc démissionner fin janvier, ne pas m’inscrire à pole emploi, faire tout le déménagement (sans indemnité de chômage bien entendu) et m’inscrire dès que je serai à nouveau disponible pour la recherche d’un emploi dans un délai de 12 mois et c’est alors que mes indemnités commenceraient à être payées. Pouvez vous me confirmer ce délai de 12mois ? Si je me réinscris au pole emploi en août, ma situation sera claire sur place et j’aurai certainement l’esprit plus libre en étant plus disponible pour la recherche d’un emploi.
            Cela me correspondrait davantage. Merci pour votre disponibilité et vos réponses !

            Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je viens de recevoir un e-mail des assedic comme quoi je n’avais pas le droit de toucher au chômage, ce que je ne comprend pas. Certes au mois de mai 2013 j’ai démissionnais de mon poste que j’occupais depuis plus de deux ans pour rejoindre mon conjoint. Je me suis pas inscrit a pole emploi vu que j’avais trouvé un CDD de juin a mi septembre. Mon contrat ne pouvant être renouveler, j’ai cherché par mes propres moyens et 1 ou 2 semaines plus tard j’ai trouvé un autre CDD que j’ai mis fin 4jours aprés donc pendant ma période d’essai. Toujours aussi motivé je ne pointe toujours pas au chômage et une semaine plus tard je signe un autre CDD qui s’est terminé le 31decembre 2013. Donc suite a ce contrat je pensais avoir travaillé le nombre de jour qu’il fallait depuis ma demission... est ce que le fait que je suis parti pendant ma periode d’essai ma fait sauter mes droits ????
    Merci de l’attention que vous porterez à ce message.

    Répondre à ce message

  • bonjour,

    Je suis employée depuis plus de 3 ans dans la même entreprise. Mon mari vient de trouver un emploi dans une autre région et a terminé sa période d’essai, il est en CDI. Je souhaite le rejoindre, mais afin de parer à toute éventualité, je voudrai d’abord prendre un congé sabbatique de 11 mois. Si tout va bien, je pense négocier une rupture conventionnelle avec mon entreprise. Si toutefois ils refusent, je voudrai poser ma démission pour rapprochement familial et je voudrai savoir s’il me sera possible de toucher quand même mes allocations chômage (puisque je demanderai le rapprochement familial). Je n’ai trouvé aucun texte à ce sujet. Merci de m’aider

    Répondre à ce message

    • Pour les textes, vous remontez l’ascenseur jusqu’à l’article ou bien vous allez sur le site de l’unédic, vous regardez la convention.
      Avant de dire qu’on n’a pas trouvé, il faut au moins faire semblant de chercher...
      Quant au congé sabbatique, cela est antinomique du chômage. Il faut savoir ce que vous voulez....

      Répondre à ce message

    • Je n’ai trouvé aucun texte à ce sujet.
      Ah c’est bizarre, parce que quand je tape "démission pour suivi de conjoint" dans Google, j’ai le résultat dans le premier site que me propose ce moteur de recherche ; et en plus, c’est le premier chapitre et le premier paragraphe ! et c’est miraculeux, parce quand je tape "démission pour rapprochement familial", c’est le même site qui tombe en première ligne ! sans compter, bien sûr, l’article précédant les commentaires et sous lequel vous avez cliqué !

      Si je vous mets le lien, y’a pas de problème pour trouver le paragraphe ou il faut que je fasse un copier/coller ?
      http://vosdroits.service-public.fr/...

      Vous avez douze mois à compter de la fin du contrat (date du préavis effectué ou pas) pour vous inscrire chez Pôle Emploi.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    mon mari a été muté en Vendée en octobre 2013, quant a moi, je suis en cdi depuis 2001 en Hôtellerie restauration, avec des horaires décalés. Depuis, nous avons des problèmes de garde pour nos deux enfants, je souhaite démissionner de mon poste, pour un emplois (CDD ou CDI peu importe) avec des horaires plus adéquats pour mes enfants. Mais, cet emplois ne serait qu’un intermédiaire, le temps de vendre notre maison. Lorsque notre maison sera vendu je compte re-démissionner et partir le rejoindre en Vendée. Pourrais je tout de même bénéficier des allocations chômage du à une démission légitime bien que cet emplois est été obtenu après sa mutation ?
    cordialement

    Répondre à ce message

    • La convention Unédic doit changer ce mois-ci, et nul ne sait quels articles vont subir des changements. Ce qui est valable aujourd’hui ne le sera peut-être plus en fin de mois.

      Bah si, CDI ou CDD, ça importe ! On ne fait pas n’importe quoi en droit du travail et encore moins si on veut avoir droit à une indemnisation chômage :

      - on ne peut démissionner d’un CDI pour un CDD
      - on ne peut démissionner d’un CDD sauf pour un CDI

      La façon dont on quitte un contrat de travail vous rattrape à l’inscription chez Pôle Emploi, et il y a trop de cas de figures pour les énumérer.

      Une démission pour suivi de conjoint implique de s’inscrire au Pôle Emploi de la nouvelle région et être disponible donc dans cette nouvelle région.

      Ou on peut attendre pour s’inscrire d’en avoir terminé avec la résidence actuelle (vous avez un an pour le faire à partir de la fin du CDI) et évidemment de ne pas avoir d’indemnisation.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je suis titulaire dans la fonction publique (agent de service hospitalier en maison de retraite) et je souhaiterais démissionner étant donné que mon ami et moi meme habitons à 40km de son lieu de travail et il souhaiterait se rapprocher de son lieu de travail. Pour cela, nous comptons nous paxer avant de déménager afin que ma démission soit considérée légitime. Pouvez-vous me confimer que dans ce cas, ma démission serait légitime, la distance entre notre nouveau domicile et mon lieu de travail serait entre 55 et 65 km ?

    D’avance, je vous remercie de votre aide.
    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Avez-vous pensé à une demande de mutation ?
      Vous êtes fonctionnaire. Les règles du privé ne s’appliquent pas. Contactez un syndicat de votre secteur pour information.

      Répondre à ce message

    • Il n’est pas interdit de démissionner quand on est agent titulaire, mais il faut savoir que :

      - dès lors qu’elle est acceptée par l’administration, la démission est irrévocable,

      - à compter de sa date de démission, l’agent perd sa qualité de fonctionnaire ou d’agent non titulaire de la fonction publique. S’il souhaite par la suite retravailler dans la fonction publique, il doit repasser un concours ou être à nouveau recruté en tant que contractuel.

      Donc vous voulez tout foutre en l’air parce que monsieur en a assez de faire le trajet ??! désolée de la remarque, mais en tant que femme, ce genre de chose me fait toujours hurler.

      Quant à obtenir des indemnités chômage, vous allez batailler durement et sans aucun doute devoir saisir les tribunaux. Parce que ce n’est pas Pôle Emploi qui indemnise mais votre employeur. Et votre employeur va refuser d’office et/ou faire traîner les choses.

      Quant au nombre de kilomètres requis pour légitimer une démission, il est au bon vouloir de l’interprétation des textes puisqu’il n’est précisé nulle part.

      Et je rappelle que la convention Unédic 2001 se termine le 31 de ce mois. Elle doit être remplacée par de nouvelles modalités qui sont encore à l’étude.

      Donc commencez par étudier le conseil de Monique.

      Répondre à ce message

  • Bonjour, je suis enseignante et je suis muté. Hors je vis avec mon compagnon qui a un cdi. L’employeur refuse la rupture conventionnelle s’il démissionne auras t-il droit au assedic ? quel recours avons nous ??? pour qu’il puisse partir et toucher ses assedic ?? Merci de votre aide précisuese

    Répondre à ce message

  • bonjour,

    Je suis une française de 50 ans et je travaille depuis une dizaine d’années dans un poste diplomatique à Paris. Je suis payée par un autre état que la France mais je paie mes charges sociales en France. Depuis 3 ans, j’ai rencontré un homme qui vit et travaille à l’étranger et que je souhaiterais rejoindre prochainement. Pour cela, je dois malheureusement quitter mon emploi. En attendant de retrouver un travail là-bas, je voudrais savoir si mon cas de démission ouvre le droit à des allocations chômages.
    Merci de me répondre.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Ma femme est en poste sur Paris depuis février. Je souhaite quitter mon travail actuel, à Orléans, pour vivre à Paris. Nous avons déjà trouver le logement.

    Je me pose la question si le fait qu’elle travaille à Paris depuis plusieurs mois et non dans le cadre d’une mutation récente/nouvel emploi légitime ma démission pour suivi de conjoint ?

    Répondre à ce message

    • Les textes sont flous au sujet des délais. Rien n’est précis et clair et c’est la plupart du temps à l’interprétation des agents.

      Seul Pôle Emploi peut vous répondre et vous risquez, en plus, d’avoir des réponses contradictoires. Vous pouvez mettre en avant la période d’essai de votre conjointe si elle est de longue durée et avoir hésité à la suivre tant que son emploi n’est pas consolidé.

      Au 3949, il faut faire 4 puis 1 pour avoir un agent de l’indemnisation.

      Pour vouloir démissionner, je suppose que vous êtes en CDI, vous pouvez donc tenter une rupture conventionnelle avec votre employeur.

      Répondre à ce message

  • Droit au chomage ? 7 septembre 14:31, par Olivier50

    Bonjour voila , j’étais employé chez mon patron sans avoir signé de contrat en croyant etre en cdi , alors quand il ma donné mes papiers , il ma dit qu’il m’avait mit deux fois 6 mois en cdd , car vu qu’il a licencié le patissier ( sourd , et muet ) sans aucunes raisons , donc il n’avait pas le droit de m’embauché en cdi , il m’avais indiqué par ecrit qu’il me prenait en ouvrier pour 1300 net par mois , et depuis Le debut de part periode de travail en CDD je faisait des heures de folie 60 a 70 h par semaines avec un seul jour de repos par semaine , j’ai été plusieu fois en arret de travail pour epuisement fatigue et tension , j’ai deux semaines de mes horaires de travail notés ( en deux semaines j’avais travaillé l’equivalent d’un mois ) Donc sur mes attestation POLE EMPLOI , c’est noté Rupture anticipée d’un contrat a durée determinée ou d’un contrat d’apprentissage a l’initiative du salarié , donc je voudrais savoir si j’ai le droit au chomage ou pas ? Cordialement.

    Répondre à ce message

    • Droit au chomage ? 7 septembre 15:48, par Monique AC ! 61

      Bonjour voila , j’étais employé chez mon patron sans avoir signé de contrat en croyant etre en cdi
      Mais vous étiez en CDI !
      , alors quand il ma donné mes papiers , il ma dit qu’il m’avait mit deux fois 6 mois en cdd
      Avez-vous signé ? Si vous n’avez pas signé, vous êtes toujours en CDI.
      , car vu qu’il a licencié le patissier ( sourd , et muet ) sans aucunes raisons , donc il n’avait pas le droit de m’embauché en cdi ,
      Il vous a raconté des bobards et vous l’avez cru !
      il m’avais indiqué par ecrit qu’il me prenait en ouvrier pour 1300 net par mois ,
      S’il est écrit 1300 par mois, vous devez être payé 1300 par mois.
      et depuis Le debut de part periode de travail en CDD je faisait des heures de folie 60 a 70 h par semaines avec un seul jour de repos par semaine , j’ai été plusieu fois en arret de travail pour epuisement fatigue et tension ,
      Et pourquoi avez-vous accepté tout cela ??? Pourquoi n’avez vous pas pris contact avec un syndicat, ou l’inspection du travail ???
      j’ai deux semaines de mes horaires de travail notés ( en deux semaines j’avais travaillé l’equivalent d’un mois )
      Combien de temps avez-vous travaillé réellement ?
      Donc sur mes attestation POLE EMPLOI , c’est noté Rupture anticipée d’un contrat a durée determinée ou d’un contrat d’apprentissage a l’initiative du salarié ,
      Vous avez démissionné ?
      donc je voudrais savoir si j’ai le droit au chomage ou pas ?
      Non, si vous avez démissionné.
      Mais vous devez absolument aller aux prud’hommes. Allez voir un syndicat...

      Répondre à ce message

    • Droit au chomage ? 7 septembre 17:12, par Isa76

      Rupture anticipée d’un contrat a durée determinée ou d’un contrat d’apprentissage a l’initiative du salarié

      Ce n’est pas compliqué pour savoir si on a droit ou pas à l’indemnisation.

      Quand vous avez les deux cases :

      - à l’initiative du salarié
      - à l’initiative de l’employeur

      pour un même motif ; ici rupture d’un CDD mais il y a aussi fin de la période d’essai, cela veut dire :

      - à l’initiative du salarié = aucune indemnité
      - à l’initiative de l’employeur = indemnité

      Il n’y a qu’un seul autre cas où il ne peut y avoir d’indemnités, c’est la démission ; le reste donne droit à l’indemnisation.

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je suis formatrice en cdii depuis 4 ans. J’avais en plus, jusqu’en juin dernier un cdd dans un autre centre. La fin de ce cdd a déclenché le paiement d’indemnités chomage durant les 2 mois d’été. J’ai repris mon cdii en septembre, mais les conditions de travail se sont détériorées, j’ai perdu beaucoup d’heures (j’ai signé il y a 4 ans pour 24h par semaine, je suis cette année à 16...). Je suis toujours inscrite au chomage puisque je n’ai pas de nouveau contrat en plus de mon cdii, mais mon salaire de 969e par mois suspend le paiement des indemnités. Je voudrais voir la directrice pour évoquer une rupture conventionnelle mais crains qu’elle ne soit pas d’accord. J’ai lu vos différentes réponses qui évoquent la nécessité de se faire licencier (retards, absences...) mais me demande si le fait que je sois DEJA demandeuse d’emploi ne m’autorise pas à démissionner de ce cdii sans porter atteinte à mes indemnités chomage.
    Merci d’avance de votre réponse.

    Répondre à ce message

  • bonjour, j ai changé de departement pour m installer avec mon ami depuis 1 an, maintenant que nous sommes sûrs de nous, nous voulons nous pacser mais je souhaite trouver du travail plus pré car j ai 3h de route quotidienne dans le departement où j habitais avant. Puis je beneficier d une demission legitime ?
    merci de vos reponses

    Répondre à ce message

Répondre à cet article